Pierre Camou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Camou
Image dans Infobox.
Pierre Camou le 15 mai 2016.
Fonctions
Président
Fédération française de rugby
-
Vice-président
Fédération française de rugby
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
IspoureVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Sport
Équipe

Pierre Camou, né le à Uhart-Cize et mort le à Ispoure, est un dirigeant sportif français.

Il devient le 12e président de la Fédération française de rugby (FFR) en [1] élu à l’unanimité par le Comité directeur de la FFR lors du congrès de Vannes. En décembre 2016, il cède sa fonction de président de la fédération à Bernard Laporte.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre Camou naît le [2] à Uhart-Cize, dans les Pyrénées-Atlantiques.

En 1963, il crée, avec son frère aîné Jean-Gabriel, futur maire d’Uhart-Cize de 1999 à 2014, puis joue à l'US Garazi[3]. Il évolue au poste de pilier avant de devenir président du club. Il est notamment président lors de la montée en groupe B2 en 1993[4]. Il poursuit ensuite des études de droit et d’économie à Bordeaux, où il fréquente les cinémas d’art et d’essai, et fait la rencontre de Bernard Lapasset[3].

En 1972, sollicité par le maire de son village, Léon Inchauspé, il intègre la banque Inchauspé, à Bayonne, où il fera carrière, jusqu’à prendre sa direction générale[3]. Il prend sa retraite en 2003[4]. Il est également trésorier du comité de Côte basque-Landes de 1976 à 1996 puis président de 1996 à 2008[4].

Il est membre du bureau de la FFR de 1995 à 2016. Tout d'abord trésorier-adjoint de 1996 à 2000[4] puis vice-président de 2000 à , responsable du marketing puis du Centre national du rugby de Linas-Marcoussis, il assure de juillet à décembre la présidence par intérim de la FFR en remplacement de Bernard Lapasset, démissionnaire pour assumer la fonction de président de l'International Rugby Board[1]. Il est élu président à l’unanimité par le Comité directeur de la FFR lors du congrès de Vannes en pour un mandat de 4 ans.

Il annonce en qu'il briguera un deuxième mandat à la tête de la FFR[5]. La construction d'un grand stade consacré au rugby à XV sera le projet phare de ce second mandat. La convention entre la Fédération et le Stade de France prenant fin en 2013. Seul candidat, il est réélu en , pour un deuxième mandat.

Ses deux mandats de 2008 à 2016 sont marqués par la croissance du rugby hexagonal : + 10 % de clubs, + 24 % de licenciés masculins et surtout + 102 % de licenciées féminines. Pierre Camou œuvre en gestionnaire d’une entreprise lucrative, la FFR se hissant parmi les plus riches fédérations sportives françaises[6].

Il annonce en qu'il est de nouveau candidat pour la présidence de la FFR, pour un troisième mandat[7]. Contrairement aux deux précédentes élections, il n'est pas le seul candidat, Bernard Laporte et Alain Doucet, secrétaire général de la FFR, se sont eux aussi déclarés candidats[8]. Pierre Salviac, initialement candidat, retire sa candidature le [9]. Serge Blanco, Sandrine Agricole, Fabien Pelous, Jo Maso et Didier Mené sont notamment des membres de la liste qu'il conduit[10]. Lors de l'élection du nouveau comité directeur, le , la liste menée par Bernard Laporte obtient 52,6 % des voix, soit 29 sièges, contre 35,28 % des voix pour Pierre Camou (6 sièges) et 12,16 % pour Alain Doucet (2 sièges). Pierre Camou conserve sa place au comité directeur mais c'est Bernard Laporte qui est élu à la présidence de la fédération française de rugby[11].

Il meurt le à Ispoure des suites d'une longue maladie[12].

Le , le terrain d'honneur du Centre national du rugby est rebaptisé stade Pierre-Camou en hommage à l'ancien président de la FFR[13]. En , le stade de l’Étang-Neuf de Marcoussis est également renommé en stade Pierre-Camou par la ville[14].

Désignation des sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Durant son mandat à la tête de la Fédération française de rugby, il a le rôle de désigner les sélectionneurs du XV de France.

2011[modifier | modifier le code]

En 2011, il choisit tout d'abord Guy Novès mais le toulousain refuse de prendre la tête de l'équipe de France et préfère rester à Toulouse pour des raisons personnelles. Il décide alors de nommer Philippe Saint-André[15]. L'entraîneur du RC Toulon est préféré à Fabien Galthié et Patrice Lagisquet pour sa longue expérience, notamment en Angleterre : il a entraîné successivement Gloucester, Bourgoin, Sale et Toulon, et son palmarès : en tant qu'entraîneur il a gagné le Championnat d'Angleterre et le Challenge Européen et a été élu Meilleur entraîneur d'Angleterre en 2006. Philippe Saint-André choisit Yannick Bru et Patrice Lagisquet comme adjoints[16].

2015[modifier | modifier le code]

En 2011, Pierre Camou choisit de changer le mode de désignation du sélectionneur. En effet, il constitue une commission de nomination du futur sélectionneur. Elle est présidée par Pierre Camou (président de la FFR) et comprend Serge Blanco (vice-président chargé du secteur professionnel), Jean Dunyach (responsable du haut niveau), Jean-Claude Skrela (manager de France 7 et ancien DTN), Jo Maso (chargé de la communication et manager du XV de France de 1995 à 2011), Jean-Pierre Lux (ancien international et ex-président de l’ERC) et Didier Retière (actuel DTN et ancien entraîneur des avants du XV de France)[17]. Cette commission lance un appel à candidature pour ce poste le [18]. Les candidats doivent adresser leur lettre de motivation qui comporte leur projet de jeu et leur projet de staff technique par lettre recommandée avec avis de réception avant le samedi (date limite) à Monsieur le Président de la Fédération Française de Rugby.

La Fédération française de Rugby reçoit 66 candidatures mais la commission en sélectionne que 8 pour les auditionner[17]. On sait notamment que Fabien Galthié, Raphaël Ibanez, Fabrice Landreau, Guy Novès et Clive Woodward font partie des 8 coachs auditionnés[19]. La commission décide finalement de confier le poste à Guy Novès, qui contrairement à 2011 accepte le poste[20]. Guy Novès choisit Yannick Bru et Jean-Frédéric Dubois comme adjoints[21].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Emmanuel Quintin, « Pierre Camou sans surprise », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le ).
  2. Stéphane Colineau, « Pierre Camou, le Basque bâtissant », sur lejdd.fr, Le Journal du dimanche, .
  3. a b et c Stéphane Colineau, « Pierre Camou, le Basque bâtissant », sur www.lejdd.fr, Le journal du dimanche, (consulté le ).
  4. a b c et d Jean-Louis Laffitte, « Pierre Camou, futur président de la FFR, et la révolution culturelle », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  5. « Camou sera candidat en 2012 », sur www2.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).
  6. Guillaume Bonthoux, « Elections à la FFR, les coulisses et les hommes », sur lefigaro.fr, Le Figaro (consulté le ).
  7. « Camou candidat à sa succession », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).
  8. « FFR : la liste Doucet rencontre Camou et Blanco », sur www.laprovence.com, La Provence, (consulté le ).
  9. « Pierre Salviac retire sa candidature à la présidence de la Fédération française de rugby », sur www.lequipe.fr, L'Equipe, (consulté le ).
  10. « Le Club Notre Famille », sur Pierre Camou Élections FFR 2016/2020, Facebook, (consulté le ).
  11. « Elections FFR : Bernard Laporte est le nouveau président de la Fédération », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le ).
  12. « Pierre Camou, ancien président de la Fédération française de rugby, est mort », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).
  13. Sylvain Labbe, « Laporte inaugure le stade Pierre-Camou à Marcoussis (vidéo) », sur www.sports.fr, (consulté le )
  14. Valérie Menut, « Rugby : bientôt un 2e stade Pierre Camou », sur www.francebleu.fr, France Bleu Pays basque, (consulté le )
  15. « XV de France: Philippe Saint-André succèdera à Lièvremont après le Mondial », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  16. « XV de France : Saint-André dévoile son staff, Dusautoir confirmé capitaine », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le ).
  17. a et b « XV de France : 66 candidats au poste de sélectionneur ! », sur www.lequipe.fr, Europe 1, (consulté le ).
  18. « Appel à candidature pour le futur manager - sélectionneur de l'équipe de France », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).
  19. « XV de France. Qui sera le prochain sélectionneur ? », sur www.ouest-france.fr, Ouest France, (consulté le ).
  20. « XV de France: Novès officiellement nommé sélectionneur », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  21. « Novès, prochain manager du XV de France », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le ).
  22. Décret du 2 avril 2010 portant promotion et nomination

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :