Saint-Thonan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Thonan
L'église paroissiale de Saint-Thonan.
L'église paroissiale de Saint-Thonan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Landerneau
Intercommunalité Pays de Landerneau-Daoulas
Maire
Mandat
Marc Jézéquel
2014-2020
Code postal 29800
Code commune 29268
Démographie
Gentilé Saint-Thonanais
Population
municipale
1 623 hab. (2014)
Densité 144 hab./km2
Population
aire urbaine
44 395 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 29′ nord, 4° 20′ ouest
Altitude Min. 34 m
Max. 116 m
Superficie 11,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Thonan

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Thonan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Thonan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Thonan
Liens
Site web Site de la commune de Saint-Thonan

Saint-Thonan [sɛ̃tɔnɑ̃] (en breton : Sant-Tonan) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Saint-Thonan

Proche des centres urbains (18 km de Brest, 9 km de Landerneau), en bordure de voie express, la commune de Saint-Thonan a su se développer en préservant la qualité de vie rurale.

Le finagecommunal est formé par une partie du plateau du Léon dont l'altitude est d'une centaine de mètres (le point le plus haut est à 109 mètres près de Guichegu à la limite communale avec Ploudaniel, le bourg est vers 85 mètres d'altitude) ; la partie nord du finage communal s'abaisse jusqu'à 61 mètres dans la vallée d'un ruisseau qui est un modeste affluent de rive gauche de l'Aber Wrac'h, au nord-ouest de Pentraon.

Le paysage agraire traditionnel est le bocage avec un habitat dispersé en de nombreux hameaux, dénommés localement villages.

Répartie sur 1 129 hectares, la commune est divisée en deux par la RN 12, qui ne peut être franchie, grâce à des ponts qu'en deux points ( à Pen ar Prat et à la limite orientale du finage, près de Lann ar Groaz ; la commune est desservie par l'échangeur de Pen ar Prat, qui a permis la création d'une zone industrielle et artisanale à proximité. La voie communale no 1 la relie à Landerneau au sud. Le bourg est traversé par la route départementale 25 vers Ploudaniel au nord ; il s'est grossi ces dernières décennies de plusieurs lotissements, principalement vers le sud-ouest le long de la D 25 en direction de Guipavas et vers le sud-est (Kerilis, Kerjegu) le long de la voie communale qui mène à l'échangeur de Pen ar Prat.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sanctus Honanus en 1467[1] et 1487, Sainct Honan en 1516[2], Sainctonan[1] et Santonan en 1618[2].

Le nom de Saint-Thonan proviendrait peut-être de saint Donan, un moine irlandais qui, avec ses compagnons, aurait été martyrisé en 614 dans l'île d'Eigg, située en Écosse[3], noté Sanctus Donnanus au XIVe siècle[2]. Mais une autre hypothèse beaucoup plus crédible fait provenir le nom de saint Ténénan, qui vécut notamment dans la forêt de Beuzit, située dans l'ancienne paroisse de Beuzit-Conogan, dont une partie du territoire fait désormais partie de la commune de Saint-Thonan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines et Antiquité[modifier | modifier le code]

Au carrefour de voies romaines, la trève de Saint-Thonan se détache au XVe siècle de la paroisse de Plabennec elle-même issue de la paroisse de l'Armorique primitive de Ploebevoaz (Guipavas) qui s'étendait de Landerneau à Brest et la trève dépend du prieuré de la paroisse de La Forest-Landerneau. Des briques romaines ont été trouvées dans plusieurs champs à Kerprigent[4]. En 1792, la commune de Saint-Thonan s'agrandit au détriment de l'ancienne paroisse de Beuzit-Conogan, qui disparaît, un autre partie de son territoire étant rattachée à Landerneau.

Saint Thénénan, protecteur de l'actuelle paroisse de Plabennec, est très probablement l'éponyme de la commune. Selon la légende, saint Thénénan aurait accosté sur les bords de l'Élorn à La Forest-Landerneau (dont l'église est aussi placée sous l'invocation de saint Thénénan) avant de traverser la forêt dite de « Beuzec » et s'installer au lieudit « Lesquelen » en Plabennec[réf. nécessaire].

Une autre théorie voudrait que le nom de Saint-Thonan provienne de saint Donan, moine irlandais, mais cette hypothèse semble à rejeter, ce saint étant un disciple de Brieuc avec Fragan (Saint Brieuc, Saint Donan et Ploufragan dans les Côtes-d'Armor)[réf. nécessaire].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Saint-Thonan était initialement jusqu'au XVe siècle une trève dépendant de La Forest-Landerneau[5]. La paroisse faisait partie de l'archidiaconé d'Ac'h relevant du diocèse de Léon et était sous le vocable de saint Nicolas. Cette invocation pourrait dater de la construction de l'église actuelle au XIXe siècle, l'église précédente étant probablement sous l'invocation de saint Thonan, c'est-à-dire saint Ténénan. Plusieurs églises contemporaines ont été placées sous sa protection en Bretagne (Nantes, Saint-Nicolas-du-Pélem). Mais elle pourrait tout autant l'avoir été au XVIe siècle, lorsque Vincent de Parscau[6], alors seigneur de Botiguéry, fit construire la première église.

Aux alentours du XVe siècle, la seigneurie de Botiguéry s'est constituée ; elle est citée pour la première fois lors de la réformation de 1443 dans l'évêché de Léon où est présent Yaouancq, seigneur de Botiguéry[7] ; le premier membre connu de la famille Parcsau ajoutant à son nom "Botiguéry" étant Vincent Parcsau, né en 1527, décédé en octobre 1591, en raison de son mariage vers 1555 avec Jeanne Le Jeune (Youancq en breton) de Botiguéry, qui sont les grands-parents de Vincent du Parcsau, le constructeur de l'église. Une pierre d'angle retrouvée en 1966 dans la cour du presbytère et portant les armes de la famille Parscau-Le Jeune en témoigne[8].

La chapelle de Botiguéry, le manoir de Pen-ar-Quinquis et l'église datent du XVIe siècle. Cette dernière est construite en 1586, dotée d'un clocher en 1609, d'un bénitier en 1747 et d'une sacristie en 1785.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Si l'on n'a pas retrouvé de traces de la culture du lin à Saint-Thonan, par contre les inventaires après décès attestent de la culture du chanvre, par exemple à Keransaos en 1728 et en 1767 ou encore en 1788 à Kerescar. Sept kanndi ont été recensés à Saint-Thonan et 59,8 % des inventaires après décès de la paroisse à l'époque font état de métiers à tisser[9].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Saint-Thonan de fournir 7 hommes et de payer 45 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[10].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Saint-Thonan en 1778 :

« Saint-Thonan ; à sept lieues au sud-ouest de Saint-Pol-de-Léon, son évêché ; à 45 lieues de Rennes, et à une lieue un quart de Landerneau, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit à Lesneven et compte 450 communiants[11]. Le territoire offre à la vue des vallons, des monticules, des coteaux, des terres en labeur très fertiles et bien cultivées, quelques prairies et peu de terres incultes.[12] »

Révolution française[modifier | modifier le code]

En 1786, Monseigneur de la Marche envisage de modifier les limites de la paroisse de Saint-Thonan, trop pauvre, soit en la supprimant, soit en l'agrandissant. C'est la deuxième solution qui a été envisagée. En 1793, Saint-Thonan devient une commune sous le nom de Saint-Thomas, nom qui apparaît encore en 1801[13], avant de reprendre ensuite sa dénomination Saint-Thonan. L'année suivante, elle est agrandie par l'annexion d'une partie de l'ancienne paroisse de Beuzit-Conogan (de Guichégu à Pen-Bouillen).

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1834, le conseil municipal souhaite une école, mais les ressources sont modestes. En 1835, un presbytère est construit près de l'église.

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Saint-Thonan en 1853 :

« Saint-Thonan ; commune formée de l'ancienne paroisse du même nom ; aujourd'hui succursale. (...). Principaux villages : Kerallaouen, Pentraon, Kersaos, Pen-ar-Quinquis, Creac'hoadic, Traonarroc'h, Kerprigent, Mescouez. Maisons importantes : Botiguéry, Plessiscat. Superficie totale : 1 061 ha, dont (...) terres labourables 366 ha, prés et pâtures 92 ha, bois 52 ha, vergers et jardins 5 ha, étangs 5 ha, landes et incultes 484 ha (...). Moulins : 8 (de Penarhout, de Mescouez, de Plessiscat, de Pentraon, à eau). (...) En 1790, cette ancienne paroisse a été augmentée aux dépens d'une partie de celle de Beuzit, qui a été divisée entre Saint-Thonan et Landerneau.[14] »

Après 1870, la commune s'équipe d'une place du bourg, d'une école et d'une nouvelle église, dédiée à saint Nicolas et consacrée le par Mgr Nouvel de la Flèche, évêque de Quimper et de Léon.

L'école est ouverte en 1878 (à la place de l'actuelle mairie), sa construction ayant étant décidée en 1874[15]. Mixte, l'enseignement est assuré par une religieuse. La nouvelle église est construite sur l'emplacement de l'ancienne, mais en sens inverse. Le montant des travaux de reconstruction est estimé en avril 1877 à 27 415 francs de l'époque et une subvention de 8 000 francs est votée par le Conseil général du Finistère[16]. Son clocher est élevé entre 1890 et 1892.

Les pressions des notables sur les électeurs étaient alors fortes comme en témoigne cet extrait d'un article du journal Le Temps en date du  :

« (...). M. du Beaudiez, maire de Saint-Thonan, avait fait dire par son adjoint, le dimanche, au pied de la croix, que M. Boucher était le candidat pour lequel il fallait voter. M. du Beaudiez (...) vient d'être, de ce fait, suspendu pour deux mois[17] »

XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

L'école est laïcisée en 1902.

Le maire de Saint-Thonan, Paul Villiers, écrit le cette lettre au sous-préfet de Brest :

« En vous retournant le certificat de résidence de Monsieur le desservant de la paroisse de Saint-Thonan pour le dernier trimestre de 1902, je m'empresse de vous faire savoir que je me refuse formellement à signer ledit certificat et à répondre à la demande de renseignements qu'il contient. J'estime que non seulement le droit mais le devoir de M. le desservant de notre paroisse est d'employer pour les instructions religieuses et principalement pour celles du catéchisme le dialecte breton, la grande majorité de la population ne connaissant pas assez la langue française pour suivre utilement et comprendre les instructions faites en français. De plus je ne veux pas remplir au profit de l'administration préfectorale le rôle de policier doublé de celui d'un mouchard qu'elle veut m'imposer. Ce n'est pas pour pareille besogne que les habitants de Saint-Thonan m'ont fait l'honneur de me confier l'administration de leur commune depuis l'année 1884[18] »

Le journal L'Aurore du indique que l'inventaire des biens d'église s'est déroulé à Saint-Thonan, ainsi qu'à Saint-Divy et d'autres communes : « Partout le tocsin sonne. On ne signale pas d'incidents importants »[19]. Un décret du président de la République Armand Fallières en date du « attribue à la commune de Saint-Thonan (Finistère), à défaut de bureau de bienfaisance, les biens ayant appartenu à la fabrique de l'église de Saint-Thonan et actuellement sous séquestre (...) »[20]. Un autre décret du crée d'ailleurs un bureau de bienfaisance dans la commune, doté des biens ayant appartenu à la fabrique de l'église[21].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le Monument aux morts de 1914-1918.

Le monument aux morts de Saint-Thonan porte les noms de 25 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[22].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Les tensions entre les partisans de l'école laïque et du clergé étaient alors vives comme en témoigne cet article du journal L'Ouest-Éclair en date du , mais relatant des faits survenus l'année précédente :

« La paroisse de Saint-Thonan (...) était en émoi : « Le Cri du Peuple »[23], un petit canard du crû, vomissant sans répit sa bile sur le curé de Saint-Thonan. À tort ou à raison, on attribuait ces diatribes indigentes à un instituteur public. M. Duguern n'hésite pas. Un dimanche, après la messe, il monte sur la pierre et harangue les fidèles. Il demande à tous de se liguer pour la défense du pasteur et propose d'accuser le ressentiment général contre celui qu'on croyait un « mauvais berger » en faisant une grève scolaire de huit jours. Les parents catholiques se devaient, en retenant leurs enfants chez eux, de marquer leur réprobation à l'instituteur.[24] »

En fait l'instituteur public mis en cause n'y était pour rien, comme l'avouèrent deux femmes, mais le lendemain « l'instituteur constata que sur 72 élèves, il en manquait 44 »[25]. Une école privée destinée aux filles ouvrit à la rentrée 1929.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Une mairie est construite en 1952, à proximité de l'actuelle. L'ancienne mairie était en location sur la place du bourg. En 1956, l'école publique est fermée « temporairement ».

En 1973, la voie express RN 12 Brest-Morlaix, suivant le tracé d'une voie romaine, coupe la commune en deux. Un échangeur est inaugurée en 1981 et une zone d'activités est créée à ses abords.

En 1979, les hameaux de Mestallic, Lesnon et Cosglouët sont rattachés à Saint-Thonan.

En 1987, la salle polyvalente est achevée. La nouvelle mairie est installée dans l'ancienne école publique à la fin de 1988.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2001, la salle polyvalente est agrandie au sud pour y accueillir une estrade. En 2005, l'ancien restaurant Le Guen est restauré en Espace associatif. La première tranche des travaux concernent le centre de loisirs et une hall de pétanque couvert.

En 2009, un Programme d'Aménagement Global est adopté par la commune portant sur l'aménagement futur du centre-bourg. En 2010, une nouvelle station d'épuration est créée. En 2011, la deuxième tranche des travaux de rénovation de l'espace associatif devrait s'achever. Il devrait abriter une bibliothèque, un espace multimédia, une centre de soins de kinésithérapie et quatre logements locatifs.

En 2012, la première tranche du nouveau complexe sportif (terrain de football) devrait s'achever et les travaux de la nouvelle maison de l'enfance entrepris.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
565 426 462 651 578 532 611 682 676
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
693 678 635 587 620 643 646 647 672
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
654 652 645 618 630 654 612 668 587
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
563 527 583 769 1 083 1 165 1 322 1 485 1 623
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Industries[modifier | modifier le code]

La ville de St Thonan rassemble de nombreuses entreprises issues de divers secteurs d'activité :

  • Agriculture, sylviculture et pêche
  • Industrie dont font partie les entreprises Lessonia et Cloitre
  • Construction
  • Commerce, transports et service divers
  • Administration publique, enseignement, santé, action sociale

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maires de Saint-Thonan
Période Identité Étiquette Qualité
1807 1820 Sébastien Du Beaudiez[28]   Habitait le manoir de Botiguéry
1821 1831 Louis François Du Beaudiez[29]   Propriétaire. Habitait le manoir de Botiguéry. Frère du maire précédent.
1831 1833 Olivier Gouez[30]   Cultivateur
1834 1848 Louis François Du Beaudiez   Déjà maire entre 1821 et 1831
1850 1851 Olivier Gouez   Déjà maire entre 1831 et 1833
1853 1863 Moalic    
1866 1884 Paul Louis Du Beaudiez[31]    
1884 1903 Paul Villiers[32]   Propriétaire. Habitait le manoir de Botiguéry.
1903 1904 Louis Omnès    
1904 1919 Jean Marie Jacob[33]    
1919 1935 François Morvan    
1935 1941 Jean Le Bihan    
1943 1944 Jean Cesson    
1945 1971 Yves Le Berre SE Agriculteur
1971 1977 Claude Labasque SE Ouvrier
1977 2008 Germain Lagadec SE Pépiniériste
2008 2014 Denis Salaün PS Economiste consultant
2014 en cours Marc Jézéquel DVD Formateur
Les données manquantes sont à compléter.

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Thomas, édifiée entre 1876 et 1892 sur les plans de l'architecte Ernest Le Guerranic a remplacé l'église précédente construite en 1586 ; elle est toujours entourée de son cimetière[2].
  • La chapelle Saint-Herbot (un édifice de plan rectangulaire à clocheton amorti par une petite flèche carrée) et son calvaire (les deux datent du XVIe siècle), situés à Botiguéry.
  • Le manoir de Botiguéry (XVIe siècle), modifié au XXe siècle.
  • Le manoir de Pen-ar-Quinquis : il date du XVIe siècle, mais a été reconstruit à l'identique vers 1970[34]
  • Le monument aux morts de 1914-1918.
  • Plusieurs croix et calvaires : calvaire de l'église (vestiges d'un calvaire datant du XVIe siècle qui fut vandalisé pendant la Révolution française), calvaire de Saint-Herbot, croix de Croas an Heizic, Croas-Kerdoc'h, croix de Kerarsaoz, croix de Kerillis, croix de Vilin Varc'h, croix de Pen ar Prat (toutes les croix précitées sont des croix monolithes), croix de Pen ar Quinquis (date de 1879)[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Editions Jean-Paul Gisserot (ISBN 2877474828, lire en ligne), p. 111
  2. a, b, c et d « Étymologie et Histoire de Saint-Thonan », sur infobretagne.com (consulté le 5 février 2017)
  3. http://nominis.cef.fr/contenus/saint/11607/Saint-Donan.html
  4. Flagelle, « Les curiosités archéologiques du canton de Landerneau », Bulletin de la Société Académique de Brest,‎ (lire en ligne)
  5. http://www.infobretagne.com/saint-thonan.htm
  6. Vincent du Parcsau, né le à Botiguéry en Saint-Thonan
  7. http://www.infobretagne.com/saint-thonan.htm
  8. http://www.saint-thonan.fr/tourisme/patrimoine.html
  9. Andrée Le Gall-Sanquer, Jean-Luc Richard et Marie-Louise Richard, L'or bleu (An aour glaz) : le lin au pays de Landerneau-Daoulas, Association Dourdon, Cloître Imprimeurs, (ISBN 2-9505493-1-4)
  10. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  11. Personnes en âge de communier
  12. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist04og
  13. « Notice communale : Saint-Thonan », sur Cassini.EHESS.fr
  14. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", 1853, consultable https://books.google.fr/books?id=361CAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiCl7SA3vvWAhWClxoKHbOSDi4Q6AEIODAD#v=onepage&q=Saint-Thonan&f=false
  15. Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère, 1874, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55647045/f617.image.r=thonan?rk=85837;2
  16. Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère, avril 1877, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5562884x/f213.image.r=thonan
  17. Journal Le Temps, n° du 2 mars 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k227572h/f2.image.r=Thonan?rk=21459;2
  18. Journal L'Univers, n° du 26 octobre 1902, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k711244f/f2.image.r=Saint-Thonan?rk=128756;0
  19. Journal L'Aurore, n° du 22 février 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7401826/f2.image.r=thonan?rk=21459;2
  20. Journal officiel de la République française. Lois et décrets, n° du 8 février 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6260958n/f9.image.r=thonan?rk=21459;2
  21. Journal officiel de la République française. Lois et décrets, n° du 6 mars 1913, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63832334/f5.image.r=thonan?rk=107296;4
  22. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=16743
  23. Le Cri du Peuple était un hebdomadaire socialiste publié à Brest
  24. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 20 février 1929, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6577342/f5.image.r=Thonan?rk=536483;2
  25. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 19 mars 1928, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k505450b/f4.image.r=Thonan?rk=107296;4
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  28. Sébastien Claire Amable Du Beaudiez, né le à Plabennec, décédé le à Landerneau
  29. Louis François Du Beaudiez, né le à Plabennec, décédé le au manoir de Botiguéry en Saint-Thonan
  30. Olivier Gouez, né le à Pentraon en Saint-Thonan, décédé le à Créachcorcuff en Saint-Thonan
  31. Paul Louis Du Beaudiez, né le au manoir de Beuzidou en Saint-Urbain
  32. Paul Villiers, né en 1855 à Brest, décédé le au manoir de Botiguéry en Saint-Thonan. Fils de François-Marie Villiers et frère de François-Émile Villiers qui furent tous les deux députés du Finistère
  33. Jean Marie Jacob, né le au moulin de Pen ar Hoat en Saint-Thonan
  34. http://www.saint-thonan.fr/tourisme/patrimoine.html
  35. http://www.croixbretagne.fr/Ccb/Content/liste.jsp?comId=11122&statut=0

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :