Dax XIII

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dax XIII

Généralités
Fondation 1935
Disparition
Siège 40 100 Dax

Le Dax XIII est un club français de rugby à XIII représentant la ville de Dax, créé en 1935 et disparu en .

Histoire[modifier | modifier le code]

Prélude[modifier | modifier le code]

En 1930, l'US Dax, club de rugby à XV emblématique de la ville, quitte l'organisation de la Fédération française de rugby pour rejoindre pendant deux ans l'Union française de rugby amateur, regroupement de clubs dissidents[1],[2],[Note 1]. De retour dans le championnat de France à l'issue des incidents de l'UFRA, les « rouge et blanc » disputent un match de poule à Hendaye contre l'Aviron bayonnais pendant la saison 1932-1933 qui se révèle être tout sauf anecdotique. À l'issue d'un match rugueux, l'ensemble des avants dacquois ainsi que leur capitaine Castex sont suspendus à vie par la fédération. Cette décision fédérale est assimilée comme une sanction sévère de la part des instances en réponse à la dissidence récente envers elles[2],[5],[6].

Quatre saisons d'existence[modifier | modifier le code]

En 1935, les joueurs dacquois bannis deux ans plus tôt, qui ont entre-temps continué la pratique du rugby par des moyens détournés, se réunissent à nouveau dans leur ville d'origine pour créer un club de rugby à XIII, le Dax XIII. Plusieurs membres de l'US Dax abandonnent ainsi la pratique du rugby à XV pour rejoindre leurs homologues treizistes[2],[5],[6].

Les matchs se déroulent dans le quartier du Sablar[6].

Le club treiziste participe au championnat de France en 1935-1936, soit la deuxième édition de cette compétition. Il figure toujours parmi les équipes participantes en 1936-1937 et 1937-1938.

Alors que la saison 1938-1939 s'ouvre, la majorité des joueurs dacquois d'origine ne fait plus partie de l'effectif, et le public assistant aux rencontres à XIII se réduit alors que les performances de l'équipe à XV s'améliorent[7]. En raison de ses mauvaises performances, le Dax XIII déclare forfait pendant la saison[8] et est dissoute à la fin du mois de [9]. L'arrivée de la Seconde Guerre mondiale ne permettra pas au club treiziste de renaître[6].

Personnalités et joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Le club comptait dans ses rangs des joueurs tels que Thomas Mantérola (dit « Diochet ») et son frère Dominique[10].

Parmi les joueurs locaux, on peut également noter la présence de Castex, Vielle, des frères Dupérier, Bats, Lantrade, Lamaignère, Lavielle, Raap, Desclaux et Espil[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Néanmoins, l'US Dax apparaît en compétition en division Excellence lors de l'édition du championnat 1930-1931[3]. Pour le championnat 1931-1932, elle n'est présente ni en division Honneur, ni en Excellence[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dussarrat et al. 2003, p. 16
  2. a b et c Poustis 2011, p. 41.
  3. « Excellence 1930/31 », sur www.rugbyarchive.net (consulté le 17 juin 2016).
  4. « Excellence 1931/32 », sur www.rugbyarchive.net (consulté le 17 juin 2016).
  5. a et b Dussarrat et al. 2003, p. 17-18.
  6. a b c d et e Poustis 2011, p. 231.
  7. Dussarrat et al. 2003, p. 20.
  8. Didier Navarre, « La destinée hors du commun des 13 clubs », sur www.midi-olympique.fr, Midi olympique, (consulté le 1er décembre 2018).
  9. « Rugby XIII - L'équipe de Dax est dissoute », Le Matin, no 19967,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  10. Aimé Mouret, Le Who's who du rugby à XIII, Dax, Toulouse, Éditions de l'Ixcea, , 291 p. (ISBN 978-2-84918-118-8), p. 82.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Dussarrat et al. 2003] Etienne Dussarrat, Marcel Bordenave, Bernard Dussarrat et al., Un siècle de sports, 1904-2004, Dax, Aquitaine Presse, , 192 p. (ISBN 2-9520620-1-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Poustis 2011] Francis Poustis, Les acteurs du rugby landais, Dax, Éditions Passiflore, , 240 p. (ISBN 978-2-918471-07-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article