Base aérienne 942 Lyon-Mont Verdun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Base Aérienne 942
Lyon-Mont Verdun
Les radars  "23 cm" et "palmier" au sommet du Mont Verdun et du Mont Thou
Les radars "23 cm" et "palmier" au sommet du Mont Verdun et du Mont Thou
Cocarde
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 45° 50′ 59″ nord, 4° 46′ 26″ est

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Base Aérienne 942Lyon-Mont Verdun
Base Aérienne 942
Lyon-Mont Verdun

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Base Aérienne 942Lyon-Mont Verdun
Base Aérienne 942
Lyon-Mont Verdun

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Base Aérienne 942Lyon-Mont Verdun
Base Aérienne 942
Lyon-Mont Verdun
Pistes
Direction Longueur Surface
-- à renseigner Base sans piste
Informations aéronautiques
Type d'aéroport Militaire
Gestionnaire Armée de l'air

La base aérienne 942 Lyon-Mont Verdun, située au sommet du Mont Verdun, est une base de l'Armée de l'air française. Centre névralgique de la défense aérienne française, elle est aussi un des quatre centres de validation du nouveau système intégré de commandement et de conduite d'opération aérienne de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord[1]. Base militaire de commandement, elle abrite 1 300 administrés autour du Centre National des Opérations Aériennes (CNOA), un centre de conduite des Forces aériennes stratégiques (FAS) et de la Force océanique stratégique (FOST), ainsi que les installations du Centre de Détection et de contrôle 05.942 dont la zone de responsabilité couvre le quart sud est de la France[2],[3].

La base porte le nom du "Capitaine Jean Robert", pilote mort le 4 juin 1940 à l'issue d'un combat aérien contre la chasse allemande.

Situation[modifier | modifier le code]

Base aérienne 942

La base est située à 15 km de Lyon[4], dans la zone des Monts d'Or, petit massif à l'extrémité du massif central.La base culmine à 630 mètres d'altitude, dominant Lyon, le col de Limonest, la basse Azergues et le Val de Saône. Il y a un site principal et 4 sites périphériques situés sur 4 des 7 Monts d'Or.

Son adresse est : 942 La Glande, 69250 Poleymieux-au-Mont-d'Or[5].

Équipement[modifier | modifier le code]

Le radôme militaire au sommet du fort.

Le site complet comprend notamment deux radars de surveillance et de défense aérienne et un ouvrage enterré. Cette base est utilisée par l'Armée de l'air pour y regrouper un certain nombre de fonctions opérationnelles de préparation, de planification, de conduite des opérations aériennes, ainsi que l'école de formation associée.

Le radar Palmier du Mont Thou est démantelé fin 2016, remplacé par un radar de type Ground Master 406, plus moderne[6],[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fort du Mont Verdun.

Construit en 1874[8], le fort du mont Verdun est le plus gros fort de la deuxième ceinture de Lyon et le seul considéré comme fort de montagne. Le fort est déclassé en 1889 et sera utilisé comme magasin et dépôt de munitions.

En 1943-44, le Fort est utilisé par les Allemands dans la défense anti-aérienne..

La décision de créer la base de Lyon-Mont Verdun remonte à 1952. Les travaux débutent en 1956. La base aérienne est active en 1960, rattachée à la base aérienne 111 Lyon-Bron et reçoit son numéro 942 en 1964[9].

Son inauguration à Mont Verdun a lieu en septembre 1974[10].

Unités et activité[modifier | modifier le code]

Parade de l'unité du Mont-Verdun à Paris, 14 juillet 2013

La montée en puissance de cette base, qui bénéficie des regroupements liés aux restructurations successives de l'Armée de l'air et de la Défense, s'est concrétisée depuis 2007 en plusieurs étapes.

Centre national des opérations aériennes[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er septembre 2007, la base accueille dans ses murs le Centre national des opérations aériennes (CNOA), successeur du Centre de Conduite des Opérations Aériennes (CCOA ) basé à Taverny (Base aérienne 921). Le CNOA synthétise les informations transmises par les 4 centres de détection et de contrôle militaire (CDC) chargés de surveiller l'espace aérien français. Il évalue les menaces et ordonne les missions d'interception[11].

Centre d'analyse et de simulation pour la préparation aux opérations aériennes[modifier | modifier le code]

En octobre 2010, l'école du C2, appelée Centre d'analyse et de simulation pour la préparation aux opérations aériennes (CASPOA), a rejoint ce complexe. Il a vocation à former tous les acteurs des centres d'opérations aériennes, selon trois niveaux de responsabilité, et est en mesure d'accueillir jusqu'à 1200 stagiaires par an, dont 20 % environ issus de pays de l'OTAN ou d'autres pays partenaires de la France

Centre de Renseignement Air[modifier | modifier le code]

En 2012, le Centre de Renseignement Air (CRA) situé à Metz arrive sur la base aérienne 942, afin de compléter encore la panoplie des moyens dédiés aux opérations aériennes. Le 5 février 2012, un contrat pour la livraison d'un radar Ground Master 406 (en) pour ce site est notifié[12].

Centre de validation de commandement de l'OTAN[modifier | modifier le code]

La base aérienne de Lyon-Mont Verdun fait également partie des quatre centres européens de validation du programme Air Command and Control System (ACCS) de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) qui doit à terme couvrir l'Europe occidentale en offrant à tous les pays un système unique de commandement et de contrôle des opérations aériennes. Une fois ce programme mis en œuvre, le centre de détection et de contrôle sera modernisé en un ARS (Air control center, RAP production center, Sensor fusion post) et le CNOA se verra adjoindre les capacités d'un Combined Air Operations Center (CAOC), structure de commandement air de niveau tactique. Ces deux unités formeront un CARS au standard OTAN (2013-2014).

Depuis 2008, le Joint Force Air Component Commander (JFACC), centre déployable de préparation de planification et de conduite, pour les opérations extérieures et les exercices majeurs y est aussi installé.

Commandants[modifier | modifier le code]

  • colonel Jérôme Rabier ( - 28 août 2013)
  • colonel Étienne Gourdain (28 août 2013 - 2 septembre 2015)
  • colonel Hervé Guillerault (2 septembre 2015 - actuel)[13]

Liens internes et articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « Les secrets de la base aérienne 942 Mont-Verdun », sur euronews, (consulté le 31 mars 2017)
  2. Dalya Daoud, « Mont Verdun : secret défense », sur www.lyoncapitale.fr (consulté le 31 mars 2017)
  3. « Les 40 ans de la Base aérienne 942 de Lyon-Mont Verdun | DÉFENSE SUD-EST », sur www.defense-lyon.fr (consulté le 31 mars 2017)
  4. « Google Maps », sur Google Maps (consulté le 31 mars 2017)
  5. « Zone de Défense et Sécurité Sud-Est | DÉFENSE SUD-EST », sur www.defense-lyon.fr (consulté le 31 mars 2017)
  6. « Le radar militaire du Mont Thou démantelé après plus de 45 ans d’activité dans le Rhône », sur http://www.mlyon.fr, (consulté le 23 novembre 2016).
  7. « http://www.defense.gouv.fr/actualites/la-vie-du-ministere/base-aerienne-942-dissolution-du-site-de-permanence-du-mont-thou », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 31 mars 2017)
  8. « Fort du Mont Verdun - Base Aérienne - Office du Tourisme de Lyon », sur www.lyon-france.com (consulté le 31 mars 2017)
  9. Aviation militaire à Lyon http://www.museemilitairelyon.com/spip.php?article96
  10. 40 ans de la BA 942 http://www.lyonmag.com/article/69402/la-base-aerienne-942-de-lyon-mont-verdun-fete-ses-40-ans
  11. Inauguration CNOA
  12. « La direction générale de l'armement sélectionne Thalesraytheonsystems pour la fourniture d'une troisième base radar Ground Master 400 en France », sur Journal de l'aviation, (consulté le 28 mars 2013)
  13. http://www.defense.gouv.fr/air/actus-air/prises-de-commandement-a-orleans-lyon-et-solenzara