Boluan Fanzheng

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La statue de Deng Xiaoping au sommet du parc Lianhuashan à Shenzhen.

Boluan Fanzheng (chinois simplifié : 拨乱反正 ; chinois traditionnel : 撥亂反正), qui signifie littéralement « éliminer le chaos et revenir à la normale », a été une période de transition importante dans l'histoire de la république populaire de Chine[1],[2],[3],[4],[5], pendant laquelle Deng Xiaoping, le chef suprême de la Chine à l'époque, a dirigé un programme pour réparer les dommages causés par la révolution culturelle lancée par Mao Zedong[2],[3],[6],[7]. Le programme « Boluan Fanzheng » a progressivement démantelé les politiques maoïstes associées à la Révolution culturelle, réhabilité des millions de victimes persécutées pendant la Révolution, lancé de diverses réformes sociopolitiques et ramené le pays à l'ordre de manière systématique[2],[3],[4],[7],[8]. Le programme a constitué le fondement du programme historique « Réforme et ouverture » lancé en décembre 1978[2],[3],[4],[5].

Deng a pu lancer le programme de Boluan Fanzheng avec l'aide de ses alliés tels que Hu Yaobang, qui est devenu plus tard le secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC)[3],[8],[9],[10],[11]. En décembre 1978, lors de la 3e session plénière du 11e Comité central du PCC, Deng est devenu le chef suprême de la Chine[12]. La période de Boluan Fanzheng a duré jusqu'au début des années 1980, après quoi l'objectif principal du PCC et du gouvernement chinois est passé de « luttes de classe » à « construction économique » et « modernisation »[13],[14],[15].

Terminologie[modifier | modifier le code]

« Boluan Fanzheng » (拨乱反正 / 撥亂反正) est à l'origine un proverbe chinois. « Boluan » signifie éliminer le chaos ou dissiper le chaos[1],[16]. « Fanzheng » signifie rétablir l'ordre[1],[16].

Après la fin de la révolution culturelle en 1976, Deng Xiaoping a proposé pour la première fois l'idée de Boluan Fanzheng en septembre 1977[3],[9].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Débat sur les critères pour tester la vérité[modifier | modifier le code]

À l'intérieur de l'ancienne résidence de Hu Yaobang.

Après la mort de Mao Zedong en septembre 1976, Hua Guofeng a succédé à Mao pour devenir le nouveau président du parti communiste chinois et le président de la commission militaire centrale. Hua a en grande partie poursuivi les politiques maoïstes et a proposé les « deux quelles que soient (两个凡是) » : « Quoi que le président Mao ait dit, nous le dirons et quoi que le président Mao ait fait, nous le ferons »[17],[18].

En mai 1978, Deng Xiaoping avec Hu Yaobang et d'autres ont lancé un débat à grande échelle à travers la Chine, discutant des critères pour tester les vérités et critiquant les « deux quelles que soient (两个凡是) ». Deng ainsi que ses alliés ont soutenu l'idée que « la pratique est le seul critère pour tester la vérité », qui est apparue pour la première fois dans un article publié dans le Guangming Daily et a obtenu beaucoup de soutien de la société chinoise[19],[20],[21],[22].

Le 13 décembre 1978, Deng a prononcé un discours lors de la cérémonie de clôture de la 3e session plénière du 11e comité central du PCC, au cours de laquelle il a remplacé Hua Guofeng pour devenir le nouveau chef suprême de la Chine[23],[24]. Dans le discours intitulé « Émanciper nos esprits, rechercher la vérité à partir des faits et former un tout pour regarder vers l'avenir (解放思想,实事求是,团结一致向前看) », Deng exhorte le peuple chinois à rechercher la vérité des faits ; il souligne que si le Parti, la nation ou le peuple continuent à suivre les citations du président Mao Zedong avec un état d'esprit obstiné et une superstition aveugle, il n'ira jamais de l'avant et périra[25],[26],[27].

Invalider la révolution culturelle[modifier | modifier le code]

Hu Yaobang, alors secrétaire général du Parti communiste chinois, a aidé Deng Xiaoping à lancer « Boluan Fanzheng » et a été chargé par Deng de prendre en charge la réhabilitation de millions de victimes persécutées lors de la révolution culturelle[28].

Le 9 septembre 1976, Mao Zedong est décédé et le 6 octobre, Hua Guofeng avec Ye Jianying et Wang Dongxing ont arrêté le « Bande des Quatre », mettant fin à la révolution culturelle[2],[29]. Du 20 novembre 1980 au 25 janvier 1981, un tribunal spécial de la Cour populaire suprême a jugé la Bande des Quatre et six autres personnes, annonçant finalement la peine de mort avec un sursis de deux ans pour Jiang Qing et Zhang Chunqiao, tandis que d'autres membres ont été condamné à la réclusion à perpétuité ou à diverses peines de prison[30],[31].

Dans le même temps, à la fin des années 1970, Deng Xiaoping et ses alliés ont progressivement invalidé la ligne maoïste de luttes de classe continue et changé l'orientation du PCC et du gouvernement chinois vers la construction économique et la « modernisation »[13],[14],[15]. En 1981, le Parti communiste chinois déclare que la révolution culturelle a été « responsable du revers le plus grave et des pertes les plus lourdes subies par le Parti, le pays et le peuple depuis la fondation de la république populaire de Chine[32] ».

Politique et droit[modifier | modifier le code]

Réhabilitation des victimes[modifier | modifier le code]

Pendant la période de Boluan Fanzheng, le secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC), Hu Yaobang, a été chargé par Deng Xiaoping de réhabiliter les victimes persécutées dans les « cas injustes, faux, erronés (冤假错案) » depuis la Campagne anti-droitiste en 1957[33],[34],[35]. Quelques années après 1978, les victimes de plus de 3 millions de ces cas ont été réadaptées[36]. Les victimes notables comprenaient :

La Constitution de la Chine[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution culturelle, le « Petit Livre rouge » contenant les citations du président Mao Zedong était populaire et le culte de la personnalité de Mao Zedong a atteint son apogée. À l'époque, la Constitution et la règle de droit étaient largement ignorées[37].

La première constitution de la Chine est entrée en vigueur en 1954, connue sous le nom de « Constitution de 1954 ». Cependant, en 1958, Mao Zedong a préconisé la « rule of man » au lieu de la « règle de droit »[38],[39].

Pendant la révolution culturelle, la Constitution chinoise a été révisée en 1975 et la deuxième constitution, connue sous le nom de « Constitution de 1975 », a absorbé le maoïsme ainsi que la direction absolue du PCC dans son contenu, tout en annulant des postes tels que président et vice-président de la république populaire de Chine[40],[41],[42].

Après la Révolution culturelle, conformément aux directives des « deux quelles que soient » de Hua Guofeng, une troisième constitution, connue sous le nom de « Constitution de 1978 », a été publiée en 1978. Bien que certaines des langues associées à la révolution culturelle aient été supprimées, la plupart du contenu de la Constitution de 1975 a été conservé, comme la « direction du PCC »[43].

Pendant la période de Boluan Fanzheng, Deng Xiaoping prononce un discours intitulé « Sur la réforme du système de direction des partis et des États (党和国家领导制度改革) » le 18 août 1980, déclarant à l'Assemblée nationale populaire que la Chine avait besoin réformes politiques et une révision systématique de sa Constitution[44],[45]. Il souligne que la Constitution doit pouvoir protéger les droits civiques des citoyens chinois et refléter le principe de la séparation des pouvoirs[45],[46]. Il préconise également « un homme, une voix » parmi les dirigeants pour éviter la dictature du secrétaire général du PCC[45]. En décembre 1982, la cinquième Constitution de la Chine, connue sous le nom de « Constitution de 1982 », est adoptée par la 5e Assemblée nationale populaire. L'essentiel de son contenu est toujours en vigueur à ce jour[47],[48],[49].

Dans cette constitution, les mentions comme « la révolution continue sous la dictature du prolétariat » ont été supprimées ; les descriptions de l'organisation du parti communiste chinois ont été exclues ; la déclaration que « le pays est dirigé par le parti communiste chinois » a été supprimée (une action initiée par Xi Jinping en 2018)[50] ; la déclaration que « tous organes de l'État, forces armées, partis politiques, organisations publiques et entreprises doivent respecter la constitution et la loi » a été ajoutée ; les positions de Président de la république populaire de Chine et Vice-président de la république populaire de Chine ont été établies, avec une limite de deux mandats consécutifs, chacune ne durant pas plus de cinq ans (ces limites sont supprimées par Xi Jinping en 2018)[51].

Universitaires et éducation[modifier | modifier le code]

Scientifiques et intellectuels[modifier | modifier le code]

Yao Tongbin, éminent spécialiste chinois des missiles qui a été battu à mort pendant la révolution culturelle, est reconnu comme un « martyr (烈士) » pendant la période Boluan Fanzheng[52].

Pendant la révolution culturelle, les universitaires et les intellectuels étaient considérés comme le « vieux neuvième puant » et étaient largement persécutés[53]. Parmi les universitaires, scientifiques et éducateurs qui sont décédés, notons Xiong Qinglai, Jian Bozan, Lao She, Tian Han, Fu Lei, Wu Han, Rao Yutai, Wu Dingliang, Yao Tongbin et Zhao Jiuzhang[54]. En 1968, parmi les 171 membres supérieurs qui travaillaient au siège de l'Académie chinoise des sciences à Pékin, 131 étaient persécutés, et parmi tous les membres de l'académie en Chine, 229 étaient persécutés à mort[55]. En septembre 1971, plus de 4 000 membres du personnel du centre nucléaire chinois de Qinghai étaient persécutés ; plus de 310 d'entre eux étaient handicapés de façon permanente, plus de 40 personnes se sont suicidées et cinq ont été exécutées[56].

Dans la période de Boluan Fanzheng, Deng Xiaoping lui-même était chargé de la réhabilitation des scientifiques et intellectuels persécutés pendant la Révolution culturelle[57]. En mars 1978, Deng souligne lors de la Conférence scientifique nationale que les intellectuels font partie de la « classe ouvrière » et que le cœur de la modernisation est la modernisation de la science et de la technologie[58],[59],[60]. Il souligne également plus tard que les connaissances et les personnes talentueuses doivent être respectées et que les idées fausses telles que les intellectuels irrespectueux doivent être combattues[58],[60]. L'une de ses déclarations notables est que « les sciences et technologies sont les principales forces productives »[61].

Depuis la période Boluan Fanzheng, divers nouveaux genres littéraires ont vu le jour, notamment la « littérature cicatricielle » et la « littérature contemplative (反思文学) »[62].

Système éducatif[modifier | modifier le code]

Le système éducatif chinois a été sérieusement interrompu pendant la révolution culturelle. Dans les premiers mois de la révolution culturelle, les écoles et les universités ont été fermées. Les examens d'entrée à l'université ont été annulés après 1966, pour être remplacés plus tard par un système selon lequel les étudiants étaient recommandés par les usines, les villages et les unités militaires[63]. En 1968, le Parti communiste a lancé le « mouvement d'envoi des zhiqing à la campagne », dans lequel plus de 10 millions de jeunes (« zhishi qingnian » ou simplement « zhiqing ») dans les zones urbaines ont été envoyés vivre et travailler dans des zones agraires pour être éduqué par la paysannerie.

En 1977, Deng Xiaoping a restauré l'examen d'entrée à l'université (Gaokao) après une interruption de dix ans, rétablissant le système d'enseignement supérieur en Chine et changeant la vie de dizaines de millions de personnes[64],[65],[66]. Deng considérait la science et l'éducation comme les fondements des « Quatre Modernisations »[65]. Un système d'enseignement obligatoire a été proposé pendant la période de Boluan Fanzheng, et avec le soutien de Deng et d'autres, l'enseignement obligatoire a été inscrit dans la « Constitution de 1982 » ; l'enseignement obligatoire de neuf ans en Chine a finalement été établi en 1986 en vertu de la loi (« Loi sur l'enseignement obligatoire de neuf ans »)[64],[67]. En 1985, sous la recommandation de Zhao Ziyang, alors Premier ministre de la république populaire de Chine, l'Assemblée nationale populaire désigne le « 10 septembre » comme la Fête des professeurs[68].

Controverses[modifier | modifier le code]

La statue de Mao Zedong construite pendant la Révolution culturelle est encore visible aujourd'hui en Chine continentale. L'image montre une telle statue dans la province du Yunnan, où des dizaines de milliers de personnes sont mortes lors des massacres de la révolution culturelle[69],[70].

Il y a également eu quelques controverses durant la période de Boluan Fanzheng. Pour des exemples, opinions et évaluations divergentes de Mao Zedong[71],[72], l'inclusion des « Quatre Principes Fondamentaux » dans la Constitution chinoise afin de maintenir l'État à parti unique en Chine[72],[73],[74],[75], ainsi que les controverses juridiques selon lesquelles de nombreux dirigeants et auteurs des massacres de la Révolution culturelle n'ont reçu que peu ou pas de sanctions[76].

Le Parti communiste n'a pas entièrement déclassifié les documents liés à la révolution culturelle et restreint les études universitaires et le débat public sur la révolution dans la société chinoise[77],[78],[79],[80],[81],[82].

De plus, après que Xi Jinping a réussi à devenir secrétaire général du Parti communiste chinois en 2012, certaines des réformes effectuées pendant la période de Boluan Fanzheng ont été progressivement inversées, suscitant les inquiétudes d'une nouvelle révolution culturelle[83],[84],[85],[86].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Mathieu Duchâtel et Joris Zylberman, Les nouveaux communistes chinois, Armand Colin, , 256 p. (ISBN 978-2-200-28438-1, lire en ligne).
  2. a b c d et e (zh) « 回首1978——历史在这里转折 », sur cpc.people.com.cn,‎ (consulté le 29 avril 2020).
  3. a b c d e et f (zh) Baoxiang Shen, « 《亲历拨乱反正》:拨乱反正的日日夜夜 », sur hybsl.cn (consulté le 29 avril 2020).
  4. a b et c (en) Carol Lee Hamrin et Suisheng Zhao, Decision-making in Deng's China : Perspectives from Insiders, M.E. Sharpe, , 255 p. (ISBN 978-0-7656-3694-2, lire en ligne)
  5. a et b « 1980年:拨乱反正全面展开改革开放正式起步 », sur China Central Television (CCTV),‎ (consulté le 29 avril 2020).
  6. (en) Xiaoxuan Wang, Maoism and grassroots religion : the communist revolution and the reinvention of religious life in China, New York (N.Y.), Oxford University Press, , 220 p. (ISBN 978-0-19-006938-4, lire en ligne).
  7. a et b (en) Jia Gao et Yuanyuan Su, Social Mobilisation in Post-Industrial China : The Case of Rural Urbanisation, Edward Elgar Publishing, , 264 p. (ISBN 978-1-78643-259-9, lire en ligne).
  8. a et b (en) « Hu Yaobang: an icon of China's reform – and of how little has changed », sur South China Morning Post, (consulté le 29 avril 2020).
  9. a et b (zh) « 邓小平是真理标准问题大讨论的发动者与领导者 », sur cpc.people.com.cn (consulté le 29 avril 2020).
  10. Yen-Lin Chung, « The Ousting of General Secretary Hu Yaobang: The Roles Played by Peng Zhen and Other Party Elders », China Review, vol. 19, no 1,‎ , p. 89–122 (ISSN 1680-2012, JSTOR 26603251).
  11. (en-US) Matt Schiavenza, « China's Forgotten Liberal Hero », sur The Atlantic, (consulté le 29 avril 2020).
  12. « Third Plenary Session of 11th Central Committee of CPC held in 1978 », sur www.chinadaily.com.cn (consulté le 25 mai 2020).
  13. a et b « 50 flashbacks signal reform (I) », sur china.org.cn (consulté le 29 avril 2020).
  14. a et b (zh) « 学习时报:最根本的拨乱反正是否定以阶级斗争为纲 », sur opinion.people.com.cn (consulté le 29 avril 2020).
  15. a et b (zh) Guangren Yu, « 邓小平的求实与反思精神 », sur yhcqw.com (consulté le 29 avril 2020).
  16. a et b Ezra F. Vogel, « Deng Xiaoping and the Transformation of China » [PDF], sur Harvard University.
  17. Mathieu Duchâtel et Joris Zylberman, Les nouveaux communistes chinois, Armand Colin, , 256 p. (ISBN 978-2-200-28438-1, lire en ligne).
  18. (en-GB) John Gittings, « Obituary: Hua Guofeng », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 29 avril 2020).
  19. « Notes », sur en.people.cn (consulté le 29 avril 2020).
  20. Michael Schoenhals, « The 1978 Truth Criterion Controversy », The China Quarterly, no 126,‎ , p. 243–268 (ISSN 0305-7410, DOI 10.1017/S0305741000005191, JSTOR 654516).
  21. (en) « An article influences Chinese history », sur china.org.cn (consulté le 29 avril 2020).
  22. (en) « Practice Is the Sole Criterion of Truth », Chinese Studies in Philosophy, vol. 25, no 2,‎ , p. 31–42 (DOI 10.2753/CSP1097-1467250231).
  23. (en) Dan Kopf, Tripti Lahiri, « The charts that show how Deng Xiaoping unleashed China's pent-up capitalist energy in 1978 », sur Quartz (consulté le 29 avril 2020).
  24. (en) Abraham Denmark, « Analysis | 40 years ago, Deng Xiaoping changed China — and the world », sur Washington Post (consulté le 30 avril 2020).
  25. (zh) « La Théorie de Deng Xiaoping », sur french.china.org.cn (consulté le 3 juin 2020).
  26. « Emancipate the mind, seek truth from facts and unite as one in looking to the future », sur cpcchina.chinadaily.com.cn (consulté le 30 avril 2020).
  27. (zh) « 解放思想,实事求是,团结一致向前看--邓小平纪念网--人民网 », sur cpc.people.com.cn (consulté le 29 avril 2020).
  28. (zh) « 邓小平推动冤假错案的平反--党史频道-人民网 », sur dangshi.people.com.cn (consulté le 30 avril 2020)
  29. Andres D. Onate, « Hua Kuo-feng and the Arrest of the "Gang of Four" », The China Quarterly, no 75,‎ , p. 540–565 (ISSN 0305-7410, DOI 10.1017/S0305741000042557, JSTOR 652983).
  30. « Gang of Four Trial », sur law2.umkc.edu (consulté le 27 mai 2020).
  31. « 最高人民法院特别法庭关于审判林彪、江青反革命集团案主犯的情况报告_中国人大网 », sur npc.gov.cn (consulté le 27 mai 2020).
  32. « 新中国档案:《关于建国以来党的若干历史问题的决议》 », sur gov.cn (consulté le 26 mars 2020).
  33. (zh) « 邓小平推动冤假错案的平反--党史频道-人民网 », sur dangshi.people.com.cn (consulté le 30 avril 2020).
  34. (en) Kerry Brown, Berkshire Dictionary of Chinese Biography Volume 4, Berkshire Publishing Group, (ISBN 978-1-61472-900-6, lire en ligne).
  35. (en) Zhongmei Yang, Hu Yao-Bang : A Chinese Biography, Routledge, , 256 p. (ISBN 978-1-315-49339-8, lire en ligne).
  36. (zh) « 1989年6月1日 吴林泉、彭飞:胡耀邦同志领导平反"六十一人案"追记-胡耀邦史料信息网 », sur www.hybsl.cn (consulté le 29 avril 2020).
  37. Carlos W. H. Lo, « Deng Xiaoping's Ideas on Law: China on the Threshold of a Legal Order », Asian Survey, vol. 32, no 7,‎ , p. 649–665 (ISSN 0004-4687, DOI 10.2307/2644947, JSTOR 2644947)
  38. Shao-Chuan Leng, « The Role of Law in the People's Republic of China as Reflecting Mao Tse-Tung's Influence », Journal of Criminal Law and Criminology, vol. 68, no 3,‎ , p. 356–373 (DOI 10.2307/1142585, JSTOR 1142585, lire en ligne).
  39. (en) John King Fairbank, The Cambridge History of China, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-21447-6, lire en ligne).
  40. « Chine, Constitution de 1975, Digithèque MJP », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le 3 juin 2020).
  41. « 共和国辞典42期:七五宪法_腾讯新闻_腾讯网 », sur news.qq.com (consulté le 29 avril 2020).
  42. Ping Jin, « "八二宪法"的宪政因素——几部宪草宪法的比较研究 », sur Chinese University of Hong Kong (consulté le 29 avril 2020).
  43. « Chine, Constitution de 1978, Digithèque MJP », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le 3 juin 2020).
  44. Li Bin, Robert Guillaumond et Lu Jian Ping, Droit chinois des affaires, Primento, , 390 p. (ISBN 978-2-8044-5743-3, lire en ligne).
  45. a b et c Xiaoping Deng, « On the reform of the system of party and state leadership », sur en.people.cn (consulté le 29 avril 2020).
  46. « 1. Rereading Deng Xiaoping's "On the Reform of the System of Party and State Leadership" », Chinese Law & Government, vol. 20, no 1,‎ , p. 15–20 (ISSN 0009-4609, DOI 10.2753/CLG0009-4609200115).
  47. « République populaire Chine, Constitution chinoise, 1982, MJP », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le 3 juin 2020).
  48. George Finch, « Modern Chinese Constitutionalism: Reflections of Economic Change », Willamette Journal of International Law and Dispute Resolution, vol. 15, no 1,‎ , p. 75–110 (ISSN 1521-0235, JSTOR 26211714).
  49. Jiang Shigong, « Chinese-Style Constitutionalism: On Backer's Chinese Party-State Constitutionalism », Modern China, vol. 40, no 2,‎ , p. 133–167 (ISSN 0097-7004, DOI 10.1177/0097700413511313, JSTOR 24575589).
  50. (zh) « 把"中国共产党领导是中国特色社会主义最本质的特征"写入宪法的重大意义--理论-人民网 », sur theory.people.com.cn (consulté le 30 avril 2020).
  51. (en-US) Jeffrey A. Bader, « 7 things you need to know about lifting term limits for Xi Jinping », sur Brookings, (consulté le 30 avril 2020).
  52. (zh) « 两弹一星"元勋姚桐斌的一生 », sur cpc.people.com.cn (consulté le 30 avril 2020).
  53. (en) Yu Jihui, The Stinking Old Ninth : A Tale of The Coal Capital, Independently Published, , 488 p. (ISBN 978-1-0721-7605-3, lire en ligne).
  54. Chinese Politics: Fall of Hua Kuo-Feng (1980) to the Twelfth Party Congress (1982), University of South Carolina Press, (ISBN 978-1570030635, lire en ligne[archive du ]).
  55. (zh) Pu Cao, « 文革中的中科院:131位科学家被打倒,229人遭迫害致死 », sur Chinese University of Hong Kong (consulté le 23 février 2020).
  56. (zh) « 文革对中国核基地的损害:4000人被审查 40人自尽 », sur news.ifeng.com (consulté le 23 février 2020).
  57. (zh) « 邓小平与科技界的拨乱反正--中国共产党新闻--中国共产党新闻网 », sur cpc.people.com.cn (consulté le 30 avril 2020).
  58. a et b « Du « printemps des sciences » à l’« âge d’or de l’innovation » », sur french.china.org.cn (consulté le 4 juin 2020).
  59. Xiaoping Deng, « 1978年3月18日邓小平在全国科学大会开幕式上的讲话--科技--人民网 », sur scitech.people.com.cn (consulté le 30 avril 2020).
  60. a et b « 邓小平: 尊重知识,尊重人才 », sur cpc.people.com.cn (consulté le 30 avril 2020).
  61. « "Science and technology are primary productive forces" in 1988 », sur chinadaily.com.cn (consulté le 30 avril 2020).
  62. (en) Perry Link, The Uses of Literature : Life in the Socialist Chinese Literary System, Princeton University Press, , 387 p. (ISBN 978-0-691-00198-2, lire en ligne).
  63. Xing Lu, Rhetoric of the Chinese Cultural Revolution : The Impact on Chinese Thought, Culture, and Communication, University of South Carolina Press, , 250 p. (ISBN 978-1-57003-543-2, lire en ligne[archive du ]), p. 195.
  64. a et b Liqing Tao, Margaret Berci et Wayne He, « Historical Background: Expansion of Public Education - New York Times », sur archive.nytimes.com (consulté le 30 avril 2020).
  65. a et b Wei Song, « China's education reforms and strive for innovation - Opinion », sur chinadaily.com.cn (consulté le 30 avril 2020).
  66. « China - Education policy », sur countrystudies.us (consulté le 30 avril 2020).
  67. (zh) « 中华人民共和国义务教育法(主席令第五十二号) », sur www.gov.cn (consulté le 30 avril 2020).
  68. (zh) Ziyang Zhao, « 国务院关于提请审议建立“教师节”的议案_中国人大网 », sur npc.gov.cn (consulté le 24 juin 2020).
  69. (en) « Chronology of Mass Killings during the Chinese Cultural Revolution (1966-1976) | Sciences Po Mass Violence and Resistance - Research Network », sur sciencespo.fr (consulté le 4 juin 2020).
  70. Andrew G. Walder et Yang Su, « The Cultural Revolution in the Countryside: Scope, Timing and Human Impact », The China Quarterly, no 173,‎ , p. 74–99 (ISSN 0305-7410, lire en ligne, consulté le 4 juin 2020).
  71. (zh) Yongyi Song, 文化大革命:历史的真相和集体记忆 : ---文革40周年论文集, 典籍出版社 (lire en ligne).
  72. a et b Yushi Mao, « 邓小平的贡献和局限性 », sur unirule.cloud (consulté le 30 avril 2020).
  73. « Uphold the Four Basic Principles », sur Columbia University, .
  74. Ming Xia, « The Communist Party of China and the "Party-State" - New York Times », sur archive.nytimes.com (consulté le 30 avril 2020).
  75. (zh) Ping Jin, « 八二宪法"的宪政因素——几部宪草宪法的比较研究 », sur ww2.usc.cuhk.edu.hk (consulté le 30 avril 2020).
  76. « 道县“文革”杀人遗留问题处理经过 », sur yhcqw.com (consulté le 25 mai 2020).
  77. « "文革"时期档案解密--文化--人民网 », sur culture.people.com.cn (consulté le 30 avril 2020).
  78. (en-US) Xiao Han, « Opinion | Confessions of the Cultural Revolution », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020).
  79. (en) Sophie Beach, « Reflecting on the Cultural Revolution, 50 Years Later », sur China Digital Times (consulté le 30 avril 2020).
  80. (zh-CN) « 中南海更应反思"文革"和毛泽东的罪恶 », sur Die Deutsche Welle (consulté le 30 avril 2020).
  81. (zh) Gang Qian, « "文革":彻底否定与刻意遗忘 », The New York Times,‎ (consulté le 30 avril 2020).
  82. (zh-CN) « 点评中国:中国人需要认真反思文革 », sur BBC News,‎ (consulté le 30 avril 2020).
  83. (zh) Zhenkuai Hong, « "新文革"使中国人不安 », The New York Times,‎ (consulté le 30 avril 2020).
  84. « Xi Jinping's brand new Cultural Revolution », sur taipeitimes.com, (consulté le 30 avril 2020).
  85. (en) Simon Denyer, « With a dash of Putin and an echo of Mao, China's Xi sets himself up to rule for life », sur The Washington Post (consulté le 30 avril 2020).
  86. (en-US) Yi-Zheng Lian, « Opinion | Could There Be Another Chinese Revolution? », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020).