Édouard Frédéric-Dupont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupont ou Dupond (homonymie).
Édouard Frédéric-Dupont
Image illustrative de l'article Édouard Frédéric-Dupont
Fonctions
Député de la 3e circonscription de Paris
Législature 8e (Ve République)
Prédécesseur circonscription créée
Successeur Michel Roussin
Député de Paris
Scrutin proportionnel par département
Législature 8e (Ve République)
Groupe politique FN-RN
Maire du 7e arrondissement de Paris
Prédécesseur aucun
Successeur Martine Aurillac
Député de la 5e circonscription de Paris
Législature 1re (Ve République)
Prédécesseur circonscription créée
Successeur Jacques Mer
Législature 3e (Ve République)
Prédécesseur Jacques Mer
Successeur Michel Caldaguès
Législature 5e,6e et 7e (Ve République)
Prédécesseur Michel Caldaguès
Successeur circonscription supprimée
Député de la Seine
Législature 16e (IIIe République)
Législature 1re et 2e Assemblées constituantes de la IVe République
Législature 1re, 2e et 3e (IVe République)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris (7e)
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Paris (7e)
Parti politique FRF (1936-1942)
PSF (1940)
PRL (1945-1951
RPF (1951-1952)
ARS (1952-1955)
IPAS (1956-1962)
PDM (1967-1968)
RI (1973-1978)
RPR (1978-1986)
FN (1986-1988)
RPR (1988-1993)
Profession Avocat

Édouard Frédéric-Dupont, né le à Paris où il est mort le , est un homme politique français, croix de guerre 1939-1945, titulaire de la médaille de la Résistance, ministre, député de la troisième circonscription de Paris, conseiller de Paris et maire du 7e arrondissement de Paris jusqu'à sa mort.

Son surnom de « Dupont des loges » lui vient de ses nombreuses propositions de loi relatives au statut et à la qualité de vie des gardiens d'immeubles.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Né Édouard Charles Frédéric Dupont à Paris, avenue Bosquet, il est le fils de Charles Joseph Dupont, polytechnicien, capitaine d'artillerie et futur général de division, et de Jeanne Rose Agathe Hauvion[1].

Jeune étudiant en droit, il s'engage en politique dès 1923 sous le nom de Frédéric-Dupont, en participant à un nouveau mouvement politique, la Ligue de la Jeune France républicaine, qui appuie le programme de Raymond Poincaré[2]. Il rejoint en décembre 1924, la Ligue républicaine nationale fondée par Alexandre Millerand. Il préside la section universitaire des jeunesses républicaines nationales, aux côtés d'un autre jeune ambitieux, Louis Jacquinot, son secrétaire général, et d'un autre jeune, Edgard Faure[3]. En avril 1925, il rassemble une quarantaine de militants pour aller prêter main forte aux Jeunesses patriotes aux prises avec les communistes lors de la Fusillade de la rue Damrémont[4].

Docteur en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques, il est avocat au barreau de Paris à partir de 1926. Il est le 11e secrétaire de la Conférence des avocats du barreau de Paris en 1929-1930[5].

Il milite aux jeunesses de l'Alliance démocratique[6]. Il est le collaborateur du député Charles Reibel, dirigeant de l'Alliance[7]. Il participe à partir de 1927 à la commission de propagande de ce parti, présidée par Paul Reynaud[8]. En 1927, comme membre de l'Alliance, il est élu secrétaire de la Conférence Molé-Tocqueville, puis vice-président en 1930[9]. Il contribue à la propagande du parti lors de réunions en province au début des années 1930, comme membre de son comité directeur[10].

Il lance en avril 1927 avec Louis Jacquinot, le Journal des Lorrains de Paris, un mensuel dont il est le rédacteur en chef. Il a des attaches en Meurthe-et-Moselle par son père, né à Nancy; ce-dernier contribue à animer ce journal jusqu'à son décès en décembre 1935. Fréderic-Dupont fonde quelques mois plus tard, en décembre 1927, la Ligue lorraine, avec notamment le neveu du maréchal Hubert Lyautey, Pierre Lyautey, qui la préside. C'est une association qui s'adresse avant tout aux élites lorraines; elle entend faire oublier la dénomination périmée d'Alsace-Lorraine, fédérer les quatre départements lorrains et se veut à la fois régionaliste et patriote[11].

Grâce à ce journal et à l'Association des Lorrains de Paris dont il est membre du conseil d'administration[12], il rencontre des hommes politiques lorrains éminents tels Raymond Poincaré ou Albert Lebrun[13]. Il rencontre ainsi le député de Nancy Désiré Ferry, ce qui lui permet d'intégrer son cabinet ministériel lorsque Ferry est nommé ministre de la santé de mars à décembre 1930, dans le gouvernement d'André Tardieu; il est chef du secrétariat particulier de Ferry, puis chargé de mission, tout en continuant à plaider[14].

Il parvient à se faire élire conseiller municipal du secteur Saint-Thomas d'Aquin en 1933, sous l'étiquette « républicain national », lors d'une partielle consécutive à la démission du conseiller sortant maurrassien, Ambroise Rendu, qui pensait faire élire son fils[15].

Édouard Frédéric-Dupont participe aux émeutes du 6 février 1934, où il descend dans la rue, ceint de son écharpe de conseiller, pour protester contre la révocation du préfet de police Jean Chiappe par le gouvernement d'Édouard Daladier. Parmi les 5 conseillers municipaux blessés lors des émeutes, il est le plus grièvement atteint: il est blessé à la tête, ce qui lui vaudra en partie d'être réélu conseiller de Paris dès le premier tour avec 95 % des voix en 1935, puis député de la Seine avec 83 % des voix, au premier tour également, en 1936[16]. Dans sa profession de foi de 1936, il invite les électeurs à « combattre sans défaillance le Front commun, qui, créé par Moscou et pour Moscou conduit à la guerre ». Lui qui avait commencé sa carrière à l'Alliance démocratique a désormais l'étiquette de la Fédération républicaine, plus conservatrice. Il est ainsi membre du comité directeur des Jeunesses de la Fédération ( JFR ) jusqu'à la guerre, et même vice-président[17].

Contrairement à d'autres élus de la Fédération républicaine, tel un Xavier Vallat, c'est un sympathisant du Parti social français du colonel François de La Rocque, membre du Comité parlementaire de sympathie pour le PSF et de défense des libertés républicaines en décembre 1936. Il participe aux réunions du Groupe parlementaire du Parti social français avant de le rejoindre publiquement à la toute fin de la IIIe République, en juillet 1940[18].

À la Chambre des députés, il combat le Front populaire, alors qu'au Conseil municipal de Paris, selon ses propres déclarations, « les projectiles volaient bas avec le groupe communiste, au-dessus de la tête des préfets ». À l'occasion d'une séance de novembre 1936 dans laquelle il dénonçait le coût de l'hospitalisation des ouvriers étrangers, il déplora l'abandon par les riches d'un Paris envahi par des ouvriers étrangers pauvres[19],[20].

Pendant la Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1940, il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Il est maintenu en place par le régime de Vichy au Conseil municipal de Paris, dont il devient le vice-président en 1941. Il a aussi été désigné en janvier 1941 membre du comité provisoire du Rassemblement pour la Révolution nationale, organisme concurrent de la Légion française des combattants, qui devait réfléchir à la mise en place d’un mouvement de masse visant à « assurer au nouveau régime ses assises et briser l’activité renaissante de certaines organisation [ le PCF ]», mais qui n’eut qu’une existence très éphémère[21].

Poursuivant parallèlement l'exercice de sa profession d'avocat, il se rapproche de la Résistance, dont il défend des membres devant les tribunaux, parmi lesquels se trouvent des partisans communistes comme André Gautier, futur député de Seine-et-Marne, et il fournit de faux certificats de baptême à des Juifs pour leur permettre de quitter la zone occupée. Ce comportement, tout comme les activités de renseignement qu'il effectuait au sein du conseil municipal de Paris, lui vaudra la Croix de guerre, la médaille de la Résistance et la Légion d'honneur à titre militaire.

Lors de la séance du Conseil municipal de Paris du 16 décembre 1943, il vote contre le projet de budget pour 1944, qui allouait des crédits au titre de l'aide de la police parisienne à la police allemande. Il démissionne du conseil municipal en avril 1944[22].

Après la Libération, les comités de Libération du 7e arrondissement et de la Ville de Paris reconnaissent sa qualité de résistant et acceptent de le réintégrer dans ses fonctions électives[23]. Il est relevé de son inéligibilité et est réintégré au conseil municipal provisoire par arrêté du gouvernement provisoire en date du 15 mars 1945, en dépit des protestations des communistes et des réserves de certains résistants gaullistes.

Il se présente aux élections municipales où il est élu pour représenter le deuxième secteur (6e, 7e et 15e arrondissements) et aux élections du 21 octobre 1945 pour la première Assemblée nationale constituante où il conduit la « liste de la liberté » et est élu député de la première circonscription de la Seine (5e, 6e, 7e, 13e, 14e et 15e arrondissements). Il siège alors au groupe d'Unité républicaine d'où il dépose neuf propositions de loi et refuse la première proposition de texte de Constitution.

Il est réélu à la seconde Constituante le sous l'étiquette du Parti républicain de la liberté dont il est l'un des fondateurs en décembre 1945, en dépit d'une violente campagne contre lui orchestrée par le PCF, l'accusant d'avoir fait pression pour que le conseil municipal cède des bois précieux aux Allemands. Il parvient à faire condamner le PCF pour diffamation[24].

Sous la IVe République[modifier | modifier le code]

Réélu, il rejoint l'intergroupe gaulliste dès sa formation en 1947 en dépit encore des réserves des gaullistes intransigeants avec ceux qui ont frayé trop longtemps avec le régime de Vichy. C'est ainsi qu'en 1947, il ne reçoit pas l'investiture du RPF pour se représenter aux municipales mais il apporte son soutien à Pierre de Gaulle. Il n'en finit pas moins par obtenir son investiture pour sa réélection en tant que député en 1951.

Durant la législature 1946-1951, il dépose pas moins de 99 propositions de loi ou de résolution relatifs principalement aux rentes-viagères, au commerce, à l'artisanat, à la famille, aux droits des femmes et aux gardiens d'immeubles, ce qui lui vaudra la qualification de « député des domestiques et des concierges ». Il est particulièrement impliqué dans le vote de la loi du 2 août 1949 relative à l'indexation des rentes viagères et il est à l'origine de celle instituant la carte des économiquement faibles. Il vote contre le projet de loi sur le statut de l'Algérie et contre la loi instituant le scrutin majoritaire avec apparentements.

Si, en tant qu'avocat, il lui arrive de défendre devant les tribunaux des personnalités compromises avec Vichy, il soutient surtout une politique d'apaisement et de réconciliation nationale. Il dépose ainsi le 9 mai 1950 une proposition de loi ayant pour objet la suppression des cours de justice et des chambres civiques.

Aux élections législatives du 17 juin 1951, il est second de la liste RPF de la première circonscription de la Seine, derrière Pierre de Gaulle, qui arrive en tête avec 28,2 % des suffrages exprimés. Durant la nouvelle législature, il dépose pas moins de 128 propositions de loi ou de résolution concernant notamment les femmes seules, les invalides, les droits sociaux des artisans, la législation économique et surtout le droit des contribuables face au contrôle fiscal. Il s'oppose à la CECA (Communauté européenne du charbon et de l'acier).

En mars 1952, il fait partie des 27 députés RPF qui votent l'investiture d'Antoine Pinay à la présidence du conseil en dépit de la position exprimée par le général de Gaulle. Exclu en conséquence du RPF avec ses 26 collègues, il rejoint l'ARS, séduit comme beaucoup d'autres députés gaullistes par le conservatisme gouvernemental qu'incarne le nouveau président du Conseil Antoine Pinay. Il est l'un des vice-présidents de ce groupe présidé par Edmond Barrachin[25].

En 1953, sous l'étiquette ARS, il est de nouveau élu au conseil municipal dont il devient le 20 mai le premier président de ce mandat[26]. Il siègera dorénavant à ce Conseil sans discontinuité jusqu'à sa mort.

C'est un député qui voyage. Il a notamment fait des voyages d'études en Yougoslavie, où il fut reçu, en 1952, par le maréchal Tito, aux États-Unis et à Cuba, en 1953, en Grèce en 1954[27]. C'est aux côtés de Jacques Foccart et de Maurice Bayrou qu'il se fait le porte-parole à l'Assemblée nationale de la défense du maintien de l'Empire colonial français et plus particulièrement de l'Indochine française. Le 5 mars 1954, il s'oppose au cessez-le-feu, rappelle l'œuvre civilisatrice de la France dans cette région et condamne « tout abandon ». Du 3 au 9 juin 1954, il est brièvement ministre des relations avec les États associés d'Indochine dans le gouvernement Joseph Laniel. Il déclare lors de sa nomination, avant de se rendre à Genève: « Un double objectif va guider mon action : d'une part, Je m'efforcerai d'aider nos négociateurs de Genève à faire la paix. D'autre part, tant que la paix ne sera pas rétablie en Indochine, toute mon action tendra à aider nos soldats »[28]. Il lui est juste donné le temps de connaître les propositions faites par le Vietminh. Estimant que le gouvernement Laniel était en voie d'aboutir à un accord plus favorable que celui négocié par son successeur, Pierre Mendès France, il vote contre les Accords de Genève du 23 juillet 1954.

Il adopte une attitude analogue pour la question marocaine et refuse la confiance au gouvernement d'Edgar Faure après avoir pourtant voté son investiture.

Il vote également en faveur du réarmement de la République fédérale allemande et approuve son entrée dans l'OTAN.

Lors des élections législatives du 2 janvier 1956, il mène la liste d'Union des indépendants, dans la première circonscription de la Seine. Il est élu sur un programme où il propose l'institution d'un fonds national vieillesse et une réforme de statut de la capitale ainsi que la défense de l'Union française.

De 1956 à 1962, il siège avec le CNI. Président du groupe des indépendants de l'hôtel de ville de Paris[29], il préside aussi la fédération de la Seine du CNIP et siège de ce fait à son comité directeur[30].

Sa proposition de loi relative à l'installation obligatoire d'un dispositif automatique d'ouverture des immeubles dans les agglomérations de plus de 500 000 habitants[31] est alors votée par la chambre (loi du 4 juillet 1957). Ses interventions dans l'hémicycle concernent alors souvent les problèmes de la ville de Paris et de l'Afrique du Nord. C'est sur ce dernier sujet qu'il s'oppose violemment avec le Parti communiste.

S'il vote contre l'investiture de Guy Mollet en 1956, il lui accorde les pouvoirs spéciaux en Algérie.

Favorable à la construction européenne, il ratifie les traités instituant la Communauté économique européenne et l'Euratom, le 9 juillet 1957.

C'est à partir de 1956-57, dans son combat pour l'Algérie française, qu'il côtoie le jeune député du quartier latin, Jean-Marie Le Pen, avec lequel il tisse des liens. Il participe ainsi au tour de France du Front national des combattants animé notamment par Le Pen, à l'été 1957[32].

À partir de 1958, il s'oppose systématiquement aux derniers gouvernements de la 4e République et vote contre l'investiture à Pierre Pflimlin, contre la déclaration de l'état d'urgence, la révision partielle de la Constitution et, le 27 mai 1958, en appelle au ralliement au gouvernement de salut national présidé par le général de Gaulle dont il vote l'investiture en juin 1958 et auquel il accorde les pleins pouvoirs.

Sous la Ve République[modifier | modifier le code]

En novembre 1958, il est réélu député de la Seine pour la circonscription du 7e arrondissement de Paris. Jusqu'en 1962, il est vice-président de l'Assemblée nationale.

La fédération de la Seine du CNIP qu'il préside a pu se heurter à la direction nationale de ce parti, notamment en 1958 en ce qui concerne les investitures; elle soutient des candidatures dissidentes, comme celle de Le Pen[33]. Selon le témoignage postérieur de Roger Duchet, il « se considérait à Paris comme le pape des nationaux. Il refusait l'investiture au docteur Jean-Robert Debray et prétendait imposer celle de l'extrémiste de droite Jean-Marie Le Pen. Antoine Pinay intervint et se fâcha. Dans mon bureau du Centre national, les deux hommes eurent une discussion orageuse. Pinay était le plus virulent, il reprochait à Frédéric-Dupont sa démagogie électorale »[34].

Il fait partie de la fraction du CNIP la plus opposée à l'indépendance de l'Algérie[35]. Lors de la Semaine des barricades, il aurait déclaré : « La cause du drame se trouve dans la politique du gouvernement à base de reniements et d'incertitudes. Je salue les martyrs de l'Algérie française »[36]. Réunis par lui, une trentaine d'élus indépendants de la Seine votent un communiqué exprimant leur « solidarité totale avec ceux qui luttent dans toute l'Algérie pour rester Français sur cette terre française ». Quelques mois plus tard, il signe le manifeste du Front national pour l'Algérie française dirigé notamment par le colonel Jean-Robert Thomazo et Le Pen, aux côtés d'extrémistes et d'autres membres de l'aile droite du CNIP ( Isorni, Lacoste-Lareymondie )[37]. Il appuie alors la Cité catholique du contre-révolutionnaire Jean Ousset[38].

En 1962, il censure le gouvernement de Georges Pompidou et est battu par le gaulliste Jacques Mer lors des élections législatives anticipées. Son éloignement des gaullistes s'accentue quand il soutient le général Raoul Salan lors de sa comparution devant le Haut Tribunal militaire.

Il prend sa revanche en 1967 en l'emportant sur Maurice Couve de Murville, ministre des affaires étrangères qu'une rumeur donne comme prochain Premier ministre. Il se présentait sous l'étiquette Progrès et démocratie moderne (PDM) et a bénéficié de l'appoint de voix d'extrême droite et de gauche, et ce malgré l'appel de quelques personnalités de gauche contre lui ( tels Emmanuel d'Astier de La Vigerie, André Weil-Curiel ou André Philip)[39]. Il ne vote cependant pas la censure quelques mois plus tard, au grand dam de l'extrême droite[40]. Il n'est pas candidat en juin 1968 et le gaulliste Michel Caldaguès reprend son siège.

De 1973 à 1978, il est député républicain indépendant. En 1977, au sein du conseil de la ville de Paris, il prône la coopération entre le jeune RPR et le PR alors que les deux partis se déchirent pour placer un des leurs à l'hôtel de ville (Jacques Chirac sera élu maire de Paris). Il bascule lui-même dans le camp de Jacques Chirac et il s'apparente au RPR qu'il représente ainsi à l'assemblée nationale de 1978 à 1986 (réélu en 1981). Il est alors membre du bureau du Centre national des indépendants et paysans ( CNIP )[41].

En 1983, il est réélu au premier tour maire du 7e arrondissement avec un score avoisinant les 83 % des suffrages.

Fidèle à Jacques Chirac, Édouard Frédéric-Dupont est au début des années 1980 un des avocats du rapprochement de la droite avec le Front National de Jean Marie Le Pen. Il participe ainsi à la fête de Jeanne d'Arc aux côtés de Le Pen en mai 1985[42]. Après le rétablissement du scrutin proportionnel par François Mitterrand en 1985, il accepte de figurer, en seconde position derrière Le Pen, sur la liste FN de Paris, au côté notamment de personnalités comme Olivier d'Ormesson et Charles de Chambrun, tentées par cette alliance[43]. Il considère comme « l'honneur de (s)a fin de carrière » de combattre « aux côtés de celui que ces salauds de socialistes veulent abattre »[44]. En 1986, il est ainsi l'un des 35 députés et apparentés Front National. Vice-doyen de l'assemblée puis doyen ( 84 ans ) à la mort de Marcel Dassault[45], il est depuis le début des années 1980 le plus ancien parlementaire à siéger au Palais-Bourbon. Il tente de jouer un rôle charnière entre la droite gouvernementale et le FN et est le seul député frontiste à accorder sa confiance au gouvernement.[46] Cette largesse était acceptée par Jean-Marie Le Pen qui le connaissait depuis la campagne législative de 1958. Il vote ensuite d'autres projets de loi contre l'avis de Le Pen, et accorde encore sa confiance au gouvernement en 1987[47]. Au conseil de Paris, le président du groupe socialiste, Georges Sarre, attaque Jacques Chirac et le RPR en soulignant que deux proches du FN, Frédéric-Dupont et Serge Jeanneret, conseiller régional FN d’Île-de-France et conseiller municipal RPR, y exercent des responsabilités[48].

En 1988, amer et déçu par Le Pen, Édouard Frédéric-Dupont envisage dans un premier temps son retrait de la vie politique nationale. C'est Jacques Chirac qui lui demande de se représenter, sous l'étiquette RPR, dans sa circonscription traditionnelle du 7e arrondissement[49]. Il accepte et est facilement réélu député, au second tour cependant, avec 54,6 % des suffrages exprimés, contre un socialiste et le gaulliste Pierre Bas (exclu du RPR). Au premier tour, Marie-Caroline Le Pen, candidate parachutée dans sa circonscription, n'avait obtenu que 8,7 % des voix[50].

En 1989, il est réélu maire du 7e arrondissement[51]. Le 24 mars, il préside la séance en tant que doyen - il est âgé de 87 ans - durant laquelle Jacques Chirac est réélu maire de la capitale[52]. Il vote non au Référendum français sur le traité de Maastricht[53].

En 1993, il abandonne volontairement son siège de député à Michel Roussin, qui, une fois entré au gouvernement, laisse le siège à sa suppléante Martine Aurillac, mais il garde sa mairie.

Édouard Frédéric-Dupont est décédé le 14 février 1995 à l'hôpital Necker à l'âge de 92 ans au terme de la plus longue carrière de conseiller de Paris de l'histoire récente de la capitale.

Le conseil municipal de Paris vote l'apposition d'une plaque à sa mémoire. La gauche vote contre en raison de son passé ( 6 février 1934, vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain )[54].

Plaque apposée sur le domicile parisien d'Édouard Frédéric-Dupont, 177 boulevard Saint-Germain.

Bilan[modifier | modifier le code]

Parmi les réalisations concrètes d'Édouard Frédéric-Dupont lorsqu'il était président du Conseil municipal ou maire du 7e arrondissement, on peut citer :

  • la création du périphérique parisien en 1953
  • la construction du parc de stationnement souterrain des Invalides
  • la restauration à l'identique des jardins de l'intendant, autour de l'hôtel des Invalides
  • le classement en secteur sauvegardé d'une partie du 7e arrondissement

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arlette Schweitz, Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République. Tome II. Dictionnaire biographique, Publications de la Sorbonne, 2001
  • Philippe Nivet, Les assemblées parisiennes de la déclaration de guerre à la libération de Paris: 1939-1944, Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l'Ile-de-France, 1996
  • Ibid., Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977, Éditions de la Sorbonne, 1994 ( Lire en ligne )

Références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance aux AD de Paris en ligne, Paris 7, V4E 8680, vue 10/31, acte 709, Le Pays lorrain, "Le général Dupont", 1936, Dossier de la Légion d'honneur de Charles Joseph Dupont ( 1863-1935 ) dans la base Léonore. Son père n'a pas été général de corps d'armée, comme il l'est écrit faussement dans Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République. Vol. II ( p. 260 )
  2. Gilles Le Béguec, La République des avocats, Armand Colin, 2003, Sabine Jensen, Pierre Cot, dans les Cahiers Jean Jaurès, avril 1996, p. 79, Journal des débats, 2 mars 1924, "Une jeune ligue", Ibid., 30 mars 1924, "Jeune France républicaine". Cette ligue, déclarée en octobre 1923 ( Journal officiel, 24 novembre 1923 ), est animée notamment par le jeune avocat parisien Pierre Cot
  3. Jérôme Pozzi, Les Lorrains de Paris dans l’entre-deux-guerres (1919-1939) : un enjeu politique ?, dans les Annales de l'Est, 2004/2, p. 62, L'Ouest-Eclair, 17 décembre 1924,Journal des débats, 21 mars 1925, Le Temps, 17 décembre 1925
  4. Le Petit Parisien, 30 avril 1925
  5. Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République. II. Dictionnaire biographique, p. 261
  6. Le Matin, 4 décembre 1928, "Le dîner des jeunes de l'Alliance", Le Temps, 9 novembre 1926
  7. Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République. II. Dictionnaire biographique, p. 261
  8. Jérôme Pozzi, Les Lorrains de Paris dans l’entre-deux-guerres (1919-1939) : un enjeu politique ?, dans les Annales de l'Est, 2004/2, p. 64, Rosemonde Sanson, Les jeunesses de l'Alliance démocratique, p. 179
  9. Le Matin, 15 mars 1927, Journal des débats, 23 novembre 1930
  10. Journal des débats, 25 novembre 1930, Ibid., 9 mars 1931, Ibid., 28 avril 1931
  11. Jérôme Pozzi, op. cit., p. 66, L'Homme libre, 27 août 1928, "Le bon sens de la Ligue lorraine", Journal des débats, 19 décembre 1927. Le discours de Frédéric-Dupont prononcé à Nancy n'a pas été du goût de tous les Nancéiens: L'Immeuble et la construction dans l'Est, 15 mai 1928, Ibid., 5 juin 1928
  12. Le Matin, 23 février 1932
  13. Le Pays lorrain, 1933, Le Matin, 27 mars 1933
  14. Jérôme Pozzi, op. cit., p. 65, Journal officiel, 13 mars 1930,Journal officiel, 9 juin 1930
  15. Le Matin, 26 juin 1933, La Semaine à Paris, 30 juin 1933
  16. Journal des débats, 10 avril 1936
  17. Collectif, Les modérés dans la vie politique française, 1870-1965, Presses universitaires de Nancy, 2000, Jean Vavasseur-Desperriers, Jeunesse et mouvements de droite durant l'entre-deux-guerres, Histoire@Politique, 2008/1, n° 4, Note 53, Journal des débats, 4 juillet 1936,Le Temps, 14 mars 1938, Journal des débats, 29 mars 1935
  18. Philippe Rudaux, Les Croix de feu et le PSF, France-Empire, 1967, p. 196, Jacques Nobécourt, Le colonel de La Rocque, Fayard, 1996, p. 703, Collectif, Naissance et développement des secrétariats administratifs des groupes parlementaires. Organisation et clarification de la délibération, de 1910 au début des années 1970, p. 76 , Journal des débats, 18 décembre 1936, Le Petit Journal, 10 juillet 1940, Ibid., 22 juillet 1940, E. Frédéric-Dupont, "Nos prisonniers", Jean-Paul Thomas, Le Parti social français (1936-1945) Une expérience de parti de masses et la préparation d’une relève, p. 115. Son père avait en 1924 renvoyé de la Mission militaire française en Pologne qu’il commandait le futur lieutenant-colonel de La Rocque. Frédéric-Dupont a écrit des mémoires inédits dans lesquels il revient sur cet événement et prend la défense de La Rocque: cf. Pierre de Léotard, Mes souvenirs politiques, p. 238. Rn juin 1937, il adresse une lettre à La Rocque pour l'assurer de l'estime qu'éprouvait malgré tout son père pour lui: La Rocque, Pourquoi je suis républicain, Seuil, 2014, p. 215
  19. http://clio-texte.clionautes.org/les-immigres-italiens-et-polonais-en-france-sont-ils-assimilables-les-riches.html?var_mode=calcul
  20. JORF, Débats, Chambre des députés, 6 novembre 1936, p. 2955-2956
  21. Le Temps, 31 janvier 1941, Sur le comité de rassemblement, cf. Jean-Paul Cointet, La Légion française des combattants, Albin Michel, 1995, p. 104-111, Jérôme Cotillon, « Un homme d'influence à Vichy : Henry du Moulin de Labarthète », Revue historique, 2002/2 n° 622, p. 375
  22. Le 18 avril 1944, il envoie sa démission au préfet, arguant vouloir se consacrer à ses fonctions au barreau de Paris ; la démission est acceptée le 22 mai 1944: Philippe Nivet, Le conseil municipal de Paris de 1944 à 1977, op. cit., Paris-Soir, 10 mai 1944
  23. L'Echo d'Alger, 6 décembre 1944, Le Monde, 20 décembre 1944
  24. Le Monde, 6 juillet 1946, Le Monde, 9 juillet 1946Le Monde, 7 février 1948, Yves Péron, Albert Ouzoulias, Pas de collaborateur dans une Assemblée française ! Frédéric Dupont doit être poursuivi et jugé, Paris : Editions du Parti communiste français, 1946, Préface d'André Marty
  25. Le Monde, 12 juillet 1952
  26. Il est élu au troisième tour de scrutin, avec 47 voix (indépendants-A.R.S., R.P.F. et R.G.R.) sur 89 votants: Le Monde, 22 mai 1953, "M. Frédéric Dupont est élu président du Conseil municipal de Paris", Philippe Nivet, Le conseil municipal de Paris de 1944 à 1977, op. cit., chap. IV
  27. Le Monde, 5 juin 1954, "M. Frédéric-Dupont"
  28. Le Monde, 5 juin 1954, Ibid., 5 juin 1954 , Ibid., 5 juin 1954, "La presse de gauche condamne la désignation de M. Frédéric-Dupont",Ibid., 11 juin 1954, "Le cabinet ministériel de M. Frédéric-Dupont", Ibid., 7 juin 1954, Ibid., 8 juin 1954
  29. Le Monde, 21 mars 1959
  30. Le Monde, 21 décembre 1960, Le Monde, 29 mars 1962, Le Monde, 18 octobre 1962
  31. Le Monde, 24 juillet 1953, "Pour que les concierges puissent dormir..."
  32. Henry Coston, Partis, journaux, et hommes politiques d'hier et d'aujourd'hui, Lectures françaises, décembre 1960, p. 204
  33. Le Monde, 1er novembre 1958, Le Monde, 3 novembre 1958, "Les indépendants de Paris s'opposent aux candidats du Centre national dans sept circonscriptions", Mathias Bernard, La guerre des droites, de l'affaire Dreyfus à nos jours, Odile Jacob, p. 153
  34. Roger Duchet, La République épinglée, A. Moreau, 1975, p. 64
  35. Le Monde, 2 janvier 1961, Ibid., 1er décembre 1960, Ibid., 2 décembre 1960, "Deux motions sur l'Algérie s'affronteront au congrès des indépendants" ( Dans son allocution lors du congrès du CNIP, il conclut: « Le congrès de 1960 sera le congrès de l'intégrité de la patrie et de la liberté »
  36. Philippe Nivet, Le conseil municipal de Paris de 1944 à 1977, op. cit., chap. IV
  37. Mathias Bernard, op. cit., p. 154-156, Henry Coston, Partis, journaux, et hommes politiques d'hier et d'aujourd'hui, op. cit., p. 318. Il ne participe pas à son meeting de la Mutualité de novembre 1960 cependant: Le Monde, 10 novembre 1960, "Les orateurs du Front national pour l'Algérie française ont fait acclamer le nom de M. Pierre Lagaillarde et conspuer celui du chef de l'État". Le FNAF, lancé en juillet 1960, est dissous en décembre.
  38. Le Monde, 5 juillet 1960
  39. Le Monde, 24 décembre 1966, Ibid., 10 mars 1967, "M. Couve de Murville s'efforce de saper les positions politiques de " M. Dupont ", Ibid., 13 mars 1967, "De la difficulté d'être électeur de gauche dans le septième arrondissement", Le Monde, 13 mars 1967, "Des personnalités de gauche prennent position en faveur de M. Couve de Murville contre M. Frédéric-Dupont", François Broche, Une histoire des antigaullismes, Bartillat, 2007, p. 550, Philippe Nivet, "Les députés gaullistes de Paris ( 1958-1973 )", dans Parlement(s), revue d'histoire politique, 2009/3, n° HS 5, Jacqueline Sainclivier, Les partis et la République: La recomposition du système partisan, 1956-1967, Presses universitaires de Rennes, 2015, Marie-France Toinet, Les élections législatives de mars 1967 dans la 5e circonscription de Paris : les transferts d'un tour à l'autre, dans la Revue française de science politique, 1968
  40. Le Monde, 12 juin 1967
  41. Le Monde, 15 novembre 1977, Le Monde, 13 janvier 1981, "Le C.N.I.P. va demander aux candidats de se prononcer sur son programme", Ibid., 20 mai 1982
  42. Le Monde, 14 mai 1985, "Des amis de Jeanne d'Arc aux amis de Barbie "
  43. Le Monde, 24 août 1985, "L'opposition et 1986. Pas de triomphalisme prématuré", Ibid., 19 octobre 1985, "Un casse-tête pour M. Chirac", National hebdo, n° 79, 23 janvier 1986, "Législatives: Frédéric-Dupont s'explique"
  44. Mathias Bernard, La guerre des droites, de l'affaire Dreyfus à nos jours, Odile Jacob, 2007, p. 205
  45. Le Monde, 28 avril 1984, Daniel Schneiderman, "Pas d'ennemis à droite"
  46. « Deuxième séance 9 avril 1986 », sur archives de l'assemblée nationale, (consulté le 15 mars 2017)
  47. Le Monde, 21 octobre 1987, Ibid., 5 décembre 1987, L'Assemblée nationale vote la confiance au gouvernement
  48. Le Monde, 10 novembre 1987, Ibid., 21 octobre 1987, "Les socialistes parisiens partent en campagne contre le Front national et le RPR", Ibid., 26 mai 1987, "Incidents au Conseil de Paris"
  49. Le Monde, 22 mai 1988, "L'URC soutient un député sortant du FN à Paris"
  50. Le Monde, 14 juin 1988: Inscrits, 55 332 ; votants, 34 336 Abstentions, 37,94 % ; suffr. expr., 33 980, Edouard Frédéric-Dupont, URC( RPR-UDF )-CNI, 18 440 (54,26), rrélu. Gilles Lacan, maj. p.-PS, 7 975 (23,46) ; Pierre Bas, RPR diss., m. du 6e arrondissement, 7 565 (22,26). 1er tour: Abst., 37,91 % (suffr. expr., 34 005). Edouard Frédéric-Dupont, 14 135 (41,56) ; Pierre Bas, 8 561 (25,17) ; Gilles Lacan, 7 497 (22,04) ; Marie-Caroline Le Pen, FN, 2 793 (8,21) ; Nicole Borvo, PC, 810 (2,38) ; Franca Lemaitre, div., 75 (0,22) ; Simone Nouvion, POE, 72 (0,21) ; Pascal Pélisson, div. d., 62 (0,18)
  51. Le Monde, 14 mars 1989, "Les résultats des élections municipales",
  52. Le Monde, 25 mars 1989
  53. Le Monde, 16 septembre 1992. Il a voté contre le projet de révision constitutionnelle préalable au référendum: Le Monde, 14 mai 1992
  54. Délibérations du conseil de Paris, juin 1996
  55. Quelques erreurs factuelles: il n'est pas secrétaire de la Conférence des avocats en 1926, mais en 1929-30, il n'intègre pas le cabinet de Désiré Ferry en 1928, mais en 1930, il ne commence pas sa carrière politique en 1933, même s'il est en effet élu cette année-là pour la première fois.