Camille Lopez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camille Lopez
Description de l'image USO - ASM - 20150905 - Camille Lopez.jpg.
Fiche d'identité
Naissance (28 ans)
à Oloron-Sainte-Marie (France)
Taille 1,75 m (5 9)
Position Demi d'ouverture
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
2008-2009
2009-2013
2013-2014
2014-
SA Mauléon
Union Bordeaux Bègles
USA Perpignan
ASM Clermont
20 (252)[1]
86 (513)[1]
13 (23)[1]
73 (446)[1]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2013- Drapeau : France France 16 (139)[2]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 27 mai 2017.

Camille Lopez, né le à Oloron-Sainte-Marie, est un joueur international français de rugby à XV qui joue au poste de demi d'ouverture au sein de l'ASM Clermont Auvergne, après avoir joué pour le SA Mauléon, l'Union Bordeaux Bègles et l'USA Perpignan.

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Basque, il naît à Oloron-Sainte-Marie, en Béarn, le 3 avril 1989[3]. Enfant, il vit à une vingtaine de kilomètres de là, à Chéraute, commune basque où se trouve le stade Marius-Rodrigo du SA Mauléon. C'est là que joue son frère Sébastien, de quatre ans son aîné, et c'est là qu'il découvre le rugby à l'âge de six ans[4]. Avec Mauléon, il est champion de France cadets Teulière en 2006, puis champion de France juniors Balandrade en 2007[5]. Attaché à son club, il décline diverses propositions (Section paloise, US Dax, pôles espoir du Stade toulousain et de l'Aviron bayonnais) jusqu'en 2009[4]. Durant la saison 2008-2009, il joue trois-quarts centre dans l'équipe première de Mauléon, en Fédérale 1[6].

Au printemps 2009, il est repéré par Vincent Etcheto et Laurent Marti, entraîneur et président de l'Union Bordeaux Bègles, club évoluant alors en Pro D2. Lopez a « des appuis, dit Etcheto, un bon pied gauche, du caractère, mais pas le physique[4] » : il accuse en effet 96 kg pour 1,75 m. Il signe à l'UBB. Là, sous la houlette du préparateur physique Ludovic Loustau, il perd une dizaine de kilos en un an, pour se stabiliser à 86 kg[3]. C'est dans ce nouveau club qu'il va s'imposer à l'ouverture[7]. Durant la saison 2009-2010, il joue en espoirs[3]. Il intègre l'équipe première la saison suivante, et participe à la montée en Top 14 en 2011[8].

Progression et affirmation[modifier | modifier le code]

En juin 2012, il participe à la tournée des Barbarians français au Japon pour jouer deux matchs contre l'équipe nationale nippone à Tokyo[9]. Les Baa-Baas l'emportent 40 à 21 puis 51 à 18. En novembre 2012, il est de nouveau sélectionné avec les Barbarians français pour affronter le Japon au Stade Océane du Havre[10]. Les Baa-Baas l'emportent 65 à 41.

Après quatre saisons passées à l'UBB, il s'engage avec l'USA Perpignan en 2013. Le 8 juin, à l'Eden Park d'Auckland, il est titulaire pour la première fois en équipe de France, contre les All Blacks[11]. Avec l'USAP, il ne joue que treize matchs, car il est victime le 17 décembre d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit[12]. À la suite de la relégation de son club en Pro D2 pour la saison 2014-2015, Camille Lopez signe un contrat de 3 ans en faveur de l'ASM Clermont Auvergne. Il déclare avant tout qu'il est là « pour progresser »[13].

Camille Lopez, à l'entrainement, se préparant à tirer une pénalité sous le maillot de l'ASM Clermont.

À Clermont et au XV de France[modifier | modifier le code]

Il connaît sa première titularisation dans un match opposant l'ASM au CA Brive (victoire des auvergnats 6-21). Dans un match de Top 14 contre le Stade rochelais, il inscrit son premier essai sous le maillot jaune et bleu. Auteur de bonnes prestations, il devient un titulaire indiscutable au point d'éclipser l'ouvreur emblématique Brock James[14]. D'ailleurs, il sera titulaire lors des 6 matchs de phase de poules de la Coupe d'Europe 2015. Ses bons matchs avec l'ASM lui permettent de retrouver l'équipe de France pour laquelle il n'avait plus joué depuis le 22 juin 2013. Ainsi, lors de la tournée de novembre, Camille Lopez se retrouve titulaire pour le premier match contre les Fidji, associé au toulonnais Sébastien Tillous-Borde à la charnière[15]. Durant ce match, il se distingue notamment par ses 13 points au pied et par sa diagonale au pied à l'origine du premier essai français. Lors du deuxième test-match contre l'Australie, il est de nouveau titulaire au poste de demi d'ouverture. Pendant la rencontre il inscrit 16 points (4 pénalités et 2 transformations, à 6/7 dans ses tentatives) pour une victoire de prestige 29-26 contre les Wallabies. Les Bleus disputent un dernier test-match contre l'Argentine. Camille Lopez y est de nouveaux titulaire mais ne peut éviter la défaite de son équipe 13-18.

Lors du premier match du Tournoi des Six Nations contre l'Écosse, il est titulaire à l'ouverture aux côtés de Rory Kockott et contribue au succès français (15-8) en inscrivant 15 points (5 pénalités). Il est d'ailleurs élu homme du match[16].Contre l'Irlande lors de la deuxième journée, il inscrit 6 points mais rate deux coups de pied (1 pénalité et 1 transformation). Globalement, sur ce match, il ne se montre pas très à son avantage, alternant les mauvais choix et les passes et coups de pieds mal ajustés[17]. La France s'incline finalement 18-11[18]. Il réalise de nouveau un match assez médiocre contre le Pays de Galles, avec un jeu au pied déficient (deux tirs au but ratés), une pénalité concédée et 3 plaquages ratés pour une défaite 13-20[19]. Malgré ces mauvais matchs, il conserve sa place de titulaire pour le match face à l'Italie, s'appuyant sur la confiance de Philippe Saint-André et du staff[20]. Il joue une mi-temps où il inscrit 2 pénalités avant de se blesser au genou et d'être remplacé par Jules Plisson. À l'approche du Crunch, il décide de déclarer forfait pour mettre au repos son genou blessé (une blessure évaluée à 4 à 6 semaines d'indisponibilité par le staff médical de l'ASM). Philippe Saint-André remet en question sa décision, expliquant que le staff médical de l'Équipe de France l'avait décrété apte à jouer. Finalement, la confiance que vouait le sélectionneur à son joueur se brouille[21]. D'ailleurs, Camille Lopez n’apparaît pas dans la liste des 36 pré-sélectionnés pour la Coupe du monde[22].

Le tournoi fini, Camille Lopez retrouve son club pour disputer le top 14 et les phases finales de l'European Rugby Champions Cup. Il fait son retour lors de la 23e journée de Top 14 contre le Castres olympique, associé à Morgan Parra à la charnière. Il dispute la finale d'European Rugby Champions Cup contre le RC Toulon, profitant du forfait de dernière minute de Brock James[23]. Il inscrit 2 pénalités et 1 transformation dans le match mais ne peut éviter la défaite de son équipe 18-24. Camille Lopez joue ensuite deux autres matchs de Top 14 avant de se blesser. Globalement, ses matchs sont assez décevant au vu de ceux de sa première moitié de saison. Son jeu au pied est déficient et il n'a plus la même influence dans le jeu[réf. nécessaire]. Il retrouve les terrains pour la demi-finale de Top 14 contre le Stade toulousain, match gagné 18-14. En finale contre le Stade français, il est titulaire et inscrit 3 points (1 pénalité) après deux coups de pied ratés de Morgan Parra. Toutefois, son équipe s'incline à nouveau sur le score de 6-12, perdant sa deuxième finale de la saison.

Non retenu pour la Coupe du monde de rugby 2015, Camille Lopez réalise un bon début de saison avec l'ASM[24]. Titulaire régulier en Top 14 comme en Coupe d'Europe où il débute les 6 matchs disputés par son équipe, il s'impose comme l'ouvreur n°1 de son club. Il termine sa saison avec 156 points marqués en 26 matchs disputés.

En 2016, il est conforté au poste d'ouvreur après le départ de Brock James à La Rochelle. Au mois d'août de la même année, il signe une prolongation de contrat avec l'ASM Clermont Auvergne pour trois années supplémentaires, le liant au club auvergnat jusqu'en juin 2020[25]. Auteur d'un bon début de saison 2016-2017 sous le maillot clermontois, l'ouvreur est rappelé en équipe de France dans le cadre des test-matchs de novembre par le nouveau sélectionneur Guy Novès afin de pallier l'absence de François Trinh-Duc, blessé lors du premier match[26]. Remplaçant face à l'Australie lors du deuxième test match, il dispute les 20 dernières minutes de la rencontre. En fin de match, alors que le score est de 23-25 en faveur des Wallabies, il rate le drop de la victoire[27]. Il effectue le troisième match de la tournée de novembre face aux All Blacks où l'équipe de France s'incline 24 à 19. Il est appelé pour le Tournoi des Six Nations 2017 et participe au premier match face à l'Angleterre, l'équipe de France s'inclinant à nouveau de peu 19 à 16. La semaine suivante, il inscrit 17 des 22 points de la France contre l'Écosse pour une victoire difficile 22-16. Lors du troisième match du tournoi, face à l'Irlande, il inscrit 9 points au pied mais ne peut éviter la défaite de son équipe 19-9. Le sélectionneur lui renouvelle néanmoins sa confiance pour les deux derniers matchs, faisant ainsi de son association avec Baptiste Serin la seule charnière titulaire du XV de France sur ce tournoi[28]. À l'issue du tournoi, il totalise 67 points marqués (17 pénalités, 8 transformations, 89 % de réussite) faisant de lui le meilleur réalisateur de la compétition. Le dernier Français à avoir réalisé cette performance était Gérald Merceron en 2002. Il est par ailleurs nommé pour le titre de meilleur joueur du tournoi aux côtés de son compatriote Louis Picamoles[29] et fini 11e à l'issue du vote[30]. Le tournoi fini, il dispute avec Clermont le quart de finale de Coupe d'Europe remporté 29-9 contre le RC Toulon et se distingue en inscrivant un drop. En demi-finale contre le Leinster, il réalise à nouveau un très bon match en inscrivant deux drops décisifs pour une victoire historique de l'ASM 27-22[31]. Il perd cependant la finale contre les Saracens (28-17). L'ouvreur est par ailleurs nommé pour le prix du joueur européen de l'année[32] mais la récompense est finalement attribuée à Owen Farrell[33]. Il dispute ensuite la demi-finale de Top 14 avec l'ASM contre le Racing 92 et se montre décisif en inscrivant deux essais. Une semaine plus tard, il devient champion de France pour la première fois à la suite de la victoire de son club 22-16 en finale contre le RC Toulon, symbolisant une saison aboutie[34].

En juin 2017, l'encadrement du XV de France l'intègre dans la liste Élite des joueurs protégés par la convention FFR/LNR pour la saison 2017-2018[35].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

  • En équipe de France[2]:
    • 16 matches
    • sélections par année : 2 en 2013 (Nouvelle-Zélande 2 fois), 3 en 2014 (Fidji, Australie, Argentine), 4 en 2015 (Écosse, Irlande, Pays de Galles, Italie), 2 en 2016 (Australie, Nouvelle-Zélande) et 5 en 2017 (Angleterre, Écosse, Irlande, Italie et Écosse au 19 mars 2017).
    • 139 points marqués (37 pénalités, 14 transformations)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Camille Lopez », sur www.itsrugby.fr (consulté le 12 février 2017)
  2. a et b (en) « Fiche de Camille Lopez », sur ESPNscrum (consulté le 12 février 2017).
  3. a, b et c Valérie Huck, « Camille Lopez, le Basque de sept lieues », sur lindependant.fr, 25 octobre 2013.
  4. a, b et c Arnaud David, « Camille Lopez voulait jouer à Mauléon », sur sudouest.fr, 20 avril 2013.
  5. Arnaud Coudry, « Camille Lopez, une trajectoire en accéléré », sur sport24.lefigaro.fr, 6 juin 2013.
  6. Romain Baheux, « Camille Lopez, bien plus qu'un espoir », sur 20minutes.fr, 21 mars 2012.
  7. « Camille Lopez : l'ouverture sur l'avenir », sur ladepeche.fr, 7 mars 2013.
  8. Maxime Rouquié, « Bordeaux gagne son billet pour le Top 14 », sur lerugbynistere.fr, 24 mai 2011.
  9. « Daan Human forfait pour la tournée des Barbarians au Japon », sur www.lerugbynistere.fr, (consulté le 26 novembre 2016)
  10. « La composition du XV des Barbarians Français contre le Japon », sur www.lerugbynistere.fr, (consulté le 24 novembre 2016)
  11. « XV de France : Lopez titulaire contre les Blacks », sur sports.fr, 6 juin 2013.
  12. « La nouvelle vie de Camille Lopez, ancien de L'USAP », sur lindependant.fr, 25 juillet 2014.
  13. Bertrand Lagacherie, « Lopez signe à Clermont », sur lequipe.fr, (consulté le 7 mai 2014)
  14. Bertrand Lagacherie, « Camille Lopez va-t-il éclipser Brock James? », sur lequipe.fr, (consulté le 14 décembre 2014)
  15. Fabrice Michelier, « France-Fidji (40-15) - La charnière a passé le crash test avec succès », sur rugbyrama.fr, (consulté le 9 novembre 2014)
  16. Clément Mazella, « France-Ecosse (15-8), homme du match - Lopez a tout pour être le 10 que les Bleus recherchent », sur rugbyrama.fr, (consulté le 9 février 2015)
  17. Clément Mazella, « Irlande-France (18-11), les notes - Maestri énorme, Papé et Chouly à la faute », sur rugbyrama.fr, (consulté le 16 février 2015)
  18. « Rugby : le XV de France s'incline en Irlande (18-11) », sur lemonde.fr, (consulté le 15 février 2015)
  19. Clément Mazella, « France-Galles (13-20), notes - Dusautoir a répondu présent, Chouly toujours pas », sur rugbyrama.fr, (consulté le 2 mars 2015)
  20. Vincent Péré-Lahaille, « Tournoi des 6 nations - XV de France: Camille Lopez, l’intouchable ? », sur rugbyrama.fr, (consulté le 14 mars 2015)
  21. Vincent Péré-Lahaille, « Tournoi des 6 nations, XV de France - Camille Lopez - Philippe Saint-André: une confiance brisée », sur rugbyrama.fr, (consulté le 20 mars 2015)
  22. Clément Mazella, « Coupe du monde 2015 - Saint-André n'a pas "sanctionné" Lopez, pourtant cela y ressemble bien... », sur rugbyrama.fr, (consulté le 21 mai 2015)
  23. Clément Mazella, « Clermont: James forfait pour la finale de Champions Cup », sur rugbyrama.fr, (consulté le 3 mai 2015)
  24. Julien Teiller, « Top 14 - Clermont: Lopez, le bon rebond », sur rugbyrama.fr, (consulté le 11 septembre 2015)
  25. « Top 14: Camille Lopez prolonge pour 3 ans avec Clermont », sur www.lamontagne.fr, La Montagne, (consulté en 3 sepembre 2016).
  26. Fabien Pomiès, « XV de France - Camille Lopez appelé pour la première fois par Novès avant l'Australie », sur rugbyrama.fr, (consulté le 15 novembre 2016)
  27. Vincent Péré-Lahaille, « France-Australie - Camille Lopez : "C’est mon entière responsabilité. Je m’en veux" », sur rugbyrama.fr,
  28. Fabien Pomiès, « XV de France : Une seule charnière durant tout le Tournoi, ce n'était plus arrivé depuis 2010. », sur rugbyrama.fr, (consulté le 19 mars 2017).
  29. Fabien Pomiès, « 6 Nations - Louis Picamoles et Camille Lopez nommés pour le titre de "Joueur du Tournoi". », sur rugbyrama.fr, (consulté le 20 mars 2017).
  30. Ivan Petros, « 6 NATIONS - Stuart Hogg conserve son titre de meilleur joueur du Tournoi, Louis Picamoles 3e », sur rugbyrama.fr, (consulté le 23 mars 2017).
  31. Alban Lagoutte, « Lopez, le drop facile », sur sports.fr, (consulté le 23 avril 2017).
  32. Sylvain Labbe, « Lopez et Nakaitaci nommés pour le joueur européen de l'année », sur sports.fr, (consulté le 21 mars 2017).
  33. Maxime Gil, « CHAMPIONS CUP - Owen Farrell (Saracens) élu meilleur joueur européen de la saison », sur rugbyrama.fr, (consulté le 14 mai 2017).
  34. AFP, « TOP 14 - Camille Lopez a définitivement pris une autre dimension », sur rugbyrama.fr, (consulté le 5 juin 2017).
  35. Maxime Gil, « Ntamack, Dupont, Penaud, Picamoles, Lopez... 6 sorties, 21 entrées : voici la nouvelle liste Élite », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 10 juin 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]