Grande famine en Chine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grande famine en Chine
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Période 1959-1961
Victimes 15 à 55 millions de personnes

La grande famine en Chine (chinois simplifié : 三年大饥荒 ; chinois traditionnel : 三年大饑荒 ; pinyin : sān nián dà jī huāng), est une période de l'histoire de la république populaire de Chine de 1959 à 1961 caractérisée par une famine généralisée en Chine continentale[1],[2],[3]. Certains chercheurs incluent aussi les années 1958 ou 1962[4],[5],[6],[7]. Le nombre estimé de décès dus à la famine varie de 15 millions à 55 millions[2],[7],[8],[9],[10],[11]. La grande famine chinoise est souvent considérée comme la famine la plus meurtrière de l'histoire de l'humanité[2],[9],[10],[12],[13]. Les principaux facteurs contribuant à la famine étaient les politiques du « Grand Bond en avant » (1958 à 1962) et de la « commune populaire »[2],[9],[10],[12],[13]. Après le lancement des réformes et ouvertures qui ont suivi la mort de Mao Zedong, le Parti communiste chinois (PCC) a déclaré officiellement en 1981 que la famine était principalement due aux erreurs du Grand Bond en avant ainsi qu'à la campagne anti-droitiste, en plus de certaines catastrophes naturelles et de la rupture sino-soviétique[1].

Terminologie[modifier | modifier le code]

Avant 1981, le gouvernement chinois l'appelait officiellement « trois années de catastrophes naturelles » (chinois simplifié : 三年自然灾害 ; chinois traditionnel : 三年自然災害 ; pinyin : sān nián zì rán zāi hài). Depuis juin 1981, le gouvernement chinois a officiellement changé le nom en « trois ans de difficulté » (chinois simplifié : 三年困难时期 ; chinois traditionnel : 三年困難時期)[1],[14].

Gravité de la famine[modifier | modifier le code]

Baisse de production[modifier | modifier le code]

Un résultat direct de la famine a été la baisse de la production de céréales en Chine diminua de 15 % en 1959. En 1960, elle était à 70 % de son niveau de 1958. Il n'y a pas eu d'amélioration avant 1962, à la fin du Grand Bond en avant[15]. Selon des statistiques officielles chinoises publiées en 1984, la production agricole est diminué de 200 millions de tonnes en 1958 à 143,5 millions de tonnes en 1960.

Le bilan des morts[modifier | modifier le code]

Taux de natalité et taux de mortalité en Chine.

En raison du manque de nourriture et d'autres facteurs défavorables au bien-être du peuple pendant cette période, la population était d'environ 659 590 000 en 1961, soit environ 13 millions de personnes de moins qu'en 1959. La chute de la natalité due à la famine et aux aménorrhées de famine des années 1960-61 est dramatiquement visible sur cette pyramide. Le taux de natalité est passé de 2,922 % en 1958 à 2,086 % en 1960, tandis que le taux de mortalité est passé de 1,198 % à 2,543 % entre ces mêmes dates. À titre de comparaison, entre 1962 et 1965, ces taux étaient respectivement de 4 % et 1 % environ.

Pyramide des âges de la Chine au recensement du 30 juin 1982.

Les taux de décès officiels montrent de beaucoup plus fortes augmentations de la mortalité dans certaines provinces de la Chine. Yu Dehong, le secrétaire du parti unique à Xinyang entre 1959 et 1960, a déclaré :

« Je suis allé dans un village de la province et j'y ai vu une centaine de cadavres. Je suis allé dans un autre village et y ai vu une centaine d'autres cadavres. On disait que les chiens mangeaient les corps. J'ai dit que ce n'était pas vrai, les chiens ont depuis longtemps été mangés par la population[16]. »

Les estimations officieuses sont variables, mais sont souvent considérablement plus élevées. Les experts croient généralement que le gouvernement a largement sous-estimé le nombre de morts. Lu Baoguo, un journaliste de l'agence Xinhua, établie dans la ville de Xinyang a raconté à Yang Jisheng ce qu'il n'avait jamais osé dire :

« Fin 1959, j'ai parcouru une très longue distance en bus, partant de Xinyang jusqu'à Luoshan et Gushi. À travers la fenêtre, je voyais des cadavres dans les fossés. Dans le bus, personne n'osait parler de la mort. Dans le comté de Guangshan, une personne sur trois était décédée. Bien qu'il y eût des morts partout, les dirigeants locaux se délectaient de bons repas et d'alcool... Les gens disaient que la vérité avait été cachée. Ai-je osé l'écrire[16] ? »

Les chiffres estimant le nombre de victimes varient énormément entre les spécialistes. De nombreux professeurs et chercheurs ont estimé que le nombre de « décès anormaux » était compris entre 15 et 55 millions. Dans son ouvrage Chine : L'archipel oublié, le sinologue Jean-Luc Domenach estime qu'entre 1959 et 1962, 4 millions de détenus chinois seraient morts de faim, soit 40 % de la population carcérale[17].

  • Une équipe de recherche de l'Académie chinoise des sciences a conclu en 1989 qu'au moins 15 millions de personnes étaient mortes de malnutrition[18].
  • Les chiffres du Bureau national des statistiques de Chine publiés en 1998 sont d'environ 22 millions[19],[20],[21].
  • Ansley J. Coale, l'un des plus grands démographes des États-Unis, a estimé 27 millions de décès dus à la famine.[5],[22].
  • Judith Banister, directrice de la démographie mondiale au « Conference Board », a estimé à 30 millions le nombre de décès supplémentaires entre 1958 et 1961[10],[23],[24].
  • Le journaliste et universitaire chinois Yang Jisheng, après 10 ans d'études, estime le nombre de victimes à 36 millions[8].
  • Liao Gailong (廖盖隆), ancien vice-directeur de l'Unité de recherche historique du Parti communiste chinois (PCC), a fait état de 40 millions de morts « contre nature » dues à la famine[18],[25].
  • Chen Yizi (陈一谘), ancien haut fonctionnaire chinois et haut conseiller de l'ancien secrétaire général du PCC Zhao Ziyang, a conclu que 43 millions de personnes étaient mortes à cause de la famine[26],[11],[27].
  • L'universitaire néerlandais Frank Dikötter, après l'étude d'archives chinoises de 2005 à 2009, évoque le nombre de 45 millions de morts. Parmi ceux-ci 2,5 millions furent torturés à mort ou tués par la milice[28].
  • Yu Xiguang (余习广), historien chinois indépendant et ancien instructeur à l'École centrale du Parti communiste chinois, a estimé que 55 millions de personnes sont mortes à cause de la famine[11],[29],[30],[31]. Il a passé deux décennies sur la recherche archivistique avant de tirer sa conclusion[11].

Les estimations varient autant à cause de l'inexactitude des données, notamment grâce aux efforts faits par le gouvernement pour cacher la situation réelle (toutes les données ont été classées comme extrêmement confidentielles jusqu'à leur divulgation en 1983). En raison de leur implication politique, certaines personnes nient plusieurs de ces estimations prétextant « l'absence de données fiables concernant le recensement de l'ensemble de la population chinoise ». Ainsi, Wim F. Wertheim, professeur émérite de l'Université d'Amsterdam, a écrit dans un article intitulé « Les Cygnes sauvages et la stratégie agricole de Mao » (Wild Swans and Mao's Agrarian Strategy) :

« Souvent, on soutient que, lors des recensements des années 1960, "entre 17 et 29 millions de Chinois" semblent être disparus, en comparaison avec les chiffres du recensement officiel de 1950. Mais ces estimations n'ont pas un semblant de fiabilité... il est en effet difficile de croire que, dans un laps de temps assez court (1953-1960), la population chinoise soit passée de 450 à 600 millions de personnes[32]. »

Cannibalisme[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux rapports oraux et quelques documents officiels faisant état du cannibalisme humain pratiqué sous diverses formes à la suite de la famine[33],[34],[35]. En raison de l'ampleur de la famine, le cannibalisme a été décrit comme "à une échelle sans précédent dans l'histoire du XXe siècle"[33],[34].

Les causes de la famine[modifier | modifier le code]

Grand Bond en avant[modifier | modifier le code]

Production d'acier pendant le grand bond en avant.

La mise en place d'une production de fer et d'acier ayant été identifiée comme étant la condition essentielle du progrès économique, des millions de paysans furent alors forcés de quitter leurs exploitations afin de fournir la main-d'œuvre nécessaire à cette nouvelle activité.

Le sinologue Jean-Luc Domenach indique que les croissances annoncées de 100 %, voire 150 % étaient largement mensongères. Mais les achats forcés de produits agricoles par l’État étaient déterminés en fonction des productions déclarées[36]. Par conséquent, les responsables locaux ont continué à fabriquer des données et à exagérer la production agricole (浮夸风)[37].

Commune populaire[modifier | modifier le code]

La cantine à l'intérieur d'une commune populaire. Le slogan sur le mur se lit « Mangez gratuitement, travaillez dur ».

Pendant le Grand Bond en avant, l'agriculture a été organisée en communes populaires et la culture de parcelles privées interdite. En 2008, Yang Jisheng a voulu résumer les effets de ces nouveaux objectifs de production :

« À Xinyang, des gens affamés étaient à la porte de l'entrepôt de céréales. À mesure qu'ils mouraient, ils criaient « Parti communiste, président Mao, sauve-nous ! ». Si les greniers du Henan et du Hebei avaient été ouverts, aucun ne serait mort. Alors que les gens mouraient par milliers autour d'eux, les fonctionnaires ne pensaient pas à les sauver. Leur unique préoccupation était la bonne mise en œuvre de la livraison des céréales[16]. »

Techniques agricoles[modifier | modifier le code]

Parallèlement à la collectivisation, le gouvernement central a décrété plusieurs changements dans les techniques agricoles, fondés sur les théories du pseudo-scientifique russe Trofim Denissovitch Lyssenko[38]. L'une de ces théories concernait la densité des plantations agricoles, qui fut triplée. La théorie de Trofim Lyssenko était que les plantes d'une même espèce n'entreraient pas en concurrence entre elles. En pratique, c'est tout le contraire qui s'est effectivement passé, il y eut alors des retards de croissance qui entraînèrent une forte baisse des rendements. Une autre politique agricole fut fondée sur les idées de Terenti Maltsev, un collègue de Lyssenko, qui a encouragé les paysans chinois à labourer le sol plus profondément (jusqu'à 1 ou 2 mètres), pensant que la terre était plus fertile en profondeur, ce qui aurait permis, selon lui, une croissance très forte des racines. Cependant, des roches et du sable, certes inutiles pour l'agriculture, ont été arrachés provoquant l'enfouissement de la couche arable.

Campagne des quatre nuisibles[modifier | modifier le code]

Dans la campagne des quatre ravageurs, les citoyens devaient détruire les moineaux et autres oiseaux sauvages qui mangeaient des semences, afin de protéger les champs agraires. Cette campagne a échoué et a provoqué une explosion de la population des ravageurs, en particulier des insectes nuisibles aux cultures, ce qui a nui à la production céréalière.

Politiques gouvernementales[modifier | modifier le code]

Selon les travaux d'Amartya Sen, prix Nobel d'économie et spécialiste des famines, la plupart des famines ne sont pas uniquement le résultat de la baisse de la production alimentaire, mais aussi d'une distribution de nourriture inefficace et/ou inappropriée, souvent aggravée par le manque d'informations et, en fait, de la négation de l'ampleur du problème par les autorités. Dans le cas des famines chinoises, les populations urbaines se sont protégées afin de se garantir une certaine quantité de consommation de céréales. Les responsables locaux dans les campagnes, en réponse au niveau de production qui avait été annoncé comme atteint, dû à la nouvelle organisation économique, ont beaucoup trop diminué leur propre production. Par conséquent, les paysans se sont retrouvés avec des restes de culture beaucoup plus réduits qu'à l'habitude.

Catastrophes naturelles[modifier | modifier le code]

Ces changements radicaux dans l'organisation de l'agriculture ont coïncidé avec des conditions météorologiques défavorables, telles que sécheresses et inondations. En juillet 1958, le fleuve Jaune déborda et inonda la Chine orientale[39]. En 1960, une certaine aridité, cumulée à d'autres évènements météorologiques, a affecté 55 % des récoltes, tandis qu'environ 60 % des récoltes dans le nord de la Chine n'ont pas reçu d'eau de pluie du tout[32].

Cependant, il y a eu des désaccords sur l'importance de la sécheresse et des inondations à l'origine de la Grande Famine[2],[9],[12]. Selon les données publiées par l'Académie chinoise des sciences météorologiques (中国气象科学研究院), la sécheresse de 1960 n'était pas rare et sa gravité n'était considérée comme « légère » que par rapport aux autres années - elle était moins grave que celles de 1955, 1963, 1965-1967 et ainsi de suite[40]. De plus, Xue Muqiao (薛暮桥), alors chef du Bureau national des statistiques de Chine, a déclaré en 1958 que « nous donnons tous les chiffres que le niveau supérieur veut » pour exagérer les catastrophes naturelles et décharger la responsabilité officielle des décès dus à la famine[41]. L'historien Frank Dikötter a soutenu que la plupart des inondations pendant la famine n'étaient pas dues à des conditions météorologiques inhabituelles, mais à des projets d'irrigation massifs et mal planifiés qui faisaient partie du Grand Bond en avant[42].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Révolution culturelle[modifier | modifier le code]

Liu Shaoqi et Mao Zedong.

Liu Shaoqi[modifier | modifier le code]

Au pire moment de la crise, Mao-Zedong refusa de limiter les exportations de céréales qui finançaient le développement de l’industrie en faisant ce commentaire : « Distribuer les ressources de façon égalitaire ne fera que ruiner le Grand Bond en avant. Quand il n’y a pas assez de nourriture, des gens meurent de faim. Il vaut mieux laisser mourir la moitié de la population, afin que l’autre moitié puisse manger suffisamment ». Quand Liu Shaoqi après avoir visité sa région natale et compris la catastrophe, tenta de redresser la situation, il dut s'opposer à Mao. Ce dernier accusa Liu d’avoir « lâché pied devant l’ennemi de classe ». Liu Shaoqi rétorqua : « Tant de morts de faim ! L’histoire retiendra nos deux noms et le cannibalisme sera dans les livres. »[43].

Au début de 1962, la « Conférence des 7000 cadres (七千人大会) » s'est tenue à Pékin, au cours de laquelle Liu Shaoqi, le deuxième président de la Chine, a officiellement attribué la famine à 30% aux catastrophes naturelles et à 70% aux erreurs politiques causées par l'homme[44],[45],[46],[47]. La politique de Mao Zedong a été critiquée et Mao a également fait de l'autocritique[48],[49]. Après la Conférence des 7000 Cadres, Liu Shaoqi, avec l'aide de Deng Xiaoping, était en charge de la plupart des politiques au sein du parti et du gouvernement, tandis que Mao a pris un rôle semi-retraité[50],[51]. Cependant, le désaccord entre Mao et Liu (et Deng) est devenu de plus en plus apparent, en particulier sur l'appel de Mao à « ne jamais oublier la lutte des classes »[50]. En 1963, Mao a lancé le « Mouvement d'éducation socialiste » et en 1966, il a lancé la « Révolution culturelle » afin de retourner au centre du pouvoir, au cours de laquelle Liu a été persécuté à mort en tant que « traître » et Deng a également été purgé[50],[52]. Liu a été persécuté à mort en 1969[52].

Panchen Lama[modifier | modifier le code]

En 1962, le 10e panchen-lama dénonça officiellement la famine au Tibet dans un rapport connu sous le nom de Pétition en 70 000 caractères qu’il remit le à Zhou Enlai, qui y réagit positivement en convoquant les responsables des territoires tibétains à Pékin. Selon le journaliste Gilles Van Grasdorff, Zhou Enlai « avait admis que des fautes avaient été commises au Tibet », mais n'autorisait pas une opposition ouverte au pouvoir en place[53].

Mao Zedong, qui passait l'été dans la station balnéaire de Beidaihe, intervint. Il décréta que la pétition du panchen-lama était « une flèche empoisonnée » tirée sur le parti communiste par « un seigneur féodal réactionnaire ».

Selon l'universitaire Barry Sautman, le 10e panchen-lama est censé avoir visité trois régions du Tibet avant la rédaction de ce rapport : Ping'an, Hualong et Xunhua, et sa description d'une famine ne concerne que la région dont il est originaire, Xunhua. Ces trois régions se trouvent dans la préfecture de Haidong, une zone de la province du Qinghai dont la population est à 90 % non tibétaine et ne relève pas du Tibet « culturel ». De plus, Ngabo Ngawang Jigme, un ancien dirigeant tibétain de la région autonome du Tibet, conteste le fait que le panchen-lama ait visité une quelconque zone tibétaine avant son rapport[54].

Le 10e panchen-lama a été persécuté pendant la révolution culturelle.

Réformes et ouvertures[modifier | modifier le code]

En 1978, Deng Xiaoping est devenu le nouveau chef suprême de la Chine et a lancé le programme « Réforme et ouverture ». Jusqu'au début des années 1980, le gouvernement chinois expliquait officiellement que la grande famine avait été en grande partie le résultat d'une série de catastrophes naturelles aggravées par certaines erreurs de planification. Toutefois, les spécialistes étrangers sont généralement d'accord sur le fait que les changements institutionnels et politiques massifs qui ont accompagné le Grand Bond en avant sont les causes principales de la grande famine[55]. Après le lancement des « réformes et ouvertures », le Parti communiste chinois (PCC) a déclaré officiellement en 1981 que la famine était principalement due aux erreurs du Grand Bond en avant ainsi qu'à la « campagne anti-droitiste », en plus de certains catastrophes naturelles et « rupture sino-soviétique »[1].

Ce fut notamment le recensement de 1982 qui permit à des démographes russes, américains et européens de révéler l'ampleur du phénomène[56]. Après l'absence de publication de données détaillées du premier recensement de 1953 et surtout de celui de 1964, le recensement du et l'établissement d'un état civil moderne depuis 1954[57],[56], permettent en effet aux démographes de reconstituer le mouvement de la population chinoise depuis 1949 et donc l'historique de la mortalité mais également de la fécondité. L'histoire récente de la Chine peut donc se lire sur la pyramide des âges, détaillée par âge simple, au .

Mémoires[modifier | modifier le code]

Le journal Nanfang renwu zhoukan a publié une enquête le sous le titre La Grande Famine. Le journal y présente deux courbes qui se croisent entre les années 1958 et 1962 celle de l'accroissement naturel, qui chute à ces dates bien en dessous de zéro et celle ascendante de la mortalité, qui atteint un pic en 1960. Par contre le Nanfang n'évoque pas les cas de cannibalisme constatés par Yang Jisheng, qui a eu accès aux archives officielles en tant que journaliste de l'agence officielle Chine Nouvelle : la famine provoque des victimes aussi bien chez les paysans riches que ceux trop faibles pour travailler. On cache les morts pour conserver les rations. Mao a envoyé des équipes de cadres pour partir à la recherche des cachettes. On bat ceux qui mangent des graines dans les champs. La famine provoque la réapparition du cannibalisme sur une grande échelle : les familles échangent les enfants pour les manger (yizi er shi : « échanger les enfants pour se nourrir », expression chinoise ancienne), certains découpent de nuit des cadavres pour manger. Ceux qui se révoltent sont abattus[58]. De même, le journal ne publie pas les estimations du nombre de victimes[59].

Avant ce média national seul le mensuel Yanhuang chunxiu (Chroniques historiques), dont le rédacteur en chef adjoint est Yang Jisheng, l'auteur de Stèles. La Grande Famine en Chine, 1958-1961, évoque cette question depuis 2008[59].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • Ashton, Basil, Kenneth Hill, Alan Piazza, Robin Zeitz, "Famine in China, 1958-61", Population and Development Review, Vol. 10, No. 4. (Dec., 1984), p. 613-645.
  • Banister, J. "Analysis of recent data on the population of China", Population and Development, Vol.10, No.2, 1984.
  • Cao Shuji, The deaths of China's population and its contributing factors during 1959-1961. China's Population Science (Jan.2005) (In Chinese)
  • China Statistical Yearbook (1984), edited by State Statistical Bureau. China Statistical Publishing House, 1984.Page 83,141,190
  • China Statistical Yearbook (1991), edited by State Statistical Bureau. China Statistical Publishing House, 1991.
  • China Population Statistical Yearbook (1985), edited by State Statistical Bureau. China Statistical Bureau Publishing House, 1985.
  • Coale, Ansley J., Rapid population change in China, 1952-1982, National Academy Press, Washington, D.C., 1984.
  • Li Chengrui (李成瑞) : Population Change Caused by The Great Leap Movement, Demographic Study, No.1, 1998 p. 97-111
  • Jiang Zhenghua (蒋正华),Method and Result of China Population Dynamic Estimation, Academic Report of Xi'an University, 1986(3). p. 46,84
  • Peng Xizhe, "Demographic Consequences of the Great Leap Forward in China's Provinces", Population and Development Review, Vol. 13, No.4. (Dec., 1987), p. 639-670
  • Yang, Dali. Calamity and Reform in China: State, Rural Society and Institutional Change since the Great Leap Famine. Stanford University Press, 1996.
  • Official Chinese statistics, shown as a graph.
  • Death rates in several Asian nations, 1960 to 1994.
  • Zhou Xun, The Great Famine in China, 1958-1962, Éditions Yale University Press, [60].

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le Fossé (Jiabiangou) est un film chinois réalisé par Wang Bing, sorti en 2010
  • La Grande Famine de Mao La Case du siècle : Un film de Patrick Cabouat et Philippe Grangereau Production Arturo Moi / Dérives / RTBF, avec la participation de France Télévisions et de la chaîne Histoire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « 关于建国以来党的若干历史问题的决议 » [archive du ], sur The Central People's Government of the People's Republic of China (consulté le 23 avril 2020)
  2. a b c d et e Vaclav Smil, « China's great famine: 40 years later », BMJ : British Medical Journal, vol. 319, no 7225,‎ , p. 1619–1621 (ISSN 0959-8138, PMID 10600969, PMCID 1127087, DOI 10.1136/bmj.319.7225.1619)
  3. Cormac Ó Gráda, « Making Famine History », Journal of Economic Literature, vol. 45, no 1,‎ , p. 5–38 (ISSN 0022-0515, DOI 10.1257/jel.45.1.5, JSTOR 27646746)
  4. Kai‐sing Kung et Yifu Lin, « The Causes of China's Great Leap Famine, 1959–1961 », Economic Development and Cultural Change, vol. 52, no 1,‎ , p. 51–73 (ISSN 0013-0079, DOI 10.1086/380584, JSTOR 10.1086/380584)
  5. a et b Basil Ashton, Kenneth Hill, Alan Piazza et Robin Zeitz, « Famine in China, 1958-61 », Population and Development Review, vol. 10, no 4,‎ , p. 613–645 (DOI 10.2307/1973284, JSTOR 1973284)
  6. Yang Jisheng, Tombstone: The Great Chinese Famine, 1958-1962, Farrar, Straus and Giroux, (ISBN 978-0-374-27793-2, lire en ligne), p. 126
  7. a et b (en) « 45 million died in Mao's Great Leap Forward, Hong Kong historian says in new book » [archive du ], sur South China Morning Post (consulté le 23 avril 2020)
  8. a et b « A hunger for the truth: A new book, banned on the mainland, is becoming the definitive account of the Great Famine. », chinaelections.org, 7 juillet 2008
  9. a b c et d (en-GB) Tania Branigan, « China's Great Famine: the true story », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 28 juin 2020)
  10. a b c et d XIN MENG, NANCY QIAN et PIERRE YARED, « The Institutional Causes of China's Great Famine, 1959–1961 », Review of Economic Studies, vol. 82, no 4,‎ , p. 1568–1611 (DOI 10.1093/restud/rdv016, lire en ligne[archive du ], consulté le 22 avril 2020)
  11. a b c et d Felix Wemheuer, « SITES OF HORROR: MAO'S GREAT FAMINE [with Response] », The China Journal, no 66,‎ , p. 155–164 (ISSN 1324-9347, lire en ligne)
  12. a b et c (en-US) Jonathan Mirsky, « Unnatural Disaster », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 28 juin 2020)
  13. a et b Joe Hasell et Max Roser, « Famines », Our World in Data,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2020)
  14. Edith Elena Songster, A Natural Place for Nationalism: The Wanglang Nature Reserve and the Emergence of the Giant Panda as a National Icon (thesis), University of California, San Diego, (OCLC 607612241, lire en ligne)
  15. « What Caused the Great Chinese Famine? »,
  16. a b et c Traduction de Yang Jisheng, « A hunger for the truth: A new book, banned on the mainland, is becoming the definitive account of the Great Famine. », chinaelections.org, 7 juillet 2008, 墓碑 --中國六十年代大饑荒紀實 (Mu Bei - - Zhong Guo Liu Shi Nian Dai Da Ji Huang Ji Shi), Hong Kong: Cosmos Books (Tian Di Tu Shu), 2008, (ISBN 978-988-211-909-3)(zh)
  17. Jean-Luc Domenach, Chine : L'archipel oublié, p. 242
  18. a et b Zhenkuai Hong, « 有关大饥荒的新谬说(二) », sur Yanhuang Chunqiu (consulté le 18 juillet 2020)
  19. Jishen Yang, « 关于大饥荒年代人口损失的讨论 » [archive du ], sur 炎黄春秋 (consulté le 22 avril 2020)
  20. (en) Sarah C. M. Paine, Nation Building, State Building, and Economic Development: Case Studies and Comparisons: Case Studies and Comparisons, Routledge, (ISBN 978-1-317-46409-9, lire en ligne)
  21. (en) Wu Jinglian et Ma Guochuan, Whither China?: Restarting the Reform Agenda, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-022317-5, lire en ligne)
  22. (en-US) Philip J. Hilts, « Chinese Statistics Indicate Killing of Baby Girls Persists », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le 24 juillet 2020)
  23. (en) Judith Banister, China's Changing Population, Stanford University Press, (ISBN 978-0-8047-1887-5, lire en ligne)
  24. « Judith Banister » [archive du ], sur www.conference-board.org (consulté le 22 avril 2020)
  25. (en) Sebastian Veg, Popular Memories of the Mao Era: From Critical Debate to Reassessing History, Hong Kong University Press, (ISBN 978-988-8390-76-2, lire en ligne)
  26. (en-US) Chris Buckley, « Chen Yizi, a Top Adviser Forced to Flee China, Dies at 73 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 18 juillet 2020)
  27. (en-US) Valerie Strauss et Daniel Southerl, « HOW MANY DIED? NEW EVIDENCE SUGGESTS FAR HIGHER NUMBERS FOR THE VICTIMS OF MAO ZEDONG'S ERA », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le 18 juillet 2020)
  28. Lucien Bianco, Frank Dikötter, Mao’s Great Famine, The History of China’s most devastating catastrophe, 1958-62 Perspectives chinoise
  29. Philippe Grangereau, « La Chine creuse ses trous de mémoire », sur Libération.fr, (consulté le 29 juillet 2020)
  30. (zh) Yu Xiguang (余習廣), 大躍進・苦日子上書集, 時代潮流出版社,‎ (ISBN 978-988-98549-9-7, lire en ligne)
  31. Xiguang Yu, « 大跃进 », sur Boxun,‎ (consulté le 29 juillet 2020)
  32. a et b Asia times online
  33. a et b Richard Bernstein, « Horror of a Hidden Chinese Famine », New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 8 février 2017)
  34. a et b Jasper Becker, Hungry Ghosts: Mao's Secret Famine, Free Press, (ISBN 978-0-68483457-3, lire en ligne)
  35. Frank Dikötter, Mao's Great Famine: The History of China's Most Devastating Catastrophe, 1958–1962, , 320–323 p. (ISBN 978-0-80277768-3), « 36. Cannibalism »
  36. Les années Mao : révolution et tragédie Magazine Histoire « Le pire pour les paysans est que là où les productions n’augmentaient que de 4 à 5 % - ce qui n’était déjà pas si mal -, on annonçait des croissances de 100 %, voire 150 %. Or les achats forcés de produits agricoles par l’État étaient fixés en fonction des productions déclarées : la tragédie était dès lors programmée dans de nombreux villages. Résultat : dès le courant de 1958, la disette s’étend, et parfois la famine. Des maladies comme l’hydropisie apparaissent, des épidémies se répandent. A tout cela s’ajoutent des inondations dans le Sud et une sécheresse épouvantable dans le Nord. Si bien que, jusqu’en 1962, la Chine se débat dans une misère effroyable cf. ci-dessus. Le cannibalisme et l’anthropophagie réapparaissent. »
  37. (zh-CN) « 学者:“大跃进”是毛泽东版“中国梦” », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2020)
  38. The People's Republic of China 1949-76, second edition, Michael Lynch (London: Hodder Education, 2008), p. 57
  39. « 关于黄河、长江、淮河、永定河防御特大洪水方案的报告(摘要)_中国人大网 », sur www.npc.gov.cn (consulté le 23 avril 2020)
  40. (zh) « 高素华: 1951~1990年全国降水量距平变化图 » [archive du ], sur 炎黄春秋 (consulté le 22 avril 2020)
  41. (en) Zheping Huang, « Charted: China's Great Famine, according to Yang Jisheng, a journalist who lived through it » [archive du ], sur Quartz (consulté le 22 avril 2020)
  42. Dikötter, Frank. Mao's Great Famine: The History of China's Most Devastating Catastrophe, 1958–62. Walker & Company, 2010. p. 333. (ISBN 0-8027-7768-6)
  43. Alain Roux, « Le Grand Bond en avant... vers la famine en Chine », L'Humanité, 15 avril, 2013 (consulté le 28 janvier 2020)
  44. « Chinese Foreign Policy Database - Timeline », sur digitalarchive.wilsoncenter.org (consulté le 21 juin 2020)
  45. (en) Henry He, Dictionary of the Political Thought of the People's Republic of China, Routledge, (ISBN 978-1-315-50043-0, lire en ligne)
  46. « 七千人大会--中国共产党新闻--中国共产党新闻网 », sur cpc.people.com.cn (consulté le 28 juin 2020)
  47. « 刘少奇“三分天灾,七分人祸”提法的由来 (2)--中国共产党新闻--中国共产党新闻网 », sur cpc.people.com.cn (consulté le 28 juin 2020)
  48. (en) Henry He, Dictionary of the Political Thought of the People's Republic of China, Routledge, (ISBN 978-1-315-50043-0, lire en ligne)
  49. (zh) Yanchun Li, « 七千人大会的现代启示录 », sur Yanhuang Chunqiu (consulté le 21 juin 2020)
  50. a b et c « Three Chinese Leaders: Mao Zedong, Zhou Enlai, and Deng Xiaoping | Asia for Educators | Columbia University », sur afe.easia.columbia.edu (consulté le 28 juin 2020)
  51. (zh) Ding Shu (丁抒), « 大跃进/大饥荒和文化大革命 », sur ww2.usc.cuhk.edu.hk (consulté le 28 juin 2020)
  52. a et b Lowell Dittmer, « Death and Transfiguration: Liu Shaoqi's Rehabilitation and Contemporary Chinese Politics », The Journal of Asian Studies, vol. 40, no 3,‎ , p. 455–479 (DOI 10.2307/2054551, JSTOR 2054551)
  53. L'enfant oublié du Tibet. La véritable histoire du Panchen Lama Guendun de Gilles Van Grasdorff Préface de Harry Wu, éd Presse de la Renaissance, 1999 p.  124 (ISBN 2266104837).
  54. (en) Barry Sautman, "Demographic Annihilation" and Tibet, in Contemporary Tibet: politics, development, and society in a disputed region, Barry Sautman and June Teufel Dreyer (eds), M. E. Sharpe, 2006, 360 p. (ISBN 0-7656-1354-9 et 9780765613547), p. 242.
  55. China: A Century of Revolution. Narr. Will Lyman. Ed. Howard Sharp. and Sue Williams Dir. (WinStar Home Entertainment, 1997); Demeny, Paul and Geoffrey McNicoll, Eds. "Famine in China". Encyclopedia of Population. vol. 1 (New York: Macmillan Reference USA, 2003) p. 388-390
  56. a et b Gérard Calot, « Données nouvelles sur l'évolution démographique chinoise. I. Les recensements de 1953, 1964 et 1982 et l'évolution des taux bruts depuis 1950 », Population, vol. 39, no 4,‎ , p. 807-835 (lire en ligne).
  57. Michel Cartier, « Enregistrement de la population et recensements. La tradition chinoise », Cahier québécois de démographie, vol. 25, no 1,‎ , p. 13–38 (DOI 10.7202/010199, lire en ligne, consulté le 10 mars 2017).
  58. Jean-Luc Domenach, « La Grande famine en Chine 1958-1961 », émission La Marche de l'Histoire sur France Inter, 8 novembre 2012
  59. a et b Brice Pedroletti, Un hebdomadaire chinois s'attaque au tabou de la grande famine des années 1960 Le Monde, 1er juin 1960
  60. Sylvie Kauffmann, Une grande famine peut en cacher une autre Le Monde, 17 septembre 2012