Porsche 919 Hybrid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Porsche 919 Hybrid
Porsche 919 Hybrid
La 919 Hybrid lors de sa présentation au Salon de Genève 2014.

Marque Drapeau : Allemagne Porsche
Années de production 2014 -
Classe Sport-Prototypes
Moteur et transmission
Énergie Hybride : essence / électrique
Moteur(s) - V4 essence 2,0 L
- moteur-générateur électrique
Position du moteur - thermique : centrale arrière
- électrique : avant
Cylindrée 2 000 cm3
Puissance maximale - V4 essence : ~ 500 ch
- moteur électrique : ~ 400 ch
Transmission Propulsion, intégrale avec l'électrique
Boîte de vitesses Boîte séquentielle 7 rapports, à commande hydraulique
Poids et performances
Poids à vide 870 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) LMP1
Châssis Cellule monocoque en aluminium et fibre de carbone
Freins Fibre de carbone
Dimensions
Longueur 4 650 mm
Largeur 1 900 mm
Hauteur 1 050 mm
Chronologie des modèles
Précédent Porsche 911 GT1

La Porsche 919 Hybrid est une voiture de course appartenant à la catégorie des Sport-Prototypes, développé par Porsche pour courir dans la catégorie LMP1-H du Championnat du monde d'endurance FIA à partir de la saison 2014. Engagée par l'équipe d'usine Porsche Team, elle a notamment permis à la marque de remporter les 24 Heures du Mans en 2015, ainsi que les titres pilotes et constructeurs de la même année, avec six victoires sur huit courses. Elle est actuellement engagée dans la saison 2016 du championnat.

Bien qu'ayant subi des modifications au cours de ses trois saisons de participation au Championnat du monde d'endurance, la solution technique reste essentiellement la même et repose sur l'association d'un moteur V4 essence turbocompressé placé sur le train arrière, et d'un moteur-générateur électrique sur le train avant. Deux systèmes de récupération d'énergie permettent de recharger les batteries : l'un grâce aux gaz d'échappement et l'autre grâce à l'énergie cinétique du freinage.

La 919 Hybrid est principalement en concurrence avec l'Audi R18 e-tron quattro, et la Toyota TS040 Hybrid (la Toyota TS050 Hybrid à partir de 2016).

Histoire[modifier | modifier le code]

Alexander Hitzinger, directeur technique du projet Porsche LMP1

Porsche décide en mai 2011 de participer au Championnat du monde d'endurance FIA, créé en 2012, et de faire son retour après de nombreuses années d'absence aux 24 Heures du Mans avec une équipe d’usine en LMP1[1]. Le constructeur profite alors du nouveau règlement de 2014 favorisant l'efficience énergétique[2] et laissant une grande latitude aux constructeurs quant à l'architecture à adopter. Aux manettes du management global du projet LM P1 se trouve Fritz Enzinger qui rejoint Porsche à partir de fin 2011, tandis qu'Alex Hitzinger (en) est à la tête de la partie ingénierie et qu'Andreas Seidl (de) dirige l'équipe de course[1]. L'équipe a dû être constituée à partir de zéro, dans le but annoncé de remporter rapidement les 24 Heures du Mans pour la 17e fois[1]. Alex Hitzinger, qui a précédemment travaillé en Formule 1 en tant qu'ingénieur chez Red Bull Racing et Scuderia Toro Rosso, est responsable du développement de la voiture[1].

Les choix techniques faits par l'équipe sont très différents de ses concurrents. En effet, si en 2014 Audi utilise un V6 diesel turbo de 4 L sur sa R18 e-tron quattro et Toyota un V8 essence atmosphérique de 3,7 L sur sa TS040 Hybrid, Porsche se tourne vers un V4 essence turbo de seulement 2 L[2]. Le directeur technique du team Porsche Alex Hitzinger justifie ce choix en expliquant que « par rapport à un 6 cylindres, un 4 cylindres offre un meilleur rendement énergétique », et qu'il est « plus facile à refroidir, plus léger et plus compact donc aisément implantable »[2]. De plus, ce moteur V4 dérive du V8 utilisé avec succès en catégorie LMP2 sur la RS Spyder. Il est associé à deux systèmes de récupération d'énergie : un ERS-K cinétique sur l'essieu avant récupérant l'énergie au freinage, et un ERS-H thermique fonctionnant avec une turbine située dans la ligne d'échappement[2]. Ainsi équipée, la 919 Hybrid s'inscrit pour sa première année en classe 6 MJ, comme la Toyota et contre 2 MJ seulement pour l'Audi.

La 919 Hybrid et la 919 RSR exposées sur un stand du salon avec une robe blanche et grise, un écran géant est visible derrière elles.
La 919 Hybrid et la 919 RSR lors de leur présentation au Salon de Genève 2014.

Le premier roulage réalisé par le prototype, qui n'a alors pas de nom, est réalisé le sur le circuit d'essais de Porsche[3]. Timo Bernhard est au volant, et la voiture est dans une livrée « camouflage »[3].

Le nom « 919 Hybrid », qui fait référence à la fois à la célèbre 917 et à la 918 Spyder[4], est dévoilé officiellement lors de la Nuit des Champions, le à Weissach[4]. Les noms des six pilotes courant pendant la saison 2014, sélectionnés par le responsable du projet Fritz Enzinger, sont également dévoilés à cette occasion[4]. C'est ensuite le 5 mars de l'année suivante, durant le Salon de l'automobile de Genève 2014, que les couleurs de la voiture et la composition définitive de l'équipage sont présentés au public[3]. Il s'agit de Dumas, Jani et Lieb sur la no 14, et de Bernhard, Hartley et Webber sur la no 20[3]. La nouvelle 911 RSR et son équipage sont d'ailleurs présentés lors de ce même salon de Genève.

La 919 Hybrid fait ses débuts dans le championnat le , lors des 6 Heures de Silverstone, où l'une des deux voitures engagées termine à la troisième place.

Technique[modifier | modifier le code]

Version 2014[modifier | modifier le code]

La 919 Hybrid version 2014, au Salon de Shanghai 2015.

La voiture est engagée dans la catégorie LMP1 Hybride en classe 6 MJ [5],[N 1].

La version 2014 exploite l'« unité de puissance » (terminologie du règlement technique) suivante :

  • un moteur à essence à quatre cylindres en V de 2 000 cm3 de cylindrée, suralimenté par un turbocompresseur et à injection directe. Il fournit une puissance maximale de plus de 370 kW (500 ch) à l'essieu arrière, via une boîte de vitesses à sept rapports. L'architecture V4 qui a causé de graves vibrations dès juin 2013 a nécessité un nouveau vilebrequin dès l'automne 2013.
  • deux systèmes de récupération d'énergie (nommés ERSA dans le règlement technique) ; le premier (ERS-K) récupère sous forme électrique l'énergie cinétique sur l'essieu avant tandis que second (ERS-H) récupère sous forme électrique l'énergie cinétique des gaz d'échappement. À la différence des monoplaces de Formule 1 hybride de 2014, cet ERS-H est séparé du turbocompresseur et ne permet pas d'actionner le compresseur de ce dernier avec un moteur électrique.
  • un stockage d'énergie (nommé ES dans le règlement technique) constitué d'une batterie d’accumulateurs lithium-ion utilisant des nanophosphates, provenant du fabricant A123 ;
  • un moteur électrique (nommé MGU dans le règlement technique) qui restitue l'énergie précédemment récupérée, et se trouve sur l’essieu avant, fournissant une puissance maximale de plus de 185 kW (250 ch).

La même machine électrique assure les fonctions d'ERS-K et de MGU ; dans le premier cas elle fonctionne en générateur, dans le second en moteur.

Version 2015[modifier | modifier le code]

Porsche annonce une voiture profondément remaniée même si l'apparence est proche de celle de 2014. La voiture s'inscrit désormais en classe 8 MJ et évolue sans toutefois remettre en cause les principes de 2014[6] :

  • le système d'échappement évolue ; au lieu d'une sortie en 2014, deux sorties sont disposées symétriquement à l'axe de la voiture.
  • la partie hybride (ERSA, ES et MGU) voit sa puissance maximale portée à plus de 294 kW (400 ch). La batterie est à refroidissement liquide.

Porsche utilise trois livrées différentes pour les 24 heures du Mans (no 17 rouge, no 18 noire, no 19 blanche) et utilise une livrée blanche classique pour le reste du championnat.

Version 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le moteur de la 919 Hybrid reste dans une configuration identique (V4 turbo de 2 L à 90°) mais un changement de la réglementation limite la quantité d'énergie disponible par tour pour les LMP1[7]. La 919 Hybrid faisant partie de la catégorie 8 MJ comme l'année précédente, elle dispose de 4,31 L d'essence par tour, soit une baisse d'environ 8 % impliquant une baisse de la puissance du moteur thermique, à un peu moins de 500 ch[8]. Ce dernier est cependant plus léger qu'auparavant[8]. La puissance délivrée par le moteur électrique placé sur l'essieu avant est désormais d'un peu plus de 400 ch, le total s'établit donc à environ 900 ch avec les deux motorisations cumulées[7].

Si le châssis et l'architecture hybride sont majoritairement inchangés, des optimisations ont du être faites pour récupérer et utiliser l'énergie électrique ainsi stockée, particulièrement au niveau du KERS (récupération de l'énergie cinétique) et du système de récupération en électricité de la chaleur de l'échappement[9], et la partie électrique a dû être optimisée pour en tirer plus de puissance. La batterie lithium-ion, conçue en interne, est d'une nouvelle génération[8], et le système électrique fonctionne par ailleurs à la tension élevée de 800 V, tout comme sur le concept Mission E[9]. L'énergie accumulée peut ensuite être délivrée sur le train avant lorsque le pilote a besoin d'un surplus de puissance.

La voiture est toujours basée sur une monocoque en fibres de carbone en construction sandwich[8]. La boîte de vitesses séquentielle à sept rapports commandée hydrauliquement est quant à elle logée dans une structure en carbone séparée[8]. L'une des nouveautés se situe cependant au niveau aérodynamique. La 919 Hybrid version 2016 sera en effet dotée de trois configurations aérodynamiques, pouvant être utilisées à bon escient selon le circuit, avec par exemple une configuration à forte déportance pour le circuit de Silverstone et une déportance plus faible pour Le Mans[8]. La livrée est différente des années précédentes, la voiture est majoritairement noire et blanche avec des touches de rouge.

Les performances annoncées par Porsche sont les suivantes[10] :

0 à 100 km/h 2,2 s
0 à 200 km/h 4,8 s
Vitesse maximale > 340 km/h

Pilotes[modifier | modifier le code]

Saison 2014[modifier | modifier le code]

Saison 2015[modifier | modifier le code]

Deux voitures sont engagées pour tout le championnat, la no 19 court seulement à Spa et au Mans.

Saison 2016[modifier | modifier le code]

Comme en 2014, deux voitures seulement sont engagées en 2016, comprenant le même équipage que les années précédentes.

Championnat du monde d'endurance[modifier | modifier le code]

2014[modifier | modifier le code]

Durant la saison 2014 largement dominée par Toyota et Audi, la 919 Hybrid peine face à ses concurrents, mais fait une bonne remontée en deuxième partie de saison. Les deux Porsche montent sur les deuxième et troisième place du podium dans l'avant-dernière course à Bahreïn[11], et la no 14 remporte la victoire dans la dernière course à São Paulo, devançant alors de très peu ses concurrents de chez Toyota[12]. Peu avant la fin de cette même course, Mark Webber à bord de la Porsche no 20 a un violent accident à la suite d'un accrochage avec la Ferrari 458 Italia no 90, mais s'en sort sans blessures majeures[13].

24 Heures du Mans 2014[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 24 Heures du Mans 2014.

Pour son retour dans la catégorie reine de l'endurance à l'édition 2014 des 24 Heures du Mans, Porsche engage les deux mêmes voitures que dans le reste de la saison. Porsche se qualifie deuxième sur la no 14 et quatrième sur la no 20, s'intercalant entre les Toyota. Malgré un important manque de puissance, la Porsche no 20 a plusieurs fois pris la tête de la course. Elle termine non classée et la no 14 abandonne le dimanche.

2015[modifier | modifier le code]

La 919 Hybrid no 18, lors des 24 Heures du Mans 2015.

La saison 2015 du championnat du monde d'endurance FIA voit Porsche remporter la majorité des courses. Si la 919 Hybrid termine deuxième aux deux premières manches à Silverstone et à Spa-Francorchamps, elle remporte en effet les 24 Heures du Mans 2015 mais aussi les cinq courses suivantes d'affilée, ce qui lui garantit le titre constructeur avant même que la dernière course soit jouée à Bahreïn[14]. À la suite de la dernière course à Bahreïn remportée par la 919 Hybrid no 18, le titre Pilotes est également gagné par l'équipage de la no 17 constitué de Bernhard, Hartley et Webber[15], malgré une cinquième place due à des problèmes techniques.

24 Heures du Mans 2015[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 24 Heures du Mans 2015.

Pour les 24 Heures du Mans, Porsche engage trois LMP1 et réalise le doublé avec ses 919 Hybrid no 19 et no 17, terminant la course avec deux tours d'avance sur la première Audi R18 e-tron quattro. C'est la 17e victoire au Mans du constructeur et la première depuis 1998, un an après leur retour en 2014[16].

2016[modifier | modifier le code]

La 919 Hybrid no 2 lors des essais des 6 Heures de Silverstone 2016.

Pour la saison 2016 du championnat du monde, Porsche engage seulement deux voitures, y compris au Mans où elles étaient trois l'année précédente. Elles portent cette année-ci les numéros 1 et 2.

En début de saison à Silverstone, la victoire revient à la 919 no 2 après la disqualification de l'Audi no 7. Durant cette même course, la no 1 est contrainte à l'abandon à la suite d'un accident. Puis à Spa, la no 2 termine deuxième tandis que sa coéquipière ne finit qu'à la 26e place.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Saison 2014[modifier | modifier le code]

Palmarès de la Porsche 919 Hybrid en 2014
Course Date Équipe Voiture et équipage Ref.
6 Heures de São Paulo 30 novembre 2014 Drapeau de l'Allemagne Porsche Team voiture no 14 avec Romain Dumas, Neel Jani et Marc Lieb [17]

Saison 2015[modifier | modifier le code]

Palmarès de la Porsche 919 Hybrid en 2015
Course Date Équipe Voiture et équipage Notes Ref.
24 Heures du Mans 13 et 14 juin 2015 Drapeau de l'Allemagne Porsche Team voiture no 19 avec Nico Hulkenberg, Earl Bamber et Nick Tandy doublé avec la no 17 [18]
6 Heures du Nürburgring 30 août 2015 Drapeau de l'Allemagne Porsche Team voiture no 17 avec Timo Bernhard, Mark Webber et Neel Jani doublé avec la no 18 [19]
6 Heures du circuit des Amériques 20 septembre 2015 Drapeau de l'Allemagne Porsche Team voiture no 17 avec Mark Webber, Timo Bernhard et Brendon Hartley [20]
6 Heures de Fuji 11 octobre 2015 Drapeau de l'Allemagne Porsche Team voiture no 17 avec Mark Webber, Timo Bernhard et Brendon Hartley doublé avec la no 18 [21]
6 Heures de Shanghai 1er novembre 2015 Drapeau de l'Allemagne Porsche Team voiture no 17 avec Mark Webber, Timo Bernhard et Brendon Hartley doublé avec la no 18 [14]
6 Heures de Bahreïn 21 novembre 2015 Drapeau de l'Allemagne Porsche Team voiture no 18 avec Neel Jani, Marc Lieb et Romain Dumas [15]

Saison 2016[modifier | modifier le code]

Palmarès de la Porsche 919 Hybrid en 2016
Course Date Équipe Voiture et équipage Ref.
6 Heures de Silverstone 17 avril 2016 Drapeau de l'Allemagne Porsche Team voiture no 2 avec Romain Dumas, Neel Jani et Marc Lieb [22]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La quantité d'énergie restituée aux essieux pour un tour du circuit est limitée, sous le contrôle des organisateurs, à 6 MJ pour Le Mans, ou en fonction de la longueur du tour pour les autres circuits.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Laurent Mercier, « Qui sont les têtes pensantes des deux programmes Porsche en Endurance ? », sur endurance-info.com,‎ (consulté le 1er avril 2016).
  2. a, b, c et d Jean-François Destin, « La Porsche 919 hybrid et son 4 cylindres », sur Motorlegend.com,‎ (consulté le 1er avril 2016).
  3. a, b, c et d « 24 Heures du Mans 2014 – La Porsche 919 Hybrid en cinq dates », sur www.24h-lemans.com,‎ (consulté le 6 mai 2016).
  4. a, b et c Laurent Mercier, « Les dernières infos de la Nuit des Champions Porsche : 919 hybrid, pilotes et Manthey », sur endurance-info.com,‎ (consulté le 1er avril 2016).
  5. (fr+en) « TECHNICAL REGULATIONS LMP1 (2014)-V08-27.09.2013-FINAL - TECHNICAL REGULATIONS LMP1 (2014)-V08-27.09.2013-FINAL.pdf », sur http://www.fia.com/,‎ (consulté le 4 avril 2015)
  6. (en) « Porsche’s 2015 919 Hybrid, Launch Details », sur dailysportscar.com,‎ (consulté le 4 avril 2015).
  7. a et b Pierre-Laurent Ribault, « WEC 2016 : Porsche montre le moteur de la Porsche 919 Hybrid », sur leblogauto,‎ (consulté le 28 février 2016).
  8. a, b, c, d, e et f Sylvain Richard, « Nouvelle Porsche 919 Hybrid 2016 – Prête à défendre son titre », sur 4Legend.com,‎ (consulté le 25 mars 2016).
  9. a et b (en) Steve Hanley, « Porsche 919 Hybrid World Endurance Race Car Revealed », sur Gas2.org,‎ (consulté le 25 mars 2016).
  10. (en) Catactéristiques techniques de la 919 Hybrid version 2016, sur Porsche.com (consulté le 25 mars 2016).
  11. Jean-Philippe Doret, « WEC Bahreïn – Double podium pour la Porsche 919 Hybrid », sur www.24h-lemans.com,‎ (consulté le 2 avril 2016).
  12. « Victoire de la Porsche 919 Hybride n°14 aux six heures de São Paulo. Toyota aussi champion des teams », sur autonewsinfo.com,‎ (consulté le 2 avril 16).
  13. Basile Davoine, « WEC - Le crash de Webber à Interlagos élucidé », sur Toilef1.com,‎ (consulté le 2 avril 2016).
  14. a et b Samuel Morand, « WEC : victoire et titre pour Porsche », sur Motorlegend.com,‎ (consulté le 13 novembre 2015).
  15. a et b Jacques-Armand Dupuis, « WEC – Porsche décroche la victoire et le titre à Bahreïn », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 21 novembre 2015).
  16. « Porsche remporte les 24 Heures du Mans », sur http://www.lemonde.fr/,‎ (consulté le 14 juin 2015).
  17. Jean-Philippe Doret (ACO), « WEC Sao Paulo - Porsche : « notre mission 2014 est terminée » », sur 24h-lemans.com/fr,‎ (consulté le 24 septembre 2015).
  18. « 24 Heures du Mans. Porsche et Audi au bout d'une course époustouflante... », sur autonewsinfo.com,‎ (consulté le 24 septembre 2015).
  19. « Victoire et doublé des Porsche aux Six heures du Nürbürgring », sur autonewsinfo.com,‎ (consulté le 24 septembre 2015).
  20. « Nouvelle victoire pour la Porsche de Weeber-Hartley-Bernhard victorieuse à Austin », sur autonewsinfo.com,‎ (consulté le 24 septembre 2015).
  21. Laurent Mercier, « Andreas Seidl (Porsche Team) : “Les pilotes ont montré un vrai travail d’équipe” », sur endurance-info.com,‎ (consulté le 15 octobre 2015).
  22. Stéphane Bois, « 6 H de Silverstone : l'Audi déclassée, Porsche déclaré vainqueur », sur Ouest-France,‎ (consulté le 20 avril 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]