Antoine Perrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Perrier.
Antoine Perrier
Joseph Caillaux, Jean Cruppi, Antoine Perrier et Théophile Delcassé à l'enterrement de Maurice Berteaux en mai 1911.
Joseph Caillaux, Jean Cruppi, Antoine Perrier et Théophile Delcassé à l'enterrement de Maurice Berteaux en mai 1911.
Fonctions
Maire de Chambéry
Prédécesseur François Ducret
Député de la Savoie
Président du Conseil général de la Savoie
Prédécesseur Jules-François Horteur
Sénateur de la Savoie
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance La Rochette
Date de décès
Lieu de décès Chambéry
Nationalité Drapeau de la Savoie Duché de Savoie
Drapeau de la France France

Antoine Perrier, né le 15 avril 1836 à La Rochette (Savoie) et décédé le 7 avril 1914 à Chambéry (Savoie), est un homme politique français. Il est notamment député, et brièvement ministre de la Justice[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Maire de Chambéry de 1884 à 1893. De 1895 à 1913, il est président du Conseil général de la Savoie.

On lui doit notamment d'importants travaux d'utilité publique, entre autres l'alimentation en eau potable de la ville.

Élu député de la Savoie en 1889, il le restera jusqu'en 1900, année durant laquelle il devient sénateur du même département. Il occupera ce poste jusqu'à sa mort.

Dans le même temps, il fut brièvement Ministre de la Justice dans le gouvernement Ernest Monis, du 2 mars au 27 juin 1911.

Il eut en sa possession la maison forte de Cummugnin que sa femme, née Héritier, lui avait apporté et fut membre honoraire de la Société savoisienne d'histoire et d'archéologie.

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Antoine Perrier », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 439.

Liens externes[modifier | modifier le code]