Aviron bayonnais rugby pro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aviron bayonnais
Logo du Aviron bayonnais
Généralités
Nom complet Aviron bayonnais rugby pro
Surnoms l'aviron
Fondation
Statut professionnel SASP
Couleurs ciel et blanc
Stade Stade Jean-Dauger
(16 934 places)
Siège Garage de la Nive
1 Rue Harry Owen Roe
64100 Bayonne
Championnat actuel Pro D2
Président Philippe Tayeb
Entraîneur Drapeau : France Yannick Bru (manager général)
Drapeau : France Vincent Etcheto (entraîneur des arrières)
Drapeau : France Joël Rey (entraîneur des avants)
Site web www.abrugby.fr
Palmarès principal
National[1] Championnat de France (3)
Challenge Yves du Manoir (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Neutre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2018-2019 de l'Aviron bayonnais rugby pro
0

Dernière mise à jour : 16 août 2018.

L'Aviron bayonnais rugby pro est la section rugby du club omnisports français de l'Aviron bayonnais basé à Bayonne. Cette section est présidée par Philippe Tayeb. Le staff technique responsable de l'équipe première pour la saison 2018-2019 est composé du manager général Yannick Bru (au club depuis 2018), de l’entraîneur des arrières Vincent Etcheto (au club depuis 2015) et de l’entraîneur des avants Joël Rey (au club depuis 2017). Lors de la saison 2017-2018, le club évolue dans le championnat de Pro D2.

Fondé en 1904, le club a notamment été trois fois champion de France en 1913, 1934 et 1943 et a remporté le Challenge Yves du Manoir par deux fois, en 1936 et en 1980.

Le club entretient une rivalité historique[Note 1] avec son voisin, le Biarritz olympique.

Palmarès[modifier | modifier le code]

L'équipe de l'Aviron bayonnais championne de France le 20 avril 1913 au stade de Colombes.
Les mêmes, avant la finale de 1913.
Compétitions nationales
Autres Compétitions

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Le club est créé en 1904, et dispute sa première finale en 1913, où il se défait du SCUF 31-8 au stade Yves-du-Manoir grâce a cette victoire le club est sacré champion pour sa première fois de son histoire.

L'Aviron bayonnais en 1914.
L'Aviron bayonnais champion de France en 1934.
Challenge du Manoir 1936 à Toulouse (finale), sortie du demi de mêlée Cunibert.

Le championnat de France de rugby à XV est remplacé par Coupe de l'Espérance, pendant la Première Guerre mondiale. La compétition a été jouée pendant quatre saisons, avec l'Aviron bayonnais disputant la dernière finale, perdu face à Stadoceste tarbais 4-3.

Le championnat de France reprend ses droits après la guerre, et le club atteint la finale lors de la saison 1922 où il rencontre le Stade toulousain au Stade Sainte-Germaine à Le Bouscat. L'Aviron bayonnais perd la finale 6-0 . Les deux clubs se retrouvent à nouveau la saison suivante en finale, qui est de nouveau gagnée par le Stade toulousain, sur le score de 3-0.

L'Aviron bayonnais atteint la finale du championnat en 1934 et bat son grand rival le Biarritz olympique 13-8 au stade des Ponts Jumeaux à Toulouse. Cela permet au club de remporter son deuxième championnat après celui gagné en 1913. Deux ans plus tard en 1936, il gagne le Challenge Yves du Manoir, battant l'USAP en finale sur le score de 9-3.

Le club gagne à nouveau le championnat de France en 1943 en battant en finale le SU Agen sur le score de 3-0 au Parc des Princes à Paris[2].

L'Aviron bayonnais champion de France en 1943.

La saison suivante, Bayonne se hisse encore en finale mais perd cette fois la finale face à l'USAP 20-5 et ne peut donc conserver son titre.

Depuis 1944 le club n'est plus aussi populaire. Il devra attendre 1980 pour retrouver sa gloire d'antan en remportant le trophée du Challenge Yves du Manoir, battant l'AS Béziers 16-10 et ainsi obtenir son deuxième titre dans cette compétition. Bayonne atteint aussi la finale du championnat en 1982 mais perd contre le SU Agen 18-9 au Parc des Princes à Paris.

L'Aviron bayonnais contre le Stade toulousain en 1962.

Depuis 1982 le club n'a plus atteint la finale du Championnat de France de rugby à XV.

La période moderne[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, alors en Pro D2, l'Aviron bayonnais tente de monter en élite sans y parvenir malgré deuxième place en 2000 et une demi-finale en 2000-2001. C'est en 2003-2004 que le club gagne son ticket pour la première division en terminant premier de Pro D2. Ce classement lui permet ainsi de disputer les demi-finales de Pro D2. Sur sa lancée, Bayonne gagne sa demi-finale contre Dax sur le score de 16 à 14 et atteint le stade de la finale. Mais pour la finale l'Aviron subit une défaite face au FC Auch sur le score de 9-26.

L'Aviron bayonnais a beaucoup évolué depuis que le club est monté en Top 14 (anciennement Top 16), avec l'apport de joueurs étrangers notamment. Depuis son retour en première division, l'Aviron bayonnais lutte pour assurer son maintien en élite pendant quatre ans. En 2006, malgré un parcours en Top 14 difficile, le club trouve un nouveau souffle en challenge européen en se qualifiant pour les quarts de finale, ou Bayonne perd contre les anglais des London Irish 48-5. En 2007, Alain Afflelou concrétise son intérêt pour le club; il apporte de l'argent et aide le club à progresser pour être parmi les meilleurs.

Lors de la saison 2008-2009 l'Aviron bayonnais peut, pour la première fois depuis le retour en première division, lutter pour une place en coupe d'Europe mais termine 7e du Top 14.

L'alignement des avants lors d'une touche en faveur de l'Aviron bayonnais au stade Marcel-Michelin le .

La saison suivante, le club a beaucoup d'ambitions et veut rééditer la bonne saison passée. Malheureusement, cela ne se passe pas comme prévu pour l'Aviron et le club doit se battre pour son maintien en Top 14. L'Aviron bayonnais joue son maintien contre Montauban, alors 12e avec 47 points et Montauban 13e avec 45 points à la fin de la 25e journée. Lors de l'ultime match de la saison l'Aviron bayonnais perd son match aux allures de finale contre Montauban terminant a la 13e place avec 47 points à 2 points de Montauban au soir de la 26e et dernière journée du championnat. Alors que le club doit descendre en Pro D2 en , Bayonne est sauvé sur tapis vert pour cause de difficultés budgétaires de Montauban qui est finalement rétrogradé à leur place.

En , Alain Afflelou devient vice-président du club de Bayonne.

En , Bernard Laporte arrive au club, en tant que conseiller du président et vient avec un projet d'agrandissement du stade Jean-Dauger. Mais un différend avec le président du club, Francis Salagoïty, pousse Bernard Laporte à partir en . Le principal sponsor du club Alain Afflelou annonce également qu'il partira à la fin de la saison 2010-2011. Après plusieurs luttes internes, Francis Salagoïty et Alain Afflelou décident de s'en remettre au vote du conseil d’administration pour prendre les commandes du club, proposant chacun un projet. Alain Afflelou est soutenu par Michel Cacouault (ancien vice-président du club). En , lors de la grande réunion du club, Francis Salagoïty, mis en minorité par les membres du conseil d'administration, démissionne du club. Michel Cacouault est élu président du club. Alain Afflelou reste vice-président et indique qu'il sera sponsor principal pour les saisons à venir.

Pour la saison 2011-2012, le club basque se donne les moyens pour le titre en recrutant les All Blacks Joe Rokocoko (68 sélections, 46 essais) et Neemia Tialata (48 sélections avec la Nouvelle-Zélande), le Wallaby Mark Chisholm (58 sélections avec l'Australie), le demi de mêlée international gallois Mike Phillips (Ospreys), l'international français Cédric Heymans (Stade toulousain) et le prometteur ailier de Grenoble, Marvin O'Connor.

En , alors que l'Aviron bayonnais se trouve à une 11e place (l'objectif de début de saison était d'être dans les six premiers du classement) Christian Gajan et Thomas Lièvremont sont démis de leur fonction. Pour les remplacer, Didier Faugeron et Jean-Pierre Élissalde sont nommés entraîneurs de l'équipe. Lors de ce changement d'entraîneur Michel Cacouault démissionne de son poste de président. Il indique aussi qu'il démissionne de toute fonction au club et, le , Alain Afflelou devient président du club bayonnais. Jean-Pierre Elissalde sera remercié un mois plus tard.

Depuis la saison 2012-2013, Christian Lanta et Christophe Deylaud, en provenance du SU Agen, officient en tant qu'entraîneur.

En , Philippe Ruggieri quitte son poste du directoire et Alain Afflelou quitte son poste de président du conseil de surveillance en indiquant également réduire son sponsoring pour le club (de 4M à 200 000 euros). Pour les remplacer Emmanuel Merin prend la direction du club.

Pour la saison 2014-2015, Christian Lanta quitte le club et Christophe Deylaud est nommé entraineur des espoirs. Ils sont remplacés par l'Argentin Patricio Noriega qui prend les fonctions d'entraineur des avants, secondé par Nicolas Morlaes, l'ancien responsable du centre de formation qui prend le rôle d'entraineur des arrières. Cette équipe est épaulée par Jean-Michel Gonzalez qui prend du galon et devient conseiller du président[3]. Dans le même temps, Alain Afflelou revient sur sa décision et réinjecte de l'argent, à hauteur de 1,7 million d'euros.

L'AB retombe vite dans ses travers. Les buteurs sont fébriles. Certains joueurs sont poussés dehors (Jgenti à Brive, Fonua en Angleterre) alors que d'autres disparaissent de l'équipe (B. Stewart, S. Vaka, D. Haare...) au profit des jeunes talentueux comme Ugalde ou Sayerse et l'international, Charles Ollivon.

Coup de théâtre au début  : l'entreprise Alain Afflelou se retire et stoppe son sponsoring avec le club.

À l'issue de la saison 2014-2015, l'Aviron bayonnais termine à la 13e place synonyme de relégation en deuxième division après 11 ans passé en Top 14.

Le , Emmanuel Merin quitte son poste de président de l'Aviron bayonnais suite à l'échec du projet de fusion avec le Biarritz olympique. Pour lui succéder l'ex président de l'aviron de 1999 à 2011 Francis Salagoïty reprend la présidence du club.

L'Aviron bayonnais retrouve le Top 14 dès sa première saison de Pro D2 après avoir gagné la finale d'accession au stade Ernest-Wallon contre Aurillac en s'imposant 21 à 16[4].

Bilan par saison[modifier | modifier le code]

Saison Championnat Division Classement
2018-2019 Pro D2 Seconde division
2017-2018 Pro D2 Seconde division 8e
2016-2017 Top 14 Première division 14e / Relégation
2015-2016 Pro D2 Seconde division 2e vainqueur de la finale/ Promotion
2014-2015 Top 14 Première division 13e / Relégation
2013-2014 Top 14 Première division 10e
2012-2013 Top 14 Première division 8e
2011-2012 Top 14 Première division 12e
2010-2011 Top 14 Première division 7e
2009-2010 Top 14 Première division 13e
2008-2009 Top 14 Première division 7e
2007-2008 Top 14 Première division 9e
2006-2007 Top 14 Première division 8e
2005-2006 Top 14 Première division 12e
2004-2005 Top 16 Première division 12e
2003-2004 Pro D2 Seconde division 1er / Promotion / Finaliste
2002-2003 Pro D2 Seconde division 6e
2001-2002 Pro D2 Seconde division 9e
2000-2001 Pro D2 Seconde division 3e / Demi-finale
1999-2000 Groupe B Seconde division
1998-1999 Groupe B Seconde division
1997-1998 Groupe B Seconde division
1996-1997 Groupe B Seconde division
1995-1996 Pro D1 Première division 9e / Relégation

Image et identité[modifier | modifier le code]

Couleurs et maillots[modifier | modifier le code]

Les couleurs traditionnelle de l'aviron bayonnais sont le bleu ciel et blanc ou le club porte ces couleurs lors de ces matchs à domicile.

[modifier | modifier le code]

L'Aviron bayonnais change de logo en 2008[5].

Évolution du logo du club

Les finales de l'Aviron bayonnais[modifier | modifier le code]

Championnat de France[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
Aviron bayonnais 31 – 8 SCUF Stade Yves-du-Manoir, Colombes 20 000
Stade toulousain 6 – 0 Aviron bayonnais Route du Médoc, Le Bouscat 20 000
Stade toulousain 3 – 0 Aviron bayonnais Stade Yves-du-Manoir, Colombes 15 000
Aviron bayonnais 13 – 8 Biarritz olympique Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 18 000
Aviron bayonnais 3 – 0 SU Agen Parc des Princes, Paris 28 000
USA Perpignan 20 – 5 Aviron bayonnais Parc des Princes, Paris 35 000
SU Agen 18 – 9 Aviron bayonnais Parc des Princes, Paris 41 165

Pro D2[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu Spectateurs
FC Auch 26 – 9 Aviron bayonnais Stade municipal de Beaublanc, Limoges ?
4 juin 2016 Aviron bayonnais 21 - 16 Stade aurillacois Stade Ernest-Wallon, Toulouse 19 500

Coupe de l'Espérance[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
Stadoceste tarbais 4 – 3 Aviron bayonnais Route du Médoc, Le Bouscat ?

Challenge Yves-du-Manoir[modifier | modifier le code]

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
Aviron bayonnais 9 – 3 USA Perpignan Parc des Sports, Toulouse ?
Aviron bayonnais 16 – 10 AS Béziers Parc des Princes, Paris ?

Espoirs[modifier | modifier le code]

Championnat de France espoirs

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste
ASM Clermont Auvergne 22 – 21 Aviron bayonnais

Effectif 2018-2019[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Nationalité sportive Sélections
(points marqués)
Dernier club Arrivée au club
(année[6])
Aretz Iguiniz Pilier Drapeau de la France France - Formé au club 2005
Toma'Akino Taufa Pilier Drapeau des Tonga Tonga - Formé au club 2016
Ugo Boniface Pilier Drapeau de la France France - Formé au club 2017
Zon Zabala Pilier Drapeau de l'Espagne Espagne - Formé au club 2017
Juan Pablo Orlandi Pilier Drapeau de l'Argentine Argentine Drapeau : Argentine 20 (0) Section paloise 2017
Luc Mousset Pilier Drapeau de la France France - Stade rochelais 2018
Mathis Dumain Pilier Drapeau de la France France - Formé au club 2018
Grégory Arganese Talonneur Drapeau de la France France Racing 92 2012
Maxime Delonca Talonneur Drapeau de la France France - US Dax 2018
Torsten van Jaarsveld Talonneur Drapeau de la Namibie Namibie Drapeau : Namibie 13 (10) Drapeau : Afrique du Sud Cheetahs
Drapeau : Afrique du Sud Free State Cheetahs
2018
Guillaume Ducat Deuxième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2015
Evrard Dion Oulai Deuxième ligne Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire - US Carcassonne 2016
Adam Jaulhac Deuxième ligne Drapeau de la France France - Union Bordeaux-Bègles 2016
Antoine Battut Troisième ligne Drapeau de la France France - Montpellier HR 2016
Étienne Loiret Deuxième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2018
Pieter-Jan van Lill Troisième ligne Drapeau de la Namibie Namibie Drapeau : Namibie 43 (20) US Dax 2015
Arnaud Duputs Troisième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2015
John Beattie Troisième ligne Drapeau de l'Écosse Écosse Drapeau : Écosse 38 (15) Castres olympique 2016
Maka Polutele Troisième ligne Drapeau des Tonga Tonga - Formé au club 2016
Baptiste Heguy Troisième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2017
Abdelatif Boutaty Troisième ligne Drapeau de la France France - Stade français 2018
Filimo Taofifenua Troisième ligne Drapeau de la France France - US Dax 2018
Benjamin Collet Troisième ligne Drapeau de la France France - RC Narbonne 2018
Armandt Koster Troisième ligne Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud - FC Grenoble 2018
Tom Darlet Troisième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2018
Bastien Bergounioux Troisième ligne Drapeau de la France France - Formé au club 2018
Guillaume Rouet Demi de mêlée Drapeau de l'Espagne Espagne Drapeau : Espagne 12 (20) Formé au club 2012
Emmanuel Saubusse Demi de mêlée Drapeau de la France France - Stade montois 2016
Rémy Chateauraynaud Demi de mêlée Drapeau de la France France - Formé au club 2017
Enzo Hardy Demi de mêlée Drapeau de la France France - RC Narbonne 2017
Fabien Nabias Demi de mêlée Drapeau de la France France - SO Chambéry 2018
Willie du Plessis Demi d'ouverture Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud - Montpellier HR 2017
Manuel Ordas Demi d'ouverture Drapeau de la France France - Formé au club 2017
Tristan Tedder Demi d'ouverture Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud - Stade Toulousain 2018
Romain Barthélémy Demi d'ouverture Drapeau de la France France - SC Albi 2018
Alexandre Gouaux Demi d'ouverture Drapeau de la France France - Formé au club 2018
Bastien Fuster Centre Drapeau de l'Espagne Espagne Drapeau : Espagne 2 (0) Formé au club 2012
Peyo Muscarditz Centre Drapeau de la France France - Formé au club 2016
Yan Lestrade Centre Drapeau de la France France - Formé au club 2017
Maile Mamao Ailier Drapeau des Tonga Tonga - Formé au club 2015
Julien Jané Ailier Drapeau de la France France - Drapeau : France France VII 2015
Arthur Duhau Ailier Drapeau de la France France - Formé au club 2017
Maxime Marty Ailier Drapeau de la France France - Stade Toulousain 2018
Remy Baget Ailier Drapeau de la France France - Stade Toulousain 2018
Guillaume Martocq Ailier Drapeau de la France France - Formé au club 2018
Martín Bustos Moyano Arrière Drapeau de l'Argentine Argentine Drapeau : Argentine 3 (43) Montpellier HR 2013
Benjamin Thiéry Arrière Drapeau de la France France Drapeau : France 4 (0) FC Grenoble 2015
Julien Tisseron Ailier Drapeau de la France France - Formé au club 2015
Sean Robinson Arrière Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud - Racing 92 2017
Metuisela Talebula Arrière Drapeau des Fidji Fidji Drapeau : Fidji Union Bordeaux Bègles 2018
Aymeric Luc Arrière Drapeau de la France France - Formé au club 2018

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Joueur de l'Aviron bayonnais.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Saisons Entraîneur(s) Adjoint(s)
1981 - 1990 Drapeau : France Francis Léta
2000 - 2001 Drapeau : France Francis Léta
Drapeau : France Michel Montory
2001 - 2004 Drapeau : France Pierre Bouisset Drapeau : France Thierry Mentières
Drapeau : France Pierre Peytavin
2004 - 2005 Drapeau : France Gilbert Doucet Drapeau : France Thierry Mentières (avants)
Drapeau : France Peio Alvarez (arrières)
2005 - 2006 Drapeau : FranceXavier Péméja (avants)
Drapeau : France Peio Alvarez (arrières)
2006 - 10/2006 Drapeau : France Jean-Pierre Elissalde Drapeau : France Xavier Péméja (avants)
Drapeau : France Frédéric Faragou (arrières)
10/2006 - 2008 Drapeau : France Xavier Péméja (avants)
Drapeau : France Jean-François Beltran (arrières)
2008 - 01/2010 Drapeau : France Richard Dourthe Drapeau : France Thierry Mentières (avants)
Drapeau : France Jean-Philippe Coyola (arrières)
01/2010 - 06/2010 Drapeau : France Christian Gajan
2010 - 12/2011 Drapeau : France Thomas Lièvremont (avants)
Drapeau : France Frédéric Tauzin (arrières)
12/2011 - 01/2012 Drapeau : France Jean-Pierre Elissalde Drapeau : France Didier Faugeron (arrières)
Drapeau : France Pierre-Henry Broncan (avants)
01/2012 - 06/2012 Drapeau : France Didier Faugeron Drapeau : France Denis Avril (avants)
2012-2013 Drapeau : France Christian Lanta Drapeau : France Christophe Deylaud (arrières)
Drapeau : France Denis Avril (avants)
2013-2014 Drapeau : France Christophe Deylaud (arrières)
2014-2015 Drapeau : ArgentineDrapeau : Australie Patricio Noriega (avants) Drapeau : France Nicolas Morlaes (arrières)
Drapeau : Afrique du Sud Rob Linde (Touche)
Drapeau : France Daniel Larrechea (jeu au pied)
2015-2017 Drapeau : France Vincent Etcheto Drapeau : Afrique du Sud Dewald Senekal (avants)
Drapeau : Italie Simone Santa Maria (défense)
2017-2018 Drapeau : France Pierre Berbizier Drapeau : France Joël Rey (avants)
Drapeau : France Vincent Etcheto (arrières)
Drapeau : Italie Simone Santa Maria (défense)
À partir de 2018 Drapeau : France Yannick Bru Drapeau : France Joël Rey (avants)
Drapeau : France Vincent Etcheto (arrières)
Drapeau : France Éric Artiguste (défense)

Présidents[modifier | modifier le code]

  • 1999 - Avril 2011 : Francis Salagoïty
  • Avril 2011 - Décembre 2011 : Michel Cacouault
  • Décembre 2011 - Février 2014 : Alain Afflelou
  • Mars 2014 - Juin 2015 : Emmanuel Mérin
  • Juillet 2015 - Avril 2018 : Francis Salagoïty
  • Depuis avril 2018 : Philippe Tayeb

Les supporters[modifier | modifier le code]

Les supporters de l'Aviron soutiennent activement leur club pendant les matchs du championnat, agissent comme un seizième homme de l'équipe.

Plusieurs organisations de supporters existent :

- La Peña Baiona organise les déplacements en bus ou en avion pour permettre aux supporters de soutenir leur équipe loin de Jean-Dauger

- Les Gars de l'Aviron (LGA) interviennent pour les animations du stade, depuis la création de Pottoka jusqu'à l'animation du TtikiKop (groupe d'enfants qui assistent aux matchs). La LGA regroupe 16 peña bayonnaises

- En 2011, une nouvelle association voit le jour : les Socios de l'Aviron bayonnais. L'ambition est de fédérer les supporters et de les regrouper pour faire l'acquisition de parts sociales du club et ainsi être représentés au sein des instances dirigeantes. Quatre ans après, cette expérience reste unique en France. À ce jour, les supporters, par l'intermédiaire des Socios AB détiennent 1 % du capital du club (limité mais pas dérisoire, le premier actionnaire détient 6 %)

- En avril 2015, un nouveau groupe de supporteurs voit le jour : le BOC (Bayonnais d'origine certifiée). Cette association a été créée par cinq jeunes passionnés qui ont pour but de rendre à Jean-Dauger l'ambiance des saisons passées. Ce groupe de supporteurs anime les matchs en tribune sud. L'association compte pas moins de 350 adhérents dès la première saison. Le premier parrain a été Charles Ollivon avant son départ du club pour rejoindre le Rugby club toulonnais - il est alors remplacé par le talonneur Simon Labouyrie. Les animations proposés au sein de l'association sont diverses : canons à confettis, multiples drapeaux géants, stand photos, stand maquillage, achat de matériel pour les catégories de jeunes... L'association compte 60 abonnés en tribune.

En juillet 2015, à la suite du projet de fusion avorté avec le Biarritz olympique, les Socios lancent une souscription populaire, une campagne de financement participatif, afin de lever des fonds pour la formation bayonnaise et acheter des parts supplémentaires.

Au cours de la saison 2017-2018, les diverses tractations en coulisses entre les actionnaires d'AB Lagunak afin de mettre en place un énième projet de fusion avec le Biarritz olympique poussent les quatre associations de supporteurs à s'unir. Leur importante pression conduira Francis Salagoïty et Christian Devèze à la démission. Ces derniers, après avoir maintes fois répété que leur présence à la tête du club était le symbole d'une grande stabilité et d'un abandon de toutes les discussions avec l'éternel rival, sont contraints de quitter leurs postes.

Mascotte[modifier | modifier le code]

Pottoka au stade Jean-Dauger.

La mascotte du club est un pottok (une race de poney vivant au Pays basque) baptisé Pottoka. Il est une des mascottes les plus célèbres de l'hexagone et apprécié de tous, petits et grands. On l'engage auprès de l'association basque Haur heri, qui aide les enfants malades de l'hôpital de Bayonne, action particulièrement appréciée à Bayonne ainsi que par les enfants qui retrouvent le sourire quand il passe les voir. En 2014, il crée avec l'aide du chanteur Gorka Robles une chanson, Bonjour, Agur, où il chante accompagné d'enfants malades ainsi que par quelques joueurs de l'Aviron (M.Ugalde, G.Rouet, J.Rokocoko, S.Spedding, G.Lovobalavu). Tous les bénéfices de ce CD sont reversés à l'association des enfants malades. Le jour du dernier match de la phase régulière de Pro D2 de la saison 2015-2016 contre le Stade montois, il foule la pelouse de Jean-Dauger pour la 300e fois.

Hymne[modifier | modifier le code]

Les paroles sont de Dominique Herlax sur l'air de Griechischer Wein (Vino Griego en espagnol, Vin grec en français), un air populaire composé par le musicien autrichien Udo Jürgens en 1974 ayant eu beaucoup de succès dans le Sud-Ouest de la France[7],[8]. L'hymne est connu localement sous le nom de Peña Baiona.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette rivalité est l'une des plus historiques du championnat de France.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. « Finale du championnat de France de rugby : Aviron bayonnais - SU Agen », sur www.ina.fr, INA (consulté le 6 avril 2016).
  3. Thibault Perrin, « Top 14 - Aviron bayonnais. Patricio Noriega remplace Christian Lanta, Alain Afflelou réinjecte des fonds », sur www.lerugbynistere.fr, .
  4. Richard Escot, « En battant Aurillac en finale d'accession, Bayonne retrouve le Top 14 », sur lequipe.fr, .
  5. « Nouveau logo pour l’Aviron bayonnais », sur olivgraphic.wordpress.com, (consulté le 11 octobre 2014)
  6. Pour les joueurs formés au club année de leur première apparition en équipe pro
  7. Francis Marmande, « De l’Autriche au Pays basque, l’étrange odyssée du « vin grec » chanté par Udo Jürgens », sur lemonde.fr, (consulté le 2 février 2017).
  8. « L’hymne de l’Aviron Bayonnais est né… en Autriche », sur sudouest.fr, (consulté le 2 février 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Manuel Castiella, Un Siècle de Rugby à Bayonne, Atlantica, , 2e éd., 356 p., broché (ISBN 978-2758803027)

Liens externes[modifier | modifier le code]