Parapluie nucléaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parapluie (homonymie).
image illustrant le domaine militaire image illustrant le nucléaire
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire et le nucléaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Un parapluie nucléaire désigne une garantie faite par un État disposant de l'arme nucléaire de défendre un autre État non-nucléaire allié. Il est généralement employé afin de faire référence aux alliances des États-Unis signées avec le Japon[1],[2], la Corée du Sud et l'OTAN ainsi que l'Australie pendant la guerre froide contre l'URSS. Par ailleurs, les pays du Pacte de Varsovie se retrouvaient de facto sous le parapluie nucléaire soviétique.

Pour certains pays, ce concept permet d'être une alternative au développement d'armes nucléaires et permet la constitution de zones exemptes d'armes nucléaires.

Emploi du terme[modifier | modifier le code]

Le terme est également utilisé pour décrire l'alliance militaire américano-israélienne et celle passée avec les monarchies du Golfe.

Après le déclenchement de la guerre sino-indienne en 1962, l'Inde se serait retrouvée sous le parapluie nucléaire américain[3].

10 silo à missiles intercepteurs américains devaient être implantés en Pologne après la signature d'un accord sur un bouclier anti-missile entre les deux États en 2009 mais ce projet est finalement annulé après une montée de tensions avec la Russie[4]. Le système de défense antimissile de l'OTAN prévoit, entre autres, que des intercepteurs RIM-161 Standard Missile 3 basé en mer puis à terre protègent les membres européens de l’OTAN.

Dans le même temps le parapluie nucléaire américain dans l'OTAN reste concrétisé encore aujourd'hui malgré la fin de la guerre froide avec, en 2010, entre 150 et 200 armes nucléaires tactiques B61 en Allemagne, Belgique, Italie, Pays-Bas et Turquie pouvant être utilisé sous Double clé par les forces des pays les accueillant contre plus de 7 000 armes nucléaires américaines de toute nature en Europe à la fin des années 1960[5].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Japan Under the US Nuclear Umbrella, Hans M. Kristensen, 21 juillet 1999
  2. (fr) Obama offre son parapluie nucléaire au Japon, Libération, 14 février 2013
  3. (en) Building an Arsenal: The Evolution of Regional Power Force Structures, Amit Gupta
  4. (en) Russia angry over US missile shield, Al Jazeera, 15 août 2008
  5. (en)Robert S. Norris, Hans M. Kristensen, « US tactical nuclear weapons in Europe, 2011 », sur Bulletin of the Atomic Scientists, (consulté le 27 février 2013)