Combat de Plabennec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Combat de Plabennec
Description de cette image, également commentée ci-après
La chapelle de Locmaria-Lann
Informations générales
Date 19 mars 1793
Lieu Plabennec
Issue Victoire des républicains
Belligérants
Flag of France.svg Républicains Drapeau france ancien regime.svg Paysans contre-révolutionnaires
Commandants
Jean Baptiste de Canclaux
Forces en présence
1 400 hommes[1] 4 000 hommes[1]
Pertes
2 à 4 morts[2],[1] inconnues
(600 morts selon les républicains, dont 5 confirmés)[2]

Chouannerie

Batailles

Révoltes paysannes (1792-1793)
1er Vannes · Fouesnant · Scrignac · Lannion · Pontrieux · Bourgneuf-la-Forêt · Plumelec · Savenay · Loiré · Ancenis · 2e Vannes · Pluméliau · Pontivy · 1er La Roche-Bernard · 1er Rochefort-en-Terre · Pacé · Guérande · Fleurigné · Fougères · Vitré · Mané-Corohan · Plabennec · Saint-Pol-de-Léon · Kerguidu · Lamballe · Saint-Perreux · 2e Rochefort-en-Terre · 2e La Roche-Bernard
Coordonnées 48° 29′ 56″ nord, 4° 25′ 07″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Combat de Plabennec

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Combat de Plabennec

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Combat de Plabennec

La combat de Plabennec se déroula à la suite d'une révolte paysanne contre la levée en masse lors de la Pré-Chouannerie.

Combat[modifier | modifier le code]

Dans le Léon, au nord du Finistère, l'insurrection éclate le à Plabennec (des troubles se sont déjà produits les jours précédents, notamment à Guipavas et Gouesnou), 4 000 paysans[1] attaquent à dix heures du soir[1] les commissaires escortés par les 200[1] gardes nationaux de Brest[3]. Les insurgés, embusqués dans des fossés tirent plusieurs coups de fusils, le commissaire Perrot, notamment, est blessé et deux gardes nationaux sont tués[1] (Jacques Moisan et Mail).

Les Républicains battent en retraite sur Gouesnou, poursuivis par les insurgés qui tentent de délivrer les leurs, retenus prisonniers[1]. Mais en chemin, le général Canclaux leur vient en aide avec 1 200 soldats[2] et met en fuite les insurgés qui se replient sur Plabennec[1]. Canclaux occupe ensuite Plabennec, puis se porte sur Lannilis, 120 gardes nationaux prennent également le contrôle de Ploudalmézeau, dont le maire, François Barbier[4], est arrêté, tandis qu'un autre détachement occupe Gouesnou[3].

Le soulèvement est massif dans le Léon, mais le général Canclaux dispose d'importantes troupes dues à la présence à Brest d'un corps expéditionnaire en instance de départ pour Saint-Domingue afin d'aller y affronter les troupes anglo-espagnoles et les esclaves révoltés[3]. 600 insurgés ont été tués d'après une lettre écrite à la Convention par le commissaire Cahel, cependant les registres de Plabennec ne font état que de deux soldats, des gardes nationaux, tués (Jacques Moisan[5] et Noué Mail[6] ) et cinq paysans (Gabriel Le Gall[7], François Castel[8], Jean Creff[9], Guillaume Boulic[10] et Salou[11]) tués au combat[2]. Pour François Cadic les Républicains ont 4 morts (mais le registre des décès de Plabennec ne porte pas trace des deux décès supplémentaires supposés) et plusieurs blessés[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Cadic, Histoire populaire de la chouannerie, t. I, éditions Terre de Brume, , p. 360.
  • Louis Élégoët, Le Léon, Histoire et Géographie contemporaine, éditions palantines, , p. 129-130.
  • Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire, 1789-1815, éditions Ouest-France université, Rennes, , p. 113-114.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j François Cadic, Histoire populaire de la chouannerie, t. I, p. 334.
  2. a, b, c et d Louis Élégoët, Le Léon, Histoire et Géographie contemporaine, p. 129-130.
  3. a, b et c Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire, 1789-1815, p. 113-114.
  4. François Barbier, né le à Locmaria (Quimper), notaire à Ploudalmézeau, maire, fut condamné à mort pour avoir joué un rôle d'instigateur dans les révoltes contre-révolutionnaires liées au refus de la levée en masse survenues le à Ploudalmézeau, puis à Plabennec et Guipavas les jours suivants ; il fut guillotiné le Place du Château à Brest
  5. Jacques Moisan, né à Guipavas, domicilié à Brest, ouvrier, mort le à Plabennec (« trouvé mort au pied du calvaire »)
  6. Noué Mail, soldat volontaire à Brest, mort le à Plabennec (« étant venu avec l'armée à Plabennec »
  7. Gabriel Le Gall, né le à Plabennec, décédé le à Kerveur en Plabennec (« trouvé mort aux environs du bourg par l'effet des coups de feu »)
  8. François Castel, baptisé le à Plouvien, laboureur, décédé le à Kerbrat Locmaria en Plabennec (« trouvé mort aux environs du bourg par l'effet des coups de feu »)
  9. Jean Creff, né le à Kernilis, laboureur, décédé le à Kergarc en Plabennec (« trouvé mort aux environs du bourg par l'effet des coups de feu »)
  10. Guillaume Boulic, né le , forgeron à Pentreff sur la route du Drennec, tué le à Plabennec (« d'un coup de feu »)
  11. Le registre des décès de Plabennec n'indique pas ce nom