Joseph Laniel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laniel.

Joseph Laniel
Illustration.
Joseph Laniel en 1951.
Fonctions
Président du Conseil des ministres français

(11 mois et 16 jours)
Président Vincent Auriol
René Coty
Gouvernement Laniel I et II
Législature IIe
Coalition CNIP-ARS-PRS-URAS-
MRP-UDSR
Prédécesseur René Mayer
Successeur Pierre Mendès France
Ministre d'État

(1 mois et 8 jours)
Président Vincent Auriol
Président du Conseil Edgar Faure
Gouvernement Faure I

(3 mois et 3 jours)
Président Vincent Auriol
Président du Conseil René Pleven
Gouvernement Pleven II
Député du Calvados

(13 ans)

(8 ans)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Vimoutiers (France)
Date de décès (à 85 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité français
Parti politique CR (1932-1936)
ARGRI (1936-1940)
PRL (1945-1951)
RI (1951-1955)
IPAS (1956-1958)
Profession Ancien industriel

Joseph Laniel, né le à Vimoutiers (Orne) et mort le à Paris, est un homme d'État français qui fut président du Conseil sous la IVe République.

Biographie[modifier | modifier le code]

Industriel, Joseph Laniel est député du Calvados de 1932 à 1958, succédant à son père, Henri Laniel, député de 1896 à 1932. Sous-secrétaire d'État aux Finances dans le gouvernement Paul Reynaud en 1940. Il vote les pleins pouvoirs à Pétain en juillet 1940. Cependant, il devient ensuite résistant et participe à la fondation du Conseil national de la Résistance (CNR). Le , il est aux côtés de De Gaulle et de Georges Bidault lors du défilé sur les Champs-Élysées. Le CNR le délègue pour siéger à l'Assemblée consultative provisoire (novembre 1944-août 1945). Il fonde en 1945 le Parti républicain de la liberté (PRL) qui fusionne avec les Indépendants.

Au gouvernement[modifier | modifier le code]

Il exerça ensuite les fonctions de président du Conseil des ministres dans deux gouvernements successifs :

Son gouvernement est confronté à l'agitation sociale, à la profonde division de l'opinion face à la CED et à l'aggravation du conflit indochinois. Si sa politique de rigueur budgétaire permet de contenir l'inflation, la croissance ralentie et le chômage fait son retour. En juillet 1953, il obtient pour trois mois l’habilitation à légiférer par décrets-lois en matière économique et sociale. Il se trouve autorisé à modifier les conditions d’avancement et de départ à la retraite des fonctionnaires et personnels des services publics. Il est ainsi question de reculer de deux ans l'age de départ à la retraite et de licencier du personnel auxiliaire. En réponse, la CGT conduit une grève de trois semaines, l'obligeant à reculer. Il tente cependant de casser la grève en mobilisant des militaires et des détenus pour reprendre, fait émettre des dizaines de milliers d’ordres individuels de reprise du travail qui ne seront que très peu suivis, et des dirigeants de la CGT sont arrêtés[1].

Au terme de son premier mandat, il est candidat à la présidence de la République jusqu'au 11e tour, arrive en tête du 5e au 11e tour, mais se retire devant son insuccès. Le désastre militaire de Điện Biên Phủ provoque la chute de son gouvernement.

Il a longtemps été raillé par le Canard enchaîné, qui le représentait sous la forme d'une vache ("corned Laniel") pour évoquer ce que certains estimaient son obstination obtuse. Son caractère et la nature autoritaire de sa politique conduisent ses contemporains à le juger sévèrement ; l'écrivain François Mauriac dénonce « une dictature à tête de bœuf », tandis que le président Vincent Auriol note dans son journal privé : « Laniel est-il inintelligent ou hypocrite ? Ou trop habile ? Je crois plutôt au premier cas ! »[1].

Dans la pratique, nombreux sont les observateurs à citer les deux gouvernements de Joseph Laniel comme n'en constituant qu'un seul, mais il est de fait que le , comme il est d'usage après l'élection d'un nouveau président de la République, Joseph Laniel a remis la démission de son gouvernement à René Coty qui venait de succéder à Vincent Auriol. Le nouveau président de la République reconduisit aussitôt Joseph Laniel et l'ensemble du gouvernement dans leurs fonctions, mais, formellement, il y eut bien deux gouvernements successifs.

Il repose dans la chapelle familiale du cimetière de Lisores dans le Calvados, aux côtés de son père, Henri Laniel (1857-1936), député du Calvados, sous la Troisième République.

Décorations[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Drame indochinois, Paris, Plon, 1957.
  • Jours de gloire et jours cruels, Paris, Presses de la Cité, 1971

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel Pigenet, « Les jolies grèves du mois d’août », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]