Jean-Marc Furlan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Marc Furlan
Image illustrative de l’article Jean-Marc Furlan
Jean-Marc Furlan en 2018.
Situation actuelle
Équipe AJ Auxerre (entraîneur)
Biographie
Nationalité Français
Naissance (64 ans)
Sainte-Foy-la-Grande (France)
Taille 1,87 m (6 2)
Période pro. 1976 - 1993
Poste Défenseur central puis entraîneur
Pied fort Gauche
Parcours junior
Années Club
1964-1973 Vélines
1973-1976 Girondins de Bordeaux
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1976-1978 Girondins de Bordeaux057 0(0)
1978-1979 Montpellier PSC028 0(0)
1979-1980 Stade lavallois026 0(0)
1980-1982 Olympique lyonnais082 0(1)
1982-1985 Tours FC 123 0(3)
1985-1986 SEC Bastia036 0(3)
1986-1987 Montpellier PSC004 0(0)
1987-1988 RC Arras
1988-1989 RC Lens019 0(0)
1989-1992 AS Saint-Seurin090 0(4)
1992-1993 AS Libourne010 0(0)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1997-1998 AS Libourne16v 13n 15d
1998-2004 FC Libourne-Saint-Seurin83v 77n 59d
2004-2007 ES Troyes AC37v 28n 45d
2007-2009 RC Strasbourg28v 19n 33d
2009-2010 FC Nantes2v 1n 6d
2010-2015 ES Troyes AC90v 51n 87d
2016-2019 Stade brestois63v 30n 33d
2019- AJ Auxerre47v 35n 28d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 13 octobre 2021

Jean-Marc Furlan, né le à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde, France), est entraîneur de football (de l'AJ Auxerre) avec un style de jeu très offensif. Il fut aussi joueur de football professionnel (420 matchs) au poste de défenseur central de 1975 à 1993.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entraîneur et formateur amateur (à ses débuts)[modifier | modifier le code]

Il débute à Saint-Seurin-sur-l'Isle (CFA 2) comme entraîneur adjoint au côté d'André Menaut, qu'il considère comme son mentor[1].

Sous ses ordres le club monte en National et se restructure au sein de Libourne/Saint-Seurin. Le club devient un habitué des performances retentissantes en Coupe de France en atteignant quatre saisons d'affilée les 32es de finale de la Coupe de France et réussit de sacrés coups d'éclat en éliminant notamment (les champions de France de Ligue 1) l'Olympique lyonnais (2003) de Grégory Coupet, Patrick Muller, Sidney Govou et consorts.

De nombreux jeunes sortent de cette épopée dont Chalmé (Bordeaux) et plus tard Valbuena (Marseille).

Entraîneur et formateur professionnel[modifier | modifier le code]

Troyes (Ligue 2) l'engage en 2004 et il accède dès la première saison en Ligue 1 et est nommé "Meilleur Entraîneur de Ligue 2". Sa plus belle fierté est d'avoir fait éclore des jeunes dont Damien Perquis, Bafétimbi Gomis et Blaise Matuidi.

Il entraîne ensuite le RC Strasbourg (de 2007 à 2009) et échoue de justesse à remonter en Ligue 1: le Racing termine au pied du podium derrière Montpellier (2e) et Boulogne-sur-Mer (3e), la faute à une défaite dans l'Héraut lors de l'ultime journée de championnat.

Il entraine ensuite le Football Club de Nantes (Ligue 1) en 2009-10 qui lui permet de figurer parmi les 17 entraineurs utilisés par les Canaris sous l'ere Kita.

En 2010-11, il retourne à Troyes (Ligue 2) et monte en Ligue 1 (2011-12) avec le 12e budget de Ligue 2. Il redescend en Ligue 2 (plus petit budget de Ligue 1) la saison suivante tout en atteignant la demi-finale de la Coupe de France.

Lors de ces deux saisons, il a la satisfaction de voir des joueurs qu'il a formés partir vers de grands clubs : Sidibé (Lille), Obbadi (Monaco) et N'sakala (Anderlecht). Malgré ces départs (sept titulaires) à l'intersaison, il reconstruit un groupe pour la Ligue 2 qu'il qualifie en demi-finale de la Coupe de la Ligue (2013-14).

En 2014-15, Troyes remporte son premier titre en étant sacré champion de France de Ligue 2[2] et il devient le premier entraîneur à recevoir un deuxième titre de « Meilleur entraîneur de Ligue 2 » lors des Trophées UNFP.

L'intersaison est très agitée (2015-16); face au manque de garanties financières, la DNCG refuse dans un premier temps l'accession en Ligue 1 pour ensuite la valider tout en bloquant les transferts de joueurs. C'est dans ce contexte difficile que le , Jean-Marc Furlan démissionne pour s'engager (le , pour trois saisons) au Stade brestois (Ligue 2).

Lors de cette 1ère saison, il officie son 1200ème match officiel (joueur et entraineur) et gagne le titre symbolique de Champion d'automne.

La 3ème saison, en , Brest monte en Ligue 1 et il devient, ainsi, l'unique entraineur à avoir fait monter 4 fois un club en Ligue 1.

Il s'engage à l'AJ Auxerre alors 15ème de Ligue 2 en 2018-19. " Il me faut du temps pour ancrer mes principes de jeu et recréer une entité auxerroise " déclare-t-il à Onze Mondial. Malgrè l'arret du championnat en cours de saison à cause de la Covid 19, l'effet " Furlan" se matérialise déja par une 10ième place au championnat en 2019-20, une 6ième place en 2020-21 puis une 3ième place en 2021-22.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Furlan; entraineur de Stade Brestois.jpg

Formé aux Girondins de Bordeaux, où il remporte la Coupe Gambardella (1976), il connaît une longue et belle carrière de joueur à Bordeaux, Montpellier, Laval, Lyon, Tours (Champion de France de L2), Bastia, Montpellier (Champion de France de L2), Lens[3] et Saint-Seurin-sur-l'Isle (L2) en 1993 (où se termine sa carrière de joueur).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Distinctions et records[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Statistiques d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Mis à jour le .

Club Début Fin Résultats
M V N D Bp Bc Diff V. %
AS Libourne puis
FC Libourne-Saint-Seurin
1er juillet 1997 30 juin 2004 263 99 90 74 37,6
ESTAC Troyes 1er juillet 2004 30 juin 2007 123 39 34 50 31,7
RC Strasbourg 1er juillet 2007 30 juin 2009 82 28 20 34 34,1
FC Nantes 3 décembre 2009 20 février 2010 9 2 1 6 22,2
ESTAC Troyes 23 juin 2010 3 décembre 2015 228 90 51 87 39,5
Stade brestois 29 1er juillet 2016 30 juin 2019 128 63 35 30 49,2
AJ Auxerre 1er juillet 2019 en cours 31 9 11 11 36 32 +4 29,0
Total 597 231 165 201 730 673 +57 38,7

Vie privée[modifier | modifier le code]

Sa famille a immigré en France au moment du fascisme en Italie. Comme beaucoup d'italiens, ils s'installent dans le Sud-Ouest de la France en Dordogne (à la limite de la Gironde, à Saint Antoine de Breuilh). Dans une interview pour Le Monde il déclare que "dans [sa] famille les hommes sont soit maçons, soit curés"; sa tante est nonne, son oncle est curé et le reste de sa famille est maçon.

Avec Patrick Battiston ils se font remettre symboliquement les clés de la ville de Cinto Caomaggiore (commune au Nord de Venise) par le maire en 2005. Ville dont leurs familles sont originaires.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean-Marc Furlan rend hommage à André Menaut », sur Site officiel de l'AJ Auxerre, (consulté le )
  2. « Troyes (2-1 à Nîmes) est sacré champion de Ligue 2, une première pour le club! », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  3. « Fiche du joueur », sur sitercl.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :