Porsche Mission E

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Porsche Mission E
La Mission E vue de 3/4 avant, de couleur blanche, exposée lors du salon de Francfort.
La Porsche Mission E lors du Salon de Francfort en 2015.

Marque Drapeau : Allemagne Porsche
Années de production 2015
Classe Concept car
Moteur et transmission
Énergie Électrique
Puissance maximale 600 ch (440 kW)
Poids et performances
Vitesse maximale > 250 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en < 3,5 s
0 à 200 km/h en < 12 s
Consommation Autonomie : > 500 km
Émission de CO2 0 g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé
Dimensions
Hauteur 1 300 mm
Chronologie des modèles

La Porsche Mission E, dans sa forme longue Concept Study Mission E, est un concept car électrique de type coupé quatre portes, présenté lors du Salon de l'automobile de Francfort en septembre 2015. Elle préfigure la Porsche Taycan, première berline 100% électrique du constructeur automobile Porsche, produite à partir de 2019.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La Mission E, ses portières avant et arrière-gauche ouvertes de manière antagoniste.
Les portières à ouvertures antagoniste.

La Porsche Mission E est équipée de deux moteurs électriques à aimants synchrones d'une puissance cumulée de 600 ch. Ses quatre roues sont motrices, un moteur contrôlant chaque essieu. Les quatre roues sont également directrices, tandis que les portières sont à ouverture antagoniste, sans montant central. La carrosserie est réalisée dans un mélange d’aluminium, d’acier et de plastique renforcé par des fibres de carbone[1]. Les jantes, en carbone, ont un diamètre de 21 pouces à l'avant, et 22 pouces à l'arrière.

Les batteries lithium-ion sont disposées à plat au niveau du plancher du véhicule, entre les trains avant et arrière, pour favoriser un centre de gravité bas[1]. Elles peuvent être chargées via un chargeur fonctionnant à une tension de 800 V spécialement développé pour la voiture, une tension deux fois supérieure à celle des véhicules électriques actuels[2]. Selon Porsche, ses batteries lui permettent une autonomie de 500 km, et 80 % de celle-ci (soit 400 km) sont déjà réalisables après une charge rapide de 15 min. Elles peuvent également être chargées par induction, grâce à un appareil qui devra être installé dans le sol du garage.

L'habitacle se veut futuriste et intègre des technologies nouvelles pour la marque. Les combinés d'instruments utilisent la technologie OLED, et la navigation dans les menus se fait via à un système de suivi du regard, grâce à une caméra qui suit les yeux du conducteur pour identifier l'instrument regardé. L'utilisateur valide ensuite la commande avec l'appui d'un bouton sur le volant[1]. Il n'y a pas de rétroviseurs, ceux-ci étant remplacés par des caméras.

Réception[modifier | modifier le code]

Le concept Mission E, qui a été présenté pour la première fois au Salon de l'automobile de Francfort 2015 sans qu'aucune annonce n'en soit faite auparavant[3]. Le journaliste de Caradisiac décrit ainsi « Une véritable réussite qui mélange l'ADN Porsche par sa silhouette, la forme des vitres latérales ou la fantastique ligne de feux arrière avec des évolutions des derniers modèles, 918 Spyder en tête. »[3] Le journaliste d'Autonews parle lui d'un « style audacieux », et d'une ligne « dynamique », avec « une face avant [...] inspirée par la supercar 918 Spyder »[2].

Elle est exposée pour la première fois en France fin au Festival automobile international à Paris. Lors de ce salon, le jury lui décerne le prix de « Plus beau concept car de l’année »[4], à égalité avec la Mazda RX-Vision[5].

L'arrière, comprenant une bande lumineuse et l'inscription Porsche.
La bande lumineuse arrière.

Postérité[modifier | modifier le code]

Porsche annonce au début du mois de que la Mission E serait produite en série à la fin de la décennie[6]. Selon la marque, cette version de série sera produite à Zuffenhausen, à l'aide d'un investissement évalué à 700 millions d'euros et d'une création de plus de 1 000 emplois[6]. Début , le modèle reçoit le nom de code interne « J1 », confirmant que le développement d'une Mission E de série a débuté[7]. Selon Caradisiac, elle sortira avant 2019[8]. En , la marque allemande revoit le nombre d'embauches à la hausse, et annonce que 1 400 emplois seront créés afin de développer et produire la Mission E avant 2020[9]. L'investissement nécessaire est quant à lui évalué à un milliard d'euros. Le , Porsche dévoile le nom de la version de série de sa berline électrique inspirée de la Mission E. Elle prend le nom de Taycan signifiant d'après le constructeur « jeune cheval fougueux »[10].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Julien Bertaux, « Porsche Mission e : le concept 100 % électrique de Porsche », sur L'argus, (consulté le ).
  2. a et b « Porsche Mission e : le concept 100 % électrique de Porsche », sur Autonews.fr, (consulté le ).
  3. a et b Pierre Desjardins, « Porsche Mission E : la bonne surprise - En direct du Salon de Francfort 2015 », sur Caradisiac, (consulté le ).
  4. Sylvain Richard, « La Porsche Mission E élue plus beau concept car de l’année au Festival Automobile International 2016 », sur 4Legend.com, (consulté le ).
  5. Audric Doche, « Plus beau concept-car de 2015 : Porsche Mission E et Mazda RX-Vision ex-aequo », sur Caradisiac, (consulté le ).
  6. a et b « Porsche Mission E : c’est oui ! », sur Autonews.fr, (consulté le ).
  7. Felix Bouland, « Développement de la Porsche Mission E en cours », sur Le Moniteur automobile, (consulté le ).
  8. Adrien Raseta, « La Porsche Mission-e de série se précise », sur Caradisiac, (consulté le ).
  9. « Porsche embauche massivement pour son futur bolide électrique », sur BFMTV.com, (consulté le ).
  10. Jean-François Christiaens, « Porsche : sa berline électrique s'appellera Taycan », sur https://www.vroom.be, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]