Octobre polonais de 1956

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant la Pologne
Cet article est une ébauche concernant la Pologne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Władysław Gomułka s'adresse à milliers de personnes à Varsovie le 24 octobre 1956. Il est alors au sommet de sa popularité. Il appelle à la fin des manifestations et au retour au travail. « Uni avec la classe ouvrière et la nation », il conclut « le Parti mènera la Pologne vers une nouvelle voie du socialisme ». La popularité de Gomułka est à ce moment-là probablement équivalente à celles de Józef Piłsudski dans les années 1920 ou de Lech Wałęsa en 1980, mais la désillusion va bientôt suivre.

L'Octobre polonais est le nom donné à la courte période de dégel qui suivit la nomination de Gomulka à la tête de la République populaire de Pologne en octobre 1956.

Déroulement[modifier | modifier le code]

À la suite de la mort de Staline en mars 1953 et aux transformations qui ont suivi en Union Soviétique, une révolte ouvrière éclata en juin 1956 dans la ville de Poznań – brutalement réprimée par le régime communiste[1] . Néanmoins tous ces événements aboutissent à des conflits au sein du parti au pouvoir, le POUP, et une nouvelle équipe dirigée par Władysław Gomułka arrive au pouvoir. Le comité central, sans consulter les Soviétiques, nomma Gomułka au poste de premier secrétaire le 21 octobre et le 24, ce dernier fit un discours à Varsovie devant une foule immense où il fit la critique du stalinisme et promit des réformes démocratiques. À la suite de ces transformations, le commandant soviétique des forces armées polonaises, le maréchal Constantin Rokossovski et des officiers soviétiques, conseillers de l'armée, quittèrent le pays. La menace d'une intervention militaire soviétique fut réelle mais finalement évitée (le corps de la sécurité intérieure – indépendant du Pacte de Varsovie - fut mis en alerte pour contrer l’Armée Rouge qui faisait alors des « exercices » sur la frontière polonaise).

La révolution hongroise de 1956 a été d’ailleurs lancée lors d’une manifestation en soutien aux Polonais à Budapest.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Ces transformations politiques ont ouvert une courte période de dégel en Pologne assez rapidement reprise en main par les communistes avec des méthodes plus traditionnelles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Johanna Granville, « To Invade or Not to Invade? A New Look at Gomulka, Nagy, and Soviet Foreign Policy in 1956 », Canadian Slavonic Papers, vol. 43, no 4,‎ , p. 437-473 (DOI 10.1080/00085006.2001.11092289, lire en ligne).