Voutezac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Voutezac
Voutezac
Vue générale du village de Voutezac.
Blason de Voutezac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Brive-la-Gaillarde
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin de Brive
Maire
Mandat
Nicole Poulverel
2020-2026
Code postal 19130
Code commune 19288
Démographie
Gentilé Voutézacois, Voutézacoises
Population
municipale
1 259 hab. (2017 en diminution de 0,16 % par rapport à 2012)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 35″ nord, 1° 26′ 17″ est
Altitude 225 m
Min. 105 m
Max. 402 m
Superficie 22,38 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Brive-la-Gaillarde
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de l'Yssandonnais
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Voutezac
Géolocalisation sur la carte : Corrèze
Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Voutezac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Voutezac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Voutezac

Voutezac est une commune française située dans le département de la Corrèze, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Commune située en Limousin sur les premiers contreforts du Massif central, au sud-est du canton de Juillac, aux portes de l’agglomération de Brive. Le bourg domine la plaine d’Objat et la vallée de la Vézère. La commune est arrosée à l'ouest par la Loyre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Voutezac est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes de Voutezac
Vignols Orgnac-sur-Vézère Estivaux
Saint-Solve Voutezac
Objat Allassac

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Voutezac est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Brive-la-Gaillarde, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 80 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[3],[4].

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Voutezac était traversée par l'un des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, la via Lemovicensis. La commune tenait sa richesse de son grand vignoble. Aujourd'hui ce vignoble, détruit par le phylloxera au XIXe siècle, est en train de reprendre vie grâce à la plantation de plusieurs hectares de vignes (cépages : chenin, sauvignon gris et chardonnay). Le village du Saillant, à quelques kilomètres du bourg de Voutezac, est traversé par la Vézère, rivière qui sépare les deux communes d'Allassac et de Voutezac, surmonté d'un pont construit au Moyen Âge par les moines, pour alimenter la région de leurs vins. Le Saillant est connu pour sa chapelle ornée de six vitraux dessinés par Chagall et réalisés par le maître verrier Marcq de l'atelier « Simon - Marcq » de Reims. Ces vitraux sont les derniers dessinés par Chagall, deux ans avant sa mort. Le château du Saillant qui appartient à la famille de Lasteyrie du Saillant a accueilli dans ses murs le révolutionnaire Riqueti de Mirabeau, sa sœur ayant épousé un Lasteyrie du Saillant.

Le 15 décembre 1908 en fin d'après-midi, entre les gares d'Allassac et d'Estivaux mais sur le territoire communal de Voutezac, le train omnibus no 742 de Brive à Limoges, au départ de la gare d'Allassac, est percuté par le train de marchandises no 2320 dans le tunnel de Pouch, causant la mort de 15 personnes.

Le , le village du Saillant est l'objet d'une rafle perpétrée par l'occupant nazi et la bande Bonny-Lafont. Vingt-et-un otages sont arrêtés et dix déportés : cinq dans le camp de concentration de Neuengamme et les autres dans les centres d'extermination d'Auschwitz-Birkenau et des Pays baltes. Deux stèles édifiées sur la place du village, en 1985 et 2019, commémorent ces événements.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1896 1904 François Reillier    
1904 1919 Henri Léonard dit Auguste Reiller    
1919 1935 Pierre Chauffier    
1935 1941 Emmanuel Lauriac    
1941 1944 Joseph Coudert    
1944 1944 Pierre Sebremer    
1944 1945 Emmanuel Lauriac    
1945 1947 François Henri Raynal    
1947 1971 Albert Barthélémy Laborie    
1971 1995 Raymond Eugène Vigne    
1995 2001 Maurice Vareille PCF  
2001 2008 Daniel Poulverel    
2008 2014 Georges Peyramaure PS  
mars 2014 En cours Nicole Poulverel UDI Agricultrice

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2017, la commune comptait 1 259 habitants[Note 3], en diminution de 0,16 % par rapport à 2012 (Corrèze : +0,09 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0742 0722 0572 3692 5402 5242 6252 5372 514
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5462 5622 5142 4262 7012 5302 5702 7332 222
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1292 1021 9811 6911 6481 6021 5631 4361 360
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 2561 1971 0711 0531 0261 1421 1741 2701 280
2017 - - - - - - - -
1 259--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Christophe : église fortifiée.
  • Le lavoir du bourg, alimenté par le ruisseau de la Pierre du Rieux.
  • Le Saillant, village traversé par la Vézère et partagé entre Voutezac (rive droite) et Allassac (rive gauche) avec :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Voutezac Blason
D'argent à la fasce crénelée de gueules chargée d'un lion d'or, accompagnée en chef d'une croisette d'azur et en pointe d'une grappe de raisin de pourpre tigée et feuillée de sinople.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 1962, au pont du Saillant, fut tournée une scène du film Le Chevalier de Pardaillan de Bernard Borderie.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marius Échamel, Histoire de la paroisse de Voutezac, Brive, Imprimerie catholique, 1912, 273 p.

Yves Soulingeas, Quatre paroisses en Bas-Limousin au XVIIIe siècle. Allassac, Donzenac, Sadroc, Voutezac. Étude économique et sociale. Thèse de l’École des * Chartes, Paris, 1971, 3 tomes, 203 p. et annexes.

  • Jean-Michel Valade, Voutezac et son pays au XIXe siècle. La difficile entrée d'une commune corrézienne dans la France moderne. Préface de Robert Joudoux. Lemouzi 140 bis, 1996, Tulle, 112 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voutezac (archive) sur le site de l'IGN

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. Hervé L'Huillier, Jean-Louis Breuil-Jarrige - PDG de Total Compagnie française de distribution, consulté le 11 janvier 2020.
  10. Bruno Fuligni, Secrets d'Etat, L'Iconoclaste, 600 p. (ISBN 978-2-3788-0060-4, lire en ligne), p. 562-563.