Landivisiau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Landivisiau
Landivisiau
Église Saint-Thuriau.
Blason de Landivisiau
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Landivisiau (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Landivisiau
Maire
Mandat
Laurence Claisse
2014-2020
Code postal 29400
Code commune 29105
Démographie
Gentilé Landivisiens
Population
municipale
9 079 hab. (2015 en diminution de 0,96 % par rapport à 2010en diminution de 0,96 % par rapport à 2010)
Densité 478 hab./km2
Population
aire urbaine
12 182 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 36″ nord, 4° 04′ 01″ ouest
Altitude Min. 32 m
Max. 126 m
Superficie 18,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Landivisiau

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Landivisiau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landivisiau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landivisiau
Liens
Site web landivisiau.fr

Landivisiau [lɑ̃divizjo] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. C'est la capitale historique du cheval breton (foire aux chevaux annuelle).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Landivisiau se trouve en bordure sud du plateau de Léon, juste au nord de la vallée de l'Élorn, fleuve côtier venant des Monts d'Arrée et qui se jette, après avoir traversé Landerneau, dans la Rade de Brest ; son tracé sert de limite communale avec Loc-Eguiner et forme un coude juste à la limite sud de la commune (l'Élorn coule sud-nord en amont de Landivisiau, est-ouest en aval), où ce cours d'eau reçoit un affluent de rive droite, le Quillivaron, qui sépare Landivisiau de Lampaul-Guimiliau et, plus à l'est, de Guiclan ; à l'ouest le ruisseau de Kerfeunteniou, un autre affluent de rive droite de l'Élorn qui se jette dans celui-ci en aval de Landivisiau, sert de limite communale avec Bodilis ; au nord la limite de la commune avec Plougourvest, son ancienne paroisse-mère, est totalement artificielle, ne s'appuyant sur aucun fait naturel.

Les altitudes s'échelonnent entre 115 mètres (sur le plateau du Léon, au nord du finage communal) et 35 mètres (au niveau du Moulin Neuf, là où l'Élorn quitte le territoire communal).

Landivisiau possède un bois, le bois de Coatmeur, situé à l'est de la ville, sur une butte formée par la presqu'île de confluence entre le Quillivaron et un de ses affluents.

Landivisiau fait partie de la Communauté de communes du Pays de Landivisiau et traditionnellement du Pays Chelgen. L'Aire urbaine de Landivisiau regroupe, outre Landivisiau, les communes de Lampaul-Guimiliau et Guimiliau.

Article détaillé : Pays Chelgen.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Landivisiau
Bodilis Plougourvest Plouvorn
Saint-Servais Landivisiau Guiclan
Loc-Eguiner Lampaul-Guimiliau Lampaul-Guimiliau

Transports[modifier | modifier le code]

Landivisiau est en bordure de la voie express RN 12, à 25 kilomètres de Brest et 100 kilomètres de Saint-Brieuc ; la ville est desservie par deux échangeurs, l'un à l'ouest, l'autre à l'est de la ville, qui ont facilité l'essor de la zone artisanale et industrielle du Vern, située au nord de la voie express. Antérieurement, le tracé de l'ancienne RN 12 passait en plein cœur de la ville de Landivisiau.

Landivisiau est aussi desservie par une gare (excentrée au sud de la ville car le tracé de la voie ferrée emprunte la vallée de l'Élorn) située sur la Ligne de Paris-Montparnasse à Brest, où s'arrêtaient par le passé certains trains express, et qui a suscité la création de la zone industrielle du Fromeur. Désormais, cette gare n'est plus desservie que par des TER, les TGV Atlantique ne s'y arrêtant pas. Landivisiau fut aussi entre 1912 et 1946 un carrefour ferroviaire, la ligne ferroviaire à voie métrique exploitée initialement par les Chemins de fer armoricains allant de Plouescat à Rosporden, et exploitée à partir de 1921 par les Chemins de fer départementaux du Finistère y croisant celle des Chemins de fer de l'Ouest, c'est-à-dire la ligne ferroviaire actuelle.

Article détaillé : Gare de Landivisiau.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'aéroport de Brest-Bretagne est l'aéroport commercial le plus proche de Landivisiau, la Base d'aéronautique navale de Landivisiau étant exclusivement militaire.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Landeviziau en 1232, Landiviziau en 1309[1].

Landivisiau vient du breton lann qui signifie « ermitage » et de saint Thivisiau qui est à l'origine du patronyme de Gwisiau (Vizio).

En breton, Landivisiau est orthographié Landivizio.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Son origine provient de cet établissement monastique datant du Haut Moyen Âge et jusqu'à la Révolution française, Landivisiau resta une simple trève dépendante de la paroisse de Plougourvest.

Dates clés[modifier | modifier le code]

  • 1292 : apparition du nom Landeviziau.
  • 1309 : changement de nom pour Landivisiau.
  • 1497 : construction de la chapelle Saint-Guénal.
  • 1590 : début de la construction du clocher de l'église.
  • Entre 1610 et 1620 : construction de la chapelle Sainte-Anne.
  • 1856 : transfert de la chapelle Sainte-Anne dans le cimetière.
  • 1875 : construction de la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes.
  • 1958 : destruction des anciennes halles.
  • 1960 : construction des nouvelles halles.
  • 1963-1965 : construction de la base aéronavale de Landivisiau.
  • 1982 : inauguration de la nouvelle mairie.
  • 2007-2008 : construction de la nouvelle caserne des pompiers.
  • 2007 : inauguration de la nouvelle piscine.

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Deux chambres sépulcrales contenant des traces de crémation ainsi que quelques objets archéologiques furent découverts en 1888 sous un dolmen situé dans un tumulus situé à Ker-huella par Paul du Châtellier[2].

La voie romaine allant de Morlaix à Brest suivait de très près le tracé emprunté par la suite par l'ancienne route nationale 12, passant donc par Saint-Thégonnec, Landivisiau, La Roche-Maurice et Landerneau[3].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La châtellenie de Daoudour (mot breton signifiant en français "Deux-Eaux") s'étendait entre le haut cours de l'Élorn et la rivière de Morlaix[4].

La seigneurie de Coëtmeur appartenait au XIIIe siècle à Yvon de Coëtmeur, seigneur du dit lieu et de Daoudour (ces deux lieux étant alors dans la paroisse de Plougourvest) et aussi seigneur de Kermilin en Tréflaouénan et de Lescoat en Plouguin[5]. Au XIVe siècle, elle appartint à la maison de Tournemine. La juridiction de Daoudour et Coëtmeur, une des quatre juridictions du Léon, s'exerçait à Landivisiau, mais la localité resta une simple trève de Plougourvest jusqu'en 1792[6]. Mais Landivisiau, mieux située sur l'axe Brest-Morlaix et dans la vallée de l'Élorn, qui fournissait de l'énergie aux moulins, a tôt dépassé sa paroisse-mère, dès la fin du Moyen-Âge. Devenue capitale économique et administrative (un subdélégué y était installé) du pays chulod, Landivisiau avait deux fois plus d'habitants que Plougourvest dès 1700, quatre fois plus vers 1900, six fois plus vers 1960 et huit fois plus au début du XXIe siècle[7].

La foire Saint-Mathieu de Landivisiau a été créée initialement en 1429 en pleine campagne à Coatsabiec, alors en Plougourvest (désormais en Bodilis). Ne trouvant pas à se loger dans les environs, les marchands passaient la nuit sur place, brûlant du bois pour se réchauffer. À la suite d'un incident survenu en 1768 (la foule tua un exempt [un policier] et blessa deux gendarmes qui voulaient arrêter un mendiant), la foire fut transférée à Landivisiau[8].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

L'essor de l'activité toilière[modifier | modifier le code]

Située au cœur du pays de l'industrie de la toile, Landivisiau s'enrichit considérablement aux XVIe et XVIIe siècles, ce qui provoque aussi la croissance de l'agglomération : comme certains dimanches, la moitié des fidèles ne pouvaient entrer dans l'église pour la grand-messe, celle-ci est reconstruite entre 1554 et 1590 (une inscription sur le portail indique la date de 1566 et le clocher date de 1590 ; il porte l'inscription en lettres capitales romaines : "LE : 14 : OCTOBRE FUT COMENCE CETE (TOUR) 1590"). Vers 1660, il y avait, sans compter les diacres et les sous-diacres, 14 prêtres dans la paroisse de Landivisiau[9]

Une école des filles est attestée à Landivisiau à la fin du XVIe siècle[10].

La seigneurie de Coëtmeur et la châtellenie du Daoudour[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Coëtmeur, qui comprenait les terres de Coëtmeur, de Daoudour (l'ancien château du Daoudour se trouvait dans l'actuelle ville de Landivisiau, la "rue du Vieux-Château" en perpétuant le souvenir) situé en Landivisiau et Guicourvest et celle de Kermilin (en Tréflaouénan) appartint à la maison de Tournemine depuis Geofroy Tournemine[11] et ses héritiers, successivement son fils Jean Tournemine et son petit-fils Alain Tournemine[12] ; le fils de ce dernier François de Tournemine[13] et son épouse, Renée de Saint-Amadour[14], fondent une chapellenie dans l'église de Landivisiau, dans laquelle ils furent par la suite enterrés ; leur fils, Jacques de Tournemine[15], est tué en duel le à Rennes.Pendant les Guerres de la Ligue, le duc de Mercœur confisqua la terre de Coëtmeur et fit détruire le château[16].

La seigneurie passe alors par mariages successifs d'héritières dans la famille de l'Isle-Marivaux[17], puis dans celle du Vieux-Pont-Neubourg[18], sans postérité. La maison de Rieux la posséda jusqu'en 1702 (René de Rieux en est propriétaire en 1696), date où elle fut acquise par Noël Danycan[19] ; ses successeurs en restèrent propriétaires pendant deux générations[20]. Louis II de Rohan-Chabot l'acquit et donna cette seigneurie à sa fille Charlotte de Rohan-Chabot[21] qui avait épousé en 1739 dom Fernando Nuguez de Los Rios[22], grand d'Espagne, ambassadeur à Paris ; ces seigneurs espagnols possédaient encore ces terres en 1800, date à laquelle le Premier Consul mit ces terres sous séquestre pour punir leur propriétaire, Carlos José Gutierrez de Los Rios[23], petit-fils de Charlotte de Rohan-Chabot, de son attachement à Charles IV d'Espagne[24].

Au XVIIe siècle, la châtellenie de Daoudour (qui avait appartenu avant sa scission à François III de Kergroadès[25], époux de Gilette de Quélen[26]) est subdivisée en deux juridictions : celle de "Daoudour-Landivisiau", dite aussi "Daoudour-Coëtmeur", qui avait son siège à Landivisiau (elle appartenait en 1683 à Alexandre de Rieux (1620-1695), marquis de Sourdéac, Ouessant, etc., petit-fils de René de Rieux (1548-1628)) et comprenait Plouvorn et ses trèves de Mespaul et Sainte-Catherine, Plougourvest et sa trève de Landivisiau, Guiclan, Saint-Thégonnec, Guimiliau, Lampaul-Bodénès, Pleyber-Christ, Commana et sa trève de Saint-Sauveur, Plounéour-Ménez et pour partie Plouénan ; et celle de "Daoudour-Penzé", qui avait son siège à Penzé et comprenait Taulé et ses trèves de Callot, Carantec, Henvic et Penzé, Locquénolé, Saint-Martin-des-Champs et sa trève de Sainte-Sève[27]. Un aveu de 1683 évoque « le vieux château de Daoudour (...), ledit château à présent ruiné, situé près de la ville de Landivisiau, paroisse de Guicourvest ; sur les fossés, douves et issues duquel château a été bâti des logements et jardinages appartenant au seigneur avouant, tant en fief que domaine, à présent nommé le terroir du Vieux Châtel ». Le même aveu mentionne aussi dans cette même trève de Landivisiau, mais à quelque distance de la ville, « le château et manoir de Couatmeur [Coëtmeur], avec ses douves, issues, appartenances et dépendances tout autour, étant ledit château à présent ruiné, plus le moulin de Coëtmeur, le bois de Coëtmeur, etc. »[28].

Les autres châteaux et manoirs[modifier | modifier le code]

Le château du Mur, disparu, fut possédé aussi par François de Tournemine, puis son fils Jacques et ensuite par successivement par les familles de Rieux et de Rohan-Chabot. Deux autres manoirs au moins, disparus eux aussi, existaient : le manoir de Penanru et celui de Kervoadec[29].

Landivisiau dans la seconde moitié du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Guy Abgrall (1731-1778) est « maire » de Landivisiau en 1764. Son inventaire après décès du 07/01/1778 donne 5 847 livres (550 livres agricoles et 4 521 livres textiles). Voir article paru dans la revue française d'apiculture en janvier 1979[30].

En 1770, Guiclan est la paroisse la plus riche du Haut-Léon central : les habitants paient en tout 2590 livres de capitation (pour 3 100 habitants), devançant Plouvorn : 2524 livres (pour 3 600 habitants), Landivisiau : 1564 livres (pour 2 400 habitants) et Bodilis : 1208 livres (pour 2 000 habitants)[31].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Landivisiau en 1778 :

« Landivisiau, petite ville sans clôture, sur la route de Morlaix à Brest, à 4 lieues deux-tiers au sud-sud-ouest de Saint-Pol-de-Léon, son évêché, à 40 lieues ½ de Rennes et à 3 lieues ½ de Lesneven, sa subdélégation. Cette ville, où l'on compte 2 400 communiants[32] relève du roi et ressortit au siège royal de Lesneven. Il s'y tient un marché par semaine et sept foires par chaque année. Landivisiau est trève de Guicourvestz. (...). Les maisons nobles sont : Barach, Coëtmeur, Trouzilit, Parcou et Roziliez (...). Daoudour, comté de Coëtmeur, haute-justice, appartient à M. le duc de Rohan-Chabot. Ce territoire, coupé de ruisseaux qui coulent dans les vallons, renferme des terres d'assez bonne qualité, et des landes dont le sol est absolument stérile. La forêt de Coëtmeur, qui peut avoir trois lieues de circuit, est en partie dans cette paroisse[33] »

Plusieurs landivisiens ont participé à la Guerre d'indépendance américaine dans l'escadre du comte d'Estaing ; parmi eux Jean-Marie Prigent, mort à bord le , Jean Le Gac, Hervé Le Viader et Guillaume Le Jeune, qui furent blessés lors de combats[34]

La Révolution française[modifier | modifier le code]

Un livre d'Isabelle Bras décrit Landivisiau pendant la Révolution française[35]. L'année 1789-1790 y fut particulièrement agitée[36].

Guy Le Guen de Kerangal, né le à Landivisiau, ville où il était marchand de toiles, fut élu député par la sénéchaussée de Lesneven aux États généraux de 1789 et fut le premier, lors de la nuit du 4 août 1789, à demander l'abolition immédiate des titres féodaux. « Montant à la tribune dans son costume breton, [il] prit corps à corps les privilèges, avec sa rude éloquence, et déchaîna l'enthousiasme des renonciations féodales »[37].

Yves Le Gall[38] fut élu recteur constitutionnel de Landivisiau et parvint à s'y maintenir jusqu'au Concordat de 1801[39]. Jean Olivier Pellen[40] fut vicaire à Landivisiau entre 1787 et 1804[41].

Pendant la Terreur, les rues furent rebaptisées : par exemple la "Rue de l'Église" devint la "Rue de la Raison" et la "Rue de la Trinité" devint la "Rue des Sans-culottes". Le , Landivisiau est renommé "Mont-sur-Élorn", mais cette décision ne fut jamais réellement appliquée. Le 3 prairial an II (), le marchand de toiles landivisien Guillaume Le Roux[42] fut guillotiné à Brest[43].

La statue de l'enfeu de François de Tournemine fut retirée de l'église de Landivisiau pendant la Terreur. Félix Benoist écrit en 1867 qu'elle gît « aujourd'hui dans une prairie à l'entrée de la route de Brest ; le noble chevalier est représenté armé de toutes pièces, à l'exception de sa tête, soutenue sur un coussin par deux anges. Son épée est suspendue du côté gauche, tandis qu'une longue banderolle [banderole], déployée à droite, porte en lettres gothiques les mots : Autre n'auray, devise de la maison de Tournemine »[44].

En 1799, il n'y a plus que 46 marchands de toiles à Saint-Thégonnec (mais c'est encore la commune où ils sont les plus nombreux), 26 à Guiclan, 23 à Plouvorn, 16 à Bodilis, 10 à Landivisiau, 4 à Saint-Servais, etc.[45]

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Landivisiau en 1867 (dessin de Félix Benoist)

Les tanneries dans le pays de Landivisiau et Lampaul-Guimiliau étaient nombreuses depuis au moins le XVIe siècle. En 1795, le district de Landerneau compte 160 tanneries employant de 3 à 15 ouvriers (surtout concentrées dans la région de Landivisiau). Au début du XIXe siècle, Lampaul-Guimiliau en compte une cinquantaine et Landivisiau une trentaine, en comptant les paysans tanneurs. Elles ne sont plus que 18 en 1921 (11 à Landivisiau et 7 à Lampaul-Guimiliau) employant encore 240 ouvriers environ et 8 en 1946 employant une soixantaine de salariés. La dernière a fermé en 1986[46]. Ateliers d'équarrissage, tanneries et usines de colle répandaient alors dans la ville des odeurs épouvantables. Des tanneurs étaient aussi victimes de la maladie du charbon propagée par les peaux contaminées de moutons ou de chèvres[47].

Les halles de Landivisiau vers 1920 (carte postale)
Homme de Landivisiau (dessin anonyme, 1849).

« Blé, toiles, cuirs, suifs, miels, tout abonde sur le marché de Landivisiau, que fréquentent les négociants de Saint-Pol, de Brest, de Landerneau, de Morlaix » écrit Jean-François Brousmiche en 1835.

Paul François Le Bris du Rest, ancien prêtre constitutionnel nommé recteur de Landivisiau en 1804, fut mal accueilli par ses paroissiens : « Je n'ai pas de presbytère et je ne trouve pas de maison à louer » écrit-il ; il dut se retirer dans sa commune natale de Plougastel où il mourut en 1830[48].

Landivisiau a « de jolies maisons et de fort belles halles » écrit Fortuné du Boisgobey en 1839. Ces halles, construites en 1820, ont été démolies en 1960 et remplacées par un marché couvert, un bâtiment banal. « Blé, toiles, cuirs, suifs, miels, tout abonde sur le marché de Landivisiau, que fréquentent les négociants de Saint-Pol, de Brest, de Landerneau, de Morlaix » écrit Jean-François Brousmiche en 1835.

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Landivisiau en 1843 :

« Landivisiau (ville sous l'invocation de saint Thivisiau) (...), formée de l'ancienne trève de Guicourvest (...) ; cure de 2ème classe ; chef-lieu de perception ; bureau d'enregistrement, bureau de poste et relais ; brigade de gendarmerie à cheval. (...) Principaux villages : le Drennec, Kerver, Guernevez, Quélevarc'h, La Poterie, Kervoasclet, le Quinquis, Kervalon, Coatquelven. Maison principale : manoir de Coatmeur. Superficie totale : 1642 hectares dont (...) terres labourables 927 ha, prés et pâtures 119 ha, bois 221 ha, canaux et étangs 3 ha, landes et incultes 265 ha, superficie des propriétés bâties 22 ha (...). Moulins : 4 (de Pont-Croix, aux Prêtres, de Casuguel, à eau). (...). Les halles sont une construction récente et belle. Cette ville, située sur la route de Brest à Paris, faisait jadis un commerce assez étendu en beurre, suif, miel, chevaux et surtout en toiles ; aujourd'hui elle n'a plus guère d'importance que par son marché qui est le centre des achats et ventes des communes environnantes. Le pavé de la route de Paris à Brest dans la traversée de la ville de Landivisiau est à 77 mètres 66 centimètres au-dessus du niveau de la mer ; le pont de l'abreuvoir est à 59 mètres 9 centimètres. La partie agricole de cette commune est loin d'être en état prospère ; cependant on commence à y cultiver les plantes sarclées et surtout les pommes de terre. La tannerie, jadis florissante dans ce pays, est beaucoup réduite maintenant ; cependant il y a encore seize tanneries, tant grandes que petites. On compte en outre à Landivisiau deux fabriques de toiles peu considérables, et une fabrique de poteries communes. Il y a foire, dite de Saint-Mathieu, les 15, 21 et 22 septembre ; et le second mercredi de chaque mois. Marché le mercredi. Géologie : une partie du sol est granitique ; le micaschiste se montre au nord du bourg ; à l'est, le terrain schisto-argileux domine ; enfin sur quelques points le granite amphibolique est exploité comme pierre à bâtir. On parle beaucoup plus le français que le breton[49]. »

Le , jour de marché, une exécution publique, celle d'un nommé Renaout, condamné pour assassinat, eut lieu à Landivisiau : « Dès le matin, une affluence considérable de gens de la campagne s'était portée sur la place de ce bourg. Un détachement de cinquante hommes s'était rendu dès la veille de Morlaix au lieu d'exécution »[50].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le pourcentage de conscrits illettrés à Landivisiau entre 1858 et 1867 est de 45 %[51].

Une mission qui dura 15 jours, avec 24 prêtres, fut organisée à Landivisiau en 1865[52].

La ville connaît un essor rapide passant de 1 547 habitants en 1821 à 4 002 habitants en 1886. Lors de la construction de la nouvelle église paroissiale en 1864-1865, on détruisit tout un quartier ancien et l'enclos paroissial pour pouvoir faire une grande place de marché, située juste devant elle. L'ossuaire datant de 1581-1585, avec ses cariatides, fut transporté dans le nouveau cimetière. De l'ancienne église, qui datait du XVIe siècle, ne subsiste que le clocher, le porche et dix panneaux sculptés qui ornaient un tombeau et qui ont été réinstallés autour d'un lavoir, connu aussi sous le nom de fontaine Saint-Thivisiau[53]. L'année 1865 est aussi marquée par l'ouverture de la ligne ferroviaire entre Guingamp et Brest (les travaux ont commencé en 1860[54]), dernier tronçon de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest et donc par l'ouverture de la gare de Landivisiau[55], ce qui mit fin au service des diligences qui existait auparavant entre Paris et Brest en desservant au passage Landivisiau[56].

La première compagnie (Landivisiau) du 4e bataillon de mobiles du Finistère, dirigée par Charles Boscals de Réals[57] , participa le au combat de l'Haÿ lors du Siège de Paris pendant la Guerre de 1870 ; plusieurs de ses membres furent tués ou blessés à mort lors de ce combat[58].

Par un décret du , la ville de Landivisiau est autorisée à contracter un emprunt d 100 000 francs pour la reconstruction de son église et « l'acquisition des immeubles nécessaires à l'agrandissement de la place où se tiennent les marchés et foires »[59].

Un scandale éclata en 1882 à Landivisiau lorsque deux Frères congréganistes furent poursuivis pour pédophilie ; le directeur de l'école fut révoqué pour avoir fermé les yeux sur de tels agissements[60] et l'un des religieux mis en cause fut condamné à huit ans de réclusion par la Cour d'assises du Finistère[61]. La laïcisation de l'école décidée en 1883 entraîna la création d'une école chrétienne "libre"[62].

Le , le clergé de Landivisiau organisait chaque année un procession pour protester contre la célébration de la Fête nationale[63].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les foires de Landivisiau et le commerce des chevaux[modifier | modifier le code]

Le marché couvert.

Au début du XXe siècle, et cela resta vrai pendant presque tout le siècle, Landivisiau fut le siège d'un marché très florissant (c'était déjà vrai précédemment, le champ de foire ayant été aménagé en 1870, Landivisiau faisant déjà au XIXe siècle figure de capitale du cheval breton[64]) et de foires aux chevaux très fréquentées. « Les foires de Landivisiau sont incontestablement les plus importantes foires mensuelles de tout l'Ouest de la France » écrit F.-M. Bléas en 1913[65]. Ces foires se déroulaient le deuxième mercredi de chaque mois (mais la plus importante était la foire Saint-Mathieu en septembre dont l'origine remonte à 1426[66]) et le commerce des chevaux faisait vivre environ 150 marchands et courtiers landivisiens. « Autour du champ de foire, il y avait plus de 15 bistrots. Les cars venus des communes voisines étaient tellement pleins que les gens grimpaient sur le toit ou sur les marchepieds ! » dit Jean Billon[67] ; Hervé Conan[68] déclare : « Toutes les belles maisons de la commune appartenaient à des marchands de chevaux »[69]

« Ce qui fait l'importance de Landivisiau, (...) c'est le cheval. Landivisiau, c'est le centre de commerce des chevaux le plus important de toute la France : c'est une agglomération de marchands, de courtiers, de maquignons (...), c'est une organisation d'achat et de vente du cheval. C'est une organisation d'achat avec ses courtiers qui passent leur temps à "villager", non seulement dans les environs, mais aussi dans (...) toute la Bretagne, en Normandie et surtout dans cette Mayenne féconde et sage (...). Rentrés chez eux avec leur marchandise de partout, ils s'empressent de la troquer, de la financer, si bien que le même cheval passe dans trois ou quatre mains avant de quitter définitivement le pays. L'organisation de la vente au marchand étranger est à la hauteur de celle des achats. Rien ne faut défaut, ni les écuries, ni les accessoires, ni surtout les h^tels où l'on trouve, avec un excellent accueil, le bien manger et le bien boire. En dehors des foires, c'est un marché permanent dont le rendement est considérable. (...) Les jours de foire, tels que le 8 février, l'animation est extraordinaire. Il sort du cheval de partout, (...) il en vient de toutes les paroisses[70]. »

La gare de Landivisiau expédia près de 32 000 chevaux en 1928, 14 000 chevaux en 1937 et de 18 000 en 1939, sans compter ceux qui étaient expédiés par voie routière (des chevaux étaient expédiés jusqu'en Argentine, au Brésil et au Japon)[71]. La statue en bronze d'un cheval sur une place située près de l'hôtel-de-ville rappelle cette activité[72].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Diverses manifestations liées à l'élevage des chevaux étaient périodiquement organisées à Landivisiau, par exemple des raids hippiques[73], des concours de chevaux bretons[74] (organisés par la Société hippique de Landivisiau) , ou encore en mars 1936 le concours central des chevaux d'artillerie[75]. Les courses hippiques de Landivisiau attirent alors chaque année environ dix mille spectateurs.

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

En 1904, un décret du gouvernement Combes, pris en vertu de la loi sur les congrégations, entraîne la fermeture de l'école congréganiste tenue par les Frères des écoles chrétiennes à Landivisiau[76]. Le , l'inventaire des biens d'église eut lieu à Landivisiau dans un calme relatif, mais en présence d'une foule énorme venue protester[77].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Une importante grève des ouvriers tanneurs (ils étaient encore environ 150 à cette date employés dans une vingtaine de tanneries) de Landivisiau se produisit en mars 1905[78]. Ils obtinrent la journée de 10 heures (jusque-là ils travaillaient 12 heures par jour) et une augmentation de leur salaire quotidien de 25 centimes[79].

Chaque année les Fêtes de la Saint-Mathieu, en septembre, attiraient la population de la région[80].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Landivisiau

En septembre 1914, 350 réfugiés belges arrivés à Morlaix furent dirigés sur Landivisiau et répartis dans la ville et les cantons voisins[81].

Le monument aux morts de Landivisiau porte les noms de 170 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux 11 au moins sont morts en Belgique, un au moins (Yves Toubot) en Turquie lors de la Bataille de Sedd-Ul-Bahr, deux au moins (Hervé Riou en Macédoine et Paul Le Roux à Salonique en Grèce) dans le cadre de l'expédition de Salonique, 1 au moins (Yves Guillerm) au Maroc, 1 (Jean Pierre Le Gall) est un marin disparu en mer, 1 (Jean Barbault) est mort en captivité en Allemagne ; la plupart des autres sont morts sur le sol français (5 d'entre eux : François Cottaing, Paul Grall, Jérôme Kerleroux, Jérôme Le Gall, Joseph Offret ont été décorés de la Médaille militaire et de la Croix de guerre et François Quentric de la Médaille militaire)[82].

Joseph Mazé, prêtre instituteur à Landivisiau, caporal infirmier au 19e régiment d'infanterie, fut cité deux fois à l'Ordre de l'Armée (lors des combats de Tahure en septembre-octobre 1915 et lors d'un autre combat le en raison de son héroïsme à secourir les blessés malgré ses propres blessures[83].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1923, un rapport du conseil départemental d'hygiène évoque la création prochaine d'un réseau d'eau potable dans la ville de Landivisiau, « ce qui atténuera les conséquences des installations défectueuses de toutes les fosses d'aisances de la localité»[84].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Landiviau porte les noms de 29 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles, Jérôme Le Gall a été tué à l'ennemi à Hermeton-sur-Meuse (Belgique) le et a été décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre et Yves Mével le même jour à Flavion (en Belgique également) ; trois (François Ollivier, Hervé Paul, Jean Potard) sont des marins disparus en mer et un (Yves Picart) est un marin tué à Arzew (Algérie)[85].

Le , des avions alliés bombardent et mitraillent la gare de Landivisiau ; plusieurs immeubles du voisinage sont endommagés. Le viaduc ferroviaire de Guimiliau est aussi attaqué le même jour. Le lendemain , la gare de Landivisiau est à nouveau mitraillée et la locomotive d'un train de marchandises mise hors d'usage[86].

Athanase Tigréat, ancien résistant, emprisonné en Pologne dans le camp de Kobierzyn pendant plusieurs années pendant la Seconde Guerre mondiale, a été fait chevalier de la Légion d'honneur en 2016[87].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Défilé des scouts du bagad Bleimor lors de la fête du Bleun-Brug de Landivisiau en 1954

Un soldat originaire de Landivisiau (Richard Guyomard) est mort pendant la guerre d'Indochine, quatre (Yves Bizien, Joseph Le Deunff, Yves Quémener, Jean Tanguy) pendant la guerre d'Algérie et un (Gilles Ollivier) à Beyrouth au Liban en 1983[88].

La base d'aéronautique navale de Landivisiau a été inaugurée en 1966. Une plaque commémorative, située dans cette base, porte les noms de 8 soldats membres de l'escadrille 57 S morts en service commandé dont trois au Maroc (Jean Biaux, Robert Heinemann, Claude Picart), deux en Algérie (Louis Pellerau, Jean Roose) et un en mer (Germain Petot), tous les cinq pendant la guerre d'Algérie ; deux à Toul (Serge Bremond, Michel Le Bail), hors conflit, en 1980[89].

Les deux clubs sportifs rivaux, l'"Association sportive landivisienne" et les "Gars de Saint-Thivisiau" renommé "Stade landivisien"[90], le premier laïque et le second catholique, fusionnent en 1991 pour former le "Landi Football Club" (Landi FC)[91].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2012, l'hippodrome de Landivisiau, situé en fait sur la commune de Plougourvest, a été transformé en "Équipôle du pays de Landivisiau".

Article détaillé : Équipôle du pays de Landivisiau.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2010, Landivisiau compte 9 167 habitants (soit une augmentation de près de 5 % par rapport à 1999). La commune occupe le 1 055e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 026e en 1999, et le 13e au niveau départemental sur 283 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Landivisiau depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint 2010 avec 9 167 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 3602 1242 6902 5472 8533 0313 2173 4823 420
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 3043 3173 2113 2033 3593 7064 0024 0794 240
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 3544 3854 7134 6474 5444 5434 5185 4454 926
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
5 5836 1747 6057 9648 2548 7518 7399 0969 085
2015 - - - - - - - -
9 079--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[92] puis Insee à partir de 2006[93].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évolution du rang démographique[modifier | modifier le code]

Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[94] 1975[94] 1982[94] 1990[94] 1999[94] 2006[95] 2009[96] 2013[97]
Rang de la commune dans le département 18 13 13 12 12 13 13 13
Nombre de communes du département 286 283 283 283 283 283 283 283

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (24,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,1 %, 15 à 29 ans = 20,2 %, 30 à 44 ans = 22,8 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 16,6 %) ;
  • 52,1 % de femmes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 18,9 %, plus de 60 ans = 24,3 %).
Pyramide des âges à Landivisiau en 2007 en pourcentage[98]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
1,0 
5,2 
75 à 89 ans
10,3 
11,2 
60 à 74 ans
13,0 
20,1 
45 à 59 ans
18,9 
22,8 
30 à 44 ans
19,8 
20,2 
15 à 29 ans
18,2 
20,1 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département du Finistère en 2007 en pourcentage[99]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,2 
6,7 
75 à 89 ans
11,6 
13,6 
60 à 74 ans
15,3 
21,4 
45 à 59 ans
20,2 
20,8 
30 à 44 ans
18,9 
18,4 
15 à 29 ans
16,1 
18,7 
0 à 14 ans
16,7 

Enseignement et langue bretonne[modifier | modifier le code]

Maternelle[modifier | modifier le code]

  • Publiques
    • École Denis Diderot (Kervignounen)
    • École de l'Arvor
  • Privées
    • École Notre-Dame-des-Victoires
    • École de Sainte-Marie Lannouchen

Primaire[modifier | modifier le code]

  • Publiques
    • École Denis Diderot (Kervignounen)
    • École de l'Arvor
  • Privée
    • École Notre-Dame-des-Victoires

Collèges[modifier | modifier le code]

  • Public
    • Collège de Kerzourat
  • Privé
    • Collège Saint-Joseph

Lycées[modifier | modifier le code]

  • Public
    • Lycée du Léon - Le lycée du Léon de Landivisiau accueille 400 élèves de second cycle en sections générales et technologiques-tertiaires, auxquels s'ajoutent 70 étudiants en BTS Management des Unités Commerciales. Le lycée propose également une option musique facultative (théorie et pratique), notée au baccalauréat.
  • Privé
    • Lycée du Saint-Esprit - Le lycée Saint-Esprit accueille des élèves de la Seconde générale à la Terminale, le lycée propose différents ateliers le mardi après-midi aux lycéens dont un atelier arts-plastiques (option facultative notée au baccalauréat).

Écoles spécialisées[modifier | modifier le code]

  • MFR de Landivisiau
  • AFPI Bretagne

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2012, une école Diwan voit le jour rue Georges-Clemenceau.

À la rentrée 2017, 131 élèves étaient scolarisés à l’école Diwan et dans les filières bilingues catholiques (soit 8,1 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire) [100].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Landivisiau

Blason de Landivisiau :
De gueules à l'écusson d'or chargé d'un lion morné de sable, accompagné de huit mâcles aussi d'or ordonnées en orle 3, 2 et 3.
Approuvé en conseil municipal le 22 mai 1981[101].
Explications : les armoiries se basent sur un sceau de 1482 où apparaissaient les armoiries des familles de Léon et de Rohan. Le lion représente la famille des Léon, les macles d’or la famille des Rohan.
Concepteur : dessin de Jean-Édouard Benoiston et mis en relief par le sculpteur Antoine Roland.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Landivisiau.
Liste des maires successifs depuis la Libération de la France
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1965 Joseph Pinvidic RPF  
1968 1983 Yves Queguiner RPR Chef d'entreprise
1983 2001 Charles Miossec RPR Cadre commercial
2001 2014 Georges Tigréat[102] UMP Assureur
2014 en cours Laurence Claisse DVD Salariée du secteur médical

Jumelages[modifier | modifier le code]

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

  • La fontaine Saint-Thivisiau

Les dix panneaux représentent, de haut en bas et de gauche à droite : un pèlerin, une nonne, un ange, la sainte trinité, un ange, une nonne, un moine, un ange, une nonne, un moine.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • L'église paroissiale Saint-Thuriau : l'église actuelle date du XIXe siècle, mais le clocher et le porche de l'ancienne église, datant du XVIe siècle, ont été conservés.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Chapelle Sainte-Anne ; il s'agit en fait de l'ancien ossuaire construit entre 1610 et 1620 et déplacé dans le nouveau cimetière lors de la construction de l'église Saint-Thuriau, qui s'accompagna de la destruction de l'ancien enclos paroissial afin d'aménager la place se trouvant devant l'église.
  • Les Halles, démolies en 1958
  • Le manoir de Créac'h Kellen, aujourd'hui reconverti en « espace culturel Lucien-Prigent »
  • L'hippodrome Croas-al-Leuriou, construit suite à la création de la Société des Courses Hippiques en 1911.

Industrie[modifier | modifier le code]

  • C'est sur la zone du Fromeur qu'est située l'usine Celtys, Ainsi que le groupe Quéguiner Matériaux, leader breton dans la commercialisation de matériaux et de produits dérivés du béton.
  • Un site de production Marine Harvest Kritsen : spécialiste dans le conditionnement et la préparation de saumons fumés y est implanté.
  • Un site de production Mer Alliance Narvik : spécialiste dans le conditionnement et la préparation de saumons fumés y est implanté.
  • Un site de production Tecnor-Sofac, fabricant d’aliments pour animaux d'élevage est implanté sur la commune' à proximité de la gare.

Projet d'implantation d'une centrale au gaz[modifier | modifier le code]

En décembre 2011, la municipalité a exposé en conseil extraordinaire un projet de Centrale au Gaz à Cycle Combiné (CGCC) de production d'électricité. Le projet, porté d'une part par la société Direct-Énergie et d'autre part par l’État avec le concours de la Région, suscite de nombreuses réactions citoyennes. Ainsi, le collectif GASPARE et plusieurs associations locales (dont « Landivisiau doit dire NON à la centrale ») entendent dénoncer le projet[103].

Culture[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Le Bagad Landi lors du Gouel Bro Leon à Plouvorn en 2013
  • La ville de Landivisiau dispose d'une école de musique traditionnelle en relation avec le Bagad Landi.
  • Le Bagad Landi est créé en 1959 par frère Dominique, professeur au collège Saint-Joseph. Il fête ses 50 ans le 13 juin 2009.
  • Le cercle celtique Danserien Lann Tivizio.
  • Au sein des groupes de musiques landivisiens, certaines formations se sont particulièrement distinguées sur la scène rock local (les Delta, Unlimited freak out, Venus portal, Skilabu, les sans talents, Torapatora…).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Tableaux[modifier | modifier le code]

  • Maurice Le Scouëzec : Groupe à Landivisiau (1924, huile sur panneau) ; Bonnes sœurs et pensionnaires (Landivisiau).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sports[modifier | modifier le code]

Cheval de trait lors d'une foire en 2006 dans la ville, qui dispose d'un club d'équitation et d'un hippodrome.

Clubs[modifier | modifier le code]

  • Club de handball : Landi-Lampaul en entente avec celui de Lampaul-Guimiliau
  • Club de football : Landi FC
  • Club de tennis : TC Landi
  • Club de tennis de table
  • Club de Natation : Pays de Landi Natation
  • Club de basket : LBA (Landi Basket Association)
  • Club de rugby : R.C.L (Rugby Club Landivisien)
  • Club d'équitation
  • Club Athlétique Landivisiau : Léon-Trégor-Atléthisme (Avec Morlaix et Saint-Pol-de-Léon)
  • Club de Badminton
  • Club de Judo : JUDO Club landivisien
  • Clud de tir à l'arc : les archers landivisiens
  • Club de Gymnastique : GST (Gas de Saint Thivisiau)
  • Danse classique : Le pont des arts
  • Cercle Celtique Danserien Lann Tivizio

Compétitions[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.landivisiau.fr/fr/information/61785/histoire-landivisiau
  2. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 15 avril 1888, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k464273h/f3.image.r=Landivisiau?rk=665239;2 et Alexandre Bertrand, Découverte du tumulus-dolmen de Ker-huella, près Landivisiau (Finistère) par M. Paul du Châtelier, "Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres", 1888, consultable http://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1888_num_32_2_69445
  3. René Kerliver, "Étude critique sur la géographie de la presqu'île armoricaine au commencement et à la fin de l'occupation romaine", 1874, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57839621/f81.image.r=Landivisiau?rk=5214618;0
  4. Arthur de La Borderie, Les grandes seigneuries de Bretagne. La vicomté ou principauté de Léon, "Revue de Bretagne et de Vendée", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207871k/f108.image.r=Daoudour?rk=21459;2
  5. http://vps199509.ovh.net/yeurch/terre/teneur/C/Coetmeur.ht
  6. http://www.infobretagne.com/landivisiau.htm
  7. Jean Rohou, Fils de ploucs, tome 1, 2005, éditions Ouest-France, (ISBN 2-7373-3452-7)
  8. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, [ISBN 978-27373-3908-0]
  9. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  10. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, [ (ISBN 978-27373-3908-0)]
  11. Geofroy Tournemine serait un fils puîné de Jean II Tournemine, seigneur de la Hunaudaye, décédé en 1427
  12. Louis Moréri, "Le grand dictionnaire du Moreri", tome dixième, 1759, consultable https://books.google.fr/books?id=VoTFkgvSahAC&pg=PA293&lpg=PA293&dq=Fran%C3%A7ois+de+Tournemine+de+la+Guerche&source=bl&ots=TatR05Sjbr&sig=dy2jeG0ujMX7lY0mke6wxVvRK6U&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi-97T2geHZAhUKWBQKHTVwBo0Q6AEIYDAM#v=onepage&q=Fran%C3%A7ois%20de%20Tournemine%20de%20la%20Guerche&f=false
  13. François de Tournemine, né vers 1529, seigneur de La Hunaudaye. Il ne faut pas le confondre avec François de Tournemine de La Guerche, lequel fut ambassadeur de Louis XII en Hongrie
  14. Renée de Saint-Amadour, née vers 1533 à Guémené-sur-Scorff
  15. Jacques de Tournemine, marquis de Tournemine, né vers 1557 à Guémené-sur-Scorff, marié en 1574 avec Lucrèce de Rohan (fille de Louis VI de Rohan-Guémené)
  16. http://www.infobretagne.com/landivisiau.htm
  17. Jean de l'Isle-Marivaux, seigneur de Marivaux, tué en duel le , avait épousé Renée-Lucrèce de Tournemine, née en 1576, fille de Jacques de Tournemine, dame de Coëtmeur
  18. Alexandre de Vieux-Pont, baron de Neufbourg, vice-amiral de Bretagne, épousa en 1593 Renée-Lucrèce de Tournemine, dame de Coëtmeur et veuve de Jean de l'Isle-Marivaux, voir Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", tome 2, 1862, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f495.image.r=Daoudour?rk=150215;2
  19. Noël Danycan, né le à Saint-Servan, sieur de l'Épine, marquis de Daoudour, comte de Landivisiau, comte de Rieux, conseiller du Roi, armateur et négociant, décédé le à Paris
  20. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=DI8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi5woaB89vZAhWO16QKHRp_CDEQ6wEIOTAD#v=onepage&q=Landivisiau&f=false
  21. Charlotte de Rohan-Chabot, née le , décédée le près de Madrid, âgée de 21 ans
  22. Fernando Nuguez de Los Rios, décédé en 1745
  23. Carlos José Gutierrez de los Rios, né en 1779 à Lisbonne, décédé en 1822, fut ambassadeur à Paris
  24. Félix Benoist, "La Bretagne contemporaine", tome "Finistère", 1867
  25. François III de Kergroadès, décédé le à Taulé
  26. Gilette de Quélen, décédée le au manoir de Kernéguez, paroisse Saint-Mathieu à Morlaix
  27. Arthur de La Borderie, Les grandes seigneuries de Bretagne. La vicomté ou principauté de Léon, "Revue de Bretagne et de Vendée", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207871k/f108.image.r=Daoudour?rk=21459;2
  28. Arthur de La Borderie, Les grandes seigneuries de Bretagne. La vicomté ou principauté de Léon, "Revue de Bretagne et de Vendée", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207871k/f112.image.r=Daoudour
  29. http://www.infobretagne.com/landivisiau.htm
  30. http://gw.geneanet.org/flcharlet_w?lang=fr&m=NG&pz=valentin&nz=charlet&ocz=0&fn=guy&sn=abgrall&v=
  31. Jean Rohou, Fils de ploucs, tome 1, 2005, éditions Ouest-France, (ISBN 2-7373-3452-7)
  32. Personnes en âge de communier
  33. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist02og
  34. Henri Mérou, "Les combattants français de la guerre américaine, 1778-1783 : listes établies d'après les documents authentiques déposés aux Archives Nationales et aux Archives du Ministère de la guerre", 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5525402h/f114.image.r=Landivisiau?rk=5472130;0
  35. Isabelle Bras, Landivisiau pendant la Révolution : 1789-1799, 1988, CRBC, Brest
  36. Georges-M. Thomas, "Une année mouvementée à Landivisiau (août 1789 - novembre 1790)", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome LXXIII, année 1947
  37. Charles Boysset, journal L'Univers, n° du 18 mai 1881, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7037538/f2.image.r=Landivisiau?rk=686698;4
  38. Yves Le Gall, baptisé le à Sizun, décédé le à Landivisiau
  39. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  40. Jean Olivier Pellen, né le à Plourin, décédé le 2 messidor an XI () à Landivisiau
  41. http://www.infobretagne.com/landivisiau.htm
  42. Guillaume Le Roux, né le à Kerjézéquel en Pleyber-Christ, administrateur du Finistère
  43. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  44. Félix Benoist, "La Bretagne contemporaine", tome "Finistère", 1867
  45. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, (ISBN 2-7373-3452-7)
  46. Louis Elegoët et Marthe Le Clech, "La vie des paysans du Léon de 1800 à 1950", éditions Bretagne d'Hier, Plourin-les-Morlaix, 2006 [ (ISBN 2-9523019-0-5)]
  47. La Semaine vétérinaire, n° du 14 janvier 1894, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5503359s/f2.image.r=Landivisiau?rk=1845502;4 et Journal des débats politiques et littéraires, n° du 10 janvier 1894, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k466785q/f3.image.r=Landivisiau?rk=493564;4
  48. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  49. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=DI8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi5woaB89vZAhWO16QKHRp_CDEQ6wEIOTAD#v=onepage&q=Landivisiau&f=false
  50. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 19 novembre 1844, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4467509/f2.image.r=Landivisiau?rk=321890;0
  51. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, [ (ISBN 978-27373-3908-0)]
  52. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, [ (ISBN 978-2-918135-37-1)]
  53. Jean Rohou, Fils de ploucs, tome 1, 2005, éditions Ouest-France, (ISBN 2-7373-3452-7)
  54. "Gazette de l'industrie et du commerce", n° du 10 juin 1860, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58229785/f3.image.r=Landivisiau?rk=64378;0
  55. "Gazette de l'industrie et du commerce", n° du 7 mai 1865, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5821792f/f5.image.r=Landivisiau?rk=21459;2
  56. "La Diligence : journal des voyageurs", n° de février 1846, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5836295s/f25.image.r=Landivisiau?rk=42918;4
  57. Charles Boscals de Réals, né le à Morlaix, capitaine, puis colonel, chevalier de la Légion d'honneur, décédé le à Plouvorn
  58. Adolphe Allier, "Combat de l'Hay, livré le 29 novembre 1870, par le 110e et le 112e régiment de ligne, le 2e et le 4e bataillon des mobiles du Finistère : part prise à ce combat par la 1re compagnie des mobiles de Landivisiau, la 2e compagnie des mobiles de Lanmeur et la 3e compagnie des mobiles de Morlaix", 1881, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65748982/f38.image.r=Landivisiau?rk=472105;2
  59. Journal officiel de la République française, n° du 10 mars 1873, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62186401/f6.image.r=Landivisiau?rk=1416316;0
  60. Journal La Lanterne, n° du 6 novembre 1882, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7537832b/f1.image.r=Landivisiau?rk=64378;0, n° du 16 novembre 1882, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7537842q/f2.image.r=Landivisiau?rk=42918;4 et n° du 10 novembre 1882, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75378360/f2.image.r=Landivisiau?rk=257512;0
  61. Journal La Calotte, n° du 20 août 1899, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6268661k/f5.image.r=Landivisiau?rk=3261818;4
  62. Journal L'Univers, n° du 4 février 1884, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k704368j/f2.image.r=Landivisiau?rk=600861;2
  63. Journal La Lanterne, n° du 22 juillet 1883, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7501014z/f1.image.r=Landivisiau?rk=128756;0
  64. http://cdn2_3.reseaudesvilles.fr/cities/17/documents/5dr6audreobdanv.pdf
  65. F.-M. Bléas, "Les chevaux bretons", 1913, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6578544q/f137.image.r=Landivisiau?rk=643780;0
  66. Une foire, ancêtre des foires de Landivisiau, fut créée en 1429 en peine campagne à Coatsabiec (alors en Plougourvest, désormais en Bodilis), aux alentours de la chapelle Saint-Mathieu, ancien prieuré de l'abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre. Ne trouvant pas à se loger dans les environs, les marchands passaient la nuit sur place, brûlant du bois pour se réchauffer. Cette foire fut transférée à Landivisiau en 1868, à la suite d'une émeute, la foule tua un exempt et blessa deux gendarmes qui voulaient arrêter un mendiant
  67. Jean Billon, président de la société des courses de Landivisiau depuis 1958
  68. Hervé Conan, directeur de la Maison Familiale et rurale de Landivisiau, champion de France d'attelage
  69. https://www.ouest-france.fr/landivisiau-capitale-du-cheval-dhier-aujourdhui-205002
  70. Colonel Charpy,La vie chevaline, journal L'Ouest-Éclair, n° du 10 février 1928, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k612229q/f9.image.r=Landivisiau?rk=193134;0
  71. http://www.landivisiau.fr/fr/information/61785/histoire-landivisiau
  72. http://www.mfr-landivisiau.com/articles_archiv%C3%A9s/88-le-cheval-de-retour-en-ville.html
  73. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 22 août 1924, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k584605s/f3.image.r=Landivisiau?rk=236052;4
  74. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 18 mai 1932, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k624815h/f14.image.r=Landivisiau?rk=364808;4, n° du 16 mai 1934, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6255434/f13.image.r=Landivisiau?rk=257512;0 et n° du 9 juin 1938, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k631078n/f13.image.r=Landivisiau?rk=665239;2
  75. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 17 mars 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k500651z/f8.image.r=Landivisiau?rk=965670;0
  76. Journal Le Radical n° 194 du 12 juillet 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7623019f/f3.image.r=Plouguerneau.langFR
  77. Journal L'Univers, n° du 12 février 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k712940c/f2.image.r=Landivisiau?rk=343349;2
  78. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 23 mars 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6406514/f4.image.r=Landivisiau?rk=150215;2 et n° du 24 mars 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640652h/f4.image.r=Landivisiau?rk=300430;4
  79. Les Temps nouveaux, n° du 1er avril 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6494472r/f5.image.r=Landivisiau?rk=2060096;0
  80. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 29 septembre 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6401040/f4.image.r=Landivisiau?rk=42918;4 et n° du 9 septembre 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6415513/f4.image.r=Landivisiau?rk=128756;0
  81. Journal La Croix, n° du 9 septembre 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k406306n/f4.image.r=Landivisiau?rk=386268;0
  82. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=29105&pays=France&dpt=29&idsource=27488&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  83. Journal La Croix, n° du 20 août 1916, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k259487q/f6.image.r=Landivisiau?rk=1072966;4
  84. Procès-verbaux et rapports du conseil départemental d'hygiène et des commissions sanitaires du Finistère : lois des 15 février 1907 et 7 avril 1903 relatives à la protection de la santé publique 1922", 1923, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6505561c/f105.image.r=Landivisiau?rk=815454;4
  85. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=29105&pays=France&dpt=29&idsource=27488&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  86. Éric Rondel, La Bretagne bombardée, 1940-1944, éditions Ouest et Cie, 2011, [ (ISBN 9-782364-28007-6)]
  87. https://www.ouest-france.fr/bretagne/landivisiau-29400/landivisiau-un-resistant-devient-chevalier-de-la-legion-dhonneur-4161084
  88. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=29105&pays=France&dpt=29&idsource=27488&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  89. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=18821
  90. https://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/morlaix/landivisiau/landivisiau/coup-d-oeil-dans-le-retroviseur-31-10-2009-634078.php
  91. http://www.landivisiau.fr/fr/association/1/3960/landi-football-club
  92. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  93. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  94. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  95. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  96. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  97. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  98. « Évolution et structure de la population à Landivisiau en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 novembre 2010)
  99. « Résultats du recensement de la population du Finistère en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 21 novembre 2010)
  100. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  101. Site officiel de la commune de Landivisiau
  102. Georges Tigréat, président de la Communauté de communes du Pays de Landivisiau entre 2001 et 2014, conseiller général du canton de Landivisiau entre 2008 et 2015, président du Pays de Morlaix entre 2011 et 2014, décédé âgé de 67 ans le
  103. http://www.letelegramme.com/local/finistere-nord/morlaix/landivisiau/landivisiau/landivisiau-29-centrale-au-gaz-plus-de-mille-opposants-en-ordre-de-marche-04-03-2012-1621003.php

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Juloded, grandeur et décadence d'une caste, Louis Elegoët, Presses universitaires de Rennes, 1998.
  • Le petit train Rosporden-Plouescat, Annick Fleitour, Éditions Ressac, Quimper, 2001. [historique de la petite ligne de chemin de fer à voie métrique qui desservait Landivisiau de 1912 à 1935]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]