César Campinchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
César Campinchi
César Campinchi-1932.jpg
César Campinchi, avocat et député de la Corse (1932)
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Parti républicain, radical et radical-socialiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

César Campinchi fut un militant associatif étudiant, puis un avocat et homme d'État français ( à Calcatoggio, Corse-du-Sud - à Marseille, Bouches-du-Rhône).

Biographie[modifier | modifier le code]

César Campinchi est né en Corse-du-Sud en 1882. Il monte à Paris pour faire des études de Droit. Il fut élu président de l'Association générale des étudiants de Paris en février 1906, poste qu'il occupe pendant deux ans, et à ce titre participe aux activités de la Corda Fratres - Fédération internationale des étudiants. Il cherche sans succès à en faire déplacer le siège de Turin à Paris et à en prendre la direction[1]. Il refuse également d'intégrer l'Union nationale des étudiants de France à sa fondation. Il fut également membre de l'Association juridique internationale.

Avocat au barreau de Paris dès 1907, il est secrétaire de la Conférence du stage en 1910, conférencier et rédacteur de chroniques judiciaires puis membre du Conseil de l'Ordre des avocats à la fin des années 1920.

Bien que réformé, il prend part à la 1ere Guerre mondiale. Blessé à Notre Dame de Lorette, il participe à la bataille de Verdun.

Membre du Parti radical-socialiste, il exerce le mandat de député de la Corse à 2 reprises, de 1932 à 1940. Il présente, au printemps 1937, une proposition de loi concernant le droit et la protection des mineurs. Il préside le groupe parlementaire radical-socialiste de 1936 à 1937. Son élection à cette fonction par 49 voix contre 47 à Georges Bonnet est un succès pour l'aile gauche, plus favorable au Front populaire.

Hormis entre janvier et mars 1938, où il exerce les fonctions de garde des Sceaux, il exerce les fonctions de ministre de la Marine de 1937 à 1940. Appelé par Camille Chautemps et Léon Blum à cette fonction, il est favorable à l'armement et à l’accélération des constructions navales. Il obtient de faire construire navires de ligne, croiseurs, sous-marins et surtout, 2 porte-avions et de faire aménager les bases militaires d'Aspretto et de Mers el Kebir. Il procède, en janvier 1939, au lancement du cuirassé Richelieu à Brest.

Le 16 juin 1940, il est des rares députés qui, avec Georges Mandel, s'embarquent sur le Massilia pour continuer la lutte contre l'Allemagne. Il est déchu de son mandat et meurt peu après à Marseille des suites d'une opération médicale.

Son nom a été donné à une rue de Bastia après la guerre. Il a épousé la fille d’Adolphe Landry, Hélène[2], elle-même avocate. Chargée de mission auprès de François de Menthon, elle préside la commission qui aboutit à la rédaction de l’ordonnance du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante matérialisant ainsi la proposition de son mari.

Gaston Monnerville a été un de ses proches collaborateurs.

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Discorde règne au Camp des Étudiants, C'est la minorité qui mène le combat, Les Étudiants français d'accord au-delà des Frontières ne le sont plus en deçà. — Ce qu'en pense M. Campinchi, Président de l'A., du Congrès de Marseille., Le Petit Parisien, 19 septembre 1906, page 3, 4e et 5e colonnes. L'« A » était le nom familier donné pour désigner l'Association générale des étudiants de Paris.
  2. Fiche d'Hélène Campinchi sur enfantsenjustice.fr

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Philippe Zanco (dir.), Dictionnaire des ministres de la marine, SPM 2011.
  • « César Campinchi », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]