Mouvement d'éducation socialiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Mouvement d'éducation socialiste regroupe plusieurs « mouvements répressifs » qui sont engagés entre 1962 et 1965 dans la république populaire de Chine. Des chercheurs chinois ont souligné que le mouvement avait fait au moins 77 560 morts et 5 327 350 personnes étaient persécutées[1],[2].

Le président Liu Shaoqi refuse de soutenir Mao, lors du Mouvement d'éducation socialiste, destiné à relancer le mouvement révolutionnaire. Les deux dirigeants vont alors s'affronter, et ce de façon ouverte dès le début de la Révolution culturelle[3].

Selon le sinologue Jean-Luc Domenach, il s'agit essentiellement de l'épuration de « l'appareil rural » . Cette campagne vise tous les cadres, qui lors de la relative libéralisation des années 1960-1962, se seraient rendus coupables de malversation ou auraient adopté un positionnement jugé trop moderniste. Jean-Luc Domenach indique qu'un million de cadres auraient été épurés[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (zh) 杨继绳, 天地翻覆: 中国文化大革命历史, 天地图书,‎ (lire en ligne)
  2. (zh) Song, « 被掩藏的历史:刘少奇对“文革”的独特贡献 », Modern China Studies (consulté le 31 janvier 2020)
  3. Marie-Claire Bergère La République populaire de Chine de 1949 à nos jours Paris, Armand Colin, Pages 234 ET 235
  4. Jean-Luc Domenach, Chine : l'archipel oublié, Édition Fayard (1992), page 254