Chasselay (Rhône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chasselay.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Chasselay (Isère).
Chasselay
Image illustrative de l'article Chasselay (Rhône)
Blason de Chasselay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Limonest
Intercommunalité Communauté de communes Beaujolais-Pierres Dorées
Maire
Mandat
Jacques Pariost
2014-2020
Code postal 69380
Code commune 69049
Démographie
Population
municipale
2 680 hab. (2011)
Densité 210 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 52′ 31″ N 4° 46′ 23″ E / 45.8752777778, 4.77305555556 ()45° 52′ 31″ Nord 4° 46′ 23″ Est / 45.8752777778, 4.77305555556 ()  
Altitude Min. 189 m – Max. 524 m
Superficie 12,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Chasselay

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Chasselay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chasselay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chasselay
Liens
Site web www.chasselay.fr

Chasselay est une commune française, située dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chasselay est une commune du département du Rhône située à mi-chemin entre Lyon et Villefranche-sur-Saône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Du 19 au 20 juin 1940, à Chasselay, l'armée française et ses troupes coloniales sénégalaises, à 1 contre 100, retardent l'entrée des troupes allemandes dans Lyon, déclarée « ville ouverte », le 18 juin 1940.

La vieille porte au début du XXe siècle

Non prévenue par l'armée, la défense s'organise, le 17 juin à Chasselay. Des barricades sont dressées, grâce aux soldats du 405e régiment d'artillerie anti-aérienne de Sathonay-Camp et du 25e régiment de tirailleurs sénégalais et aussi à l'aide de civils. N'ayant rencontré que très peu de résistance depuis Dijon, les Allemands du régiment Grossdeutschland et de la 3e Panzerdivision SS Totenkopf, arrivent le 19 juin 1940 à Montluzin. De violents combats les opposent aux troupes françaises et sénégalaises. Le bilan compte 51 morts, dont un civil du côté français, et plus de 40 blessés pour les Allemands.

Le 20 juin 1940, à l'issue d'une deuxième bataille, au château du Plantin, les prisonniers, environ 70, sont divisés en deux groupes, d'un côté les soldats français blancs et de l'autre les soldats sénégalais noirs.

Après avoir parcouru deux kilomètres à pied, les soldats français couchés dans l'herbe, le long d'un pré, assistent au massacre des soldats sénégalais par des mitrailleuses et pour certains écrasés par des chars d'assaut allemands. Les Français sont emprisonnés à Lyon. Les habitants de Chasselay, horrifiés par le massacre, rassemblent les corps des Sénégalais pour les enterrer dignement dans un cimetière. Deux ans plus tard, ils sont transférés dans le tata sénégalais, érigé par Jean Marchiani et inauguré le 8 novembre 1942.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1995 Marcel Casals    
2001 2014 Pascale Bernard-Granger    
2014 en cours Jacques Pariost    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Chasselay appartient à la communauté de communes Beaujolais-Pierres Dorées et au syndicat mixte des Monts d'Or[1].

Transports[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Chasselay est desservie par deux lignes des Transports en commun lyonnais :

Lignes scolaires :

  • Ligne R 161 Villefranche - Les Chères - Lyon
  • Ligne R 260 : Établissements d'Anse - Trévoux - Villefranche ;
  • Ligne S 20-01 : Les Chères - Chasselay - Marcilly - Chazay (Collège) ;
  • Ligne S 20.03 : Quincieux - Chasselay - Chazay (Collège) ;
  • Ligne S 20.04 : Chasselay (devant la poste) - Chazay (Collège) ;
  • Ligne S 20.05 : Les Chères - Chasselay - Civrieux (Salle des Sports) ;
  • Ligne S 44.03 : Lucenay - Morancé - Chazay - Lissieu - Chasselay - Neuville (ND de Bellegarde) ;
  • Ligne S 44.04 : Les Chères - Chasselay - Quincieux - Saint-Germain-au-Mont-d'Or - Neuville (ND de Bellegarde).

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare SNCF nommée Les Chères - Chasselay, sur la ligne de Roanne à Lyon, a été fermée au trafic. Par contre la gare de Saint-Germain-au-Mont-d'Or, située à 3,5 kilomètres à l'est de Chasselay, est bien desservie par les TER la reliant à la gare de Lyon-Vaise ou à la Part-Dieu en moins de 15 minutes, avec plus de 30 trains par jour ouvrable dans chaque sens, dessertes cadencées à la demi-heure aux heures de pointe[2].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 680 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 280 841 1 141 1 105 1 100 1 094 1 131 1 170 1 212
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 256 1 295 1 320 1 255 1 281 1 256 1 307 1 272 1 250
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 187 1 190 1 139 1 016 1 079 1 086 1 076 1 030 1 109
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 125 1 169 1 438 1 708 2 002 2 590 2 678 2 703 2 680
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jumelages[modifier | modifier le code]

Localisation des villes jumelées avec Chasselay.

Localisation de la ville
Chasselay
Jumelage de Chasselay.

La commune a développé une association de jumelage avec Drapeau de l'Italie Rive d'Arcano (Italie).

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école de la Fontaine comporte 3 sections de maternelle et 6 classes primaires[5]. La commune abrite en outre une école privée de 6 classes[6].

Le collège le plus proche est le collège Alexis Kandelaft, situé à Chazay-d'Azergues.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Chasselay se caractérise par une vie associative très importante. Début 2012, la mairie recense 49 associations amicales, sportives, culturelles ou de loisirs[7]. La plus ancienne est le « Sou des écoles », créée en 1925, qui organise chaque année un important vide-grenier, une fête de la truite, une fête de l'été et un marché d'art et d'artisanat[8]. La plus célèbre est le Mont d’Or Azergues Foot (anciennement ASCMO), club de CFA, dont est issu Ludovic Giuly. La plus champêtre se nomme Marché de la poire et du terroir, qui organise chaque 3e dimanche d’octobre une grande fête villageoise.

Santé[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs praticiens de santé dans Chasselay, dont deux médecins, quatre dentistes, deux kinésithérapeutes et un pharmacien.

Sports[modifier | modifier le code]

Outre le club de foot Mont-d'Or-Azergues, Chasselay compte également un club multisports (l'ASCMO), un club de tennis, un club de judo et une association de danse. L'école dispose d'un plateau de sport.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Tata sénégalais de Chasselay : à Chasselay, au le lieu-dit Vide-sac, reposent 188 tirailleurs sénégalais nommés ou inconnus morts en juin 1940. En wolof, tata, signifie « enceinte de terre sacrée », où sont enterrés les guerriers morts au combat. Chaque année a lieu une cérémonie officielle où sont présents des représentants sénégalais et français.
  • L'église : l'édifice actuel date de 1850 et a été construit en remplacement d'une autre édifice au chœur byzantin.
  • L'actuel musée appartient aux vestiges des bâtiments de l'ancien château fort remaniés au cours des siècles. Il contient un escalier à vis et sa construction date du XVIIe siècle et XVIIIe siècle. La cuisine était la pièce principale de la maison. Les bouteilles et ustensiles tenaient une grande place. La bouteille d'eau de vie restait sur la table pour soigner les maux les plus fréquents ou fêter des évènements. Les marmites et accessoires de cheminée étaient utilisés couramment par les ménagères.
  • Porte de l'ancien fort (porte du Plantin) : il ne reste plus que cette porte sud car le château du XVIe siècle a été rasé. La légende veut que le futur Louis X Le Hutin y coucha.
  • Château de Machy.
  • Château de Montluzin.
  • Château de Bellescize.
  • Maison à encorbellement.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Territoire très important avec une forêt qui couvre le haut de Chasselay et une base militaire sur le Mont Verdun.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille Morand de Jouffrey, descendants de Jean-Antoine Morand (1727-1794), architecte, peintre et urbaniste, créateur du quartier des Brotteaux à Lyon. Les Morand de Jouffrey ont largement œuvré pour le bien de la commune, jusque vers les années 1978 où le comte Pierre Morand de Jouffrey se sépare du château de Machy et la famille quitte définitivement la commune.
  • Pierre Macon (1769-1806), né à Chasselay, soldat du roi puis de Napoléon, officier de la République, général d'Empire, compositeur de musique classique, mort au combat au siège de Magdebourg.
  • François Dodat (1784-1833), boucher de profession et inventeur du premier passage parisien avec éclairage à gaz.
  • Ludovic Giuly (né en 1976), footballeur international, a habité Chasselay durant 5 ans, jusqu'à ses 12 ans. Il fait ses débuts dans l'équipe des jaunes et noirs de l'ASCMO, aujourd'hui Monts d'Or Azergues Foot (MDA).
  • Benjamin Corgnet (né en 1987), footballeur professionnel, il joue au MDA entre 2009 et 2010. Il évolue désormais à Saint-Étienne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chasselay

Les armes de Chasselay se blasonnent ainsi : D'azur à une tour d'argent senestrée d'un avant-mur du même, ouvert de sable, au chef cousu de gueules chargé de deux clefs d'or passées en sautoir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]