Pomaks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pomaks
Помаци
Πομάκοι
Pomaklar
Description de cette image, également commentée ci-après
Pomaks du début du XXe siècle

Populations significatives par région
Drapeau de la Turquie Turquie entre 350 000 à 600 000
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 67 000 ceux qui se déclarent Bulgares mususlmans; plus de 250 000 si on inclus ceux qui se déclarent Turcs où qui ne déclarent pas leur éthnicité
Drapeau de la Macédoine République de Macédoine 40 000
Drapeau de la Grèce Grèce 500 000 en Thrace occidentale
Population totale environ 1 million
Autres
Langues bulgare
Religions Islam sunnite
Ethnies liées Bulgares, Macédoniens, Slaves musulmans

Les Pomaks (aussi orthographié Pomaques, en bulgare : Помаци, en grec moderne : Πομάκοι et en bulgare : Pomaklar) est un terme utilisé pour désigner les slaves musulmans, habitant en Bulgarie, au nord-est de la Grèce et au nord-ouest de la Turquie[1]. Ce terme fait principalement référence aux 200 000[2] Bulgares mususlmans[3], mais sert aussi à désigner les populations slaves musulmanes en Macédoine et en Albanie[4],[5]. Leurs langues est un dialecte bulgare et est appelé en Grèce et en Turquie le pomak[6].

L'origine des Pomaks est incertaine. mais selon certaines sources, ce seraient des Bulgares[7],[8],[9],[10],[11], pour partie pauliciens (« Bogomiles ») dans le passé[12],[13], islamisés durant l'occupation ottomane.

Officiellement, il n'y a pas de peuple connu sous l'ethnonyme Pomaks. Le terme est couramment utilisé familièrement pour désigner les slaves musulmans du sud-est des Balkans et est considéré comme péjoratif.

En Bulgarie[modifier | modifier le code]

La question de la « bulgarité » des Pomaques hante depuis longtemps les débats touchant à l'identité nationale, tant des Bulgares eux-mêmes que des Turcs de Bulgarie : pour certains Bulgares, les Pomaques ne sont pas des Bulgares, car ceux-ci ne peuvent être que chrétiens ; pour d'autres, les Pomaques sont bien des Bulgares, forcés de renier leur foi et « hérités des crimes commis par l'Empire ottoman contre le peuple bulgare ». En fait la principale cause de conversion à l'islam des chrétiens des Balkans et d'Anatolie au fil des siècles est la charia appliquée dans l'Empire ottoman, aux termes de laquelle ils étaient soumis au haraç (double imposition sur les non-musulmans) et au devchirmé (enlèvement des garçons pour devenir des janissaires).

Dans les années 1970 et 1980, le régime communiste de Todor Jivkov a voulu effacer l'identité des Turcs de Bulgarie en les proclamant « Pomaques » et en les forçant à reprendre des prénoms et des patronymes « typiquement bulgares » ou à quitter le pays pour aller s'installer en Turquie.

Aujourd'hui, il existe un mouvement religieux chrétien-ultra-orthodoxe et nationaliste qui tente de reconvertir les Pomaques.

Il existe des Pomaks qui s'orientent vers les Protestants évangélistes, un courant religieux surtout apporté par des missionnaires Américains, et ou des Pomaks convertis sont plutôt favorables, car ils entretiennent des relations historiquement tendues avec les autres Bulgares Orthodoxes.

En Grèce[modifier | modifier le code]

Les Pomaques de Grèce sont musulmans, sunnites ou chiites (« bektaši »). Depuis le Traité de Lausanne (1923), l'État grec propose un enseignement primaire bilingue turc-grec à la minorité musulmane, suivi donc par les Pomaques, les Turcs et les Roms musulmans de Thrace. Parallèlement, les élèves suivent un enseignement religieux à la mosquée, en turc et en arabe. Aujourd'hui, la situation est diverse sur le plan linguistique : une minorité de Pomaques transmettent encore leur langue maternelle slave pomaque, qui est presque identique aux dialectes bulgares du Sud-Ouest, et maîtrisent aussi le turc et le grec, alors qu'une grande partie transmet le turc comme langue première et apprend le grec comme langue seconde. Leur principal centre culturel est la ville de Xanthi.

En Turquie[modifier | modifier le code]

Les Pomaques de Turquie habitent principalement :

  • en Thrace orientale, leur terroir d'origine ; leur nombre a augmenté après le Traité de Constantinople de 1913, aux termes duquel l'Empire ottoman récupéra sur la Bulgarie Andrinople, Kirk-Kilissé et Démotika : d'une part certains habitants Bulgares chrétiens préférèrent devenir Pomaques et conserver leurs propriétés, d'autre part il y eut échange de population entre les autres Bulgares chrétiens, qui rejoignirent la Bulgarie, et des Pomaques du Rhodope venus s'installer ici ;
  • à Istanbul, de par l'exode vers les villes (Belgrad, le village bulgarophone le plus proche d'Istanbul, se trouvait à moins de quinze kilomètres de la ville) ;
  • par diaspora à l'intérieur de la Turquie, en Anatolie, dans les villes de Çanakkale, Bursa, Balıkesir, Samsun et Ankara.

Villages pomaques et frontière sensible[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin des années 1990, les départements frontaliers de Grèce, dont le Nome d'Évros dans lequel vivent beaucoup de Pomaques de Grèce, étaient sous surveillance militaire, en totalité ou en partie, en raison du « Rideau de fer » (la Grèce était dans l'OTAN, la Bulgarie dans le Pacte de Varsovie). Ce régime appelé en grec epitirumeni zoni « zone surveillée » suspendait en fait le droit commun des citoyens et de l'administration civile dans toute une série de domaines (résidence, citoyenneté, déplacement, possession de biens immobiliers...). Du côté bulgare, sous la dictature communiste, c'est dans tout le pays que le droit commun des citoyens était restreint, mais la zone frontalière avec la Grèce et la Turquie, où vivent les Pomaques de Bulgarie, était particulièrement surveillée, les musulmans étant en outre suspects de sympathie envers la Turquie, « état impérialiste » lui aussi membre de l'OTAN.

Autres musulmans des Balkans[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs pays des Balkans, il reste des groupes ethniques musulmans slavophones auxquels diverses dénominations sont accolées : Torbèches en Macédoine, Goranes au Kosovo, Bosniaques en Bosnie-Herzégovine et dans les pays voisins. Beaucoup ont émigré en Turquie à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carl Waldman et Catherine Mason, Encyclopedia of European Peoples, Infobase Publishing, , 607– p. (ISBN 978-1-4381-2918-1, lire en ligne) :

    « living in the Rhodope Mountains in Thrace in southern Bulgaria, northeastern Greece, and northwestern Turkey. »

  2. Thomas M. Wilson et Hastings Donnan, Culture and Power at the Edges of the State: National Support and Subversion in European Border Regions, LIT Verlag Münster, , 158–159 p. (ISBN 978-3-8258-7569-5, lire en ligne) :

    « The name ... refers to about 220,000 people in Bulgaria ... Pomaks inhabit borderlands ... between Bulgaria and Greece »

  3. Hugh Poulton et Suha Taji-Farouki, Muslim Identity and the Balkan State, Hurst, , 33– p. (ISBN 978-1-85065-276-2, lire en ligne) :

    « The Pomaks, known officially in Bulgaria as Bulgarian Muhammadans or Bulgarian Muslims, are an ethno-confessional minority at present numbering about 220,000 people. »

  4. Kristen Ghodsee, Muslim Lives in Eastern Europe: Gender, Ethnicity, and the Transformation of Islam in Postsocialist Bulgaria, Princeton University Press, (ISBN 1-4008-3135-0, lire en ligne), p. 38 Modèle:Better source
  5. P. H. Liotta, Dismembering the State: The Death of Yugoslavia and why it Matters, Lexington Books, , 246– p. (ISBN 978-0-7391-0212-1, lire en ligne)
  6. Ömer Turan, « Pomaks, Their Past and Present », Routledge, vol. 19, no 1,‎ , p. 69–83 (DOI 10.1080/13602009908716425)
  7. The Balkans, Minorities and States in Conflict (1993), Minority Rights Publication, by Hugh Poulton, p. 111.
  8. Richard V. Weekes, Muslim peoples: a world ethnographic survey, Volume 1; 1984; p.612
  9. Raju G. C. Thomas; Yugoslavia unraveled: sovereignty, self-determination, intervention; 2003, p.105
  10. R. J. Crampton, Bulgaria, 2007, p.8
  11. Janusz Bugajski, Ethnic politics in Eastern Europe: a guide to nationality policies, organizations, and parties; 1995, p.237
  12. Edwin Pears. Turkey and its People. New York, George H. Doran Comp., 1912, p. 151 - 152
  13. Selian, Edouard (2009). The Pomaks: an Islamized People of Europe.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adamou E. & Drettas G. 2008. - Slave, Le patrimoine plurilingue de la Grèce - Le nom des langues II, E. Adamou (éd.), BCILL 121, Leuven, Peeters, p. 107-132.
  • Bajraktarevic F. 1936. - Pomaks. In 1936. Encyclopédie de l’islam. Tome III. R-L. Paris : Picard. p.1148-1150.
  • Bougarel X. et Clayer N. 2001 - Le nouvel islam balkanique. Les musulmans, acteurs du post-communisme 1990-2000. Maisonneuve et Larose : Paris.
  • Condurachi EM. 1971. - « L’ethnogenèse des peuples balkaniques : les sources écrites », in L’ethnogenèse des peuples balkaniques, Académie bulgare des sciences : Sofia, p.243-246.
  • Cuisenier J. 1998. - Les noces de Marko, le rite et le mythe en pays bulgare. Paris : P.U.F.. p. 153-156.
  • Eminov A. 1997. - Turkish and other Muslim minorities of Bulgaria. Hurst: Londres.
  • Euromosaic (document électronique) - Pomaks. [1] aller à classement par langue : bulgare et choisir français.
  • Filipova-kjurkcieva 2001. - « Kinship and solidarity among the Bulgarian muslims of the Teteven region », Ethnologia balkanica, N°5 ; p.139-151.
  • Foscolo M. 2003. - « Un second regard sur l’islam bulgare. » Regards sur l’Est. Musulmans des Balkans, musulmans d’Europe, N°34, non paginé.
  • Frangopoulos Y. 1994. - « La minorité musulmane et les pomaques de la Trace : entre islam et ethnisme. », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, N°17, p.152-166.
  • Georgieva T. 2001. - « Pomaks : Muslim Bulgarians. », Islam and Christian-Muslim Relations, Vol. 12, N°3, p.303-316.
  • Georgieva T. 1993. - « Une civilisation ethno-religieuse dans les Balkans. », Civilisations, Vol. XLII, N°2, p.161-174.
  • Gözler K. 1999. - « Les origines des Pomaks de Lofça d’après les Tahrir Defters ottomants : 1479-1579. », Turcica, N°31, p.35-66.
  • Hamp P. E. 1971. - « Deux fantômes de l’ethnogenèse balkanique », in L’ethnogenèse des peuples balkaniques, Académie bulgare des sciences : Sofia, p.249-269.
  • Huart Cl. 1913. - Bulgarie. In 1913. Encyclopédie de l’islam. Tome I. A-D. Leyde : E.J. Brill. p.804-805.
  • Liebich A. 1997. - Les minorités nationales en Europe centrale et orientale. Genève : Georg éd. L’Europe des Balkans : la Bulgarie. p.75-81.
  • Petrov P. 1986. - « La Russie, les États occidentaux et l’islamisation. » Bulgarie d’aujourd’hui, N°461, sans pagination.
  • Popovic A. 1985. - L’islam Balkanique : les musulmans du sud-est européen dans la période post-ottomane. Thèse pour le doctorat d’Etat : Université Aix-Marseille I. 3 vol. Vol I. 341p.
  • Popovic A. 1997. - Les medrese dans les Balkans : des premières innovations du milieu du XIXe siècle à nos jours. In Grandin N., Gaborieau M. (dir.). 1997. - Madrasa : la transmission du savoir dans le monde musulman. Paris : Arguments. p. 275-284
  • Popovic A. - « La situation des musulmans dans les Balkans depuis la chute du mur de Berlin. » Paris : L’institut pour la mémoire européenne. Document électronique : [2]
  • Popovic A. 1992. - « Représentation du passé et transmission de l’identité chez les musulmans des Balkans. », Revue du monde Musulman et de la Méditerranée, N°66, p.139-144.
  • Popovic A. 1995. - Pomaks. In 1995. Encyclopédie de l’islam. Tome VIII. Ned-Sam. Paris : Maisonneuve et Larose. p.330-334.
  • Ragaru N. 2001. - Islam et coexistences intercommunautaire en Bulgarie post-communiste. In Bougarel X. et Clayer N. 2001. - Le nouvel islam balkanique. Les musulmans, acteurs du post-communisme 1990-2000. Maisonneuve et Larose : Paris. p. 241-288.
  • Ragaru N. 2001. - « Quel islam en Bulgarie post-communiste ?. », Archives des sciences sociales des religions, N°115. p. 125-160.
  • Ragaru N. 2003. - « Les visages de l’islam en Bulgarie. », Regards sur l’Est. Musulmans des Balkans, musulmans d’Europe, N°34, non paginé.
  • Ragaru N. 1997-1998.- « Ali Eminov, Turkish and other Muslim minorities in Bulgaria, Hrust and co : Londres, 1997. » et « Valéri Stoianov, Tursko nacelenie vov Bulgaria mezdu polûcite na etniceskata politika, Lik : Sofia, 1998. », Cemoti, N°26. L’individu en Turquie et en Iran. Non paginé. Revue électronique : [3].
  • Ragaru N. 2001. - « “Rendre service” : politique et solidarités privées en Bulgarie post-communiste. », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, N°31, p.9-55.
  • Ragaru N. 1999. - « Recompositions identitaires chez les musulmans de Bulgarie : entre marqueurs ethniques et religieux. », Balkanologie, Vol III, N°1. p.121-145.
  • Tsibiridou F. 2000. - Les pomaks dans la Thrace grecque. Discours ethnique et pratiques socio-culturelles. L’Harmattan : Paris.
  • Valtchinova G. 2001. - « Communisme « orthodoxe » et changement religieux : leçons du terrain bulgare », Ethnologia balkanica, N°5 ; p.59-79.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :