Glasnost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mikhaïl Gorbatchev et son épouse Raïssa, en 1988.

La glasnost (гласность : publicité [des débats] en russe, traditionnellement traduit par transparence) est une politique de liberté d'expression et de la publication d'informations, introduite par Mikhaïl Gorbatchev en URSS en 1985. Avec la glasnost, le but du no 1 soviétique était notamment de mettre la pression sur les conservateurs du parti qui étaient opposés à sa politique de restructuration économique (la perestroïka). Cependant, cette dernière va accentuer la crise économique et va précipiter l'URSS et sa population dans des conditions de vie très difficiles, ce qui va provoquer une montée des contestations.

À travers cette politique, Gorbatchev approfondit la déstalinisation, politique mise en place en 1956 par Khrouchtchev au XXe congrès du PCUS. Gorbatchev dénonce également les crimes de Staline, mais cette fois-ci, ce n'est pas sous forme de rapport secret publié à l'extérieur du bloc communiste, mais bien publiquement que ses crimes sont révélés au grand jour.

La glasnost donna de nouvelles libertés au peuple, comme la liberté d'expression, ce qui signifiait un changement important dans la mesure où le contrôle des idées avait été une partie centrale du système soviétique. Des milliers de prisonniers politiques et beaucoup de dissidents furent également libérés.

D'autre part, la glasnost va entraîner des manifestations massives ainsi que le début des grèves. Elle contribuera aussi au réveil des nationalismes chez les minorités ethniques constituant la fédération soviétique.

Malgré cela, le but premier de Gorbatchev (qui était de moderniser l'Union soviétique via la glasnost et la Perestroïka) n'aboutit pas et le régime, largement basé sur la contrainte étatique, s'effondra en hiver 1991, plus précisément le 25 décembre lors de la démission de Mikhaïl Gorbatchev.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]