Ernest Vallé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ernest Vallé
Ernest Vallé, gouvernement Émile Combes.jpg
Fonctions
Sénateur (d)
Marne
-
Député
Marne
-
Député
Marne
-
Député
Marne
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Parti républicain, radical et radical-socialiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ernest Vallé, né à Avize (Marne) le et décédé à Paris le , est un avocat et un homme politique français, ancien député, sénateur et garde des Sceaux dans le gouvernement Émile Combes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ernest Vallé est né à Avize (Marne). Fils de François-Valentin (+1891 à Epernay°).

Avocat à la Cour d'appel de Paris, il est en 1892 rapporteur général de la commission d'enquête parlementaire sur les affaires de Panama.

Il est député de la Marne du au . Il est appelé en tant que sous-secrétaire d'État à l'Intérieur par Henri Brisson lors de la formation de son second cabinet. Mais celui-ci ne dure que 4 mois (du 5 juillet au 31 octobre) et Ernest Vallé retrouve le Parlement dès novembre 1898, cette fois comme sénateur.

Ernest Vallé est en effet élu sénateur de la Marne le , réélu à deux reprises, le et le . Ce troisième mandat s'achèvera à sa mort, survenue quelques jours plus tard, le 24 janvier.

Nommé président du Parti Radical en 1901, il occupe dans le ministère Combes le portefeuille de la Justice, du au .

À ce poste, il met sur pied les mesures contre les congrégations, qu'il discute âprement devant le Parlement, et prépare la séparation de l'Église et de l'État et les modalités de la loi qui sera votée à la fin de 1905, lui-même ayant quitté ses fonctions de ministre de la Justice dès le 19 janvier 1905.

Lors de la Guerre de 1870 il a servi comme Mobile de la Marne. Le à Broquiers (Oise), Ernest Vallé contracta mariage avec Angelle Marie Pauline Bourdon, née le à Broquiers. À cette époque, Ernest Vallée est avocat et habite au numéro 7, rue du Pont-Louis-Philippe à Paris. Ce fut lui qui offrit à la commune de Broquiers la première statue de Marianne.[réf. nécessaire]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Rapport de la commission d'enquête chargée de faire la lumière sur les allégations portées à la tribune à l'occasion des affaires de Panama, 1893
  • Les dangers de la proportionnelle: discours prononcés au banquet d'union républicaine du lundi 20 décembre 1909 (Groupe parlementaire de défense républicaine contre la proportionnelle : Émile Combes, Ernest Vallé, Fernand-Jean-Baptiste Dubief, Léon Bourgeois), A. Gallot, 1909
  • Préface de La participation aux bénéfices : étude historique, critique et documentaire d'André Payer, Librairie des sciences politiques et sociales, 1911

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Combes et Maurice Sorre, Mon ministère : mémoires, 1902-1905, Plon, 1956, 293 p.
  • Marcel Thomas, Christiane Choiselle et Roland Choiselle, La Grande Champagne : dictionnaire de ses femmes et hommes célèbres depuis le début du XIXe siècle, Matot-Braine, Reims, 1980, p. 416 (ISBN 2-86516-000-9)
  • « Ernest Vallé », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Liens externes[modifier | modifier le code]