Revue internationale des sociétés secrètes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la théorie du complot image illustrant la presse écrite
Cet article est une ébauche concernant la théorie du complot et la presse écrite.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Revue internationale des sociétés secrètes
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Genre Politique, Antimaçonnisme, Antisémitisme, Antijudaïsme.
Date de fondation 1912 puis 1920
Date du dernier numéro 1914 puis 1922

Directeur de publication Ernest Jouin

Revue internationale des sociétés secrètes (RISS), « Organe de la Ligue franc-catholique » (Paris, 1912-1914, puis 1920-1922), périodique français fondé et dirigé par Mgr Ernest Jouin et animé notamment par Charles Nicoullaud sous le pseudonyme de Fomalhaut et lui aussi fondateur[1], le colonel Emmanuel Bon[2] et comptant parmi ses contributeurs Pierre Virion, sous les pseudonymes de J. Boicherot et Lefrançois. S'ensuivit une période de reparutions ponctuelles. En 1926, le Marquis de la Franquerie en devint le rédacteur en chef[3]. La revue cessa de paraître en 1939[4].

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agissait d'une revue catholique traditionaliste publiée par la Ligue Franc-Catholique (nom sans doute donné par opposition à « Franc-maçonnique ») dont la ligne éditoriale était essentiellement antimaçonnique, antijudaïque et conspirationniste. Les articles qu'elle publiait étaient consacrés à la dénonciation de complots ourdis par des sociétés secrètes ésotérisantes ou des machinations dites « judéo-occultistes ». Ses contributeurs, en particulier Mgr Jouin, ont constitué des nomenclatures de francs-maçons ainsi que des bibliographies détaillées sur les activités occultes françaises. L'antimaçonnisme de la R.I.S.S. est une continuation de celui des collaborateurs de Léo Taxil.

Cette revue contribua à la diffusion des Protocoles des sages de Sion (faux document de propagande antisémite) et exerça une influence considérable sur la littérature complotiste. La revue attaqua le Rotary Club, accusé d'être une organisation paramaçonnique[4].

La R.I.S.S. traduisit en français le livre de d'Arthur Preuss Étude sur la Franc-maçonnerie américaine qui fut un succès avec 5 éditions, la dernière en 1924[5].

Collaborateurs de la revue[modifier | modifier le code]

Le Marquis de la Franquerie en devient rédacteur en Chef en 1926.

Division[modifier | modifier le code]

Certains volumes étaient divisés en 2 parties :

  • 1. R.I.S.S. « Grise : Partie (générale) maçonnique » de 1912 à 1939.
  • 2. R.I.S.S. « Rose : Partie (spéciale) Occultisme » de 1928 à 1933.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de l'astrologie, par Jacques Halbronn et Serge Hutin, Artefact, 1986, p. 263.
  2. Revue Politica Hermetica no 4, 1990, Maçonnerie et antimaçonnisme : de l'énigme à la dénonciation, p. 56.
  3. Marquis de la Franquerie, Lucifer et le pouvoir occulte, p. 15, 1984. Texte en ligne.
  4. a et b Rotary et scoutisme : deux acteurs du complot mondial, par Jean-Jacques Gauthé, 19 novembre 2007.
  5. Etude sur la Franc-Maçonnerie Américaine: Arthur Preuss
  6. Ésotérisme, occultisme, franc-maçonnerie et christianisme aux XIXe ..., Volume 2 By Marie-France James