Conférence internationale des partis et organisations marxistes-léninistes (Unité et lutte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Conférence Internationale des Partis et Organisations Marxistes-Léninistes
Présentation
Fondation
Positionnement Extrême gauche
Idéologie Communisme
Marxisme-léninisme
Hoxhaïsme
Stalinisme
Anti-révisionnisme
Site web www.cipoml.netVoir et modifier les données sur Wikidata

La Conférence internationale des partis et organisations marxistes-léninistes (en anglais, International Conference of Marxist-Leninist Parties and Organizations, ICMLPO)[1] est un petit courant politique stalinien se réclamant d'une lecture « anti-révisionniste » du marxisme-léninisme et réunissant des groupes politiques de divers pays. Cette tendance s'est longtemps réclamée du régime de la République populaire socialiste d'Albanie dirigé par Enver Hoxha, ce qui lui a valu d'être qualifiée de courant pro-albanais ou de courant « hoxhaïste ». La Conférence publie le périodique Unité et lutte (titre anglais : Unity & struggle).

Le courant pro-albanais se détache du maoïsme à partir de 1977 lorsque survient la rupture entre l'Albanie d'Enver Hoxha et la République populaire de Chine, après que la Chine eut renoncé, à la suite de la mort de Mao, à la stricte orthodoxie maoïste. Des groupes politiques pro-albanais, se réclamant du Parti du travail d'Albanie, apparaissent alors un peu partout dans le monde.

Au niveau international, les partis pro-albanais se sont réunis au sein de la Conférence internationale des partis et organisations marxistes-léninistes (ICMLPO). Lors de la rupture entre la République populaire de Chine et la République populaire socialiste d'Albanie, la Conférence s'est divisée entre partisans du maoïsme et stricts partisans de l'idéologie d'Enver Hoxha[2].

Groupes affiliés à la Conférence internationale[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Uwe Backes, Patrick Moreau, Communist and post-communist parties in Europe, Vandenhoeck & Ruprecht, 2008, page 28
  2. Timothy Cheek, A Critical Introduction to Mao, Cambridge University Press, 2010, p. 299