Jacky Bonnevay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnevay.

Jacky Bonnevay
image illustrative de l’article Jacky Bonnevay
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (57 ans)
Lieu Le Coteau
Poste Libéro
Parcours junior
Saisons Club
1973-1976 Drapeau : France Roanne
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1976-1985 Drapeau : France FC Sochaux 146 (1)
1985-1987 Drapeau : France Olympique de Marseille 62 (3)
1987-1988 Drapeau : France Le Havre AC 24 (1)
1988-1991 Drapeau : France OGC Nice 89 (0)
1991-1993 Drapeau : France Red Star 30 (1)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1999-2002 Drapeau : France AS Beauvais
2002 Drapeau : France ES Troyes AC
2003-2004 Drapeau : France SCO Angers
2004-2005 Drapeau : Maroc Wydad de Casablanca
2005-2006 Drapeau : Émirats arabes unis Émirats arabes unis -20
2007-2008 Drapeau : France Chamois niortais
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Jacques "Jacky" Bonnevay, né le au Coteau (Loire), est un joueur et entraîneur de football. Il est actuellement l'assistant de Claude Puel dans le club anglais de Leicester City[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Formé dans le club de Roanne, Jacky Bonnevay réalise une longue carrière de joueur professionnel en championnat de France, en passant par le FC Sochaux (1976-1985), l'Olympique de Marseille (1985-1987), Le Havre AC (1987-1988), l'OGC Nice (1988-1991) et le Red Star (1991-1993)[2]. En 1986, il est finaliste malheureux de la Coupe de France avec le club marseillais, comme capitaine, face aux Girondins de Bordeaux (1-2 ap). Il dispute au total 321 matchs en première division[3].

Entraineur/Staff technicien[modifier | modifier le code]

En 1993 il intègre l'équipe technique de l'AS Beauvais Oise, et l'année suivante, il devient l'entraîneur adjoint de László Bölöni à l'AS Nancy-Lorraine. En 1997, il prend en charge la direction du centre de formation du club, où il suit l'éclosion de plusieurs jeunes espoirs, comme Soufiane Koné[4],[2]. À partir de 1998, il fait ses premières piges comme consultant sur France Télévision.

En 1999, Bonnevay devient entraîneur principal, à l'AS Beauvais Oise. Relégué de Division 2 en National, il réussit le pari de faire remonter le club de l'Oise immédiatement, en s'adjugeant même le titre de champion de France de National en 1999-2000. Après une année de transition en deuxième division, achevée sur une prometteuse 11e place, Bonnevay passe tout près de faire monter son club en Ligue 1 en 2001-2002. Finalement, l'AS Beauvais rate l'exploit de peu mais l'entraîneur est remarqué et même élu par ses pairs « Meilleur entraîneur de l'année de Ligue 2 » lors des Trophées UNFP-Canal+[5].

En 2002, il quitte Beauvais pour l'ES Troyes AC, où il découvre la Ligue 1 comme entraîneur à la suite d'Alain Perrin. Le club est éliminé en demi-finale de la Coupe Intertoto face au club espagnol de Villarreal sur tapis vert, après une erreur administrative. Bonnevay est finalement licencié en décembre 2002, alors que son équipe, qui n'a remporté que trois matchs de championnat pendant la phase aller, est 19e au classement[6].

Jacky Bonnevay succède à Éric Guérit au SCO d'Angers, promu en Ligue 2 en 2003. Son contrat est rompu en janvier 2004 dans des circonstances conflictuelles, alors que son équipe vient de tomber parmi les relégables[7].

En 2004-2005, il tente une première expérience à l'étranger, au Wydad Athletic Club (WAC) de Casablanca au Maroc[8]. Son équipe s'incline en novembre en finale de la coupe nationale, la Coupe du Trône, aux tirs au but. Quelques jours après le quart de finale perdu face à l'Al Hilal Riyad en Ligue des champions arabes, il démissionne, arguant d'une incartade avec le joueur Makhete NDiaye[9].

En 2005-2006, il répond favorablement au poste de sélectionneur des - 20 ans des Émirats arabes unis avec lesquels il participe à la Coupe d'Asie en Inde.

En 2007-2008, il revient en France et prend en charge l'équipe des Chamois niortais en L2. Il est remercié en cours de saison malgré un bon parcours en Coupe de France et en Coupe de la Ligue.

En juillet 2009, il reprend son rôle de formateur en devenant directeur du centre de formation du FC Nantes et entraîneur de l'équipe réserve (CFA2). La deuxième saison, il devient observateur pour l'équipe première du club.

Son contrat achevé avec le club du Pays de la Loire, il poursuit sa carrière en Afrique en devenant l'assistant de Gernot Rohr avec la sélection nationale du Niger pendant deux saisons, et participe notamment à la CAN 2013 en Afrique du Sud.

Contacté par Vahid Halilhodžić pour l'assister à Trabzonspor (Turquie) pour la saison 2014-2015, Bonnevay y signe un contrat de deux ans, mais le départ volontaire de l'entraîneur, en conflit avec la direction, en novembre 2014 entraîne celui du reste de l'équipe technique. Il suit Halilhodžić en mars 2015 lorsque ce dernier est nommé sélectionneur du Japon[10]. Il est limogé par la fédération en même temps que l'entraîneur principal le 9 avril 2018 soit deux mois avant le mondial en Russie[11].

Jacques Bonnevay devient ensuite l'assistant de Claude Puel dès le 30 juin 2018 à Leicester City.

Parcours d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Leicester City Announce Restructure To Claude Puel's Coaching Staff », lcfc.com,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Jacques Bonnevay », sur soccerdatabase.eu (consulté le 20 mai 2015)
  3. Fiche de Jacky Bonnevay sur footballdatabase.eu
  4. Damien Lesur, « Le vivier lorrain au cœur de la forêt Nancy, plus petit budget de D1, mise sur son centre de formation pour le maintien. », Libération, (consulté le 20 mai 2015)
  5. Sandrine Lefèvre, « Jacky Bonnevay quitte Beauvais », Le Parisien, (consulté le 20 mai 2015)
  6. « SAISON 2002-2003 », estac.fr (consulté le 20 mai 2015)
  7. « Jacky Bonnevay demande des comptes au Sco », sur maville.com, (consulté le 20 mai 2015)
  8. Sandrine Lefèvre, « Nous avons retrouvé Jacky Bonnevay au Maroc », Le Parisien, (consulté le 20 mai 2015)
  9. « Wydad Casablanca : Bonnevay quitte son poste d'entraîneur », sur football365.fr, (consulté le 20 mai 2015)
  10. Rémy Lacombe, «Retrouver l'esprit samouraï», sur francefootball.fr, (consulté le 21 mai 2015)
  11. https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Vahid-halilhodzic-n-est-plus-le-selectionneur-du-japon-officiel/891232

Liens externes[modifier | modifier le code]