Kalmouks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le peuple kalmouk. Pour la langue kalmouke, voir Kalmouk.
Kalmoukes
Populations significatives par région
Drapeau de la Russie Russie 183 372 (2010)[1]
Drapeau de la Mongolie Mongolie 205 000 (2005)[2]
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 139 000[2]
Drapeau de l'Ukraine Ukraine 325[3]
Autres
Langues Kalmouk

Le terme Kalmouks (kalmouk cyrillique : Хальмгуд ; mongol : ᠬᠠᠯᠢᠮᠠᠭ
ᠬᠦᠮᠦᠨ
, VPMC : qalimag qümün, cyrillique : Халимаг хүн, MNSKhalimag khün) est le nom donné aux descendants de Mongols occidentaux, les Oïrats d'Asie centrale, qui migrent vers l'ouest au XVIIe siècle. Ils s'établissent alors en Russie, dans le bassin de la Volga, certains, musulmans, dans l'Oural d'où ils pillent par deux fois monastère Dalmatov au sud de Perm[4], d'autres, bouddhistes, aux alentours d'Astrakhan. La République de Kalmoukie est située au sein de la Fédération de Russie. Les Kalmouks, et plus généralement les Oïrats, sont parfois nommés Éleuthes (« libres ») dans les textes grecs du XVIIIe siècle.

Origine[modifier | modifier le code]

Détail de la Carte de Tartarie (1706), de Guillaume de L’Isle, montrant le Pays des Calmoucs
Kalmouk, par Ilia Répine

Après être devenus vassaux des Mongols en 1207, les Oïrats mènent une vie nomade dans les steppes de l'Altaï. Au XVe siècle, les tribus oïrates forment une puissante alliance connue sous le nom des « Quatre peuples Oïrats ». Parmi les principales tribus figurent les Choros, les Torguts et les Dörbets.

En 1616, mécontents du contrôle de l'alliance par les Choros, la plupart des Torguts et une partie des Dörbets migrent vers l'ouest. Ils s'installent alors dans le bassin de Volga.

En 1771, certains d'entre eux entreprennent un retour vers leurs territoires ancestraux. Ceux qui atteignent la Chine rejoignent ainsi les autres Oïrats. Ceux qui restent dans la région de la mer Caspienne se désignent alors sous le nom de Kalmyks (littéralement « ceux qui sont restés »)[5]. Les Kalmouks, soumis aux Tsars puis au régime soviétique, se sédentarisent lentement tout en entretenant leur culture et leur langue. Ceux de l'Oural se fondent parmi les Başkört et ceux de l'Altaï parmi les Kirghizes.

Au début du XXe siècle, de nombreux Kalmouks engagés dans l'armée des Russes blancs doivent fuir la Russie après la révolution de 1917. Des milliers d'entre eux, capturés par l'Armée rouge, sont tués pendant la guerre civile russe (1918-1920).

Désormais, les Kalmouks peuvent être divisés en trois sous-groupes ethniques : les Torgut, les Dörbets et les Bouzaves : ces derniers sont devenus chrétiens orthodoxes.

Parmi les exilés hors de Russie, quelques dizaines de milliers de Kalmouks ont aujourd'hui la nationalité française. Jean Djorkaeff, père de Youri Djorkaeff, est d'origine kalmouke. D'autres ont gagné les États-Unis. Enfin, une minorité kalmouke convertie à l'Islam vit au Kirghizstan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) Итоги ВПН 2010 Recensement russe de 2010, 2010
  2. a et b (en) Kalmyk-Oirat, in Gordon, Raymond G., Jr. (ed.), 2005. Ethnologue: Languages of the World, 15th edition. Dallas, Tex.: SIL International
  3. (uk)Composition nationale de la population, recensement ukrainien de 2001
  4. (en) Georg Michels, « Rescuing the Orthodox: The Church Policies of Archbishop Afanasii of Kholgmogory, 1682-1702 » in Geraci Robert P., Of Religion and Empire, Ithaca ; London : Cornell University Press, 2001, p. 19-37
  5. note  : dans l'alphabet cyrillique la lettre y se prononce "ou"

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]