Plouarzel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plouarzel
Vue sur le bourg.
Vue sur le bourg.
Blason de Plouarzel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Saint-Renan
Intercommunalité Pays d'Iroise
Maire
Mandat
André Talarmin
2014-2020
Code postal 29810
Code commune 29177
Démographie
Gentilé Plouarzélistes
Population
municipale
3 701 hab. (2014)
Densité 86 hab./km2
Population
aire urbaine
43 267 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 26′ nord, 4° 44′ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 133 m
Superficie 42,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Plouarzel

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plouarzel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plouarzel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plouarzel
Liens
Site web Site de la commune

Plouarzel [pluaʁzɛl] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La pointe de Corsen située sur le territoire de la commune est le point le plus occidental de la France continentale (4°47'47" de longitude ouest, voir également la liste de points extrêmes de la France)

C'est là que se trouve un Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (le C.R.O.S.S. Corsen), qui surveille le trafic maritime le long des côtes entre le Mont-Saint-Michel et la pointe de Penmarc'h.

Le phare de Trézien[1] et ses 182 marches est aligné sur le feu de Kermorvan et permet ainsi aux marins de franchir le chenal du Four sans encombres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Plouarzel
Lampaul-Plouarzel Aber-Ildut, Brélès Lanrivoaré
Chenal du Four Plouarzel Saint-Renan
Chenal du Four Ploumoguer Ploumoguer

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ploeazmel vers 1330, en 1450 et en 1467, Guicarzmel en 1446, Ploearzvel et Ploearzel en 1447, Ploearzel en 1481[2].

Plouarzel provient du latin Plebs Arthmael, ce qui signifie la paroisse (plou en breton signifie paroisse) d'Arthmael, qui se dit aujourd'hui Arzhel ou Armel. Plouarzel fait partie des nombreuses communes de Bretagne nommées en l'honneur de Saint Armel, avec Ploërmel, Saint-Armel, Ergué-Armel et Plouharnel.

Le nom en breton de la commune est Plouarzhel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Plouarzel de fournir 22 hommes et de payer 144 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[4].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le pardon de la Saint-Éloi[modifier | modifier le code]

Un « pardon des chevaux » se déroulait traditionnellement dans la chapelle Saint-Éloi[5] :

« À Plouarzel et à Ploudalmézeau, le jour du pardon de Saint-Éloi, on fait faire aux juments un saut par-dessus l’eau qui s’écoule ainsi de la fontaine. C’est le Lamm Sant-Alar, le "saut de Saint-Éloi". La symbolique du saut pardessus l’eau traduit encore des espoirs de fertilité et de fécondité. Le jour du pardon était tellement propice que certains cultivateurs procédaient à des saillies comme l’observa Soaig Joncour à Plouyé en 1913 : Dans le champ précédant l’oratoire, derrière un talus, un paysan faisait saillir sa jument, coutume assez fréquente, paraît-il, surtout pour les juments réputées stériles, par confiance en l’action bénéfique du saint[6]. »

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les pilleurs d'épaves[modifier | modifier le code]

Le , le brick Théodore, échoué depuis plusieurs jours sur un rocher de l'île de Quéménès dans l'archipel de Molène, finit par couler[7]. Avant qu'il ne coule, « huit pêcheurs des communes de Plouarzel et Lampaul ont été surpris au moment où ils procédaient au pillage du bateau. Les pilleurs d'épave ont été arrêtés »[8].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Trois témoignages sur "La vie à Plouarzel de 1939 à 1945"[9].

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • En 1955, le village[10] de Pont-du-Château dépendant de la commune de Plouarzel est rattaché à la commune de Saint-Renan[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 083 2 083 2 000 2 343 2 207 2 319 2 214 2 306 2 305
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 320 2 278 2 273 2 340 2 372 2 403 2 427 2 510 2 474
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 582 2 682 2 645 2 427 2 442 2 417 2 342 2 319 2 200
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
2 057 1 915 1 886 2 003 2 042 2 458 3 150 3 618 3 701
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Plouarzel a été récompensée par le label « Ville Internet @@@ »[14].

Les habitants de la commune élaborent leur carte communale de manière collaborative[15],[16].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 en cours André Talarmin DVD Chef d'entreprise

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 4 juillet 2005.

À la rentrée 2016, 87 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 19,3% des enfants de la commune inscrits dans le primaire) [17].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Cinq éoliennes ont été construites en 2000. Chaque éolienne est constituée d'un aérogénérateur de 660 kW et d'un rotor de 47 mètres de diamètre monté sur un mât de 40 mètres[18].
  • L’église Saint-Arzel de Plouarzel48° 26′ 03″ N, 4° 43′ 50″ O. L'édifice actuel a été construit par Monsieur Le Guerranic après un incendie le 11 août 1898. L'église a été consacrée le 4 septembre 1902[19]. On peut y découvrir une remarquable piéta du XVème siècle.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune compte 3 monuments historiques :

  • Le menhir de Kerloas (ou de Kerveatoux) est le plus haut de France, avec 9,50 mètres. Il mesurait même 12 mètres avant d'être décapité par la foudre[20]. Érigé à 132 m d'altitude, visible à 30 km, il a longtemps servi de repère aux marins. Classé MH le 25 septembre 1883[21]. 48° 25′ 36″ N, 4° 40′ 45″ O
  • Le château de Kervéatoux, inscrit MH le 17 août 2007[22]. La jardin d'agrément du château a subi un pré-inventaire[23]. 48° 26′ 01″ N, 4° 39′ 39″ O
  • Une chapelle-ossuaire du XVIIe, inscrite le 19 octobre 1928[24], situé dans l'enclos paroissial et portant le date de 1696.

La phare de Trézien est inventorié[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le phare de Trézien sur wiki-Brest
  2. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Plouarzel »
  3. Jean Kerhervé, Anne-Françoise Pérès, Bernard Tanguy, Les biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, d'après le rentier de 1544, Institut culturel de Bretagne, 1984.
  4. >"Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f8.image.r=Plovan
  5. http://fr.topic-topos.com/chapelle-saint-eloi-plouarzel
  6. Daniel Giraudon Pardon des chevaux en Bretagne et saints guérisseurs, Compte-rendu d'un séminaire tenu à Gaillac (Tarn) du 9 au 11 décembre 2005, consultable http://www.culture.gouv.fr/mpe/recherche/pdf/R_478.pdf
  7. Journal L'Humanité no 881 du 15 septembre 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k251062p/f3.image.r=Ouessant.langFR
  8. Journal Le Figaro no 251 du 8 septembre 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k287470w/f4.image.r=Molene.langFR
  9. Plouarzel de 1939 à 1945, consultable http://www.wiki-brest.net/index.php/Plouarzel_de_1939_%C3%A0_1945
  10. Le terme village en Finistère est utilisé en lieu et place de celui de hameau. La commune (ou paroisse) comprend son bourg et ses villages.
  11. Décret du 25 mai 1955, Journal officiel du 2 juin 1955, page 5603
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 18/12/2009.
  15. Carte collaborative et libre de la commune
  16. Louis-Julien de la Bouëre, Une cartographie en ligne éditée et réalisée par la municipalité et les habitants, Revue Réseau-Tic
  17. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  18. Parc éolien de Plouarzel, fiche de l'Ademe
  19. Nouveau répertoire des églises et chapelles du Finistère, de René Couffon, édition 1988.
  20. description du menhir de Kerloas sur wiki-Brest
  21. Notice no PA00090206, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Notice no PA29000057, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Notice no IA29000265, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. Notice no PA00090205, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. Notice no IA29000456, base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]