Plabennec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plabennec
Plabennec
L'église paroissiale Saint-Ténénan.
Blason de Plabennec
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Plabennec (chef-lieu)
Intercommunalité Plabennec et des Abers
Maire
Mandat
Marie-Annick Creac'h Cadec
2014-2020
Code postal 29860
Code commune 29160
Démographie
Gentilé Plabennécois/ Plabennécoise
Population
municipale
8 326 hab. (2015 en augmentation de 2,99 % par rapport à 2010)
Densité 165 hab./km2
Population
aire urbaine
37 226 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 30′ nord, 4° 26′ ouest
Altitude Min. 28 m
Max. 102 m
Superficie 50,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Plabennec

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plabennec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plabennec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plabennec
Liens
Site web Site de la commune

Plabennec [plabɛnɛk] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Plabennec.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Plabennec
Plouvien Loc-Brévalaire Le Drennec, Ploudaniel
Bourg-Blanc Plabennec Saint-Thonan
Gouesnou, Guipavas Kersaint-Plabennec

Description[modifier | modifier le code]

Plabennec est situé dans le Pays de Léon (pays historique traditionnel) et administrativement désormais dans le Pays de Brest, faisant partie de la grande couronne urbaine de Brest ; la commune, chef-lieu du canton de Plabennec (agrandi en 2015), est située à une dizaine de km au sud de la côte de la Manche. Le finage communal est drainé par l'Aber Benoît (dans sa partie amont, non maritime) et plusieurs de ses affluents et sous-affluents de rive gauche, l'un de ceux-ci étant barré par une digue expliquant la présence d'un étang, dénommé "lac de Plabennec", juste à l'ouest du bourg. Plusieurs moulins à eau existaient par le passé le long de ces cours d'eau, par exemple le moulin du Pont et le moulin de Saint-Claoué en aval du lac de Plabennec, le moulin de Moguérou sur un affluent de rive gauche de l'Aber Benoît, le moulin Gouennou et le moulin de Pontanet sur l'Aber Benoît, ainsi que le moulin du Rest sur un affluent de rive droite du dit aber.

Le finage de Plabennec est constitué par un morceau du plateau granitique du Léon (recouvert de loëss, d'où sa fertilité) en pente douce vers le nord, les altitudes s'échelonnant entre 100 mètres dans la partie sud (à l'ouest de Lanfézic) et s'abaissant jusqu'à 55 mètres dans la partie nord de la commune, et même jusqu'à 35 mètres au nord dans la vallée de l'Aber Benoît près de Goueled Ker ; le bourg, en situation relativement centrale au sein du territoire communal, est vers 85 mètres d'altitude.

Plabennec est traditionnellement un pays de bocage avec un habitat dispersé en de nombreux hameaux et fermes isolées. Le bourg a beaucoup grossi ces dernières décennies avec la création de nombreux lotissements à sa périphérie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Parochia Albennoca en 1019, Plobennec, Guitabnec en 1173, Plebs Apennoc, Ploeapennoc en 1265, Ploeabennoc en 1282, Ploeabenneuc en 1310 et en 1318, Ploeabennec en 1337, Ploeabennoc en 1339, Plebe abenneunc en 1361, Guigabennec en 1378, Ploebenneuc en 1481[1].

Plabennec vient du breton ploe (paroisse) et de saint Abennec[1].

Le nom en breton de la commune est Plabenneg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Selon Albert le Grand, la paroisse aurait été fondée par saint Ténénan, peu après qu'il eut débarqué vers 650 près de La Forest-Landerneau, près du château de Joyeuse Garde, où il avait installé son lan (petit monastère) :

« Par la suite, « voyant l'exercice de la religion catholique négligé parmy eux », saint Ténénan fit construire deux églises, « l'une vers le bas de la forest, non loin du chasteau, laquelle fut nommée Ilis gouëlet forest ("l'église de la forêt du bas") à cause de sa situation qui était au fond de ladite forest et porte maintenant le titre et nom de saint Ténénan [La Forest-Landerneau qui s'appelait antérieurement Saint-Thénénan-la-Forest] ; l'autre église fut édifiée à l'autre extrémité de la même forest et fut appelée Plou-bennec [Plabennec], dédiée en l'honneur de Dieu et de saint Pierre Apostre ». Saint Ténénan, « avec ses prestres et clercs » s'installa au lieu-dit Les-quelen[2], y fonda un ermitage fait de branches et de chaume ; petit à petit un village s'édifie, protégé des rôdeurs et des loups par une palissade[3]. Il conseilla aux habitants de Plou-bennec [Plabennec] de construire une petite tour ronde près de leur église « pour y retirer l'argenterie et thrésor d'ycelle et les garantir des mains sacrilèges des Barbares, en cas qu'ils voulussent piller ladite église ». Effectivement, les Danois vinrent piller Plou-bennec, prirent l'église et assiégèrent la tour tout juste construite, tentant d'y mettre le feu, ainsi que le fort de Lesquelen, mais « les prières de Ténénan ne furent [pas] infructueuses » et les Danois se retirèrent[4]. On dit aussi qu'il aurait fait construire l'église de Carantec en l'honneur de son maître. »

Toujours selon la tradition, Saint Thudon, accompagné de ses fils Gouesnou et Majan et de sa fille Trezdona (ou Tudona), aurait édifié un oratoire en un lieu dénommé par la suite Locmaria-Lann ; cet oratoire aurait été remplacé par une chapelle vers le Xe siècle, remaniée et agrandie à diverses reprises par la suite.

Au Haut Moyen-Âge la paroisse regroupait au sein de l'archidiaconé ou pays d'Ac'h, outre Plabennec, la trève de Locmaria-Lann et les communes actuelles de Kersaint-Plabennec et du Drennec, ainsi qu'au moins une partie de Gouesnou.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le souterrain de Kermoysan, datant de l'Âge du fer, une succession de cinq salles alignées du nord-est au sud-ouest, situées à près de trois mètres sous terre et accessible par deux puits situés à chaque extrémité et bouchés intentionnellement, a livré plus de 2 200 tessons de poteries grâce auxquels certains vases et pots ont pu être reconstitués[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le menhir de Prat-Lédan, haut de 7,30 mètres et pesant 19 tonnes, décrit par le Chevalier de Fréminville en 1835 (« À un quart de lieue de la croix des Trois-Recteurs, on voit dans un champ de genêt un menhir à demi-renversé, longue aiguille granitique de 18 pieds de hauteur ».) et portant à son sommet une cavité qui correspond probablement à une tentative de christianisation (implantation d'une croix ? une de ses faces porte aussi une croix gravée), cassé en deux probablement par la foudre et tombé à terre au début du XXe siècle, a été relevé en 1983 en imitant les techniques supposées avoir été utilisées par les hommes de la Préhistoire lors d'une grande fête[6].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Fragments de tuiles de l'époque gallo-romaine trouvés dans l'enclos de la chapelle de Locmaria.

Le territoire actuel de la commune de Plabennec était traversé par deux voies romaines, l'une allant de Landerneau à l'embouchure de l'Aber-Wrac'h (Tolente?) en passant par Plouvien et Lannilis, l'autre de Vorganium (Kerilien en Plounéventer) à la Pointe Saint-Mathieu (probablement Gesocribate ?). Quatre petits bronzes de Gallien, un petit bronze de Salonine, femme de Gallien, et des monnaies de Postume et de Constantin II ont été trouvés à Keralien en Plabennec, juste à la limite sud de la commune avec Guipavas[7].

Des tuiles provenant d'une habitation gallo-romaine ont été trouvées à Kerarouan et de nombreuses tuiles de la même époque provenant de la toiture effondrée d'un bâtiment, ainsi que deux fragments d'amphore et deux fragments de poterie sigillée, datant selon Patrick Galliou du 1er siècle après J.-C., dans l'enclos de la chapelle de Locmaria.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La motte castrale de Lesquelen

Une première chapelle fut construite à Lesquelen par saint Thudon au VIe siècle ou au VIIe siècle. Vers l'an 600, la forêt de Talamon (qui subsiste partiellement de nos jours sous le nom de forêt de Landerneau) s'étendait jusqu'à Plabennec. La première église paroissiale fut bâtie par saint Ténénan, septième évêque de Saint-Pol-de-Léon, qui la fit construire à ses frais et mourut dans cette paroisse en 635. Jean-Baptiste Ogée indique qu'on y garda longtemps ses reliques, qui furent transportées ailleurs pour les dérober aux profanations des Normands[8].

Le château de Lesquelen[3], où se voit encore aujourd'hui une motte féodale[9], fut en 1163 propriété d'Hervé II de Léon, vicomte du Léon; en 1279, le mariage de Françoise de Lesquelen avec Alain de Léon, frère du vicomte Hervé IV de Léon montre la persistance des liens entre les deux familles. Le château a été le lieu d'une contestation juridique entre le chevalier Alain Nuz, seigneur de Postel, et le vicomte de Léon Hervé IV, qui a abouti en 1296 à l'accusation d'assassinat de l'un par l'autre, ce qui n'a pas peu contribué à discréditer la haute noblesse au profit d'une administration cléricale et ducale soutenue par la petite noblesse[10].

La chapelle ruinée de Lesquélen
Chapelle de Locmaria : écusson de la famille Carman-Lesquelen (mutilé, mais encore lisible)

Le château est ainsi décrit au XVe siècle :

« Le manoir de Lesquelen consistant en maisons, chambres basses et aultres, couvertes d'ardoises crépées, maison à four et estables couvertes de genetz, ayre perter jardins, vaulx, issues, franchises, rabines, appartenances et dependances, avecque ung courtil de jouxte la dict ayre nommée Liortz-an-heur, terre chaulde et lentant a fermer ung boisseau de bleb à la mesure de Lesneven, aiant ses fossez tout au tour (...)[11]. »

Le château de Lesquelen, qui disposait de sa chapelle privée Notre-Dame-de-Lesquelen (la seconde chapelle de Lesquelen), devient par mariage propriété de la famille de Vieux-Chastel<[a]. En 1409, Aliette de Quelen, dame du Vieux-Chastel, épouse Tanguy de Kermarvan (originaire du château de Kermarvan en Kernilis) ; désormais propriété de la famille de Kermarvan, le château de Lesquelen prend progressivement le nom de Kermarvan (ou Kermavan), nom qui se transforme au XVIe siècle en Kerman et au XVIIe siècle en Carman[11]. Les armoiries de la famille de Carman sont représentées sur un vitrail de la chapelle de Saint-Jean-Balanant à Plouvien[12].

La troisième chapelle de Lesquelen, construite au XVIIe siècle, de style gothique et en pierres de taille, tomba en ruines dans le courant du XIXe siècle, son clocher s'écroulant le 6 février 1884[13].

La juridiction de la châtellenie de Keralguezen appartenait en 1310 à Maurice de Keralguezen. En 1500, le manoir de Lannoster appartenait à Christophe Gourio[8].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Lettre de Mgr Jean-François de La Marche, évêque de Léon, concernant le transfert d'une chapellenie en faveur de la chapelle du château du Rest en Plabennec ()

Plabennec possédait de nombreux manoirs à la fin du Moyen-Âge et à l'époque moderne : le plus important était le manoir du Rest (manoir datant des XVe siècle et XVIe siècle possédé par la famille de Baudiez : par exemple Bernard de Baudiez, né en 1450, décédé en 1503, est seigneur du Rest et de la Motte), mais d'autres, plus modestes, se trouvaient à Kerbrat, au Gorreguer (dit aussi manoir de Corhéar, possédé initialement par la famille de Kerannou), de Kerannou (possédé par une autre branche de la famille précitée), de Guicabennec (situé au bourg de Plabennec), de l'Île, de Kerangall, de Kerbrat, de Kerhalz, de Kerdavid, de Kerdouar, de Kergréach, de Kerguilly, de Kerlaziou, de Kerouanton, de Kersaliou, de Lanhouardon, de Lanoster, du Mendy, de la Motte (possédé aussi par la famille du Baudiez), de Pennanec'h, du Pentreff, de Pontaroudouz, de Touldrezen, du Vourch[14].

Une épidémie de fièvre typhoïde sévit, comme dans la plupart des paroisses voisines, à Plabennec en 1775, y faisant cette année-là 93 morts[15].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Ploabennec [Plabennec] de fournir 51 hommes et de payer 334 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[16].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Plabennec en 1778 :

« Ploabenec, sur la route de Brest à Lesneven ; à 8 lieues à l'ouest-sud-ouest de Saint-Pol-de-Léon, son évêché ; à 45 lieues de Rennes et à 2 lieues un quart de Lesneven, sa subdélégation et son ressort. Cette paroisse relève du Roi ; on y compte 3 300 communiants[17]. La cure est présentée par l'Évêque. Son territoire est coupé par un grand nombre de vallons, dans lesquels passent des ruisseaux ; on y voit des terres fertiles et grains de toutes espèces, d'excellents pâturages et peu de landes[8]. »

À la veille de la Révolution française, la famille de Gourio (elle était alors aussi seigneur du Rouasle, de la Salle, de Coëtanguy, de Cornagazel, etc[18]..) possédait toujours le manoir de Lannoster et les autres maisons nobles étaient alors Le Gourequer, Kerannou, Kerbrat, Kergrech, Kerbabu, Kerhalz, le Mendi, Pentré et Le Rest-Baudies[8].

La Révolution française[modifier | modifier le code]

Les deux députés représentant la paroisse de Plabennec lors de la rédaction du cahier de doléances de la sénéchaussée de Lesneven le étaient Thévenan Jézéquel et Jean Le Normand[19].

Une émeute éclate le à Plabennec, et dure jusqu'au 22 mars 1793, réprimée par les troupes du général Canclaux ; elle fit deux morts parmi les gardes nationaux et cinq parmi les paysans révoltés.

Article détaillé : Combat de Plabennec.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Plabennec dans la première moitié du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le manoir du Rest devient en 1820 la propriété de Hyacinthe Le Bescond de Coatpont[b] ; sa fille Marie-Thérèse épouse en 1832 le capitaine de frégate Germain Malmanche ; un de leurs petits-fils fut le dramaturge Tanguy Malmanche.

En 1829, l'école de Plabennec est située dans une écurie désaffectée[20].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Plabennec en 1845 :

« Plabennec, commune formée par l'ancienne paroisse de ce nom ; aujourd'hui cure de 2e classe. (...). Principaux villages : Keragoff, Kerbrat, Kergoadou, Kerjestin, Kergoff, Keruzaouen, Keranguéven, Kermorvan, Lannorven, Kerstrat, Lormeau, le Mendy et Kerhuon. Superficie totale 5 271 hectares dont (...) terres labourables 2 455 ha, prés et pâtures 298 ha, vergers et jardins 39 ha, bois 51 ha, étangs 54 ha, landes et incultes 2 050 ha (...). Plabennec est un bourg très important, bien bâti, et dont l'aspect ne rappelle en rien les autres bourgs du Finistère ; mais l'église est neuve et n'offre rien de remarquable. La route de Brest à Lessneven traverse cette localité dans la direction sud-nord. L'agriculture est assez florissante en Plabennec, grâce aux engrais de mer qui y remontent par bateaux[c], et que l'on paie 36 à 37 francs la batelée. Le blé réussit bien dans une partie des terres. On voit à l'embranchement des chemins de Plabennec et du Drennec une énorme pierre dite des Trois-Recteurs, parce qu'elle sert de limite aux deux communes que nous venons de citer et à celle de Kersaint. C'est une roche isolée, volumineuse et d'une forme quasi-ovoïde ; on y vit une inscription en caractères dont personne n'a jusqu'ici donné la traduction (...). L'étang de Leuhon est fort beau et mérite d'être cité. On lui donne 50 à 54 ha de superficie. Géologie : constitution granitique. On parle le breton[21]. »

Cette pierre gravée située à proximité de la croix des Trois-Recteurs est également décrite par le Chevalier de Fréminville qui précise qu'elle « parait avoir été roulée et placée avec intention à l'endroit où elle est », qu'« elle a huit pieds dans sa plus grande longueur, six de hauteur et trois et demi d'épaisseur » et qu'elle porte une inscription que lui aussi trouve énigmatique. il ajoute qu'« une superstition ridicule des paysans des environs leur a fait croire que la pierre qui en est revêtue était creuse et renfermait un trésor. Dans cette persuasion, quelques-uns y ont fait au ciseau des entailles et une excavation carrée, qui n'ont servi qu'à les désabuser de leur supposition absurde »[22].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le droit de vaine pâture[modifier | modifier le code]

Le droit de vaine pâture s'exerçait encore couramment au milieu du XIXe siècle :

« Les terrains communaux (...) sont livrés toute l'année au pâturage au profit des habitants des communes possédant ces communs, composés la plupart de dunes et de marais peu susceptibles d'être cultivés ; c'est ce qu'on voit à Lampaul-Plouarzel, à Ploudalmézeau, à Porspoder, à Landunvez, à Rumengol, à Plabennec, à Plouvien, etc. Chacun y envoie son bétail quand et comme bon lui semble ; c'est là encore qu'on dépose et qu'on met à sécher les plantes marines. Seulement de temps en temps, les communes vendent tout ou partie des communs, qui disparaîtront insensiblement et accroîtront la masse des terrains cultivés. (...) Les landes, marais,et généralement tous terrains déclos et non cultivés sont encre soumis à la servitude de vaine pâture. (...) La cessation de l'indivision ne suffit point pour mettre fin à la vaine pâture, il faut encore qu'il y ait clôture des terres[23]. »

En 1896, un document indique que les sœurs de l'Immaculée Conception de Saint-Méen assistaient et soignaient gratuitement les malades de Plabennec à domicile[24].

Le château de Leuhan[modifier | modifier le code]

Le château de Leuhan, de style néogothique, a été construit entre 1882 et 1884 par John Burnett Stears[d] et son épouse Béatrice de Trobriand[e], laquelle se remaria en 1900 avec Olivier de Rodellec du Porzic après le décès de son premier époux[25]. Son parc est inscrit monument historique[26].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Antoine Morvan, maire de Plabennec, fit partie des onze maires qui adressèrent en octobre 1902 une protestation au préfet du Finistère à propos de la circulaire interdisant l'usage de la langue bretonne dans les églises[27].

Le recteur refusait alors l'absolution aux parents qui mettaient leurs enfants à l'école publique[28].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Plabennec : le monument aux morts de 14-18

Le monument aux morts de Plabennec porte les noms de 146 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale : 8 d'entre eux sont morts en Belgique dont 5 dès 1914, notamment dans les combats de Rossignol et de Maissin et 1 (François Guennegues) lors de la Bataille d'Ypres en 1915 ; un soldat (Yves Guiziou) est mort à Douala (Cameroun) ; Hervé Thomas a été tué à l'ennemi en Grèce alors qu'il participait à l'expédition de Salonique ; 4 (Gabriel Boucher, Alain Lazennec, Michel Le Guen, Joseph Ropars) sont des marins disparus en mer ; Guillaume Le Fur, Jacques Page et François Paul sont morts alors qu'ils étaient prisonniers en Allemagne; la plupart des autres sont morts sur le sol français dont Claude Eozenou, Jean Le Gall et Claude Le Gall, décorés de la Médaille militaire et de la Croix de guerre, et Yves Pervez et Pierre Segalen, décorés de la Croix de guerre[29].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1922, il y avait 2 élèves à l'école publique mixte de Plabennec et 381 garçons et 270 filles dans les deux écoles catholiques de la commune[28].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Huit jeunes plabennecois ont rejoint les Forces françaises libres en Angleterre à la suite de l'appel du 18 juin : Albert Lossouarn, né le à Plabennec, a servi dans la 2e DB, de même que Jean et Léon Breton (deux frères) et Joseph Bleinhant ; Jean Bleinhant (frère du précédent) et François Mesguen dans la 1re DB ; Marcel Bouguen, pilote des Forces aériennes françaises libres, est mort le lors d'un vol au-dessus de la Manche ; Alain Caër a servi dans la Marine et notamment sur le patrouilleur Reine des flots[30]. François Kerzil, marin, a servi sur le Dupleix et le Calais ; Jean Roudaut (15 ans en 1940) a aussi servi dans la Marine et Gervais Person dans l'armée de l'air[31].

Le , à Plabennec, Raymond Meunier, un jeune français, est mortellement blessé par un officier allemand pour une raison inconnue[32]. Le moulin du Pont fut attaqué par les Allemands en mai 1944[33].

Le , les troupes américaines arrivent à Plabennec. Des troupes allemandes installent alors des guetteurs dans le clocher de l'église de Gouesnou ; ceux-ci sont attaqués par des résistants locaux. Les Allemands prennent alors des otages dans la population de Gouesnou et ceux-ci sont fusillés à Penguerec.

Article détaillé : Massacre de Penguerec.

Une plaque commémorative, dite "Mémorial de Lormeau"[34] (située le long de la route entre Plabennec et Gouesnou), évoque la mémoire de 75 soldats de la 6e division blindée américaine tués dans la région de Plabennec et Plouvien les 8 et . Elle porte l'inscription suivante : « À la mémoire des 75 soldats de la 6e division blindée morts au combat les 8 et 9 août 1944 pour libérer cette terre - Sur la pierre et dans notre coeur à jamais. La 6e division blindée américaine commandée par le général Robert W. Grow et forte de 15 000 hommes a débarqué à Utah-Beach le 18 juillet 1944. Fer de lance de la campagne de Bretagne conduite par le général George J. Patton, elle a percé le front de Normandie à Avranches le 31 juillet et elle était devant Brest le lundi 7 août en fin d'après-midi. Du 18 juillet 1944 au 8 mai 1945, 1275 hommes de la 6e DB sont morts au combat - Killed in action »[35].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2010, Plabennec compte 8 084 habitants (soit une augmentation de 11,5 % par rapport à 1999). La commune occupe le 1 230e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 302e en 1999, et le 16e au niveau départemental sur 283 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Plabennec depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint en 2015 avec 8 326 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 0803 0863 7793 0003 8313 5403 5553 6243 752
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 6633 5573 5713 5563 5563 6583 5773 6583 606
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 6283 8363 8873 8233 7583 7133 7684 0984 036
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
4 3894 4845 1686 4356 6006 9977 5688 2448 326
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (24,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,5 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 21,7 %, plus de 60 ans = 16,1 %) ;
  • 50,6 % de femmes (0 à 14 ans = 21 %, 15 à 29 ans = 15,8 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 20,2 %, plus de 60 ans = 21,1 %).
Pyramide des âges à Plabennec en 2007 en pourcentage[38]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,3 
75 à 89 ans
8,1 
10,5 
60 à 74 ans
12,0 
21,7 
45 à 59 ans
20,2 
23,0 
30 à 44 ans
22,0 
17,7 
15 à 29 ans
15,8 
21,5 
0 à 14 ans
21,0 
Pyramide des âges du département du Finistère en 2007 en pourcentage[39]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,2 
6,7 
75 à 89 ans
11,6 
13,6 
60 à 74 ans
15,3 
21,4 
45 à 59 ans
20,2 
20,8 
30 à 44 ans
18,9 
18,4 
15 à 29 ans
16,1 
18,7 
0 à 14 ans
16,7 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[40]
Période Identité Étiquette Qualité
1803 1811 Jean Gestin[f]   Cultivateur.
1811 1813 Jean Chopin[g]   Cultivateur.
1814 1821 Louis Vincent Damesme[h]   Vétérinaire.
1821 1823 Jean Marie Macon    
1823 1829 François Marie Mazé[i]   Cultivateur.
1829 1830 Didier Lucas[j]   Notaire royal à Plabennec.
1830 1836 René Tréguer[k]   Marchand de vin en gros.
1838 1844 Charles Vaumousse de La Rougetière[l]   Nommé par le roi. Juge de paix
1844 1844 François Chopin[m]   Notaire.
1847 1877 Jean Louis Moal[n]    
1878 1884 Julien Le Breton[o]   Cultivateur.
1884 1885 Jaoua Fagon[p]   Cultivateur.
1886 1892 Jean Pierre Briat[q]   Percepteur.
1892 1894 Ténénan Le Gall[r]   Cultivateur
1894 1912 Antoine Morvan[s]   Cultivateur.
1912 1939 Pierre Jestin[t]    
1940 1944 François Tinévez[u]   Cultivateur. Chevalier de la Légion d'honneur.
1945 1952 Jean Monfort    
1961 1965 Yves Jacob    
1965 1995 Jean-Louis Goasduff RPR-UMP Agriculteur - Député (1978-1997)
mars 1995 2008 Louis Coz[v] UMP  
mars 2008 2014 Jean-Luc Bleunven DVG-PS Agriculteur - Député (2012-2017)
mars 2014 en cours Marie-Annick Creac'hcadec UMP-LR Cadre

Héraldique[modifier | modifier le code]

Description du blason
Blason ville fr Plabennec (Finistère).svg Blason Écartelé aux premier et quatrième d'azur à la tour sommée de trois tourillons d'argent, portée sur une demi-roue du même, au deuxième et au troisième d'or au lion d'azur ; le tout sommé d'un chef d'argent chargé de cinq mouchetures d'hermine de sable.

Ornements extérieurs : devise : Var araog atao ("En avant toujours").

Notes Le blason reprend les armes de la famille de Kermavan écartelé par courtoisie par ceux de la famille de Lesquelen.
Statut Statut officiel à déterminer…
Concept. Yann Nicolas

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

  • La chapelle de Locmaria (ou Locamrai-Lann): immédiatement le regard est attiré par l'imposant clocher, décoré d'un double étage de beffroi terminé par une flèche pyramidale, qui date de la Renaissance (construit en 1580) et en affiche toutes les coquetteries. Cette tour était célèbre dans le pays et une affinité mystérieuse la reliait, selon la légende, à celle, plus vénérable encore de Lochrist-an-Izelvat en Plounévez. Le porche abritait douze statues de saintes en costume du XVIe siècle et non celles des douze apôtres comme on aurait pu le croire.
    Une fois dans la chapelle, on est frappé pas son dénuement. Peut-être doit-elle cette austérité à son histoire. En effet, la chapelle du XIIIe siècle, supporta bien mal le lourd poids des ans et des siècles. Tombée en ruine lors de la Révolution française (son clocher tomba sur la toiture en 1833), elle fut restaurée en 1841 en étant raccourcie d'une travée et les travaux pour la mettre en valeur continuent encore aujourd'hui. Le maître-autel en kersanton est décoré de panneaux néogothiques finement sculptés, le retable porte la date de 1682. Son porche est décoré de statues de douze saintes, en bois et portant le costume de la fin du XVIe siècle. La croix-calvaire située à proximité, datée de 1527, compte onze personnages[41].

Il se dégage de cette chapelle, un savant mélange de luxe et de sobriété, d'exubérance et d'austérité, un calme reposant, un charme étrange. Tanguy Malmanche les a d'ailleurs bien éprouvés, lui qui venait souvent se promener dans le coin : « durant les chaudes journées d'été, je ne connais pas d'asiles plus agréables que ces chapelles sur la campagne. Il y règne la fraîcheur d'une cave qui serait ensoleillée ».

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La chapelle de Lanorven, dédiée à sainte Anne, de plan rectangulaire, est située sur la route de Kersaint-Plabennec. Elle date du XVIe siècle mais a été restaurée en 1660 et à nouveau en 1891. Elle possède des statues de saint Cadou et de sainte Anne ainsi qu'un groupe statuaire représentant sainte Anne et la Vierge Marie. La toile située au-dessus de l'autel illustre l'éducation de Marie et date de 1868. Une association de quartier dénommée Santez Anna Lanorven s'est créée pour la sauver de la ruine[42].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • L'église paroissiale Saint-Thénénan : c'est au cœur d'un paysage paradisiaque que saint Thénénan (ou Ténénan) fonda l'église de Plabennec. Thénénan était, si on en croit la légende, extraordinairement beau, si beau qu'il était l'un des plus brillants seigneurs des « nobles cours ». Las de cette vie de luxe et de tous ses succès faciles, Thénénan supplia le Seigneur de l'enlaidir. Ce dernier entendit sa prière et couvrit son corps d'une lèpre repoussante. Thénénan consacra alors sa vie aux bonnes œuvres et fit preuve d'une grande bonté et charité. Après quelques années d'épreuve, saint Carantec décida de le guérir et l'envoya en Armorique. Là, il fonda l'église de Plabennec et celle de la Forest. Il défendit vaillamment le pays contre les incursions danoises et peu après fut appelé au siège épiscopal de Saint-Pol. Il mourut en 635.
    L'église actuelle a été construite en 1720 à l'emplacement exact de l'ancienne. Les bâtisseurs ont d'ailleurs conservé de cet ancien édifice le clocher et le porche méridional de style classique datant de 1674. Le clocher, imitation de celui de Berven, date quant à lui de 1672. Il a beaucoup souffert de l'usure du temps et s'il a pu être conservé en 1720, il fut frappé par la foudre, le . Complètement décapité, une restauration s'imposait. Il fallut attendre 1762 pour que le clocher soit reconstruit. Il est assez étonnant et détonne un peu dans le paysage. Vue de loin, la tour, terminée brusquement en dôme, présente l'aspect d'une coupole d'église russe.
    Mais le principal intérêt de cette église Saint-Thénénan n'est pas tant son allure générale que son mobilier. En effet, l'autel latéral de droite est décoré d'un retable du Rosaire (c'est-à-dire le triple Chapelet) à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne, autour sont développés les grands mystères liturgiques. Ce retable serait l'œuvre du grand sculpteur landernéen Maurice Le Roux, réalisé en 1602. C'est également à ce talentueux sculpteur que l'on doit le retable de la chapelle sud du transept, réalisé quant à lui en 1682. On trouve un troisième retable dans la petite chapelle nord du transept, datant du XVIIIe siècle et mettant en scène la Flagellation. Dans les panneaux latéraux, on peut admirer David et sainte Cécile en bas-relief. L'église abrite les statues de saint Ténénan, saint Pierre, saint Paul, saint Sébastien, saint Roch, saint Herbot et saint Yves.
    À proximité se trouvent un calvaire original et un petit ossuaire.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Monuments civils[modifier | modifier le code]

  • La motte féodale de Lesquelen : il s'agit de vestiges d'un village fortifié du Moyen Âge. Lez signifie en breton "cour seigneuriale", ce qui correspond à une enceinte fortifiée, et kelen veut dire houx. En l'occurrence c'était le château de la famille Lesquelen, lignée cadette des seigneurs de Léon qui a relevé par mariage en 1279 le nom de la dernière héritière du lieu. On y trouve les vestiges d'une occupation allant du VIIe au XVIe siècle. La motte en elle-même est un lieu de défense construit vraisemblablement autour du Xe siècle. Elle se fortifie progressivement en se couvrant de pierres plates puis en accueillant au lieu d'une maison en bois une tour en pierre.
    On peut voir encore aujourd'hui à côté de la motte les vestiges du village et de la chapelle qui l'entouraient.
Le manoir du Rest
  • Le manoir du Rest et Tanguy Malmanche : cette belle bâtisse ne se distingue en rien des autres manoirs : les bâtiments encadrent une cour carrée que fermait jadis un mur à double porte. L'aile gauche se termine par un petit campanile flanqué d'une tourelle au toit en poivrière. Mais si le manoir n'a rien de bien original, il abrite par contre un hôte peu courant. En effet, le fantôme d'une châtelaine hante toujours l'imposante demeure. Voulant venger son honneur blessé par sa trop galante épouse, le châtelain punit la volage en lui tranchant la tête avec la grande épée de ses pères. Depuis, on peut croiser dans les couloirs du Rest, mais seulement à minuit, la châtelaine portant sa tête sur un plateau d'argent.
    Peut-être Tanguy Malmanche, au fil de ses rêveries croisa-t-il au détour d'un couloir, cette étrange locataire. En effet, ce dramaturge breton, né le partagea sa jeunesse entre sa demeure de Brest et le manoir du Rest. Il appréciait beaucoup le charme de cette "vieille propriété de famille" et passait de longues heures à se promener dans les campagnes environnantes. Il se sentait particulièrement attiré par les chapelles isolées (Locmaria, Landouzen, Saint-Jean-Balanant, Saint-Jaoua et Saint-Thenenan) comme il l'écrit dans l'introduction de sa version française de la vie de Salaun, le fou du Folgoët. On parle encore aujourd'hui du circuit de Tanguy Malmanche pour désigner ces chapelles.
    Le manoir du Rest est une propriété privée, il ne se visite pas.

Vie sportive[modifier | modifier le code]

Plusieurs clubs sportifs se distinguent à Plabennec :

  • Le Stade Plabennecois Football dont l'équipe évolue actuellement en National 3, après avoir été en National.
  • Le Rugby Club Plabennec dont l'équipe 1 évolue en championnat honneur (plus haute division régionale).
  • Le Stade Plabennécois Handball dont l'équipe féminine 1 dispute le championnat de prénationale.
  • Le dojo plabennécois en judo.
  • Le Vélo Sport Plabennécois, qui a compté dans ses effectifs Olivier Le Gac professionnel à la Groupama-FDJ et champion du monde junior sur route 2010, Romain Le Roux professionnel dans l'équipe Fortuneo-Samsic, Aude Biannic professionnel dans l'équipe Movistar, ou encore Mickaël Quéméner, triple champion du monde sur piste dans la catégorie junior en 1997 et 1998 et professionnel dans l'équipe Cofidis en 1999.
  • La Skol Gouren Bro an Aberioù (École de Lutte Bretonne du Pays des Abers) qui permet la pratique du Gouren et des luttes celtiques.

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 16 décembre 2010.

En 2016, La filière bilingue de l'Enseignement Catholique voit la création d'une association Dihun Plabenneg en lien avec la Fédération Dihun Breizh.

En 2017, 150 élèves étaient scolarisés à l’école Diwan et dans les filières bilingues catholiques (soit 12,5% des enfants de la commune inscrits dans le primaire) [43].

À la rentrée scolaire 2017/2018, 114 élèves sont scolarisés au sein de la filière bilingue Dihun de l'enseignement catholique (école Sainte-Anne et collège Saint-Joseph) et 24 élèves au sein de l'école Diwan[44].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Plabennec est jumelée avec une seule ville :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

* Fañch Coant, Arrivée de la fée électricité à Plabennec, Korn-Boud, n°9, 2016, pp. 13-16.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Françoise de Léon, fille d'Alain de Léon, épouse à la fin du XIIIe siècle Guillaume du Vieux-Chastel
  2. Hyacinthe Le Bescond de Coatpont, né le à Quimper, capitaine de gendarmerie maritime, décédé le à Brest.
  3. Jusqu'au fond de la partie maritime de l'Aber Wrac'h
  4. John Burnett Stears, né le à Lambézellec, fils du créateur de l’usine à gaz qui alimentait les réverbères de Brest, commandant de l'escadron des éclaireurs à cheval de la Mayenne pendant la Guerre de 1870, propriétaire du château de Ker Stears à Brest, décédé le à Brest.
  5. Béatrice Denis de Keredern de Trobriand, née le à New-York, décédé en 1941 au Castel Régis en Brignogan.
  6. Jean Gestin [Jestin], baptisé le à l'Île Gouesnou en Plabennec, décédé le à Plabennec.
  7. Jean Chopin, baptisé le à Kerveur en Plabennec, décédé le à Traon Leach en Plabennec.
  8. Louis Vincent Damesme de La Bouvernelle, né le à Ploudalmézeau, décédé le au château de Lescoat en Lanarvily.
  9. François Marie Mazé, né le à Saint-Marc, décédé le à Plabennec.
  10. Didier Lucas, baptisé le à Saint-Vougay, décédé le au Faou.
  11. René Tréguer, né le à Keréobret en Saint-Frégant, décédé le au bourg de Plabennec.
  12. Charles Jean Dominique Vaumousse de la Rougetière, né le à Lesneven, décédé le à Landerneau.
  13. François Chopin, né le à Plabennec, décédé le à Moudennou en Lanarvily.
  14. Jean Louis Moal, né le 14 pluviôse an XIII () au bourg de Plabennec, décédé le au bourg de Plabennec.
  15. Julien Le Breton, né le à Botfao en Plabennec, décédé le à Botfao en Plabennec.
  16. Jaoua Fagon, né le à Prat Lein en Plabennec, décédé le au bourg de Plabennec.
  17. Jean Pierre Briat, né le à Lesneven, décédé le à L'Aber-Wrach en Landéda.
  18. Ténénan Le Gall, né le à Mendy Lesquelen en Plabennec, décédé le à Plabennec.
  19. Antoine Morvan, né le à Plabennec, décédé le à Vourc'h Vian en Plabennec.
  20. Pierre Jestin, né le à Plabennec, décédé le à Plabennec.
  21. François Tinevez, né le à Métayrie en Plouider, décédé le à Plabennec. Il fut dès 1906 l'un des pionniers du futur Office central de Landerneau.
  22. Louis Coz, né en novembre 1933 à Plabennec, décédé âgé de 84 ans en juillet 2017, fut directeur de la Maison familiale et rurale de Plabennec ; il fut le premier président de la Communauté de commune du Pays des Abers, voir https://www.ouest-france.fr/bretagne/plabennec-29860/plabennec-louis-coz-ancien-maire-est-decede-5158587.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Plabennec »
  2. Les en breton signifie "Cour ou siège de justice", quelen signifie "enseignes"
  3. a et b http://michel.mauguin.pagesperso-orange.fr/sonj/Lezkelen.htm
  4. Vita S. Tenenani, cité dans : Albert Le Grand, Les vies des saints de la Bretagne Armorique : ensemble un ample catalogue chronologique et historique des evesques d'icelle... et le catalogue de la pluspart des abbés, blazons de leurs armes et autres curieuses recherches... (5e éd.), J.Salaün, Quimper, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f345.image.r=Guerlesquin.langFR
  5. C.-T. Le Roux et Y. Lecerf, Fouille d'un souterrain de l'Âge du fer à Kermoysan en Plabennec (Finistère), revue "Annales de Bretagne", 1971, consultable http://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1971_num_78_1_2605 et C.-T. Le Roux et Y. Lecerf, La céramique du souterrain de l'Âge du fer de Kermoysan en Plabennec (Finistère), revue "Annales de Bretagne", 1973, consultable http://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1973_num_80_1_2676
  6. https://www.kroaz-hent.org/index.php/levage-du-menhir?showall=1&limitstart=
  7. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", C.Thèse, Rochefort, 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f265.image.r=Guipavas.langFR
  8. a, b, c et d Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 3, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist03og
  9. J. Irien, "Fouilles d’un site archéologique médiéval : la motte de Leskelen en Plabennec", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome CV, 1977
  10. J. Irien, "Le site médiéval de Leskelen en Plabennec: le castel Saint-Ténénan", Bulletin de la Société archéologique du Finistère", tome CIX, 1981
  11. a et b http://michel.mauguin.pagesperso-orange.fr/sonj/Lezhisto.htm
  12. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne. Livre premier, Les bretons. 7,BROU-CARN", 1886-1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58176362/f462.image.r=Plouvien.langFR
  13. http://www.ville-plabennec.fr/decouvrir-plabennec/patrimoine/
  14. http://michel.mauguin.pagesperso-orange.fr/sonj/mamoirs.htm
  15. A. Dupuy, Les épidémies en Bretagne au XVIIIe siècle, revue "Annales de Bretagne" , novembre 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214900h/f47.image.r=Kerlouan.langFR
  16. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  17. Personnes en âge de communier
  18. J. Baudry, "Étude historique & biographique sur la Bretagne à la veille de la Révolution, à propos d'une correspondance inédite (1782-1790)", 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5816873q/f281.image.r=Lannoster
  19. J. Madival et E. Laurent, "Archives parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises" , imprimé par ordre du Corps législatif. 1re série, 1787-1799, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k480097g/f495.image.r=Locquenole.langFR
  20. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, [ (ISBN 978-27373-3908-0)]
  21. https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjcio278YbbAhUHLlAKHZlDAJ8Q6wEIKDAA#v=onepage&q=Ploabennec&f=false
  22. Chevalier de Fréminville, "Antiquités de la Bretagne: Finistère", volume 2, 1835, consultable https://books.google.fr/books?id=8k4bAAAAYAAJ&pg=PA250&lpg=PA250&dq=Pierre+des+Trois-Recteurs+Plabennec&source=bl&ots=z249-tVvsK&sig=iHbg2OWxMvF8Tx5meqvALp9Xqhw&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjwptiWqYnbAhWIWhQKHVLtB4oQ6AEIVDAG#v=onepage&q=Pierre%20des%20Trois-Recteurs%20Plabennec&f=false
  23. J.M.P.A. Limon, "Usages et règlements locaux en vigueur dans le département du Finistère", 1852, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5688569v/f98.image.r=Plouvien.langFR
  24. La France charitable et prévoyante : tableaux des œuvres et institutions des départements, numéro 1, 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5802221d/f627.image.r=Bourg-Blanc.langFR
  25. http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/chateaux-finistere-chateau-a-plabennec-chateau-de-leuhan.html
  26. http://www.actuacity.com/parc-du-chateau-de-leuhan_m48411/
  27. Journal L'Univers, n° du 30 octobre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k711249b/f4.image.r=drennec?rk=858373;2
  28. a et b Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, [ (ISBN 978-2-918135-37-1)]
  29. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=29160&pays=France&dpt=29&idsource=16043&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  30. https://www.postenavalemilitaire.com/t3233-reine-des-flots-1939-1946
  31. http://www.francaislibres.net/liste/fiche.php?index=82026
  32. Éric Rondel, Crimes nazis en Bretagne (septembre 1941 - août 1944), Sables-d'Or-les-Pins, Éd. Ouest & compagnie, (ISBN 978-2-364-28032-8)
  33. http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20040810&article=8477467&type=ar
  34. http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/plabennec/plabennec/memorial-de-lormeau-75-noms-sur-une-stele-02-08-2011-1388096.php
  35. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=992416
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  38. « Évolution et structure de la population à Plabennec en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  39. « Résultats du recensement de la population du Finistère en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  40. « Liste des maires de Plabennec », sur Archives du Finistère
  41. http://www.infobretagne.com/plabennec.htm
  42. « Lanorven », sur michel.mauguin.pagesperso-orange.fr (consulté le 9 mars 2017)
  43. (br) EOLAS, « Enseignement - Ofis Publik ar Brezhoneg », sur www.opab-oplb.org (consulté le 9 mars 2017)
  44. « Rentrée des classes 2016 », brezhoneg,‎ (lire en ligne)
  45. Présentation du jumelage avec Waltenhofen

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]