Saint-Cyr-au-Mont-d'Or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cyr.
Saint-Cyr-au-Mont-d'Or
Le bourg de Saint-Cyr et son château : à gauche l'ancienne église romane, à droite le donjon
Le bourg de Saint-Cyr et son château : à gauche l'ancienne église romane, à droite le donjon
Blason de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Métropole Métropole de Lyon
Arrondissement Lyon
Maire
Mandat
Marc Grivel
2014-2020
Code postal 69450
Code commune 69191
Démographie
Gentilé Saint-Cyrôts
Population
municipale
5 482 hab. (2014)
Densité 752 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 55″ nord, 4° 49′ 08″ est
Altitude Min. 200 m – Max. 605 m
Superficie 7,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

Voir sur la carte administrative de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Saint-Cyr-au-Mont-d'Or

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

Voir sur la carte topographique de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Saint-Cyr-au-Mont-d'Or

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-au-Mont-d'Or

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-au-Mont-d'Or
Liens
Site web stcyraumontdor.fr

Saint-Cyr-au-Mont-d'Or est une commune française située dans la métropole de Lyon, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Saint-Cyrôts[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or est située au sud du massif du Mont d'Or et au nord du 9e arrondissement de la ville de Lyon dont elle est limitrophe.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Cyr-au-Mont-d'Or est bordé au sud par le 9e arrondissement de Lyon, à l'est par Collonges-au-Mont-d'Or, au nord par Saint-Romain-au-Mont-d'Or et Couzon-au-Mont-d'Or (sur une centaine de mètres), au nord-ouest par Poleymieux-au-Mont-d'Or et à l'ouest par Saint-Didier-au-Mont-d'Or.

Climat[modifier | modifier le code]

Orienté plein sud, abrité de la bise par le mont Cindre, Saint-Cyr-au-Mont-d'Or bénéficie d’un microclimat.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]
Transports urbains[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par trois lignes des Transports en commun lyonnais.

  • Ligne Ligne 20 Gare de Vaise Métro D - Saint-Cyr. Arrêts Fayolle, Les Ormes, Les Greffières et Saint-Cyr ; dessert le mont Cindre en été.
  • Ligne Ligne 71 Gare de Vaise Métro D - Collonges. Arrêts Les Ormes, Nervieux, Les Combes de Saint-Cyr, Serpoly, La Chaux et La Baticolière.
  • Ligne Ligne S7 Circulaire La Chaux — École de Champlong via Saint-Cyr, Rocade des Monts d'Or et Fayolle.

Ligne 31 Gare de Vaise-Cite Edouard Herriot via Saint Rambert les Rivières

Urbanisme[modifier | modifier le code]

À partir des années 1960, Saint-Cyr est devenu une cité résidentielle pour la bourgeoisie lyonnaise. Le résultat a été un morcellement des parcelles et une urbanisation en piquetage, que supporte assez bien un relief particulièrement tourmenté. Le récent plan local d’urbanisme réalisé sous la coordination de la communauté urbaine de Lyon a préservé de vastes espaces naturels autour du mont Thou et sur la face nord du mont Cindre.

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

D'une superficie de 729 hectares, la commune est désormais presque entièrement urbanisée. On distingue cependant les quartiers suivants :

  • Le Bourg
  • La Baticolière
  • La Bussière
  • Canton charmant
  • Champlong
  • Les Charbottes
  • La Chaux
  • Couter
  • Crécy
  • Les Draperies
  • Fayolle
  • Le Ferroux
  • Graves
  • Les Greffières
  • La Jardinière
  • L'Indiennerie
  • Mercuire
  • Le hameau du Mont Thou
  • Le hameau du Mont Cindre
  • Le Montellier
  • Nervieux
  • Les Ormes
  • Trève du ciel
  • Les Varilles

Toponymie[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce que laisse entendre un vitrail de l’église paroissiale, le nom de Saint-Cyr n’est pas redevable à Cyr de Tarse que l’Église catholique romaine commémore le 16 juin. Le nom Cyr viendrait du grec Kyrios, seigneur ou demeure du seigneur[2]. Pour l’étymologie de Monts d’Or, se reporter à l'article Monts d'Or.

Histoire[modifier | modifier le code]

Proche de Lyon, le site de Saint-Cyr a été habité depuis les périodes les plus anciennes. À l’époque gallo-romaine, l’abondance des sources a été utilisée pour approvisionner en eau les thermes et le bain du forum de Lugdunum. On retrouve encore des ruines de l'ancien aqueduc du Mont d'Or sur la commune.

À la Renaissance, la ville de Lyon a connu une expansion économique considérable. De riches Lyonnais ont investi le Mont d’Or pour y construire leurs maisons de campagne. Cependant, les traces de ces demeures sont rares sur la commune, elles ont souvent été remplacées, au XIXe siècle, par celles des riches chimistes et soyeux lyonnais.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Mont-Cindre[3].

Le Grand Lyon disparait le , et laisse place à la collectivité territoriale de la métropole de Lyon. La commune quitte ainsi le département du Rhône[4].

Triple assassinat des dames Gayet[modifier | modifier le code]

Saint-Cyr-au-Mont-d'Or est célèbre pour un triple meurtre commis dans la nuit du 14 au 15 octobre 1859, contre les Dames Gayet dans leur ferme du lieu-dit de Canton charmant : une veuve de 37 ans, sa jeune fille et sa mère, violées pour les deux plus jeunes et massacrées à coups de pierre, de couteau et de hache . L'instigateur du meurtre, Joanon, un voisin qui avait travaillé chez elles comme journalier et avait demandé la main de la jeune veuve, avait été éconduit en 1856 et congédié ; il se vengea trois ans plus tard. La police retrouva les deux montres que son complice Chrestien avait volé aux Gayet ainsi qu'une bourse dans laquelle était renfermée une somme de 1 380 francs en pièces d'or. Joanon et ses deux acolytes Chrestien et Deschamps furent jugés et condamnés en mai 1860 à la suite d'une longue procédure du juge de paix du canton de Limonest : Jean-Antoine- Marie Morand de Jouffrey et du juge d'instruction de la cour impériale de Lyon : Edmond Morand de Jouffrey. Ils furent guillotinés à Saint-Cyr-au-Mont-d'Or un mois plus tard le 14 août, à 7 heures du matin[5].

La violence du crime souleva l'opinion. De nombreux livres et articles de journaux, en France et dans le monde, relayèrent la nouvelle et parlèrent de l'affaire pendant de nombreuses années[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or se blasonnent ainsi : D'azur au mont de douze coupeaux d'or mouvant de la pointe, accosté des lettres S et C capitales du même, au chef cousu de gueules chargé d'un griffon aussi d'or et d'un lion d'argent, issants et affrontés.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1983 Louis Nanterme    
1983 2008 Bruno Rémont UDF puis UMP Ingénieur
2008 en cours Marc Grivel DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à la communauté urbaine du Grand Lyon. Elle est également membre du syndicat mixte des Monts d'Or[7].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 482 habitants, en diminution de -2,8 % par rapport à 2009 (Métropole de Lyon : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 700 1 559 1 687 1 915 1 833 1 637 1 887 1 793 1 735
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 734 1 764 1 737 1 671 1 716 1 857 2 010 1 841 1 802
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 930 1 937 1 876 1 979 2 139 2 445 2 257 2 451 2 987
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
3 962 4 075 4 763 4 800 5 318 5 392 5 385 5 534 5 482
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Cyr-au-Mont-d'Or est située dans l'académie de Lyon.

Établissements éducatifs[modifier | modifier le code]

  • École publique maternelle du Bourg
  • École publique élémentaire de Champlong
  • École privée Sainte-Blandine

Établissements spécialisés[modifier | modifier le code]

Depuis sa création en 1941, le siège de l'École nationale supérieure de la police est situé à Saint-Cyr-au-Mont-d'Or[11]. De 1962 à 1974, la commune a également accueilli l'École préparatoire de théologie protestante[12].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Variations Culturelles : début juin

Fête de la pomme : deuxième dimanche d'octobre.

Santé[modifier | modifier le code]

Saint-Cyr-au-Mont-d'Or dispose d'un centre hospitalier spécialisé public[13], membre de la communauté hospitalière de territoire de l'hôpital Nord-Ouest[14] et situé dans le quartier de La Chaux. Dans ce même quartier, la Croix-Rouge française gère un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, L'EHPAD Le Domaine de La Chaux, doté de 104 places en hébergement permanent, et un centre de rééducation fonctionnelle, La Pinède[15]. Hormis ces établissements, sept médecins libéraux[16], dont cinq médecins généralistes[16], deux chirurgien-dentistes[17] et cinq pharmaciens[18] (dans deux pharmacies[18]) exercent sur le territoire communal.

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Un correspondant du quotidien Le Progrès relate les informations locales. La commune est couverte par les nombreux réseaux et antennes de radio et de télévision émettant dans la région lyonnaise, notamment les chaînes de télévision locales France 3 Rhône-Alpes et Télé Lyon Métropole. Elle accueille également le siège social et l'émetteur de Radio Scoop[19], au sommet du mont Cindre.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, revenu fiscal médian par ménage était de 56 680 €[20].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Chapelle de l'ermitage au Mont Cindre illustrée par Joannès Drevet (1854–1940).

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église romane du château de Saint-Cyr.
  • L'église nouvelle de style néo-gothique, bâtie à l'extrême fin du XIXe siècle.
  • La chapelle de l'Ermitage, au Mont-Cindre, datée du XIVe siècle.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Église catholique.

Marchés[modifier | modifier le code]

  • Tous les samedis matin.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Luc Bolevy, Le Mont d'Or lyonnais, petit et grand patrimoine, Éditions du Poutan, novembre 2015, (ISBN 9782918607786)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. Théodore Gabourd, Saint-Cyr et les Monts d’Or, Égé, Lyon, 1968, 285 p.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Métropole : clap de fin pour le Grand Lyon, Lyon Capitale
  5. Le Drame de Saint-Cyr-Au-Mont-d'Or. Triple assassinat des dames Gayet, Waltener, , p. 239.
  6. Voir notamment Affaire de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, drame judiciaire paru en 1862 et cet article paru cinquante ans après le drame dans L'Abeille de la Nouvelle-Orléans-Dimanche du 14 février 1909. Sites consultés le 27/11/2009
  7. « Syndicat mixte des Monts d'Or », sur le site officiel (consulté le 4 mai 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Sites et histoire de l'École nationale supérieure de la police », sur École nationale supérieure de la police (consulté le 18 novembre 2014).
  12. Jean-François Zorn, Une École qui fait date : L'École préparatoire de théologie protestante (1846-1990), Olivétan, , 342 p. (ISBN 978-2-35479-200-8)
  13. « Site internet du centre hospitalier » (consulté le 19 mai 2011)
  14. « Site internet de l'hôpital Nord-Ouest » (consulté le 17 décembre 2012)
  15. « Coordonnées des deux établissements sur le site départemental de la Croix-Rouge » (consulté le 17 décembre 2012)
  16. a et b « Annuaire de l'Ordre national des médecins » (consulté le 19 mai 2011)
  17. « Annuaire de l'Ordre national des chirugiens-dentistes » (consulté le 19 mai 2011)
  18. a et b « Annuaire de l'Ordre national des pharmaciens » (consulté le 19 mai 2011)
  19. « Adresse sur le site de Radio Scoop » (consulté le 20 mai 2011)
  20. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 12 février 2017)
  21. Fiche signalétique de l'aqueduc romain du Mont-d'Or Consulté le 29/05/2009