Nationalisme contre-révolutionnaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En France et Espagne, le courant du « nationalisme contre-révolutionnaire » fait référence au christianisme, au monarchisme et à la monarchie des Bourbons ou de la deuxième République. Les Nationalistes Contre-révolutionnaires voulaient la contre-révolution et un nationalisme traditionnel (qui conçoit la France ou l'Espagne comme un État-Nation depuis les rois capétiens et Espagne les Carlistes). Le catholicisme a alors une place privilégiée dans l'identité de la nation française. Ce nationalisme fait souvent référence à la « chrétienté » et à la monarchie capétienne. Le nationalisme français traditionnel en découle idéologiquement.

Explication[modifier | modifier le code]

Ce nationalisme condamne par ailleurs les principes idéologiques de la Révolution française et du Républicanisme. Il conçoit aussi que la nation française n'est pas née en 1789 mais en 496 lors du baptême et du sacre de Clovis par saint Remi à Reims et en 987 lors de l'avènement des Capétiens.

Les adeptes de ce courant idéologique au sein de la « droite nationale » sont très proches du milieu catholique traditionaliste.

Idéologues[modifier | modifier le code]

Les principaux penseurs sont Charles Maurras, Édouard Drumont, Maurice Barrès, Jacques Ploncard d'Assac, Henry Coston, Jean Madiran.

Les organisations nationalistes contre-révolutionnaires[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]