Saint-Frégant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Frégant
Saint-Frégant
Le château de Penmarc'h en Saint-Frégant.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Lesneven
Intercommunalité Communauté Lesneven Côte des Légendes
Maire
Mandat
Cécile Galliou
2014-2020
Code postal 29260
Code commune 29248
Démographie
Gentilé Saint-Fréganais, Saint Fréganaises
Population
municipale
811 hab. (2016 en augmentation de 13,9 % par rapport à 2011)
Densité 96 hab./km2
Population
aire urbaine
25 712 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 36′ nord, 4° 23′ ouest
Superficie 8,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Frégant

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Frégant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Frégant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Frégant

Saint-Frégant [sɛ̃fʁegɑ̃] (en breton : Sant-Fregan) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Saint-Frégant.

Saint-Frégant est une commune du Léon située à une dizaine de kilomètres à peine du littoral de la Manche et au nord-ouest de la ville de Lesneven. Le finage communal forme grosso-modo un rectangle dont la longueur est selon l'axe nord-sud (deux ruisseaux affluents de rive gauche du Quillimadec[1], petit fleuve côtier, servent de limites communales tant à l'est qu'à l'ouest), le bourg de Saint-Frégant étant légèrement excentré dans la partie nord et le château, ainsi que le moulin, de Penmarc'h étant situés à sa limite sud, à proximité de la D 32, ancienne voie romaine, dont le tracé correspond à la limite communale avec Kernilis.

Le bourg de Saint-Frégant est à 42 mètres d'altitude, les altitudes variant de 76 mètres (à Croas-ar-Justiçou, à la limite sud de la commune) à 9 mètres (dans la vallée du Quillimadec, dans l'angle nord-est du territoire communal). L'habitat rural est dispersé, les principaux hameaux étant ceux de Kervolant, Kerfréoc, Rucaradec, Kéréobret dans la partie nord de la commune, de Keravezan, Penhoat, Lesvern, Keradennec dans sa partie sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Frégant
Guissény Kerlouan Plounéour-Trez
Guissény Saint-Frégant Goulven
Kernilis Le Folgoët Kernouës

Géologie[modifier | modifier le code]

De petites carrières d'amphibolite (qui affleurent dans un synclinal gneissique) ont été par le passé exploitées à Saint-Frégant, notamment une située près du château de Penmarc'h[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Saint Frogan en 1447, Saint Fregon en 1442, Sainct Fregan en 1481, en 1534 et en 1554[3].

Saint-Frégant vient de saint Fragan, cousin du roi breton Catovius, père de saint Guénolé et époux de sainte Gwenn[3]. De son oncle Conan Meriadec, Fragan (ou Fracan) aurait reçu le gouvernement des comtés de Léon et de Cornouaille, et il se serait illustré à Guissény dans une bataille contre les pirates[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des preuves d'occupation humaine dès la Préhistoire ont été trouvées : plusieurs tombeaux maçonnés en pierres sèches datent de l'âge du bronze et une monnaie gauloise prouve une occupation celtique[5].

Antiquité[modifier | modifier le code]

La borne milliaire de Kerscao (Musée départemental breton de Quimper).
Transcription de la borne milliaire de Kerscao trouvée à la limite de Saint-Frégant et Kernilis.

Une voie romaine (son tracé correspond à l'actuelle D 32) venant de Vorgium, via Vorganium en Plounéventer et Le Folgoët, passait ensuite près du château de Penmarc'h en Saint-Frégant et de Kerscao en Kernilis en direction de Plouguerneau et Tolente.

Une villa gallo-romaine, une habitation luxueuse, centre probable d'un vaste domaine agricole a été découverte en 1967, les fouilles se poursuivant en 1968 et 1969, à Keradennec (en limite est du territoire communal), dans un terrain occupé par un taillis dénommé Coat-ar-Mogueriou. Daniel Louis Olivier Miorcec de Kerdanet, vers 1833, avait le premier découvert le site, quatre hectares de pierres et de tuiles, qu'il assimila à tort à la ville gallo-romaine de Tolente dont le site réel reste incertain, mais que les historiens actuels pensent plutôt se trouver à Landéda, Plouguerneau ou du côté de l'Aber-Wrac'h[6],[7]. Arthur de la Borderie, dans son "Histoire de Bretagne", mentionne la présence à cet endroit de plus de 600 fragments de poteries et de nombreuses monnaies romaines d'or, d'argent et de bronze s'échelonnant depuis l'empereur Auguste jusqu'à Honorius[8].

La villa romaine de Keradennec date des IIe siècle - IVe siècle après J.-C. ; elle est composée de quatre corps de bâtiments qui s'organisent autour d'une cour rectangulaire, avec un espace de réception au nord et une zone thermale à l'est, présentant encore une hauteur d'un mètre cinquante. La construction disposait d'une luxueuse décoration faite d'enduits peints et de revêtements en stuc. Il s'agit de la villa gallo-romaine la mieux conservée d'Armorique[9].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Au sud du finage communal de Saint-Frégant, la limite communale avec Kernilis est formée par l'ancienne voie romaine (actuelle D 32) allant de Vorgium (Carhaix) et Vorganium (Kerilien en Plounéventer) à Plouguerneau (Tolente ?) dont l'ancienneté est attestée par la borne milliaire de Kerscao.

La famille de Penmarc'h[modifier | modifier le code]

La famille de Penmarc'h, présente aux montres de 1426 à 1534, était « des plus nobles et des plus anciennes de l'évêché de Léon, et, par lettres patentes de la reine Anne, de l'an 1302, elle fut érigée en seigneurie de bannière avec éloge, scavoir, qu'elle étoit l'une des plus nobles et anciennes chevaleries de l'évêché de Léon... »[10].

  • La famille de Penmarc'h remonte au moins à Alain I de Penmarc'h, décédé en 1350, seigneur de Penmarc'h et époux de Constance de Coëtivy. C'est la raison pour laquelle le cardinal Alain IV de Coëtivy résidait au château de Penmarc'h quand il venait dans la région[11].
    • Leur fils Alain II de Penmarc'h, époux de Guihederch du Juch, décéda vers 1375
      • Leur fils Henri I de Penmarc'h, né en 1360, décéda en 1424
        • Son fils Alain III de Penmarc'h, né en 1385, décéda en 1422. Il était l'époux d'Aliette de Lanroz.
          • Leur fils Henri II de Penmarc'h, 1er baron de Penmarc'h, né vers 1414, décéda en 1465. Il était l'époux d'Alix de Coëtivy. Un de leurs fils cadets, Christophe de Penmarc'h fut évêque de Dol, puis évêque de Saint-Brieuc.
            • Leur fils Alain IV de Penmarc'h, 2e baron de Penmarc'h, né en 1440, décédé en 1498, était l'époux d'Anne du Juch.
              • Leur fils Henri III de Penmarc'h, 3e baron de Penmarc'h, né en 1484, décédé en 1527, fut gentilhomme de la reine Anne. Il était marié en secondes noces avec Guillemette de Kerloaguen.
                • Leur fils Alain V de Penmarc'h, 4e baron de Penmarc'h, né en 1523, décéda en 1562. Il était l'époux de Françoise du Parc-Locmaria.
                  • Leur fils Claude de Penmarc'h, 5e baron de Penmarc'h, né en 1543, décédé en 1585, marié vers 1563 avec Marie de Tromelin, dame de Lanarnuz, laquelle se remaria le avec Anne de Sanzay de la Magnane, un sanglant chef ligueur), décédée avant 1619). Claude de Penmarc'h fut gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi et commissaire du ban et de l'arrière-ban du Léon.
                    • Leur fils René Ier de Penmarc'h, 6e baron de Penmarc'h, né en 1584, décédé en 1632, époux de Jeanne de Sanzay (sœur du chef ligueur Anne de Sanzay de la Magnane, fut aussi gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi.
                      • Leur fils Vincent de Penmarc'h, 7e baron de Penmarc'h, né en 1611, décédé le , époux d'Anne Gilette de Rivoalen.
                        • Leur fils Vincent Gabriel de Penmarc'h, 8e baron de Penmarc'h, né le à Saint-Frégant, décédé le à Saint-Frégant, époux d'Anne de Kermenguy. Il possédait, ainsi que son père, des droits, notamment de foire, à Goulven ainsi qu'en la chapelle Saint-Gildas en Guissény.
                          • Leur fils François Gabriel de Penmarc'h, 9e baron de Penmarc'h, né le à Saint-Frégant, décédé le à Tréguier, commissaire des haras du Léon, puis commissaire à la répartition de la capitation de la noblesse de l'évêché de Léon, époux d'Anne Renée Joseph de Bellingant.
Le château de Penmarc'h vers 1920 (carte postale Villard).

Cette famille s'est éteinte avec le décès du fils des précédents, Louis François de Penmarc'h, 10e et dernier baron de Penmarc'h, né le à Saint-Frégant, marié trois fois et mort sans enfant, le à Saint-Frégant.

« Toutes les terres du village de Keradennec appartenaient jusqu'à la Révolution française à la famille de Penmarc'h, dont le château (...) se trouve à 600 m à l'ouest. On a déjà souligné que celui-ci avait dû prendre la suite de l'établissement romain de Keradennec. (...). Ceci montre d'ailleurs une permanence remarquable de l'habitat seigneurial à travers les vicissitudes de l'histoire[6]. »

L'emplacement de la croix antique de Croas ar Justiçou, dont le nom indique l'endroit où les seigneurs de Penmarc'h rendaient la justice, correspond à un ancien carrefour antique : vers l'est, un très ancien chemin qui se dirige en ligne droite vers Lesneven et qui porte dans la tradition locale nom de « voie romaine » et qui passe par d'anciens centres paroissiaux (Guicquelleau, Lannuchen, Élestrec) même si ceux-ci sont désormais délaissés ; vers l'Ouest, une ligne continue de talus débouche, dans la commune de Kernilis, sur une voie dénommée en breton Streat Hir (« Chemin long ») et mène jusqu'à l'établissement gallo-romain de Kerbrat-Huella, dans la commune de Kernilis ; un troisième chemin, vers le nord-ouest, va en direction du château de Penmarc'h. D'autres traces actuelles de l'ancienne cadastration antique existent ; des traces toponymiques aussi : par exemple de nombreux champs portent le nom de An Nemeur, déformation du breton An Hent Meur (« La Grand Route »)[6].

Le château de Penmarc'h fut en partie dévasté par un incendie qui, dans la nuit du 13 au , ruina toute l'aile gauche du château, détruisant une partie des archives et amenant le pillage du reste. Les bâtiments subsistants du château de Penmarc'h laissent imaginer la grandeur de l'ancien château[12]. Vincent Gabriel de Penmarc'h put toutefois en restaurer une grande partie.

Le manoir de Penhoat[modifier | modifier le code]

Dessin du manoir de Penhoat en Saint-Frégant (disparu de nos jours).

Le manoir de Penhoat[13] se trouvait à Saint-Frégant. Le nom de Penhoat ("la lisière du bois" en français) est très fréquent en Bretagne : il ne faut par exemple pas confondre de manoir de Penhoat avec le château de Penhoët, situé dans la commune voisine de Saint-Thégonnec et qui était le fief de la famille de Penhoët. Mais l'homonymie laisse supposer que le manoir de Penhoat était peut-être une dépendance du château de Penhoët. Il fut habité par la branche de Penhoat de la famille de Kersauzon.

Article détaillé : Famille de Kersauson.
  • Guillaume de Kersauson, fils d'Hervé I de Kersauson, est à l'origine de la branche des Kersauson de Penhoat, épouse vers 1447 Gilonne du Chastel, fille d'Olivier du Chastel et de Jeanne de Malestroit. C'est lui qui achète en 1440 le manoir de Penhoat en Saint-Frégant, manoir que ses descendants habiteront jusqu'en 1563. Décédé après 1483. il fut sénéchal de Landerneau en 1472.
    • Guénolé de Kersauson, sieur de Penhoat, marié avec Anne-Catherine de Langoueznou, originaire de Plouvien. Il représente son père aux montres de 1481 et 1483.
      • Guillaume II de Kersauson, sieur de Penhoat, épouse le Catherine de Lescoët.
        • Guillaume III de Kersauson, sieur de Penhoat, épouse le Claude de Cornouaille, du manoir de Lossulien, paroisse de Guipavas (commune du Relecq-Kerhuon désormais).
          • François de Kersauson, sieur de Penhoat, époux de Marie de Kergadiou, décédé le au manoir de Penhoët en Saint-Frégant.
            • Vincent-Gabriel de Kersauson, sieur de Penhoat, époux de Marie du Drenec, mais tous leurs enfants moururent en bas âge.
            • Anne de Kersauson, mariée le avec Olivier II de Coëtlosquet.
            • Guillaume IV de Kersauson, frère des précédents, à l'origine de la sous-branche des Kersauson de Penendreff.

Lors de la Révolution française, le manoir de Penhoat était possédé par l'amiral Jean-Honoré de Trogoff qui avait combattu lors de la Guerre d'indépendance des États-Unis, mais qui livra Toulon aux Anglais en 1793. C'est lui qui aurait fait construire un nouveau manoir ganri de lucarnes à fronton triangulaire et avec de hautes cheminées, accolé au vieux manoir du XVe siècle de style gothique. Les restes de ce manoir ont été rasés en 1980[14].

Les autres manoirs[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Kergoff fut depuis le XVe siècle aux mains de la famille Duplessis, le manoir actuel de Kergoff datant du XVIe siècle ; le manoir de Lesguern date du XVe siècle et fut la propriété successivement des familles Lesguern[Note 1] (Michel Le Nobletz, alors enfant, y séjourna chez Hervé Le Nobletz[Note 2]et Françoise de Lesguern[Note 3], ses grands-parents maternels[15]), du Beaudiez, Huon de Kerézellec[Note 4] et Crésolles[16]. En 1761 René du Plessis[Note 5] était seigneur du Plessis ; trois de ses descendants furent maires de Saint-Frégant dans le courant du XIXe siècle, mais cette famille est désormais éteinte[17].

La famille de Lesguern fut présente à toutes les réformations et montres entre 1447 et 1534 pour la trève de Saint-Frégant et prouva son ancienne extraction noble depuis neuf générations lors de la réformation de la noblesse de 1669[18]. En 1411 l'héritière du manoir épousa Prigent de Coëtmenech, mais leurs descendants reprirent le nom de Lesguern.

Sous l'Ancien Régime, Saint-Frégant était une simple trève de la paroisse de Guissény.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Frégant est construite en 1730 (c'était alors une église tréviale) ; elle contenait un buste reliquaire datant du XVe siècle, classé monument historique, qui se trouve désormais exposé au musée de l'abbaye de Landévennec. Ce buste, haut de 19 cm, est en argent et vermeil ; il repose sur un socle ovale à décor perlé. Le crâne tonsuré présente en son sommet une lunette ronde ouvrant sur la relique[19]. Ce buste reliquaire pouvait être, à l'origine (comme celui de Locquénolé), porté par quatre pieds en forme de lions, tous disparus[20].

L'église possède d'autres trésors anciens : le bas-relief du maître-autel en bois sculpté date du XVIIe siècle (il représente un épisode de la vie de saint Guénolé), une statue de sainte Gwenn (la mère de saint Guénolé) et une autre de saint Éloy (en fait saint Alor) placées de part et d'autre du vitrail central. Sur le mur de l'enclos paroissial se dressent trois calvaires, dont l'un date de 1443 et compte parmi les plus anciens calvaires bretons[21].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Jean Branellec, né en 1742, recteur constitutionnel de Saint-Frégant, fut un des rares prêtres constitutionnels à gagner dans le Léon l'estime de ses paroissiens. Le , des soldats arrêtèrent un prêtre venu clandestinement célébrer une messe à Saint-Frégant[22].

Après la révolte du Léon de 1793, Guissény est occupée militairement et doit payer une amende : en mars 1793, Kernilis fit partie, avec Guissény, Plounéventer, Ploudaniel, Plouguerneau et Kerlouan, des communes condamnées à payer en tout 40 600 livres de dédommagement pour s'être rebellée contre le gouvernement républicain[23] (Saint-Frégant eut à payer 250 livres[24]).

Jean-Marie Branellec[Note 6], né à Saint-Frégant, alors trève de Guissény, curé du Minihy (une des paroisses de Saint-Pol-de-Léon), qui refusa en janvier 1791 de prêter serment à la Constitution civile du clergé, fut guillotiné Place du Château à Brest à la fin du mois de mars 1794[25]. Il a laisé en dernières volontés un cantique en breton composé peu avant son exécution[26].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Annonce de la vente du château de Penmarc'h en Saint-Frégant et des propriétés qui en dépendaient (1895).

En 1800 Saint-Frégant est inclus dans le canton de Lannilis ; ce n'est qu'en 1967 que la commune fut, à sa demande, rattachée au canton de Lesneven[27].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Saint-Frégant en 1845 : « Saint-Fregan ; commune formée de l'ancienne trève de Guisseny, aujourd'hui succursale. (...) Géologie : granite à l'ouest, gneiss à l'est. On parle le breton »[28].

En 1870 la commune de Saint-Frégant ne possédait toujours pas de mairie[29]. Gabriel Le Boulch[Note 7], garde mobile du Finistère, membre de l'Armée de la Loire pendant la Guerre de 1870, eût le pied gauche gelé et dût subir l'amputation du gros orteil ; ses autres orteils furent déformés[30].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

En août 1902, l'école privée confessionnelle de Saint-Frégant fut fermée sans incidents graves ; « les manifestants résistèrent à la gendarmerie, mais se retirèrent devant les soldats »[31].

Le , le maire de Saint-Frégant signale la détresse des pêcheurs de Kerlouan et Saint-Frégant[32]. En septembre 1903 le général boër Maritz vint séjourner quelque temps chez Louis Duplessis Quinquis, maire de la commune[33].

Par décret en date du est autorisé la création dans la commune de Saint-Frégant d'un bureau de bienfaisance dont la dotation a été constituée au moyen des biens ayant appartenu à la fabrique de l'église de la commune[34].

En juillet 1914, un homme de la commune fut condamné à 5 francs d'amende par le tribunal correctionnel de Brest « pour avoir coupé du goémon sur un territoire dépendant de la commune alors qu'étant à Saint-Frégant depuis moins de six mois, il n'avait pas le droit de faire une coupe de goémon »[35].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Saint-Frégant.

Le monument aux morts de Saint-Frégant porte les noms de 34 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux, 1 (Goulven Bihan) est mort en Belgique dès novembre 1914, 1 (Julien de l'Estang du Rusquec) est mort alors qu'il était interné dans un camp en Suisse, 1 (Jean Jaffrès) est mort en captivité en Allemagne ; les autres sont décédés sur le sol français (dont Noël Jézéquel, décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre)[36].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La ville de Brest acheta en 1922 le château de Penmarc'h et y installa une école de plein air (colonie de vacances) pour les enfants des deux sexes âgés de 6 à 13 ans[37].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Saint-Frégant porte les noms de 13 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Deux soldats originaires de Saint-Frégant (Jean-Louis Ronvel et Albert Loaëc) sont morts pour la France pendant la Guerre d'Indochine et deux (Jean-François Le Rest et Yves Loaëc) pendant la Guerre d'Algérie.

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2012, l'ancien presbytère, inhabité depuis longtemps, a été rénové pour abriter des logements sociaux[38].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Saint-Frégant[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1794 Yves Le Menec[Note 8]    
Juin 1794 Juillet 1794 Corentin Roy[Note 9]   Cultivateur.
1803 1804 Roudaut    
Février1808 Novembre 1808 Jean Pont[Note 10]    
1806 1816 Alexandre Le Bescond Chef Du Bois[Note 11]   Avocat à la Cour et notaire royal au siège de Châteaulin, Avocat au Parlement.
Avril 1817 Août 1817 Charles-Édouard Duplessix[Note 12]   Rentier.
1817 1821 François-Marie Duplessix Quinquis[Note 13]   Frère de Charles-Édouard Duplessix.
1821 1838 Goulven Joseph Boulch[Note 14]    
1844 1851 Louis Marie Duplessis Quinquis[39]   Fils de Charles-Édouard Duplessix, maire en 1817.
1853 1863 Guénolé Le Boulch[Note 15]   Fils de Goulven Joseph Boulch, maire entre 1821 et 1838.
1864 1870 Yves Marie Le Breton[Note 16]   Cultivateur. Gendre de Goulven Joseph Boulch, maire entre 1821 et 1838.
1870 1873 Guillaume Le Gall[Note 17]   Cultivateur. Quitte Saint-Frégant en 1873 en raison de son mariage pour vivre à Guicquelleau.
1874 1876 Guillaume Le Bihan[Note 18]   Cultivateur.
1876 1888 Yves Marie Breton   Déjà maire entre 1864 et 1870.
1888 1910 Louis Duplessis Quinquis[Note 19]   Célibataire. Propriétaire. Fils de Louis Marie Duplessis Quinquis, maire entre 1844 et 1851.
1910 1935 Goulven Broudin[Note 20]   Cultivateur.
1935 1943 Jean François Théophile Calvez[Note 21]   Cultivateur.
1945 1952 Guillaume Broch[Note 22]   Cultivateur.
1965 1972 Goulven Corlosquet[Note 23]   Cultivateur.
1972 1995 Eugène Jacq[Note 24]   Cultivateur à Saint-Frégant[40]
1995 2008 Anne Marie Le Borgne    
2008 2014 Gislaine Morry    
2014 En cours Cécile Galliou    
Les données manquantes sont à compléter.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Manoir de Penmarc'h.
  • Église Saint-Guénolé : elle date du XVIIIe siècle, vers 1730 (les armoiries de la famille de Penmarc'h y sont représentées car celle-ci contribua beaucoup au financement des travaux)[41], mais fut restaurée et agrandie en 1889 (à la construction déjà existante, de plan très simple, on ajouta un transept, un chœur, des sacristies et les vitraux des nefs latérales furent agrandis. L'église possède des statues de saint Pol Aurélien, saint Corentin, saint Guénolé, saint Herbot et d'un évêque bénissant.
  • Le calvaire du cimetière de Saint-Frégant, qui date de 1443, est l'un des plus vieux du Finistère ; celui situé dans l'enclos paroissial date de 1601. La commune possède 13 autres croix et calvaires, notamment la croix du château de Penmarc'h, dite aussi "Croaz-ar-Bleizi" ("Croix du loup"), qui date de 1638, et deux croix à Keradennec[42].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 002861751784753846869928888
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
855849867838787782814792750
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
765785839803831850826804751
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
757678626583578546550670771
2016 - - - - - - - -
811--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[43] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Événements[modifier | modifier le code]

Élections municipales 2008[modifier | modifier le code]

Résultats du premier tour - 9 mars

Maire sortant : Anne-Marie Le Borgne. 15 sièges à pourvoir. 12 conseillers élus au premier tour. 3 sièges en ballotage.

Liste du maire sortant, menée par Mme Anne-Marie Le Borgne - 5 conseillers élus : Paul Bianéis (212 voix), Élisa Quétron (203 voix), Yannick Jaffrès (183 voix), Carine Corlosquet (179 voix), Chantal Gaud (178 voix).

Liste ouverte, menée par Mme Ghislaine Morry - 7 conseillers élus : Ghislaine Morry (211 voix), Pierre Le Roy (207 voix), Alain Balcon (206 voix), Cécile Le Roy (202 voix), Jean Calvez (200 voix), Agnès Salaün (197 voix), Hervé Grall (192 voix).

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Prigent de Lesguern, chevalier, seigneur de Lesguern, né vers 1385, marié en 1411 avec Anne du Rest, en est le plus ancien membre connu.
  2. Hervé Le Nobletz, né vers 1540 au manoir de Kerodern en Plouguerneau, décédé en 1612 au manoir de Kerodern en Plouguerneau.
  3. Françoise de Lesguern, née vers 1565 à Saint-Frégant, décédée en 1615 au manoir de Kerodern en Plouguerneau.
  4. Hamon Huon, né à Plouvorn, seigneur de Kerselec, marié avec Marie Renée de Creachquéraut, dame de Lesguern, fut le premier membre de cette famille à être seigneur de Lesguern ; puis leur fils cadet Alain René Huon de Lesguern, né le à Tréflévénez et décédé le à Tréflévénez le fut à son tour.
  5. René du Plessis, né le à Lesneven, décédé le à Saint-Frégant.
  6. Jean-Marie Branellec, né le à Saint-Frégant.
  7. Gabriel Le Boulch, né le à Saint-Frégant.
  8. Yves Le Menec, né vers 1749 à Guicquelleau, décédé le à Saint-Frégant.
  9. Corentin Roy, né le à Lanneunval alors en Kerlouan, décédé le à Lanneunval en Saint-Frégant.
  10. Jean Pont, né le à Guicquelleau, décédé le au Grand Lesguern en Saint-Frégant.
  11. Alexandre Le Bescond Chef Du Bois, né le à Châteaulin, décédé le à Lesneven.
  12. Charles-Édouard Duplessix, baptisé le à Lesneven (fils de Gabriel-Bonaventure Duplessix, seigneur de Kergoff en Saint-Frégant et de Marie-Jeanne de Lesguern), décédé le à Kergoff en Saint-Frégant.
  13. François-Marie Duplessix Quinquis, né le à Lesneven.
  14. Goulven Boulch, né le à Plounéour-Trez, décédé le à Saint-Frégant.
  15. Guénolé Le Boulch, né le à Saint-Frégant, décédé le à Saint-Frégant.
  16. Yves Marie Le Breton, né le à Saint-Frégant, décédé le au Folgoët.
  17. Guillaume Le Gall, né le à Saint-Frégant, décédé le au manoir de Guicquelleau en Le Folgoët.
  18. Guillaume Le Bihan, né le à Goulven, décédé le à Saint-Frégant.
  19. Louis Duplessis Quinquis, né le au manoir de Kergoff en Saint-Frégant, décédé le au manoir de Kergoff en Saint-Frégant.
  20. Goulven Broudin, né le à Kerharou en Saint-Frégant, décédé le à Kerharou en Saint-Frégant.
  21. Jean François Théophile Calvez, né le à Guissény, décédé le à Saint-Frégant.
  22. Guillaume Broch, né le à Guissény, décédé le à Saint-Frégant.
  23. Goulven Corlosquet, né le à Guissény, décédé le à Saint-Frégant.
  24. Eugène Jacq, né le à Plounéour-Trez, décédé le à Brest.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Quillimadec est un petit cours d'eau long de 26,5 km, qui prend sa source sur les hauteurs de Plounéventer et forme la limite entre les communes de Ploudaniel, Trégarantec, Lesneven, Kernouës, Saint-Frégant et Guissény, situées sur sa rive gauche, et celles de Saint-Méen, Plouider et Kerlouan, situées sur sa rive droite. À la fin du XVIIIe siècle, selon Jean-Baptiste Ogée, il faisait tourner 14 moulins.
  2. Lieutenant-colonel Azéma et L. Collin, Étude des amphibolites du nord de la Bretagne, "Association française pour l'avancement des sciences", 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2012178/f280.image.r=Fr%C3%A9gant?rk=1351938;0
  3. a et b « Étymologie et Histoire de Saint-Frégant », sur infobretagne.com (consulté le 2 février 2017)
  4. http://www.lavieb-aile.com/2019/05/le-reliquaire-et-les-statues-de-saint-guenole-au-musee-de-landevennec.html
  5. Louis Pape, Une monnaie gallo-belge trouvée à Saint-Frégant, revue "Annales de Bretagne", 1968, tome LXXV, pages 267-269
  6. a b et c René Sanquer et Patrick Galliou, « Le « château » gallo-romain de Keradennec en Saint-Frégant (Finistère) », Annales de Bretagne, vol. 76, nos 76-1,‎ , p. 177-187
  7. René Sanquer et Patrick Galliou, « Le « château » gallo-romain de Keradennec en Saint-Frégant (Finistère) », Annales de Bretagne, vol. 77 numéro=77-1,‎ , p. 163-225 (lire en ligne)
  8. J. Toutain, Un site archéologique gallo-romain peu connu près de Lesneven (Finistère), "Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques", 1954, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6556376t/f96.image.r=Fr%C3%A9gant?rk=1394856;4
  9. Notice no PA29000040, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. http://www.infobretagne.com/saint-fregant.htm
  11. Abbé J. Mével, "Notice sur la Paroisse de Trémaouezan", 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k165472d/f44.image.r=Fr%C3%A9gant
  12. "Sites et monuments : bulletin de la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique générale de la France", juillet 1988, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9777689f/f79.image.r=Fr%C3%A9gant?rk=171674;4
  13. http://provincehistorique.over-blog.com/article-les-seigneurs-de-penhoet-65007408.html
  14. Jean-Yves Le Goff, Châteaux et manoirs du Léon, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton, , 128 p. (ISBN 2813802301, présentation en ligne)
  15. A. Verjus, La Vie de Mr Le Nobletz, Pretre et Missionnaire en Bretagne., I, 2, Muguet, Paris, 1666.
  16. http://www.infobretagne.com/saint-fregant.htm
  17. Louis Le Guennec, "Le Finistère monumental", tome II "Brest et sa région", Les Amis de Louis Le Guennec, Quimper, 1981
  18. J. Baudry, "Étude historique & biographique sur la Bretagne à la veille de la Révolution, à propos d'une correspondance inédite (1782-1790)", tome 2, 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5829130r/f166.image.r=Lesguern?rk=321890;0
  19. http://www.lavieb-aile.com/2019/05/le-reliquaire-et-les-statues-de-saint-guenole-au-musee-de-landevennec.html
  20. Yves-Pascal Castel, Les orfèvres de Basse Bretagne, APIB - Les Cahiers du Patrimoine, 1994, p.227
  21. Notice d'information touristique se trouvant dans l'enclos paroissial de Saint-Frégant
  22. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  23. Charles-Laurent Marie, "Histoire de la Bretagne républicaine depuis 1789 jusqu'à nos jours", 1875, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57656266/f151.image.r=Ploun%C3%A9venter.langFR
  24. Prosper Levot, "Histoire de la ville et du port de Brest pendant la Terreur", consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96132324/f88.image.r=guiss%C3%A9ny?rk=3326196;4
  25. Albert Laot, "La bataille de Kerguidu. Révolte contre-révolutionnaire en Basse-Bretagne, mythe et réalité", Skol Vreizh n°65, 2013 et Abbé Y. Le Roux, "Prêtres et laïcs guillotinés", 1933, consultable http://bibliotheque.idbe-bzh.org/data/cle_85/PrAtres_et_Laic_GuillotinAs_du_diocAse_de_Quimper_.pdf
  26. Henri Pérennès, Derniers sentiments de M. Branellec, vicaire de Saint-Pol-de-Léon, revue "Annales de Bretagne", 1937, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115338s/f158.image.r=Guiss%C3%A9ny
  27. http://saint-fregant.e-monsite.com/pages/histoire-de-la-commune.html
  28. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:"Dictionnaire+historique+et+géographique+de+la+province+de+Bretagne"&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjvtezdybvlAhVM1eAKHRWIAqcQ6wEIKjAA#v=onepage&q=Saint-Frégant&f=false
  29. Journal La Liberté, n° du 16 mai 1870, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k47419712/f2.image.r=Fr%C3%A9gant?rk=407727;2
  30. Jean-Charles Chenu, "Rapport au conseil de la Société française de secours aux blessés des armées de terre et de mer, sur le service médico-chirurgical des ambulances et des hôpitaux, pendant la guerre de 1870-1871", tome 2, 1870-1871, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6115174x/f665.image.r=Fr%C3%A9gant?rk=2017177;2
  31. "Journal officiel de Madagascar et dépendances", n° du 20 août 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6505390d/f4.image.r=Fr%C3%A9gant?rk=686698;4
  32. Journal La Fronde, n° du 7 février 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6705999p/f3.image.r=Fr%C3%A9gant?rk=128756;0
  33. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 22 septembre 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640103m/f2.image.r=Fr%C3%A9gant?rk=21459;2
  34. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", n° du 31 mars 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6335889t/f27.image.r=Fr%C3%A9gant?rk=300430;4
  35. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 14 juillet 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k644051c/f7.image.r=Fr%C3%A9gant?rk=150215;2
  36. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=16754
  37. "Congrès / Alliance d'hygiène sociale", n° du 5 octobre 1929, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5600939d/f49.image.r=Fr%C3%A9gant?rk=1030048;0
  38. https://www.bruded.fr/saint-fregant-29-a-renove-son-ancien-presbytere-en-logements-sociaux/
  39. Louis Marie Duplessis Quinquis, né le au manoir de Kergoff en Saint-Frégant, décédé le à Kéroual en Guilers.
  40. https://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/lesneven/stfregant/necrologie-eugene-jacq-ancien-maire-14-09-2010-1049098.php.
  41. http://saint-fregant.e-monsite.com/pages/histoire-de-la-commune.html
  42. http://croix.du-finistere.org/commune/saint_fregant.html
  43. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :