Pique-nique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un pique-nique (pluriel pique-niques) ou piquenique[1] est un repas champêtre, pris en plein air[2].

À la différence du casse-croûte, repas simple et avalé rapidement, le pique-nique est un repas agréable, élaboré à l'avance, et souvent d'une durée prolongée. On l'emporte à l'extérieur (dans la nature, dans un jardin, sur une plage, etc.).

Conçu au départ pour permettre de profiter du beau temps et de la nature, le pique-nique est aussi un prétexte pour se retrouver en famille ou entre amis. Souvent composé de mets froids, le pique-nique peut aussi s'enrichir de viandes cuites à la brochette ou au gril (barbecue).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Selon le dictionnaire historique de la langue française Robert, du point de vue étymologique, le terme « nique » qui date de la fin du XIIIe siècle et qu'on retrouve dans l'expression « dire nic », c'est-à-dire « ne pas se soucier de », signifie « chose de peu de valeur ». « Faire un repas à pique-nique », c'est donc faire un repas, pas nécessairement sur l'herbe, mais où chacun apporte sa contribution. Ce sens vieilli est attesté dès 1684 dans le Dictionnaire étymologique de Gilles Ménage[3], puis en 1740 dans la 3e édition du Dictionnaire de l'Académie française[4],[2].

Une autre étymologie, fausse[5],[6], est parfois avancée : le mot proviendrait de l'expression « pick-a-nigger » pour désigner les lynchages d'Afro-Américains aux États-Unis.

Au XVIIIe siècle, on disait une « pique-nique » (féminin) ou un « picnic » (masculin).[réf. nécessaire] L'expression « picnic » serait passée en Angleterre, puis revenue en France au milieu du XVIIIe siècle.

Émile Littré indique dans son Dictionnaire de la langue française que ce terme venait de « pick », « saisir » et « nick », « point », « instant », et que « cette étymologie dispense de toutes les étymologies qui ont été faites sur pique-nique ».

Aspects socioculturels[modifier | modifier le code]

Aire de pique-nique en Haute-Savoie (Est de la France) , automne 2012.

Le pique-nique évoque le partage et la convivialité, aujourd'hui ici associés aux loisirs, autrefois aux travaux des champs, mais pourrait aussi être une réminiscence du « manger nomade »[7].

Cette pratique a des impacts localement significatifs sur l'aménagement du territoire et des espaces naturels publics. Divers aménagements incluant parkings, tables et bancs, poubelles, aires de pique nique sur les bords d'autoroutes avec éventuellement toilettes et terrains de jeux pour enfants, zones engazonnées dans les espaces verts. Ces espaces dont l'usage est souvent très saisonnier, nécessitent un entretien particulier et une gestion des déchets.

Record[modifier | modifier le code]

Le plus grand pique-nique du monde le 14 juillet 2016, ici au niveau de l'abbaye Notre-Dame-du-Port-du-Salut à Entrammes.

Le record du plus grand pique-nique du monde est battu le en Mayenne, où une nappe longue de 20,427 km a été dressée le long du chemin de halage, entre Saint-Jean-sur-Mayenne et Nuillé-sur-Vicoin[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « piquenique », graphie recommandée à la suite de la réforme orthographique de 1990. Voir Maurice Druon, « Les rectifications de l'orthographe » [PDF], (ISSN 0242-6773, consulté le 25 août 2016).
  2. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « pique-nique » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  3. « piquenique » dans Dictionnaire étymologique, ou Origines de la langue françoise, Paris, Jean Anisson, (lire en ligne), p. 580.
  4. « pique-nique » dans Dictionnaire de l'Académie françoise, vol. 2, Paris, Jean-Baptiste Coignard, , 3e éd. (lire en ligne), p. 341.
  5. (en) David Mikkelson, « Picnic Pique », sur Snopes.
  6. (en) David Pilgrim (préf. Debby Irving), Watermelons, Nooses, and Straight Razors: Stories from the Jim Crow Museum, Oakland, PM Press, (ISBN 978-1-62963-437-1).
  7. Introduction de Barthe-Deloizy 2008, p. 11.
  8. Romain Ouertal, « Laval : c'était le plus grand pique-nique du monde », Le Parisien,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francine Barthe-Deloizy (dir.), Le Pique-nique ou l'éloge d'un bonheur ordinaire, Rosny-sous-Bois, Bréal, coll. « D'autre part », , 256 p. (ISBN 978-2-7495-0781-1)