Saint-Didier-au-Mont-d'Or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Didier-au-Mont-d'Or
Saint-Didier-au-Mont-d'Or
L'Église.
Blason de Saint-Didier-au-Mont-d'Or
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Circonscription départementale du Rhône
Métropole Métropole de Lyon
Arrondissement Lyon
Maire
Mandat
Marie-Hélène Mathieu
2020-2026
Code postal 69370
Code commune 69194
Démographie
Gentilé Désidériens[1]
Population
municipale
6 951 hab. (2018 en augmentation de 7,5 % par rapport à 2013)
Densité 833 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 41″ nord, 4° 47′ 57″ est
Altitude 320 m
Min. 175 m
Max. 587 m
Superficie 8,34 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lyon
(banlieue)
Aire d'attraction Lyon
(commune du pôle principal)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte administrative de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Saint-Didier-au-Mont-d'Or
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte topographique de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Saint-Didier-au-Mont-d'Or
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Didier-au-Mont-d'Or
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Didier-au-Mont-d'Or
Liens
Site web http://www.mairie-saintdidieraumontdor.fr/

Saint-Didier-au-Mont-d'Or est une commune française située dans la métropole de Lyon en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est limitrophe de Lyon. Il s'agit de la commune la plus aisée du Rhône[2].

Ses habitants sont les Désidériens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Didier-au-Mont-d'Or est situé sur les crêtes formant les contreforts sud du petit massif du Mont d'Or, à côté du 9e arrondissement de la ville de Lyon. C'est une des communes résidentielles les plus riches de la banlieue lyonnaise. En 2007, c'est la seconde commune des régions pour le revenu par habitant (30 538 euros contre une moyenne nationale de 15 849 euros)[3],[4].

Le vallon de Rochecardon sépare la ville de Lyon du centre de Saint-Didier.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • Ruisseau de Rochecardon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune, tout en longueur, s'étend du 9e arrondissement de Lyon (quartiers de Vaise et de Saint-Rambert-l'Île-Barbe) au sud-sud-est, jusqu'à Poleymieux-au-Mont-d'Or au nord.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Desserte routière[modifier | modifier le code]

La commune est traversée du nord au sud par un axe de circulation principal qui la relie à Lyon, formé des avenues Ampère, Jean-Jaurés, de la République et Pasteur.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes des TCL Ligne 22, qui relie la gare de Lyon-Vaise dans le 9e arrondissement de Lyon au quartier de Saint-Fortunat, et Ligne 23, qui relie la gare de Lyon-Vaise à la rocade des Mont d'Or.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Didier-au-Mont-d'Or est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lyon, une agglomération inter-départementale regroupant 124 communes[8] et 1 653 951 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lyon est la deuxième plus importante de la France en termes de population, derrière celle de Paris[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (68,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (56,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (56,8 %), zones agricoles hétérogènes (19,3 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (11,6 %), forêts (7,5 %), prairies (4,7 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune porte le nom de Saint Didier, qui fut évêque de Vienne (Isère) entre 596 et approximativement 608.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Place de l'ancienne église illustrée par Joannès Drevet.

En 1381 : fortification de l'ancienne église de St-Didier. Les habitants n'ont plus besoin de se protéger au château de Saint-Cyr.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le XVIe siècle voit l'ouverture des grandes carrières du côté sud-est de St Fortunat et l'arrivée dans la commune des artisans italiens introduits en France par François Ier à la suite des guerres transalpines. Des pierres de St-Fortunat servirent à la construction de certains édifices lyonnais. En 1590, pendant les guerres de religion, Saint-Didier est pillé et incendié par les troupes protestantes. Ainsi disparurent les anciennes archives de la paroisse.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Simoneau-au-Mont-d'Or[15].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La commune a été divisée par une loi du pour créer celle de Champagne-au-Mont-d'Or.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le Grand Lyon disparaît le , et laisse place à la collectivité territoriale de la métropole de Lyon. La commune quitte ainsi le département du Rhône[16].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Saint-Didier-au-Mont-d'Or se blasonnent ainsi :

D'hermine à la bande de gueules chargée d'un dextrochère armé d'argent mouvant du bord dextre de la bande, tenant un huchet du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1944 Charles Ennemond Mouterde URD  
1944 1947 Pierre Falcot    
1947 1962 André Michel    
1962 1979 André Loiselet    
1979 1995 Yves Berger DVD  
1995 2008 Claudine Frieh RPR puis UMP députée suppléante de 2007 à 2012
2008 2020 Denis Bousson DVD  
2020 en cours Marie-Hélène Mathieu DVD  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à la communauté urbaine du Grand Lyon. Elle est également membre du syndicat mixte Plaines et Monts d'Or[17].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2018, la commune comptait 6 951 habitants[Note 3], en augmentation de 7,5 % par rapport à 2013 (Rhône : +4,48 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0001 5851 8041 6671 8331 8391 9552 0762 127
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1882 2812 2952 2952 3262 5012 7102 4762 566
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9061 5531 5171 5832 0212 4502 2402 5343 240
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 4753 8724 6485 1155 9676 1546 3406 4116 650
2018 - - - - - - - -
6 951--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Didier-au-Mont-d'Or est située dans l'académie de Lyon. La commune possède deux écoles primaire et maternelle ainsi que le collège privé Chevreul-Fromente, membre de l'Union générale des écoles Chevreul[21].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La calendrier des manifestations et festivités est rythmé par les deux bourses aux vêtements au printemps et en automne organisées par l’association des familles à la salle des fêtes ; et également au mois de mai par la vogue de la saint Didier du 23 mai célébrant le saint patron de la commune place Louis-Pradel. Puis viennent « les Nuits de Saint-Didier » en juin, un festival de variétés, d'humour, et de musique sur trois jours. C'est la rentré de septembre qui concentre le plus d'évènements avec la fête patronale de saint Fortunat à Saint-Fortunat les premiers jours de septembre avant la rentrée scolaire, puis un samedi du début du mois le forum des associations qui permet de rencontrer les principales associations de la commune. Enfin, deux évènements sont organisés ce même mois par l'association Vivre Saint-Fortunat, une soirée musicale dans la chapelle et une exposition de peintures et de sculptures.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune entretient des accords de coopération avec[22] :

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Saint-Didier-au-Mont-d'Or possède aujourd'hui un city stade, qui permet aux personnes de tout âge de pratiquer le football ou le basket.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 60 585 € ce qui plaçait Saint-Didier-au-Mont-d'Or au 35e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[23].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dans l'est de la commune, le hameau de Saint-Fortunat est un ancien village de carriers situé sur une crête et constitué de maisons anciennes en pierres jaunes, connues sous le nom de « pierre de Couzon » ou de « pierre dorée du Beaujolais ». La Maison des Carriers, qui abrite aujourd'hui la Bibliothèque de Saint-Fortunat, y présente quelques éléments de l'histoire locale. La plupart des carrières ont été comblées et ne sont plus accessibles.

La chapelle gothique de Saint-Fortunat est partiellement inscrite aux monuments historiques depuis 1980[24]. Sa façade a été réalignée sur la rue au XIXe siècle. Entre la nef unique et le chœur se trouve une poutre de gloire en métal.

À proximité, au lieu-dit « les Essarts », a été aménagé un sentier des cabornes permettant de découvrir ces petites constructions en pierre sèche datant pour la plupart du XIXe siècle.

À l'ouest de la commune, le vallon de Rochecardon est l'une des dernières zones vertes à proximité de Lyon. Il possède un sentier de découvertes botaniques et zoologiques. On y trouve le Château de Rochecardon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Laurent Bonnevay, ancien Député du Rhône, né en 1870 à Saint-Didier-au-Mont d'Or. Décédé en 1957, il est inhumé au cimetière de la commune.
  • Jean Panzani (1911-2003), fondateur de la marque Panzani, décédé à Saint-Didier-au-Mont-d'Or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Hermann [préf. Yves Berger], Histoire de Saint Didier au Mont d'Or, La Côte-Saint-André: Impr. Rochat, , 132 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. « Saint-Didier-au-Mont-d'Or, commune la plus riche du Rhône », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. in L'Express 28 juin 2007, Classement Insee-Direction générale des Impôts 2004 des communes françaises.
  4. « Transparence logement social - Ministère de la Cohésion des territoires », sur www2.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Lyon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Métropole : clap de fin pour le Grand Lyon, Lyon Capitale.
  17. « Syndicat mixte des Monts d'Or », sur le site officiel (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Historique sur le site du collège.
  22. « Le jumelage avec Campagnano di Roma définitivement validé samedi », Le Progrès, 15 novembre 2012.
  23. « Revenus fiscaux localisés des ménages-Année 2010 », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  24. Notice no PA00118029, base Mérimée, ministère français de la Culture.