Réunification chinoise de 1928

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le drapeau à « cinq couleurs » du gouvernement de Beiyang.

La réunification chinoise de 1928, aussi appelée remplacement du drapeau du Nord-Est (東北易幟, Dōngběi Yìzhì), est un évènement historique annoncé par Zhang Xueliang le lors du remplacement de tous les drapeaux du gouvernement de Beiyang de Manchourie par le drapeau du gouvernement nationaliste, unissant ainsi la Chine, instable depuis la révolution chinoise de 1911, sous une seule autorité.

Origine[modifier | modifier le code]

En avril 1928, Tchang Kaï-chek redevient commandant de l'armée nationale révolutionnaire, fonction qu'il avait prédécemment abandonnée pour s'occuper de la scission du Kuomintang durant la première expédition du Nord. Il entame la seconde expédition et approche de Pékin vers la fin mai. Le gouvernement de Beiyang est forcé de se dissoudre avec pour résultat que Zhang Zuolin abandonne Pékin pour retourner en Mandchourie et est assassiné lors de l'incident de Huanggutun par l'armée japonaise du Guandong. La Manchourie reste cependant sous le contrôle de la clique du Fengtian qui arbore toujours le drapeau du gouvernement de Beiyang. L'objectif final de l'expédition du Nord n'est pas complétement atteint.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Zhang Xueliang en 1928.

Immédiatement après la mort de Zhang Zuolin, son fils Zhang Xueliang retourne à Shenyang pour lui succéder. Le 1er juillet, Zhang Xueliang annonce un armistice avec l'armée nationale révolutionnaire et proclame qu'il n'interféra pas avec la réunification[1]. Les Japonais sont insatisfaits par cette annonce et demande à Zhang de déclarer l'indépendance de la Mandchourie. Zhang Xueliang refuse cette demande et s'occupe des questions de l'unification. Le 3 juillet, Tchang Kaï-chek arrive à Pékin et rencontre le représentant de la clique du Fengtian pour discuter d'un règlement pacifique. Cette négociation montre la concurrence entre les États-Unis et le Japon dans la sphère d'influence chinoise car les États-Unis soutiennent la volonté de Tchang Kaï-chek d'unir la Mandchourie à la Chine. Sous pression des Américains et des Britanniques, le Japon est diplomatiquement isolé sur la question. Le 29 décembre, Zhang Xueliang annonce le remplacement de tous les drapeaux de Mandchourie et accepte la juridiction du gouvernement nationaliste. Deux jours plus tard, celui-ci nomme Zhang à la tête de l'armée du Nord-Est. La Chine est symboliquement réunifiée à ce moment.

Références[modifier | modifier le code]