Aroumains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le peuple aroumain. Pour la langue aroumaine, voir Aroumain.
Aroumains

Description de l'image Aromanian flag.svg.
Populations significatives par région
Drapeau de la Grèce Grèce 39 855 (1951)[1]
Drapeau de l'Albanie Albanie 8 266 (2011)[2]
Drapeau de la Roumanie Roumanie environ 28 600[3]
Drapeau de la Macédoine République de Macédoine 9 695 (2002)[4]
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 3 684 (2011)[5]
Drapeau de la Serbie Serbie 2 435 (2003)[6]
Population totale Environ 250 000[7]
Autres
Régions d’origine Balkans
Langues Aroumain
Religions Orthodoxie
Ethnies liées Roumains et autres Latins
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de répartition

Les Aroumains, en aroumain Armãni (ou parfois Armãnii, Armãnji ou Rãmãnii selon les graphies) sont une population romanophone des Balkans. Appelés « Valaques » (Βλάχοι) par les Grecs, « Tchobans » (çoban) par les Albanais, « Tsintsars » (ou encore Tzantzar, Zinzares) par les Serbes[8] et « Machedons » ou « Macédo-Roumains » (Machedoni, Macedo-Români, Macedoneni) par les Roumains, les Aroumains sont généralement nommés « Vlasi », « Vlahi » ou « Vlaši » par les peuples slaves.

Étymologies[modifier | modifier le code]

Livre de grammaire aroumaine (en alphabet grec)

Selon les linguistes, tels Takis Papahagi, le « A » initial du nom « Armãni » n’est pas le « a » privatif du grec, comme dans la boutade aroumaine « comme notre nom l’indique, nous ne sommes pas des Roumains », mais une particularité phonologique de l’aroumain (« a » préposé au « r »). L’endonyme « Armãni » vient de Romanus avec cette particularité phonologique. Les exonymes « Βλάχοι », « Vlasi », « Vlahi » ou « Vlaši » dérivent tous de Walh, mot germanique désignant les non-germains. Koutso-Vlahoi est un surnom signifiant « Valaques boiteux » en grec, mais en fait, koutzo dérive soit de kuçuk (« petit » en turc, de la « Petite Valachie », par opposition à la « Grande Valachie », la Thessalie des XIIe et XIIIe siècles), soit de koç (« bélier » en turc, évoquant leurs occupations pastorales, selon Petre S. Năsturel). Zinzares dérive de Tsintsari (ceux qui prononcent Tsintsi = « cinq », avec des « ts » en aroumain au lieu de « č » dans les autres langues romanes orientales). Enfin Machedoni parfois rendu par « Makedons » ou « Macédo-Roumains » est un nom roumain (adopté par certains Aroumains) rappelant l’origine géographique d’une partie des Aroumains.

Il existe par ailleurs des dénominations erronées issues d’erreurs de traduction depuis l’anglais (« Wallachiens » de Wallachians ; ou « Vlaques » de Vlachs) ou depuis l’allemand (« Aroumounes » du barbarisme germanique Aromunen).

Il existe également des étymologies fantaisistes, certaines anciennes :

  • Armãnii relié à Ariani, désignant les premiers Indo-Européens (théorie protochroniste apparentée à celles d’Alfred Rosenberg) ;
  • Koutso-Vlahoi relié à leur démarche de montagnards (théorie apparentée à celle du dahu) ;
  • Machedons ou Macédo-Roumains relié aux Macédoniens antiques, dont les Aroumains seraient les seuls descendants, latinisés[9];
  • Βλάχοι (Vlachs) relié à un général romain ficitif, Blaccus ;
  • Zinzares signifiant « les enfants (sin en slave) du tsar » ;
  • Zinzares (semblable au roumain țânțari = « moustiques ») relié à leur prononciation, que les Grecs, au milieu desquels ils vivent, compareraient au bourdonnement des insectes (François Lenormant dans la Revue orientale et américaine, v. IX-1865, p. 243).

Ces versions, véhiculées par des publications parfois liées aux mouvements nationalistes européens, peuvent ponctuellement séduire au sein de cette communauté minoritaire, peu connue, et dont la langue a du mal à se maintenir.

Histoire[modifier | modifier le code]

Regnum Bulgarorum et Blachorum aux XIIe et XIIIe siècles.
Carte de 1886 montrant les zones où fonctionnaient des écoles aroumaines dans l'Empire ottoman
Stèles valaques des XIIe et XVIe siècles d'Herzégovine
Parlers de l’aroumain :
  •      aroumain: F – parlers fãrsherot et muzaquien ; M – parler moscopolitain ; B – parlers mulovichtéen et albien ; P – parlers metsovoniote et olympiote ; G – parler gramoshtène
  •      mégléno-roumain

Au IXe siècle les Thraco-Romains, devenus minoritaires au milieu des Slaves, se sont divisés en quatre groupes : les Roumains (installés dans le bassin du bas-Danube), les Méglénites ou Moglénites (en Macédoine à l’ouest de l’Axios/Vardar), les Istriens en Istrie, et les Aroumains en Macédoine et dans le nord-ouest de la Grèce. En général, on admet que les Aroumains sont apparus au sud du Danube : la plupart des linguistes roumains considèrent que c’est dans la région située autour de l’Haemos (Stara Planina ou Grand Balkan actuel) au contact direct de la ligne Jireček, c’est-à-dire de la langue grecque[10], alors que d’autres[11] soutiennent qu’il s’agit, du moins en partie, de Thraces d’abord hellénisés dans la région du Pinde et dans le sud de l’Albanie, puis romanisés. Quoi qu’il en soit, nous avons cinq certitudes :

La première attestation documentaire de la langue aroumaine remonte à l’an 630 : dans ses Histoires, Théophylacte Simocatta cite les mots « τóρνα, τóρνα » [torna, torna] dans le contexte d'une marche militaire byzantine contre les Avars au cours de l’année 587, menée par le général Comentiolus, dans les monts Haemos (l'actuel Grand Balkan); deux siècles après Théophylacte, un autre chroniqueur byzantin, Théophane le Confesseur raconte la même histoire dans sa Chronographie (vers 810–814) citant les mots : « τόρνα, τόρνα, φράτρε » [« torna, torna fratre » : « retourne-toi, frère »][12]. Mais, pour la plupart des linguistes, il ne s’agit pas encore d'aroumain, mais de proto-roumain. La première attestation documentaire d’un patronyme aroumain remonte à 1094 : selon Anne Comnène, lorsque les Coumans attaquent l’Empire byzantin, le valaque Pudilã vint à Constantinople avertir l’empereur que les barbares étaient en train de passer les monts Haemos. La deuxième attestation documentaire de la langue, cette fois clairement aroumaine, remonte à 1156 : c’est le nom de personne Tsintsiloukis, interprété comme provenant de tsintsi louki (« cinq loups »).

En 1018, au terme d’une guerre longue et sanglante, l’empereur grec Basile II parvient à reconquérir la péninsule des Balkans en soumettant la Bulgarie et la Serbie. Cela provoque de grands déplacements de populations, et notamment des Valaques de ces pays qui se dispersent : une partie d’entre eux migre vers la Transylvanie où ils grossissent les rangs de ceux qui s'y trouvaient déjà[13].

Lors de la fondation du premier Empire bulgare, la plupart des Valaques, ainsi que les Slaves des Balkans orientaux et les Grecs des côtes de la Mer Noire, se retrouvent au sein de ce nouvel état, qui adopte leur religion (chrétienne orthodoxe) en 864. Le chroniqueur byzantin Kedrenos est le premier à employer le terme de Valaques quand il raconte l’assassinat par ceux-ci du frère du tsar bulgare Samuel, en 976. Auparavant, les Byzantins n’utilisaient pas de terme spécifique pour les désigner, mais les incluaient dans le terme générique de Ῥωμαίοι (« Romains ») donné à tous les habitants aborigènes de l’ancienne Ῥωμανία (l’Empire), y compris hellénophones ou albanophones[14].

Avant la Roumanie moderne, la seule formation politique d’envergure montrant une participation des Valaques, est le Regnum Bulgarorum et Blachorum (« Royaume des Bulgares et des Valaques », 1186-1280)[15]. Quoi qu'occultée par l'historiographie moderne, cette participation est même centrale, car cet État médiéval des Balkans est issu de plusieurs révoltes des « Valaques » (comme l’on appelait alors les ancêtres des Aroumains) aux XIIe et XIIIe siècles, entre 1180 et 1186[16] et les sources occidentales (chancellerie du pape Innocent III, Geoffroi de Villehardouin et Robert de Clari) nomment ses souverains Regnum Bulgarorum et Blachorum[17] (« roi des Bulgares et des Valaques », Amirãria Vlaho-Vãryarã en aroumain)[18], même si l’historiographie moderne le désigne comme « Second Empire bulgare »[19].

Familles médiévales des Valaques (Aroumains) d'Herzégovine[20]

Le Regnum Bulgarorum et Blachorum se fragmente au début du XIVe siècle en plusieurs états (tzarats de Vidin et de Tarnovo, joupanats de Macédoine, voïvodat de Valachie, despotat de Dobroudja) qui subissent à tour de rôle les coups de butoir de l’Empire ottoman. Une partie des Valaques, suivant leurs voies traditionnelles de transhumance et de commerce, quittent alors le centre des Balkans :

Pitu Guli, héros des valaques (aroumains) et des macédoniens (m. 1903)

Contrairement à ceux de Valachie, Moldavie et Transylvanie (les Roumains), les Valaques des Balkans n’ont plus d’histoire politique après 1280 : ils vivront en bergers, cultivateurs et commerçants au sein des états grecs, serbes ou bulgares, puis de l’Empire ottoman. Une minorité d’entre eux, quelques villages de Mégléniotes, s’est d’ailleurs convertie à l’islam. Présents en Macédoine, Thessalie et Épire au temps de l’Empire ottoman, les Aroumains vécurent de pastoralisme et de commerce. Certains firent fortune dans le commerce international au XIXe siècle et devinrent des philanthropes[25] tels Evángelos Záppas ou Georges Averoff (voir la liste de personnalités).

Le nombre d’Aroumains vivant sous souveraineté grecque a très fortement augmenté à la suite du rattachement de la Thessalie en 1881 puis de l’Épire et de la Macédoine à la Grèce en 1913. Leur spécificité linguistique a été officiellement reconnue par un des gouvernements d’Elefthérios Venizélos dans les années 1920. Entre les deux guerres mondiales, les Aroumains ne pouvaient être scolarisés qu’en grec (dans les écoles publiques grecques) ou en roumain (dans le réseau d’écoles financé par la Roumanie).

Pendant les deux guerres mondiales, Italie et Roumanie tentèrent, vainement, d’instrumentaliser les Aroumains à travers le projet, qui ne se concrétisa pas, d’une « principauté du Pinde », qualifiée par les intéressés de « sinistre pantalonnade » (cela aurait été un État fantoche à cheval sur l’Épire orientale, la Macédoine-Occidentale et quelques arrondissements voisins du nord-ouest de la Thessalie)[26]. Plus grave, alors que la Roumanie était devenue fasciste, le réseau scolaire roumain a parfois servi à véhiculer les idées de la Garde de fer, ce qui a abouti à constituer la « légion Diamandi-Matoussis », une troupe de quelques dizaines d’hommes qui sillonna les montagnes pour tenter de rallier les Aroumains à ce projet. Ceux-ci ne répondirent pas à ces avances, et nombreux furent ceux qui s’engagèrent dans le mouvement de résistance EAM ; ils ne se laissèrent pas davantage séduire pendant la guerre civile grecque (1946-49) par les émissaires roumains du Kominform qui leur promettaient une région autonome sur le modèle soviétique[25]. La Roumanie cessa de financer les écoles aroumaines en 1945.

Les Aroumains au XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui les Aroumains sont, majoritairement, en voie d’intégration/acculturation (selon les points de vue), non seulement en Grèce, mais dans tous les pays où ils sont présents, y compris en Roumanie[25]. La langue aroumaine, cependant, se maintient : c’est l’excédent démographique qui est absorbé par le processus d’intégration. Les nombreux mariages mixtes y contribuent. Les Aroumains sont considérés en Grèce comme des Grecs de langue romane[25] et en Roumanie comme des Roumains. Les deux États considèrent que l’intégration à la nation passe par l’uniformisation linguistique. Les principales spécificités des Aroumains se maintiennent surtout dans le domaine musical et culinaire. Presque tous sont sédentarisés et ont donc perdu leur mode de vie pastoral où la transhumance jouait un rôle essentiel, mais ils entretiennent soigneusement leur mémoire[27], alors que les États dont ils sont les citoyens (Roumanie, Grèce, Bulgarie, Albanie ou Serbie) ignorent ou occultent leur existence (l’héritage « valaque » étant considéré comme « minime » par les historiens et les ethnographes de ces pays, souvent engagés dans une réappropriation de leur passé, surtout ancien, au profit des nations actuelles). Face à cette occultation, certains Aroumains réagissent fortement : d’aucuns, comme ceux regroupés autour de l’association « Bana armãneascã »[28] affirment être les descendants directs des anciens macédoniens, arborent le Soleil de Vergina comme emblème et militent pour être reconnus comme minorité nationale « macédo-romane » dans tous les pays où ils vivent, Roumanie incluse ; d’autres, comme ceux regroupés autour de l’association « Tra Armãnami »[29] affirment être des « Roumains hors-frontières », se considèrent comme Roumains en Roumanie et c’est en tant que Roumains qu’ils réclament d’être reconnus dans les autres pays où ils vivent. Ces réactions extrêmes ne concernent cependant qu’une minorité d’entre eux.

Selon ces nationalistes, les bergers nomades « Saracatsanes », bien qu’hellénophones et vivant jadis du vol de bétail au détriment des Aroumains, seraient eux aussi des Aroumains (sarac, en aroumain/roumain signifiant pauvre, mais cette étymologie est discutée).

« Capitales » culturelles et drapeaux des Aroumains[modifier | modifier le code]

La principale « capitale » culturelle des Aroumains est Samarina, en Grèce, dans la nome de Grevena, en Macédoine-Occidentale, où un rassemblement international a lieu dans la semaine du 15 août de chaque année, comportant des colloques et symposii culturels, scientifiques ou politiques, des présentations de mets, vins, laines, tissages, danses, musiques, pièces de théâtre et films, des expositions d’œuvres d’art, des forums d’affaires. Un important centre économique est Metsovo, dans la nome de Ioannina. Deux autres capitales culturelles sont les villes de Crushova, en république de Macédoine, où l’aroumain est la seconde langue officielle de la commune, et Constanța, en Roumanie, où de nombreuses manifestations culturelles aroumaines ont lieu et où fonctionnent des maisons d’édition.

Différents drapeaux sans caractère officiel ont été arborés lors de ces manifestations, dont certains « macédonisants » (figurant le soleil de Vergina sur fond blanc ou rouge) ou « roumanisants » (intégrant des éléments du drapeau de la Roumanie). Ces bannières font l’objet d’auto-dérision et de controverses parmi les Aroumains, qui rappelons-le, ne revendiquent ni autonomie territoriale, ni souveraineté. Le seul drapeau, bleu et blanc, sur lequel tous s’accordent, s’inspire des bannières traditionnelles des grandes familles aroumaines, jadis arborées lors des fêtes familiales telles que les noces ou baptêmes[30].

Personnalités aroumaines et d'origine aroumaine[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Trifon, Les Aroumains, un peuple qui s'en va, Paris : Non Lieu, 2013
  • (el) Μιχαήλ Χρυσοχόος, Βλάχοι και Κουτσόβλαχοι : Πραγματεία περί της καταγωγής και της προελεύσεως αυτών μετά δύο γεωγραφικών πινάκων, ενός τοπογραφικού του οροπεδίου Πολιτσιές και ετέρου γενικού της εγκαταστάσεως αυτών ανά τα όρη, Αθήνα, Αναστατικές εκδόσεις,‎ , 75 p. (ISBN 978-960-258-095-0)
  • Georges Prévélakis, Géopolitique de la Grèce, Complexe, Paris, 2006 (ISBN 2804800733)
  • Borislav Pekič (trad. Mireille Robin), La toison d'or : Premier registre, Marseille, Agone, (ISBN 978-2910846657)
  • Karl-Markus Gauss, La Nation disparue. Chez les Aroumains de Macédoine, in Voyages au bout de l'Europe, L'Esprit des péninsules, 2003 (trad. Valérie de Daran) (ISBN 2-84636-048-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. According to INTEREG - quoted by Eurominority « https://web.archive.org/web/20060703040707/http://www.eurominority.org/version/eng/index.asp »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), : Aromanians in Greece « https://web.archive.org/web/20050519194533/http://www.eurominority.org/version/eng/minority-detail.asp?id_alpha=1&id_minorites=gr-arom »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  2. « Albanian census 2011 » [PDF] (consulté le 9 août 2014)
  3. Joshua Project, « Country - Romania », Joshua Project (consulté le 9 août 2014)
  4. « Macedonia census 2002 » [PDF] (consulté le 9 août 2014)
  5. « 2011 Bulgaria Census », Censusresults.nsi.bg, (consulté le 9 août 2014)
  6. Књига 1, Становништво, национална или етничка припадност, подаци по насељима, Републички завод за статистику, Београд, фебруар 2003, (ISBN 86-84433-00-9)
  7. [1] Council of Europe Parliamentary Recommendation 1333(1997)
  8. C'est sous le nom de Zinzares que les Aroumains figurent dans la Nouvelle Géographie universelle (la Terre et les Hommes, tome 1, Paris, 1876, p. 64, 175, 183-184) d'Élisée Reclus.
  9. Théorie citée par Tom J. Winnifrith dans The Vlachs: history of a Balkan people, Londres : Duckworth, 1987.
  10. Gustav Weigand, Ovid Densusianu, Sextil Pușcariu, Alexandru Rosetti.
  11. Theodor Capidan, Takis Papahagi, et la plupart des linguistes grecs.
  12. Theophanis Chronographia, I, Anno 6079 (587), 14–19, éd. De Boor, Leipzig, 1883 ; cf. FHDR 1970, 604.
  13. Chroniques de Ioannès Skylitzès, 976, in : Petre Ș. Năsturel : Études d'Histoire médiévale, Inst. d'Histoire « Nicolae Iorga », vol. XVI, 1998, et T.J. Winnifruth : Badlands-Borderland, 2003, page 44, "Romanized Illyrians & Thracians, ancestors of the modern Vlachs", (ISBN 0-7156-3201-9).
  14. Cornelia Bodea, Ștefan Pascu, Liviu Constantinescu : România : Atlas Istorico-geografic, Académie roumaine 1996, (ISBN 973-27-0500-0), chap. II, "Repères".
  15. (en)Jean W. Sedlar, East Central Europe in the Middle Ages, 1000–1500 [« L’Europe Centrale et de l’Est au Moyen Âge »], University of Washington Press, 2011 (ISBN 0-295-97291-2), p. 404.
  16. Selon les récits d’Anne Comnène, Nicétas Choniatès et Jean Skylitzès dans (en) Averil Cameron, The Byzantines, Blackwell Publishing, (ISBN 978-1-4051-9833-2 et 1405198338, OCLC 429601392, LCCN 2010291662, présentation en ligne), p. 170, après avoir conquis la Bulgarie, le basileus byzantin Basile II permit à la noblesse bulgare et valaque de conserver ses privilèges et à l’archevêché d'Ohrid d’être autocéphale. Selon Anne Comnène, lorsque les Coumans attaquent l’Empire byzantin en 1094, le valaque Pudilă vint à Constantinople avertir l’empereur que les barbares étaient en train de passer les Monts Haemus et en 1166, le basileus, Manuel Comnène recruta ces mêmes valaques pour arrêter une invasion hongroise. Mais ultérieurement, sous le règne d’Isaac II Ange, l’accroissement des impôts, des corvées et de la conscription provoqua, selon Georges Cédrène, Anne Comnène, Nicétas Choniatès et Jean Skylitzès, plusieurs révoltes des Valaques des Balkans, menées successivement par Drăgaș, par Niculiță Delfinul (Νικουλιτζάς Δελφινάς dans les sources) puis, en 1185, par trois frères valaques : Asan, Ioaniţă Caloian et Petru Deleanu (Επανάσταση του Πέτρου Δελεάνου dans les sources. C'est de ces soulèvements valaques que naît le Regnum Bulgarorum et Valachorum : voir John V.A. Fine Jr., The Late Medieval Balkans, Ann Arbor publ., 1987 et Niketas Choniates, Nicetae Choniatae Historia, Bonn, 1835 ; Petre Ș. Năsturel : Études d'Histoire médiévale, Inst. d'Histoire "Nicolae Iorga", vol. XVI, 1998, et T.J. Winnifruth : Badlands-Borderland, 2003, page 44, Romanized Illyrians & Thracians, ancestors of the modern Vlachs, (ISBN 0-7156-3201-9)
  17. (en)Jean W. Sedlar, East Central Europe in the Middle Ages, 1000–1500 [« L’Europe Centrale et de l’Est au Moyen Âge »], University of Washington Press, 2011 (ISBN 0-295-97291-2), p. 404. Le terme de Regnum Bulgarorum et Blachorum est officiellement utilisé par les papes Innocent III en 1205 et Grégoire IX en 1232 dans leur correspondance avec le roi Caloian (1197-1207) à qui était attribué le titre rex Bulgarorum et Blachorum (« roi des Bulgares et des Valaques ») et avec Ioan Asan II (1218-1241), ainsi que dans les armoriaux de l’époque (par exemple le Wijnbergen cité par Nicolae Serban Tanasoca, « La signification historique du blason du Regnum Valachorum et Bulgarorum dans l'armoirial Wijnbergen », Annales de l'Inst. d'hist. et d'archéol. A.D. Xenopol, vol. 24, Iasi 1987. Geoffroi de Villehardouin (chapitres 78 et 79) et son contemporain Robert de Clari citent aussi « Joanisse, roi de Blaquie et de Bougrie », « Johans rois de Blaquie » (Villehardouin : ) ou encore « Jehans li Blakis », cités dans Historiens et Chroniqueurs du Moyen Âge, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, Paris 1952 : La Conquête de Constantinople, Chapitre LXXVIII.
  18. Tache Papahagi, (ro) Românii din punct de vedere istoric, cultural și politic (« Les roumains du point de vue historique, culturel et politique »), Bucarest 1915.
  19. L’historiographie moderne roumaine appelle cet État « Tsarat Valaquo-Bulgare » (Țaratul Vlaho-Bulgar 1186-1280, par exemple dans Constantin et Dinu C. Giurescu, (ro) Istoria românilor din cele mai vechi timpuri până astăzi - « Histoire des Roumains des plus anciens temps à nos jours » -, Bucarest 1975) du moins jusqu’au remplacement des dynastes valaques par des bulgares (soit de Ioan Asen III par Georges Ier). Cette distinction est purement conventionnelle en l’absence de toute statistique ethnique, alors que les nations modernes n’étaient pas encore définies et que les alliances et liens de parenté dans l’aristocratie bulgaro-valaque de boyards et de joupans rendent arbitraire toute attribution exclusive à l’une ou l’autre de ces origines. Mal étayée, l’historiographie roumaine n’est pas suivie dans cette voie par l’historiographie internationale. L’historiographie moderne bulgare n’est pas moins nationaliste (comme on peut le lire dans « Istoriya na Balgariya », tome 3, Sofia, 1973, p. 140 à 272) : elle nomme les révoltes valaques de Cédrène, Comnène, Choniatès et Skylitzès « Révoltes bulgares contre l’Empire byzantin (1040-1041) », occulte toute référence aux valaques et slavise a posteriori les noms des lieux, des personnages et des rois (par exemple en « Ivan Assen II » pour Joanisse roy de Blaquie et de Bougrie ou Ioaniţã Asenu en valaque). Chaque « camp » nationaliste s’évertue à nier ou relativiser le caractère composite et multiculturel de cet état (voir protochronisme et lire R. L. Wolff, (en) The Second Bulgarian Empire, its origin and history to 1204 Speculum 24, pp. 167-206, ed. Kroraina, Sofia 2008).
  20. Karl Kaser, Hirten Kämpfer Stammeshelden. Böhlau Verlag, Wien-Köln-Weimar, 1992, p. 153
  21. Victor Spinei, The Great Migrations in the East and South East of Europe from the Ninth to the Thirteenth Century, 2003, (ISBN 973-85894-5-2), p. 52 et Jean-Pierre Arrignon, Chronique de Nestor, Naissance des mondes russes, ed. Anacharsis, 2008, (ISBN 2-914777-19-1)
  22. Sur le plan linguistique le parler aujourd’hui slave des Valaques de Moravie, également influencé par les langues slovaque et tchèque, comprend un lexique latin surtout pastoral, d’origine daco-roumaine et non pas aroumaine, comme dans bača (roum. „baci”: berger), brynza (roum. „brânză”: fromage, mot passé aussi en slovaque et en tchèque), cap (roum. „țap”: bouc), domikát (roum. „dumicat”: produit laitier), galeta/geleta (roum. „găleată” : baratte), pirt’a (roum. „pârtie”, chemin de transhumance), kurnota (roum. „cornută”: cornue) ou murgaňa/murgaša (roum. „murgașă”: brebis noire) : c’est pourquoi les spécialistes tchèques supposent que ces valaques sont venus de Transylvanie du XVe siècle au XVIIe siècle (Jan Pavelka, Jiří Trezner (dir.): Příroda Valašska, Vsetín 2001, (ISBN 80-238-7892-1)).
  23. En raison des pétroglyphes des stèles, Marian Wenzel pense que les nécropoles médiévales de Bosnie (Romanija Planina) et Serbie (Stari Vlah) sont d’origine ethniquement valaque et, pour quelques-unes, religieusement bogomile : (en) Marian Wenzel, « Bosnian and Herzegovinian Tombstones-Who Made Them and Why? », Sudost-Forschungen,‎ , p. 102-143 et (en) Marian Wenzel, Romance and the King Tvrtko Graves, Bosnian History and Austro-Hungarian policy: some Medieval Belts, the Bogomil, Peristil,
  24. Apokaukos cité par Asterios Koukoudis, The Vlachs : Metropolis and Diaspora, éd. Zitros, Thessaloniki 2003, (ISBN 9789607760869) ; Théophane le Confesseur et Georges Cédrène cités par Nicolae Iorga, Teodor Capidan, Constantin Giurescu : Histoire des Roumains, ed. de l’Académie Roumaine
  25. a, b, c et d G. Prévélakis, Géopolitique de la Grèce., p. 38-39.
  26. Michele Rallo: (it) I “Regni-meteora” nell’Europa Orientale durante le guerre mondiali (“Storia del Novecento”, anno V, n. 89, septembre 2008).
  27. Thede Kahl History of the Vlachs, éd. Tritonic, Bucarest 2006
  28. « Bana armãneascã » sur
  29. « Tra Armãnami »
  30. * Eurominority.org