Jaguar (automobile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jaguar (homonymie).

Jaguar

Description de l'image Jaguar logo.svg.
Création 1922
Dates clés 1990 : Rachat par Ford
2008 : Rachat par Tata Motors
Fondateurs William Lyons
Personnages clés Ratan N. Tata
Forme juridique Filiale
Slogan How Alive are you?
Siège social Drapeau d'Angleterre Coventry (Angleterre)
Direction Andy Goss (ventes), Phil Popham (marketing)
Activité Automobile
Produits Automobile
Société mère Drapeau de l'Inde Tata Motors
Sociétés sœurs Land Rover
Site web www.jaguar.com
Capot, calandre et emblème d'une Jaguar XK 150.

Jaguar, de son nom officiel « Jaguar Cars Ltd », est une marque automobile britannique connue pour ses voitures de luxe et ses modèles sportifs.

La marque est la propriété de l'indien Tata Motors depuis 2008 mais les modèles sont dessinés par des anglais (Ian Callum) dans la pure tradition de la marque en respectant le prestige du style britannique.

Les ventes en 2013 s'élèvent à 76 668 unités, en augmentation de 42 % par rapport à 2012. La croissance la plus importante se constate en Allemagne, en Inde et aux États-Unis[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée en 1922 sous le nom de Swallow Sidecar Company par William Lyons, la société, dont les initiales étaient SSC, prit le nom de Jaguar en 1945 pour ne pas évoquer les SS allemands de sinistre mémoire. La société est restée indépendante jusqu'à ce qu'elle soit nationalisée en 1966. En 1984, la société a été séparée sur le marché boursier -- c'est une des privatisations du gouvernement de Thatcher -- jusqu'à ce qu'elle soit reprise par Ford en 1990.

En 1999, elle devenait une part du groupe Premier Automotive avec Land Rover, Volvo, Lincoln, et Aston Martin nouvellement revendu par Premier Automotive en 2007.

Jaguar possède le fabricant automobile Daimler (à ne pas confondre avec la société allemande Daimler-Benz), racheté en 1960. Daimler n'est plus à présent qu'une petite marque apposée sur les plus luxueux modèles sortant des usines Jaguar.

Des modèles, le plus marquant est la Jaguar XJ (produite depuis 1968), qui reste pour beaucoup la Jaguar ultime. Depuis 1968, les séries I des XJ ont été profondément modifiées en 1973 (série II), en 1979 (série III), en 1986 pour l'Europe et 1987 pour les États-Unis (XJ40), 1995 (X300), 1997 (jusqu'à la X308 propulsée par un V8), et 2003 (la X350), et enfin la nouvelle X351 apparue en 2009. Les modèles XJ les plus luxueux portent les marques Vanden Plas ou Daimler.

Jaguar produit aussi des voitures plus accessibles, comme la Jaguar S-Type (1999-2008) et plus petite encore, la Jaguar X-Type (2001-2009).

Jaguar a produit de nombreuses voitures de sport : Jaguar XK120 (1948-1954), Jaguar XK150 (1955-1960), Jaguar E-type (1961-1975), la Jaguar XJS (1975-1996) et la Jaguar XK8 (1996) sont les principaux modèles sportifs d'après-guerre.

D'autres Jaguars sportives existent, comme la Jaguar XJ220 (1988) ou la Jaguar XJR-15 pour la course.

Le 26 mars 2008, Ford a vendu Jaguar à la compagnie indienne Tata Motors.

Course automobile[modifier | modifier le code]

La marque a connu de grands succès en sport automobile, particulièrement lors des 24 Heures du Mans qu'elle remporte à sept reprises. Jaguar a gagné en 1951 et 1953 avec la Jaguar C-Type, puis en 1955, 1956 et 1957 avec la Jaguar D-Type.

Jaguar XJR-8 de 1987

Jaguar abandonne cette épreuve prestigieuse jusqu'au milieu des années 1980 lorsque Tom Walkinshaw de l'équipe TWR commence à préparer des prototypes propulsés par des V12 Jaguar pour les courses européennes. En 1983, le Groupe 44 Racing lance avec l'aide de Jaguar la XJR-5 est décide d'aller courir au Etats-Unis en IMSA. Mais en 1985 et avec l'aide de TWR, l'équipe veut s'imposer comme un référence au Mans et en endurance. La voiture participe à Mosport et à SPA lors du WSC 1985 et décroche une 3e place pour sa première course, mais termine très loin des deux Porsche 962 d'usine. En 1986, Jaguar poursuit avec la XJR-6 aux couleurs de Silk Cut et engage 3 voitures au Mans. L'équipe termine 3e du WSC en ayant participé à 3 manches sur 5 comptant dans le classement final, tout comme Porsche. Au Mans, c'est un triple abandons. 1987, Jaguar et sa XJR-8 remporte enfin un titre, le WSC après avoir tout gagné... sauf Le Mans et Norisring. Au Mans, la Jaguar n'a jamais été capable d'inquiéter Porsche, en prenant la tête une seule fois lors de la première heure. La meilleure des 3 Jaguar se place 5e et deux abandons pour les autres.

Jaguar XJR-9

En 1988, Jaguar lance la XJR-9. Alors que le Porsche AG n'a participé qu'à deux courses du WSC dont Le Mans, la Jaguar a comme principal concurrent la Sauber Mercedes C9. Mais la Jaguar va remporter pour la deuxième fois consécutives le WSC. Au Mans 1988, Jaguar engage 5 voitures ! Contre 3 pour le Porsche AG. L'équipe Sauber elle, n'a pas prit le départ à la suite de problèmes pneumatiques. Après un duel avec Porsche, la Jaguar s'impose avec 394 tours, et surtout dans le même tour que Porsche, prenant ainsi une revanche sur les deux derniers duels.

En 1989, l'équipe officiel de Porsche se retire, mais le Jaguar Racing aura un nouveau concurrent, le Sauber Mercedes et ses C9 argentées. L'équipe participe à quelques manches du WSC, et ne conserve pas son titre au profit de l'équipe Sauber Mercedes. Au Mans, avec 4 voitures engagées, la bataille entre Mercedes et Jaguar aura bien lieu. Mais la Sauber Mercedes s'impose, réalisant même le doublé. Cette année là, Nissan, Toyota, Mazda était également présent. Les Jaguar se classent 4e, 8e et deux abandons.

Jaguar XJR-14

En 1990, l'équipe Sauber Mercedes et ses nouvelles C11 ne participent pas au 24H00 du Mans. Jaguar finit deuxième du WSC derrière Mercedes et après une grosse bagarre face au Nissan Motorsport et ses R90CK, Jaguar réalise un doublé avec ses XJR-12.

Jaguar XKR

En 1991, Jaguar lance la XJR-14, mais conserve toujours la XJR-12. Avec 5 voitures engagées au Mans et face à une concurrence des plus élevées (Toyota, Peugeot, Mercedes, Mazda). La XJR-14 ne prendra pas le départ, Jaguar préférant miser sur la fiabilité. La course sera très ouverte, ou Porsche, Jaguar, Peugeot, Mercedes ont prit la tête de la course. Mais à la dernière heure, la Mazda 787B profite de l'abandon de la Mercedes C11 pour s'imposer, ou trois Jaguar termineront à la 2e, 3e, et 4e place. En 1992, Jaguar se retire de l'endurance, comme beaucoup d'autres constructeurs officiels. En 1993 et 1994, avec le retour des GT en endurance, Jaguar était présent avec la XJ220. Par la suite en 1999 et 2000, Lister utilise un moteur Jaguar qui remportera le championnat FIA GT en 2000. Jaguar partira en F1 de 2000 à 2004 et connaîtra de cruelles désillusions. En 2009, Jaguar fait courir une XKR en ALMS et au Mans en 2010, avec peu de succès.

Formule 1[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jaguar Racing.

En 1955, Jaguar a fourni le moteur à l'équipe Emeryson.

En juin 1999, Jackie Stewart revend son écurie de Formule 1, Stewart Grand Prix, à Ford qui la renomme Jaguar Racing pour disputer le Championnat du monde de Formule 1 à compter de la saison 2000. L'équipe est dirigée un temps par Bobby Rahal puis par Niki Lauda. En novembre 2002, l'équipe est réorganisée : Lauda et 70 autres membres sont écartés.

Lors de la saison 2003, les pilotes sont Mark Webber et Antônio Pizzonia et les moteurs sont fournis par Ford. En cours de saison Pizzonia est remplacé par Justin Wilson. Après une année 2004 relevée par quelques performances de Mark Webber (2e place en qualifications au Grand Prix de Malaisie) mais globalement médiocre, Ford jette l'éponge et après une période de doute, l'écurie est cédée pour un prix symbolique au magnat de la boisson énergétique Red Bull, Dietrich Mateschitz, qui s'engage en 2005 sous le nom de Red Bull Racing.

Automobiles Jaguar[modifier | modifier le code]

Modèles routiers[modifier | modifier le code]

Jaguar Mark I

Modèles de course[modifier | modifier le code]

Concept cars[modifier | modifier le code]

Prototypes à partir d'un modèle Jaguar[modifier | modifier le code]

Lieux de fabrication[modifier | modifier le code]

Angleterre[modifier | modifier le code]

  • Usine de Birmingham pour la F-Type
  • Usine de Castle Bromwich pour la XF et la S-Type
  • Usine de Coventry pour la XK et la XJ
  • Usine de Halewood pour la X-Type

Inde[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site la Tribune 12/01/2014
  2. (en) Quelques photos disponibles ici.
  3. (en) En photos sur ce site.