Grottes des Échelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grottes des Échelles
Image illustrative de l'article Grottes des Échelles
Une des grottes des Échelles
(ou de Saint-Christophe-la-Grotte)
Coordonnées 45° 30′ nord, 5° 45′ est
Pays Drapeau de la France France
Régions Auvergne-Rhône-Alpes
Départements Savoie
Localité voisine Saint-Christophe-la-Grotte
Type de roche Calcaire
Signe particulier Concrétions, marmites de géants

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
localisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
localisation

Les grottes des Échelles ou grottes de Saint-Christophe se situent dans le département de la Savoie, à la frange occidentale du massif de la Chartreuse, non loin des gorges du Guiers Vif, sur le territoire de la commune de Saint-Christophe.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le site se présente sous la forme de deux grottes différentes :

  • La grotte Supérieure présentant un ensemble géologique dit de marmites de géants.
  • La grotte Inférieure (ou grand goulet), traversée par une passerelle située de 5 à 25m au-dessus du sol et permettant de découvrir une vue panoramique sur la vallée des Échelles[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Située à la limite occidentale du département de la Savoie, non loin de la commune des Échelles qui lui a donné son nom (mais située en Isère), le site des grottes surplombe un tunnel de l'ancienne route nationale 6, aujourd'hui, déclassée.

Les grottes sont situées sur le territoire de la commune de Saint-Christophe, en Savoie, village qu'il ne faut pas confondre avec la commune de Saint-Christophe-sur-Guiers, sa voisine, mais située en Isère.

Accès[modifier | modifier le code]

Le site des grottes est directement accessible par la route départementale RD 1006, à mi-chemin entre les villes de Voiron à 23 km et de Chambéry à 22 km [2].

La Gare ferroviaire de la SNCF la plus proche est celle de Pont-de-Beauvoisin (Isère). celle-ci est située à plus de 10 km.

La ligne 7010 du Réseau interurbain de l'Isère passe devant la grotte, mais le site ne possède pas d'arrêt spécifique, car il n'est ni habité, ni fréquenté de façon régulière (l'arrêt le plus proche étant intitulé « Bande dessous-Saint-Christophe »).

Le site possède un parking destiné aux véhicules de tourismes et aux autocars et le chemin qui permet d'accéder aux grottes (entrée payante et non accessible aux personnes à mobilité réduite) se dénomme « la voie sarde et il est uniquement piétonnier ».

Description[modifier | modifier le code]

Cet ensemble de deux grottes bien distinctes a été creusé par l'érosion naturelle du calcaire effectué par les eaux des ères glaciaires.

A l'entrée du site et précédant la voie sarde qui accède aux grottes, un espace d'accueil a été aménagé dans une petite maison. Ce service, destiné à l'accueil des visiteurs comprend un espace scénographique présentant l'histoire de l'occupation humaine du site, de la préhistoire à nos jours un petit snack et une aire de pique-nique[3].

La voie sarde[modifier | modifier le code]

Monument dédié à Charles-Emmanuel II de Savoie

Cette voie, creusée par le torrent à l'époque préhistorique est une gorge ou un défilé d'origine naturelle qui fut, ensuite aménagée en route, est un passage qui permet d'accéder au site des grottes proprement dites.

Son nom de « voie sarde » vient du fait que les ducs de Savoie, futurs souverains du Royaume de Sardaigne, décidèrent d'adapter ce passage (déjà aménagé, durant l'Antiquité, en voie par les romains), en route royale pour les diligences au cours du XVIIe siècle.

Un petit canal de dérivation des eaux longe la voie sarde, ceci afin d'éviter que la voie ne soit noyée sous les eaux rejetées par la grotte inférieure durant les périodes de fortes pluies [4] En 1649, d'autres travaux furent entrepris par la régente de Savoie Christine de France pour consolider le mur du canal qui longeait cette voie, puis son fils, le duc Charles-Emmanuel II de Savoie fit construire une rampe en pierres de taille, entre 1667 et 1670 pour faciliter la traversée de ce passage et achever enfin cette voie qui descendait ensuite dans la vallée du Guiers[5]

Un monument dédié à Charles-Emmanuel II de Savoie  Inscrit MH (1952)[6], prince régnant du Duché de Savoie a été érigé sur cette voie en 1674, juste avant l'accès aux grottes.

Cette route fut ensuite désaffectée, car Napoléon 1er la jugea trop difficile d'accès et ordonna le percement du tunnel des Échelles en 1804. Les travaux débutent en 1806 et se terminent en 1820, alors que le duché de Savoie était revenu à la famille princière de Savoie[7].


La grotte supérieure[modifier | modifier le code]

Cette première cavité s’ouvre dans un défilé protégé par une voûte rocheuse et elle reste toujours parcourue par les eaux souterraines liées aux précipitations environnantes du massif de la Chartreuse.

Cette grotte est le résultat d’un double travail des eaux : une érosion mécanique directe qui creuse des conduits souterrains du fond de la grotte jusqu’à la porte d’entrée mais aussi un long travail de décomposition du calcaire urgonien par le dioxyde de carbone mêlé à l’eau, créant par un phénomène de goutte à goutte des formations ou concrétions blanches ou colorées par les oxydes. Le développement de la grotte est de 1 377 m[8].

Article connexe : Crétacé.

La grotte inférieure[modifier | modifier le code]

Au bout du défilé qui héberge la première grotte apparaît le méandre qui héberge la Grotte Inférieure. Cette cavité a connu la même évolution géologique que la précédente, du moins, jusqu’à l’ère glaciaire. En creusant le défilé dit de « la Voie Sarde », les eaux du torrents l’ont coupée de ses galeries d’alimentation et l’ont rendue inactive. Des traces de l’érosion de l’eau souterraine sont cependant présentes et on peut encore découvrir des concrétions.

Une longue passerelle permet de découvrir la verticalité de cette grotte qui offre ainsi la vision la plus spectaculaire du site.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entré d'une des grottes située sur la voie sarde

Les grottes, sont restées dans l'Histoire, en raison de leurs mitoyenneté avec la voie sarde et surtout de leur proximité avec la frontière entre le Royaume de France et le Duché de Savoie, puis le Royaume de Sardaigne dont elles ont longtemps constitué un passage incontournable et surtout un poste-frontière situé sur la route de Paris à Turin.

Cette route connue et utilisée depuis l'Antiquité romaine a notamment permis le passage de personnes illustres, tel le philosophe suisse Jean-Jacques Rousseau se rendant de Savoie en Dauphiné ou le Pape Pie VII se rendant en France pour couronner Napoléon 1er en Empereur à Paris[9].

Selon le guide de la France souterraine, édité par Tchou en 1970, une des nombreuses cavités situé dans le site dit des grottes des Échelles, abrita le célèbre contrebandier français Louis Mandrin qui y cacha son trésor. Celui-ci fut d'ailleurs arrêté en 1755 dans un village savoyard situé à proximité du site, le bourg de Rochefort[10]. Le lieu a fait l'objet du tournage d'un court métrage par le réalisateur français Jean-Max Peteau qui désire réaliser un Long métrage historique sur le bandit dauphinois qui défia le Roi de France[11].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Selon un site consacrée aux grottes de France, Le site des grottes des Échelles/Saint-Christophe auraient reçu la visite d'environ 17000 visiteurs en 2014[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]