Course aux armements

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une course aux armements a lieu lorsque plusieurs États rivalisent entre eux pour créer les forces armées les plus puissantes et les armements les plus performants. Par extension, le terme de « course aux armements » désigne toute circonstance où deux groupes (deux espèces vivantes, deux systèmes, etc.) opposés se dotent successivement de mesures et de contre-mesures, l'un ripostant à l'autre.

La course à l'armement présente la caractéristique d'un système concurrentiel fort, où les différents agents (pouvant être des ethnies, des groupes d'individus ou des nations) cherchent à acquérir des systèmes défensifs ou offensifs.

Arme nucléaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Course aux armements nucléaires.

Durant la Guerre froide, la course aux armements fut une caractéristique récurrente des tensions entre États-Unis et URSS, chacun cherchant à posséder la supériorité technologique sur son rival. Il est communément admis que cette compétition fut un facteur majeur de l'épuisement économique du régime communiste, conduisant à son délitement en 1991.

Les dépenses militaires entre 1905 et 1913[modifier | modifier le code]

Les dépenses militaires, selon un article de l'homme politique allemand Matthias Erzberger écrit en 1914, sont répertoriées par armée de terre et marine de guerre pour une meilleure classification du budget de la défense des principaux États à la veille de la Première Guerre mondiale, les données sur la population concerne les métropoles, les colonies étant exclus; Compte tenu du contexte, il faut prendre les chiffres suivant avec prudence.

Les dépenses d'armement des grandes puissances 1905-1913[1].
Année Population Armée Marine Population Armée Marine
Total Total Par habitant Total Par habitant Total Total Par habitant Total Par habitant
En millions En millions de Goldmark En Goldmark En millions de Goldmark En Goldmark En millions En millions de Goldmark En Goldmark En millions de Goldmark En Goldmark
Empire allemand Autriche-Hongrie
1905 60,6 697 11,5 231 3,8 47,4 419 8,8 97 2
1910 64,9 831 12,8 426 6,6 51,5 407 7,9 57 1,1
1913 67,5 1 009 14,9 467 6,9 52,7 496 9,4 155 3
France Empire britannique
1905 39,2 603 15,3 254 6,5 43 581 13,5 676 15,7
1910 39,5 698 17,7 301 7,6 45 560 12,4 825 18,3
1913 39,7 766 19,3 412 10,4 46 576 12,5 945 20,5
Année Population Armée Marine Population Armée Marine
Total Total Par habitant Total Par habitant Total Total Par habitant Total Par habitant
En millions En millions de Goldmark En de Goldmark En millions de Goldmark En Goldmark En millions En millions de Goldmark En Goldmark En millions de Goldmark En Goldmark
Empire du Japon Royaume d'Italie
1905 47,9 23 0,5 49 1 33,3 237 7,1 106 3,2
1910 52,4 180 3,4 158 3 34,5 381 11,1 192 5,6
1913 54,3 207 3,8 203 3,7 35,1 332 9,5 205 5,9
Empire russe États-Unis d'Amérique
1905 143 817 5,7 252 1,8 83,2 506 6,1 467 5,6
1910 151,5 1 046 6,9 244 1,6 92,0 673 7,3 504 5,5
1913 157,8 1 254 8 498 3,2 96,8 422 4,4 595 6,1

Course aux armements en biologie[modifier | modifier le code]

En biologie de l'évolution, on utilise l'analogie de la course aux armements pour qualifier une situation de coévolution adaptative entre deux espèces dans laquelle les stratégies évolutives de l'une répondent aux stratégies de l'autre, et réciproquement. Cette coévolution peut aussi devenir antagoniste lorsque les deux organismes résistent l'un à l'autre. D'après Thierry Lodé qui parle alors de « tir à la corde », la coévolution antagoniste résulte aussi du conflit sexuel[2] et caractérise aussi les interactions entre les sexes.

Les exemples les plus connus de telles courses aux armements concernent les systèmes hôte-parasite ou proie-prédateur. Ainsi, les tritons de Californie sécrètent un poison (tétrodotoxine) qui les protègent de leurs prédateurs. Parmi ceux-ci, les couleuvres rayées ont développé une résistance à cette toxine qui leur permet de contrecarrer ce mécanisme de défense[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Matthias Erzberger, « Die Rüstungsausgaben des Deutschen Reichs », "Finanzwirtschaftliche Zeitfragen", Stuttgart, vol. H. 14,‎ 1914, S. 15 f
  2. Thierry Lodé, La guerre des sexes chez les animaux, Éditions Odile Jacob, 2006 (ISBN 2-7381-1901-8)
  3. (en) P. Brodie E. D., « Predator-Prey Arms Races ? Asymmetrical selection on predators and prey may be reduced when prey are dangerous », BioScience 49 (7), 557-568, 1999 [PDF]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Richard J. Barnet, Der amerikanische Rüstungswahn, Rowohlt, Reinbek 1984 (ISBN 3-4991-1450-X)
  • (de) Jürgen Bruhn: Der Kalte Krieg oder: Die Totrüstung der Sowjetunion. Focus, Gießen 1995 (ISBN 3-8834-9434-8)
Course aux armements biologique
  • (en) Richard Dawkins et John Richard Krebs, Arms Races between and within Species, dans Proceedings of the Royal Society of London, B 205:489–511 (1979)

Articles connexes[modifier | modifier le code]