Vicomté de Comborn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La vicomté de Comborn était un territoire français du Bas-Limousin (actuelle Corrèze) qui comprenait la région de Vigeois et la région de la Vézère et de la Corrèze, au sud des Monédières. Son premier titulaire, à la fin du IXe siècle, fut Archambaud « le Boucher » (ou « Jambe pourrie »). Les Comborn, qui étaient une des grandes dynasties féodales du Bas-Limousin, possédèrent à différentes époques les vicomtés de Limoges et de Turenne. Comborn interdit l'accès du pays aux vicomtes de Limoges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vestiges du château médiéval de Comborn.

Le château de Comborn était le siège d'une des plus anciennes vicomtés du Limousin à côté de celle de Turenne et Limoges au Xe siècle, puis de Ventadour dès le XIe siècle. Ses principales seigneuries étaient : Treignac, Beaumont, Chamboulive, Chamberet, Rochefort et Allassac. Les seigneurs de Comborn, et particulièrement les premiers, vont consacrer leurs actions à étendre leur puissance bien au-delà de la petite vicomté. Ils sont l'exemple type de l'implantation des premiers seigneurs féodaux mis en place afin de gérer les territoires pour le compte de l'autorité suzeraine de l'époque. Cette pratique résulte de la politique mise en place par Pépin le Bref puis Charlemagne dès le IXe siècle[1].

Le premier Comborn identifié est Archambaud, non originaire du Limousin. Ses origines remontent à l'ancienne dynastie des Mérovingiens. Son nom, d'origine germanique, signifie « franc, hardi, courageux et sincère ». Il précise un peu plus son ascendance[2]. Il affirme sa présence et sa légitimité en s'alliant avec les Ségur en épousant la fille de Foucher de Ségur, Ildéarde, que l'on retrouve sur certaines chartes[3].

Le second Archambaud se titrera vicomte vers 960 et deviendra le véritable fondateur de la dynastie. Il prendra Turenne vers 976 et prendra ainsi le titre de vicomte de Comborn et de Turenne. Il mourra en 993. Il s'agit d'Archambaud « Jambe pourrie ».

Son fils fondera Ventadour dès 1036 et donnera naissance aux seigneurs de Ventadour - Ussel. Leurs successeurs laisseront de nombreuses traces dans la région : monastères à Meymac, Aubazine et le Glandier[4], tour d'Allassac, cloître à Tulle, chapelles et églises (les armes des Comborn et des Pompadour figurent dans la chapelle nord de l'église Saint-Martial d'Orgnac).

Au début du XVIe siècle, la seigneurie passe par héritage aux Pompadour, puis aux seigneurs de Pierre Buffière et dès 1649, au marquis du Saillant.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Liste des vicomtes[modifier | modifier le code]

  • Archambaud de Comborn (vers 934 - vers 996), 1er vicomte de Comborn, dit « le Boucher » qui tranche ses ennemis « comme un vrai boucher qui coupe la viande sur un banc ». Il fut appelé ensuite « Jambe pourrie » (Gamba puirida) après avoir eu la jambe prise et brisée dans une porte au cours du siège de Turenne. Il combattit aux côtés du duc de Normandie contre l'empereur Otton.
  • Ebles le Vieux († 1030). Fils aîné d'Archambaud Jambe-pourrie. Ses deux fils se partagèrent son héritage. L'aîné Guillaume devint vicomte de Turenne et le cadet Archambaud devint vicomte de Comborn.
  • Archambaud II († 1060). Fils cadet d'Ebles le Vieux, il partagea également son héritage entre ses fils. L'aîné Archambaud devint vicomte de Comborn, le cadet Ebles devint vicomte de Ventadour.
  • Archambaud III. Son seul fils Ebles mourut avant lui et la vicomté passa à son frère benjamin Bernard.
  • Bernard Ier. Dernier fils d'Archambaud II, il n'était pas destiné à hériter de terres, mais la mort sans enfants de son frère aîné le fit vicomte de Comborn.
  • Archambaud IV le Barbu († 1147). Fils de Bernard, il épousa l'héritière des vicomtes de Limoges. Ils partagèrent leur héritage entre leurs fils aînés. Adémar eut la vicomté de Limoges et Archambaud celle de Comborn.
  • Archambaud V († 1185). Fils cadet d'Archambaud le Barbu et de Brunissende de Limoges.
  • Archambaud VI († 1238).
  • Bernard II
  • Archambaud VII († 1277). Il transmit la vicomté en indivision aux deux fils issus de ses deux mariages, Guy et Bernard.
  • Guy. Fils d'Archambaud VII par son premier mariage avec Marie de Limoges.
  • Eustachie. Fille de Guy, mariée à Échivard de Prully.
  • Bernard III († 1320). Fils d'Archambaud VII par son second mariage avec Marguerite de Pons.
  • Archambaud VIII († 1367). Fils aîné de Bernard III.
  • Archambaud IX. Sans enfants, il laisse sa vicomté au roi.
  • Guichard († v. 1415). Descendant d'Archambaud VI, il est seigneur de Treignac avant d'acheter en 1379 la vicomté de Comborn.
  • Jean Ier († 1480).
  • Jean II († 1487).
  • Amanieu († 1515).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source B. Barrière : l'implantation des premiers vicomtes, début du pouvoir féodal.
  2. Source : B. Barrière : Berceau Bourbon l'Archambault, filiation dynastie des Bourbons puis ascendance par Childebrand jusqu'à Mérovée et Clovis. Documentation : J. Vinatier.
  3. Cartulaire d'Uzerche : vente d'une vigne à Roffignac en 926 ; partage des biens de l'église d'Uzerche en 930 ; vente de la villa d'Orliac de Bar en 933.
  4. Charte de la création du Glandier par Archambaud VI en novembre 1219 « pour le repos de l'âme de ses prédécesseurs et le pardon de leurs péchés ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]