André Mutter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mutter.
André Mutter
Fonctions
Député 1945-1958
Gouvernement IVe République
Groupe politique PRL (1945-1951)
CRAPS (1951-1955)
IPAS (1956-1958)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Troyes (Aube)
Date de décès (à 72 ans)
Lieu de décès Annemasse (Haute-Savoie)
Nature du décès crise cardiaque
Sépulture Troyes
Nationalité Française
Parti politique parti national de la liberté
Conjoint Veuf puis re-marié à Odette Roffignon.
Enfants Geneviève, Pierre, Jacques, Jean-Marie, Annie, Marie-France, Françoise, Philippe, Marie-Claude, Daniel
Profession avocat
Résidence Aube

André Mutter est un homme politique et résistant français, né le à Troyes et décédé le à Annemasse.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Père de dix enfants (par ordre de naissance : Geneviève, Pierre, Jacques, Jean-Marie, Annie, Marie-France, Françoise, Philippe, Marie-Claude, Daniel) [1]. Veuf puis re-marié à Odette Roffignon.

Licencié en droit, il est avocat au barreau de Troyes en 1929.

En 1943, il remplace Roger Coquoin, qui vient d'être abattu, comme représentant du groupe Ceux de la libération (CDLL) au Conseil national de la Résistance. Délégué à l’Assemblée consultative provisoire en 1944-1945, il s’engage dans la vie politique à la Libération. Il est l’un des fondateurs du Parti de rénovation républicaine (PRR) qui fusionne rapidement au sein du PRL, qu’il représente aux deux Assemblées nationales constituantes, puis à l’Assemblée nationale de 1945 à 1958 comme député PRL, puis CNI, de l’Aube.

En 1945, il redevient avocat à la Cour d’appel de Paris.

Au nom de la lutte et du rassemblement des droites contre le communisme, il fait entrer à la rédaction du journal du PRL, Paroles françaises, qu'il dirige, plusieurs anciens collaborateurs, notamment François Brigneau, qui donnent un ton extrémiste à cet organe, provoquant plusieurs scandales. Il est vice-président de l’Assemblée nationale de 1951 à 1953.

Il est ministre des Anciens combattants et victimes de guerre dans le premier gouvernement Joseph Laniel du au , puis ministre de l’Algérie du 14 mai au 1er juin 1958 dans le gouvernement Pierre Pflimlin.

Il est aussi, à partir de 1945, directeur du quotidien L'Est-Éclair dont il est le co-fondateur. André Mutter est député à l’Assemblée parlementaire européenne du 11 juillet 1952 au 17 juillet 1953 (aujourd'hui Parlement européen) et du 23 février 1956 au 9 décembre 1958.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Face à la Gestapo, Librairie Ancienne H. Champion Paris VI, 1944.
  • Histoire de la guerre 39-45 Résistance, Librairie Ancienne H. Champion 5 Paris, 1945.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

  • Une rue de la ville de Troyes porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre, Jacques, Jean-Marie, Philippe, Daniel, Marinette, Annie, Françoise, Marie-Claude

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]