Porsche 908

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la voiture de sport Porsche 908. Pour le prototype Peugeot, voir Peugeot 908. Pour le calendrier julien, voir 908.
image illustrant l’endurance automobile image illustrant le sport automobile image illustrant l’automobile
Cet article est une ébauche concernant l’endurance automobile, le sport automobile et l’automobile.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Porsche 908
Porsche 908

Une Porsche 908.

Présentation
Constructeur Drapeau : Allemagne Porsche
Année du modèle 1968
Concepteurs Ferdinand Piëch
Helmut Flegl
Hans Mezger
Spécifications techniques
Châssis Multitubulaire en acier
Suspension avant Triangle inférieur superposé, ressorts hélicoïdaux et amortisseurs télescopiques Bilstein, barre antiroulis
Suspension arrière Triangle inférieur inversé, bras supérieur, deux jambes de poussée longitudinales, ressorts hélicoïdaux et amortisseur télescopiques Bilstein, barre antiroulis
Nom du moteur Porsche Type 908
Cylindrée 2 921 cm3, alésage x course : 84 x 66 mm
Configuration 8 cylindres opposés à plat
Position du moteur Centrale arrière
Boîte de vitesses Porsche
Nombre de rapports 6 (synchronisés)
Système de carburant Deux réservoirs latéraux en aluminium de 60 L chacuns
Système de freinage Étriers ATE-Dunlop à 2 pistons, disques ventilés en acier
Cockpit Fermé
Poids 660 kg
Dimensions 4020 mm x 1830 mm x 938 mm, empattement : 2300 mm, voie AV/AR : 1462 mm / 1454 mm
Carburant Essence
Pneumatiques Dunlop R7 montés sur jantes en magnésium de 13 pouces
Histoire en compétition
Courses Victoires Pole Meilleur tour

Chronologie des modèles (1968 - 1971)

La Porsche 908 est un prototype de course produit par Porsche de 1968 à 1971.

Conception[modifier | modifier le code]

Évolution technique de 1968[modifier | modifier le code]

Dés la première année de production, plusieurs évolutions sont apportées. Le moteur Type 908 est réalésé à 2997 cm3, pour un alésage x course de 85 mm x 66 mm. La puissance du moteur est portée à 350 ch, contre 320 précédemment. De plus, une boite de vitesse à 5 rapports est utilisée pour la fin de saison, mise à part pour les 24 Heures du Mans où la boite à 6 rapports est conservée. la voie avant de la Porsche 908 est rallongée pour atteindre 1486 mm. Enfin, les châssis sont fabriqués en aluminium et non plus en acier (à partir du châssis 012)[1].

Évolution technique de 1969[modifier | modifier le code]

Porsche conserve le châssis en aluminium. Diverses améliorations sont apportées au moteur, notamment, le villebrequin, l'échappement et l'ordre d'allumage[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La 908 a pris la succession de la Porsche 907 après l'évolution des réglementations du Championnat du monde des voitures de sport en 1967. Elle était à l'origine un coupé avec une queue courte pour les circuits lents (Sebring, Nürburgring) et une longue queue pour les circuits rapides (Spa, Monza, Le Mans). avant de devenir un spyder dans ses versions 908/02 et 908/03, qui sont en fait à chaque fois de toutes nouvelles voitures.

Malgré une victoire aux 1 000 kilomètres du Nürburgring en 1968, la voiture ne rencontre pas les succès attendus avec sa faible cylindrée (3000 cm³) face à la Ford GT40 (5000 cm³) qui était encore permise durant cette saison en catégorie Sport en raison du nombre minimal de cinquante voitures construites par Ford. Pour combler cet écart, Porsche développera en 1969 la 917 construite pour la catégorie Sport limitée désormais à 25 exemplaires avec un moteur 12 cylindres de 4500 cm³ basé sur le 8 cylindres de la 908.

L'année suivante, en 1969, le nouveau spyder 908/02 est utilisé sur les circuits lents. Les premières courses qui sont les 24 Heures de Daytona et les 12 Heures de Sebring, se soldent par des échecs qui laissaient envisager l'arrêt de la carrière sportive de la 908 au profit de la 917, mais le léger spyder reste de loin le plus performant sur des circuits sinueux comme le Nürburgring ou la Targa Florio. Un enchaînement impressionnant de victoires permettra la victoire finale au Championnat du monde des voitures de sport 1969, mais au Mans, les différents modèles Porsche (908 longue queue, 908/02 et Porsche 917 LH) seront battues par la vieille Ford GT40 Gulf de Jacky Ickx lors d'une arrivée mémorable face la Porsche 908 de Hans Hermann.

En 1970 et 1971, les 917 et le nouveau spyder 908/03 sont utilisées respectivement sur les circuits rapides et sur les circuits sinueux. L'utilisation de ces deux voitures offrent les titres de champion du monde à Porsche. Lors des 12 Heures de Sebring de 1970, Steve McQueen termine deuxième au volant d'une 908/02 privée qui sera aussi utilisée pour tourner des scènes du film Le Mans aux 24 Heures du Mans 1970.

Porsche arrête ensuite la compétition au plus haut niveau et revend les 908 qui sont utilisées par des écuries privées comme Martini Racing et Joest Racing en différentes versions modifiées jusqu'en 1981.

Les variantes de la Porsche 908[modifier | modifier le code]

Porsche 908 L[modifier | modifier le code]

La Porsche 908 L (« Lang Heck » en allemand; « longue queue » en français) est une version avec un capot arrière plus long que la version simple. Ce nouveau capot modifie la longueur totale de la voiture, qui atteint maintenant 4839 mm. Des jantes de 15 pouces de diamètres sont montées sur cette version. Contrairement à la première version de la Porsche 908, le châssis est en aluminium.Tous ces changements ont une incidence sur le poids de la voiture, qui augmente pour atteindre 680 kg[1].

Porsche 908/02[modifier | modifier le code]

Pour 1969, Porsche développe une version à cockpit « ouvert » de la Porsche 908 : la Porsche 908/02. À la suite de ce changement, le poids de la 908/02 est ramené à 600 kg. Elle est également plus compacte (longueur : 4020 mm, hauteur : 730 mm sans l'arceau monté) que la version initiale de la Porsche 908[1].

Résultats en compétition[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d François Hurel, Sport & Prototypes, Porsche au Mans 1966-1971, Editions du Palmier, , 191 p., Fiches techniques, page 186