Article 58 du code pénal de la RSFSR

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'article 58 du code pénal de la RSFSR (République socialiste fédérative soviétique de Russie) a été instauré le pour arrêter les personnes soupçonnées d'activités contre-révolutionnaires. Il a été revu plusieurs fois et étendu significativement le .

Cet article introduit dans le droit pénal de la RSFS de Russie les notions d'« ennemis du peuple », de « traîtres » et de « saboteurs ». Il a conduit à l'emprisonnement d'un grand nombre de personnes, dont une multitude d'innocents. Les peines pouvaient aller jusqu'à 25 ans d'emprisonnement et étaient fréquemment étendues pour une période indéterminée, sans procès ni délibération.

Les codes pénaux des autres républiques soviétiques comportaient également des articles de même nature.

Après la dénonciation du stalinisme par Nikita Khrouchtchev, le code a été largement réécrit.

Varlam Chalamov, dans ses Récits de la Kolyma relatant ses 25 ans de captivité en goulag, montre les conséquences des sigles qui identifie les zeks d'après leur peine (Article 58, alinéa tant): risque plus fort de se faire fusiller, ou d'être envoyé dans des brigades de travail aux conditions très dures, impossibilité d'obtenir des postes d'infirmier etc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]