Clermont Foot 63

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Clermont Foot
Logo du Clermont Foot
Généralités
Nom complet Clermont Foot 63
Noms précédents Clermont Foot Auvergne 63
Fondation 1911
Statut professionnel 2002-
Couleurs Rouge et bleu
Stade Stade Gabriel-Montpied
(10 810 places)
Siège Stade Gabriel-Montpied
BP 30021 63018 Clermont-Ferrand Cedex
Championnat actuel Ligue 2
Président Drapeau : Suisse Ahmet Schaefer
Entraîneur Drapeau : France Pascal Gastien
Joueur le plus capé Drapeau : France Olivier Enjolras (303)
Meilleur buteur Drapeau : France Rémy Dugimont (51)
Site web clermontfoot.com
Palmarès principal
National[1] National (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Ligue 2 2019-2020
0

Le Clermont Foot 63 est un club de football français fondé en 1990 basé à Clermont-Ferrand dans le département du Puy-de-Dôme et l'ancienne région Auvergne. Il évolue actuellement en Ligue 2. Il est présidé par Ahmet Schaefer depuis le 13 mars 2019[2] et l'équipe professionnelle est entraînée depuis le par Pascal Gastien. Et dispute leurs match à domicile dans le stade Gabriel-Montpied.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'avant Clermont Foot[modifier | modifier le code]

Dates clés

Le football de haut niveau s'installe à Clermont-Ferrand en temps de guerre avec la promotion du club en première division pour la saison 1942-1943, où le club termine 13e sur 16 places. La saison suivante, avec la réforme du colonel Pascot, Clermont-Auvergne ne fait pas mieux, obtenant la 14e place. En 1944-1945, le club réalise un beau parcours en Coupe de France, atteignant les huitièmes de finale, après avoir éliminé Saint-Étienne, et termine à la 4e place du groupe Sud, mais en raison de la refonte du championnat lors de l'été 45, Clermont repart en deuxième division. Les coéquipiers de Pierre Bini réaliseront néanmoins l'exploit d'atteindre les demi-finales de la Coupe de France, en 1945-1946, après avoir sorti Bordeaux (4-1), mais seront éliminés par Lille (7-1). À la fin de la saison 1946-1947, le club fut contraint d'abandonner son statut pro pour des raisons financières.

Le football clermontois repart au plus bas de l'échelle, avant de s'extirper de l'échelon départemental en 1966 sous la houlette de Jules Sbroglia, Étoile d'Or 1959. Le Stade clermontois est sacré champion de DH en 1971 et accède à la troisième division. La fusion du Stade avec l'ASM, en 1984, aura pour conséquence la création du Clermont Football Club. Sous la houlette de Raymond Vernay, puis, dès 1987, de l'entraîneur-joueur Andrzej Szarmach, et la présence du légendaire Serge Chiesa, le CFC attire les foules au stade Marcel-Michelin et retrouve le professionnalisme lors de la saison 1988-1989 après plusieurs saisons en troisième division. Mais l'aventure en seconde division est éphémère : après une saison en deuxième division, en raison d'une mauvaise santé financière le club dépose à nouveau le bilan en 1990.

Genèse du club[modifier | modifier le code]

En 1990, Alain Dalan, ancien portier du club, décide avec Yves Quinty de fonder le Clermont Foot, qui deviendra rapidement le Clermont Foot Auvergne (CFA), à la faveur des subventions régionales. Le club repart en Division Honneur avec pour seul objectif de retrouver le monde professionnel pour s'y installer durablement. Contrat rempli pour le président. En treize ans, le Clermont Foot Auvergne passe de la Division Honneur à la Ligue 2 soit une belle ascension, parsemée d'exploits en Coupe de France.

Sous la houlette d'Alain Ollier, le club remporte la DH (6e division) en 1993 pour accéder au championnat de Nationale 3, équivalent au CFA 2 (5e division). Dès sa première saison au sein de cette division (saison 1993-1994), le club est promu en Nationale 2 (CFA), où le club restera pendant cinq ans. Inauguré en décembre 1995, le stade Gabriel-Montpied, devient le nouveau stade des clermontois.

L'épopée qui marqua l'histoire[modifier | modifier le code]

Localisation de Clermont-Ferrand
Localisation de Clermont-Ferrand

L'épopée incroyable en Coupe de France lors de la saison 1996/1997 constitue un grand tremplin pour le club. Son gardien Olivier Enjolras devient rapidement le symbole de la réussite de l'équipe. Lors du 7e tour, Clermont élimine douloureusement l'Etrat au terme d'une séance de tirs au but interminable (13 tab à 12), disputée dans un stade sans éclairage[réf. nécessaire]. Les hommes de Thierry Coutard élimineront par la suite deux clubs de deuxième division : Lorient (3-2) et Martigues (1-1, 5 tab à 3), et se qualifient ainsi en huitièmes de finale face au PSG de Raï : ce 1er mars 1997, le stade est complet et 20 000 personnes se rassemblent sur la place de Jaude pour célébrer la victoire.

À l'heure de jeu, la logique est respectée, le club francilien menant 4 à 1, seul Mickaël Bessaque ayant réussi à tromper Bernard Lama, sur penalty (51e). Puis la magie s'empare du match, lorsque Christophe Chastang réduit la marque (70e), suivi de Nicolas Le Bellec (82e) qui permet au CFA de revenir à un petit but de l'ogre parisien. Un vent de folie souffle sur le match, les amateurs poussent les parisiens dans leurs derniers retranchements, et Bruno N'Gotty (87e) finit par marquer contre son camp. À la fin du temps réglementaire, comme des prolongations, le score est de 4-4.

C'est aux tirs au but, après avoir remonté un écart de trois buts en une vingtaine de minutes, que le Clermont Foot, qui joue à 3 divisions inférieures que leurs adversaires, s'impose. Le gardien clermontois arrêta les tirs de Paul Le Guen et Vincent Guérin, quand tous les joueurs auvergnats transformèrent leurs tentatives. Toute une ville explose, et la France entière[non neutre] découvre ce club de quatrième division, qui se qualifia en quarts. Mais malgré un parcours mythique[non neutre], le petit poucet s'inclina face à l'OGC Nice (2-1), futur vainqueur de la compétition.

L'ascension (1997-2002)[modifier | modifier le code]

Cette épopée est considérée[Par qui ?] comme la première étape vers le retour dans le monde professionnel. René Le Lamer succède à Thierry Coutard et remporte lors de la saison 1998-1999 le titre de Champion de France de CFA. Le club accède alors au National et se maintient à une flatteuse 7e place lors de la saison 1999-2000. Le club donnera alors sa chance à un certain Sylvain Armand qui suivra ensuite une carrière au plus haut niveau. René Le Lamer parti disputer la Coupe d'Europe à Gueugnon, Albert Rust, débarque comme entraineur à Clermont avec comme objectif l'accession en 2e Division.

Lors de la saison 2000-2001, l'équipe termine à la quatrième place et échoue à un seul point de la montée. En Coupe de France, le club réalisera un nouvel exploit en éliminant le FC Sochaux – leader de la 2e Division – en 16es de finale après avoir mené par deux fois au score (2-2, 4 tab à 3). Clermont échouera de justesse (0-1) au tour suivant, encore face au futur vainqueur de l'épreuve : le RC Strasbourg. Albert Rust est alors remplacé par Hubert Velud qui mise sur des joueurs expérimentés (Pierre Chavrondier, Emmanuel Gas, Hubert Castets, etc.). Au terme de la saison 2001-2002, après trois saisons en National, le Clermont Foot obtient son billet pour la seconde division, en terminant champion de National, tout en brisant plusieurs records dont celui du plus grand nombre de points[réf. nécessaire].

Retour au professionnalisme (2002-2004)[modifier | modifier le code]

En 2002-2003, lors de sa première saison au second échelon, le CFA parvient à se maintenir à une honorable 14e place, après un recrutement largement basé sur des joueurs de Ligue 2. La saison suivante, le club monte en puissance, parvenant à monter sur le podium lors de la première partie de saison, puis s'écroule, conduisant au limogeage d'Hubert Velud. Olivier Chavanon, couvert par le diplôme d'entraineur de René Le Lamer qui est de retour, reprend les rênes en cours de saison, et le club termine une nouvelle fois à la 14e place. Lors de cette saison 2003-2004, le club parvient également en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue.

Des performances en coupes aux désillusions en championnat (2004-2006)[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2004-2005, le club confirme son statut d'équipe de coupes, atteignant les quarts de finale en Coupe de France et Coupe de la Ligue, échouant respectivement contre l'AS Monaco (1-0) et le RC Strasbourg (3-2). Le parcours en Coupe de France s'est principalement illustré par la victoire contre le triple-champion de France, invaincus depuis des mois : l'Olympique lyonnais. Bruno Rodriguez ouvrit le score (55e), avant que les auvergnats soient rejoints dans les arrêts de jeu. Les clermontois l'emportent une nouvelle fois aux tirs au but (4-3), et si Paul Le Guen était l'entraineur de l'Olympique lyonnais, ce n'est pas Olivier Enjolras, mais Yoann Bouchard qui officiait dans les buts, et stoppa deux tirs au but, dont celui de Sylvain Wiltord.

Les performances en championnat appellent pourtant à un retour à la réalité : l'équipe termine à la 18e place, synonyme de relégation, mais un coup de théâtre va sauver le club : le dépôt de bilan de l'ASOAV, normalement promu en Ligue 2, permet au club d'être repêché. Cette saison à double-vitesse laisse des traces : Claude Michy, promoteur d'évènements sportifs prend la place d'Alain Dalan, au poste de président du club et après un passage éphémère de Dominique Bijotat, c'est Marc Collat, qui devient le nouvel entraîneur.

La saison 2005-2006, bien que marquée par le recrutement de joueurs médiatiques (Jocelyn Gourvennec ou le champion du monde Bernard Diomède), conduit le club à un retour en National, après une seconde 18e place, cette fois-ci bel et bien synonyme de relégation.

Un rouleau compresseur en National (2006-2007)[modifier | modifier le code]

La descente du club s'accompagne d'un désir de repartir sur des bases saines. Didier Ollé-Nicolle, nouvel entraineur, rebâtit complètement l'effectif. Olivier Enjolras, légende du club, voit un effectif essentiellement composé de jeunes joueurs « qui en veulent », et est le seul joueur de la saison précédente à rester, avec Bruce Abdoulaye et Emmanuel Gas. Si le début de saison est poussif, l'équipe se transformera rapidement en un rouleau compresseur. L'équipe bat à nouveau le record de points (82 points) mais aussi ceux de victoires (24), de buts marqués (76) et la longévité d'une série d'invincibilité (27 matchs). En survolant le championnat, et devenant à une seconde reprise champion de National, le Clermont Foot fait l'ascenseur et retrouve aussitôt la Ligue 2. Cette montée correspondant d'autant plus à une nouvelle page de l'histoire du club, puisque Olivier Enjolras prend sa retraite, après quatorze ans de bons et loyaux services.

Flirt avec la Ligue 1 (2007-2008)[modifier | modifier le code]

Le club s'appuie sur la dynamique de la saison passée pour monter petit à petit en puissance. L'équipe de Didier Ollé-Nicolle se trouve sur le podium à la trêve, nourrissant des rêves de Ligue 1. À la lutte contre des équipes plus expérimentées, le club terminera à une belle et inespérée 5e place. Maigres consolations, le club termine, ex-æquo avec Le Havre, comme meilleure équipe à domicile, et le CFA n'a jamais quitté le premier tiers du classement tout le long de la saison. C'est un exploit pour l'avant-dernier budget de Ligue 2 et le plus haut classement depuis la création du club.

Une saison noire (2008-2009)[modifier | modifier le code]

Après deux bonnes saisons, le club souhaite se stabiliser tant administrativement que sportivement. Cette saison est marquée par plusieurs coups de massue. Tout d'abord, le club est éliminé en 32es de finale en Coupe de France par le club méconnu de Schirrhein (4-2), après avoir mené 2 à 0. Le club ambitionne de se rattraper en championnat, mais ne termine qu'à la 12e place, bien qu'elle soit la seconde meilleure performance de l'histoire du CFA, et assure facilement le maintien du club.

Entretemps, Clément Pinault, arrivé au club six mois plus tôt, décède le 23 janvier au CHU Gabriel-Montpied, victime d'un accident cardiaque. Le numéro de maillot 14 sera aussitôt retiré. Depuis 2011, à Grasse, se déroule annuellement le Trophée Clément Pinault, auquel participe toujours le Clermont Foot. Puis en avril, Jean-Paul Fafournoux, administrateur du Clermont Foot, supporter et partenaire décède à son tour.

Le rêve qui s'envole (2009-2010)[modifier | modifier le code]

Didier Ollé-Nicolle partant à l'OGC Nice, Claude Michy fait appel à Michel Der Zakarian, ancien entraineur du FC Nantes, pour reprendre les rênes du club. Lors de sa première saison, le club frôle à nouveau la montée, terminant à une honorable 6e place. Lors de l'ultime journée, Clermont perd sa « finale » face à l'AC Arles-Avignon (1-0), dans un match où le vainqueur signait son accession en Ligue 1, le CFA termine 6e.

Fin de l'ère Der Zakarian ou confirmation d'une malédiction (2010-2012)[modifier | modifier le code]

Michel Der Zakarian
Michel Der Zakarian, entraîneur de 2009 à 2012.

La saison 2010-2011 fut plus poussive que la saison précédente, l'équipe luttant au départ pour le maintien. Le club, grâce à une bonne seconde partie de saison espéra à nouveau une montée. Cependant, plusieurs nuls concédés dans les arrêts de jeu auront raison des espérances du club, et ce dernier obtiendra une 7e place. Cette saison est particulièrement marquée par les prestations de Sloan Privat, prêté par le FC Sochaux, auteur de vingt buts, et de Romain Alessandrini, artisan de onze buts et sept passes décisives, lui aussi arrivé à l'intersaison. Tous deux furent sélectionnés dans l'équipe-type de L2 par l'UNFP.

Malgré certaines sollicitations, Michel Der Zakarian entamera une troisième saison avec le Clermont Foot avec l'objectif d'accéder en Ligue 1. La saison 2011-2012 restera dans les annales comme la meilleure saison réalisée par le Clermont Foot. Premières historiques, le club s'installera à la première place du podium, et sera élu champion d'automne. La première partie de saison fut illustrée par les prestations de Romain Alessandrini, et du néo-clermontois Jean-François Rivière, qui termine meilleur buteur à la trêve.

Mais la seconde partie de saison virera au chaos : alors que durant la première partie de saison, le club fit des matchs à l'extérieur son cheval de bataille (six victoires, trois nuls, une défaite), ce fut tout l'inverse dans la seconde partie de la saison (quatre nuls, cinq défaites). Par ailleurs, les blessures de longue durée du goaleador Jean-François Rivière, du capitaine Damien Perrinelle ainsi que d'Eugène Ekobo conduisent le CFA à abandonner le podium lors de la 31e journée, alors qu'il s'y trouvait depuis la 6e journée. Finalement, une nouvelle fois, le club est victime de la lutte pour la montée et termine à la 5e place. Pour la seconde année consécutive, Romain Alessandrini est nommé dans l'équipe-type de L2 par l'UNFP. Véritable star du club, il est transféré au Stade rennais pour un montant allant de 2,5 à 3 millions d'euros, ce qui représente plus du tiers du budget du club, et bien sûr, le plus grand transfert de l'histoire du club.

Terminant dans les sept premières places à quatre reprises durant les cinq dernières saisons, le club est parvenu à se stabiliser sportivement, quand bien même il demeure un des plus faibles budget de deuxième division, en plus de devenir un club incontournable du football professionnel français (dix saisons en L2 sur les onze dernières saisons), et est parvenu à jouer régulièrement les premiers rôles dans cette seconde division. Le club parvient désormais à garder une ossature, et opère des recrutements judicieux, en évitant de se reposer sur des prêts. Pourtant, à l'issue de la saison 2011-2012, Michel Der Zakarian décide de quitter la capitale auvergnate pour retourner à Nantes. Régis Brouard, qui s'est illustré avec l'US Quevilly, réalisant en l'espace de quatre ans une finale et une demi-finale en Coupe de France avec un club amateur, et une montée en National, prend alors sa place.

Deux saisons avec Régis Brouard (2012-2014)[modifier | modifier le code]

Le Clermont Foot Auvergne prend donc le départ de sa 6e saison consécutive en Ligue 2. Malheureusement, après une préparation et des matchs amicaux peu concluants, le club connaît un début de saison cauchemardesque : à l'issue de la 7e journée, il pointe à la 18e place du classement (c'est-à-dire relégable) avec seulement quatre points pris uniquement contre deux promus de national, Niort et Nîmes. Le nouvel entraîneur tente alors de trouver des explications au mal en pointant du doigt un problème d'adaptation des joueurs à sa philosophie de jeu qui avait, il est vrai, été une réussite quelques mois plus tôt avec l'US Quevilly. Quoi qu'il en soit, un tel début de saison — au cours duquel la qualification à Istres en coupe de la ligue (1-2 après prolongations) ne fut qu'un éclair dans le brouillard rapidement effacé par l'élimination dès le tour suivant par le stade Malherbe de Caen — laisse prévoir une future relégation en national qui serait catastrophique pour le club, et d'autant plus au regard des ambitions que nourrissait le club avant le début de saison. Régis Brouard va donc devoir trouver très rapidement les solutions afin d'échapper à l'échafaud sous peine d'un possible limogeage sans tarder que connaissent fréquemment les entraîneurs professionnels dans ce genre de configuration.

Ainsi, après un début de saison catastrophique, le CFA semble enfin entrevoir le bout du tunnel : il parvient à stopper sa série de défaites qu'il remplace un temps par des nuls peu convaincants, puis parvient enfin à retrouver le chemin de la victoire le 5 octobre 2012 sur la pelouse d'Arles-Avignon (0-2) puis enchaîne dès le match suivant face à Istres (victoire 2-1). Mais ce début d'automne est aussi marqué par « l'affaire Rivière ». L'attaquant clermontois est tout d'abord écarté par Régis Brouard sans raison apparente, ce qui crée un début de tension entre les deux hommes. Devant les médias, l'entraîneur clermontois prétexte une blessure de son attaquant pour expliquer son absence. Finalement, cette affaire assez trouble s'enlise et Brouard poursuit la construction de sa nouvelle philosophie de jeu tout en laissant Rivière hors du groupe[3]. Finalement, les efforts de l'entraîneur finissent par porter leurs fruits puisque Clermont parvient à aligner en parallèle une série de six matchs sans défaite qui lui permettent de sortir de la zone des relégables et de regagner le milieu du tableau.

Malheureusement, début novembre, Clermont rechute à domicile face à l'En Avant de Guingamp (1-2) et débute alors sans le savoir une série sans fin d'échecs sur sa pelouse se poursuivant face à Monaco (0-1), Nantes (0-1) et Auxerre (1-2) juste avant la trêve. Fort heureusement et fort curieusement aussi, les Clermontois alignent dans le même temps une série de plusieurs matchs sans défaite à l'extérieur au Havre (victoire 1-3) au Gazélec Ajaccio (victoire 0-1) et à Châteauroux (0-0), confirmant alors un étonnant paradoxe qui suivra les clermontois jusqu'au terme de cette saison. En ce qui concerne la coupe de France, les clermontois auront eu à peine le temps d'enfiler les maillots de la compétition : élimination sans gloire face à la modeste équipe d'Yzeure (1-1, 4 tab à 3) dès le 7e tour.

On peut globalement dire que les clermontois auront traversé un hiver mitigé alternant, comme à leur habitude belles performances en déplacement et sorties décevantes à domicile. Le mois de janvier débute en effet par une victoire à l'extérieur chez le SCO d'Angers (1-2) pourtant en lutte pour la montée en Ligue 1. Mais la série impressionnante des clermontois hors de leurs bases va s'arrêter brutalement la semaine suivante lors d'une sévère correction à Nîmes (3-0). Elle aura duré du 31 août 2012 au 18 janvier 2013 soit sept matchs sans défaite à l'extérieur. Une série bien triste de huit matchs sans victoire dont six nuls sans débute alors pour les clermontois qui se retrouvent, au soir de la 29e journée et d'une lourde défaite à domicile face à Arles-Avignon (2-4), en position de relégable. Cette position dangereuse ne durera qu'une semaine : Clermont en ressort dès le match suivant en validant un nul à Istres (0-0) et réussit enfin à s'imposer devant son public le 29 mars face à Lens (1-0), ce qui ne s'était plus produit depuis le 19 octobre 2012.

Après « avoir tiré sur la corde » tout l'hiver, Clermont va finir par se faire vraiment peur. En effet, si ses deux matchs nuls à Guingamp (0-0) et face au Havre (1-1) n'eurent que peu d'incidence, les deux défaites qui suivirent à Monaco (4-0) et à domicile face à la lanterne rouge Gazélec Ajaccio (0-2) plongèrent les clermontois à la 18e place du classement (synonyme de relégation en national) à seulement quatre journées du dénouement.

Après ces déboires, se profilait un match à Nantes, alors second au classement pour les clermontois. Conscient de la difficulté de la tâche et de l'urgence de la situation, l'entraîneur Régis Brouard réunit tous ses joueurs dans sa chambre d'hôtel à quelques heures du coup d'envoi afin de trouver les bonnes paroles pour chacun d'entre eux. Et Clermont l'emporte à Nantes (0-1) grâce à un but salvateur de Pierrick Capelle et déjoue tous les pronostics. Mais le maintien n'était pas encore assuré pour autant, le CFA63 ayant encore besoin d'une victoire au match suivant face à Châteauroux, qu'ils parvinrent brillamment à aller chercher en fin de match (1-0) et profitèrent ainsi des faux pas de ses concurrents directs Laval et Le Mans battus respectivement par Gazélec Ajaccio (1-2) et Le Havre (0-4).

Le club valide son maintien la semaine suivante après un match nul sur le terrain d'Auxerre (1-1). Clermont finit sa saison par un nouveau nul à domicile face à Niort (1-1) dans un match dépourvu d'enjeu. Clermont se classe donc finalement 14e de Ligue 2 avec 43 points et prendra le 2 août prochain le départ de sa 7e saison consécutive en Ligue 2. Le meilleur buteur cette saison fut Mana Dembélé avec treize buts au compteur. Un certain nombre de changements dans l'organisation du club sont attendus pour la saison prochaine.

En juin 2013, le Clermont Foot Auvergne 63 change de nom et devient le Clermont Foot 63, les subventions du conseil régional d'Auvergne (75 000 €) ont été supprimées, le conseil régional souhaitant se concentrer sur des compétences obligatoires[4],[5].

À l'issue de la 38e journée, le club termine à la 14e position avec 45 points[6] (10 victoires, 15 matchs nuls et 13 défaites), dont 29 points à domicile[7]. Elle est l'une des plus mauvaises attaques (19e) mais est cependant bien placée en défenses (5e)[8].

En Coupe de la Ligue, le club bat Dijon 3 à 0 au 1er tour le 6 août mais se fait éliminer au 2e tour trois semaines plus tard à Tours par 1 but à 0[9]. En Coupe de France, le Clermont Foot a été directement éliminé par un club de « DH » Bourgogne au 7e tour, au stade des Courvelles à Selongey, devant 1 300 spectateurs, par 1 but à 0. Un joueur a été averti et un autre expulsé au CF[10],[11]. Pour la deuxième saison consécutive, le club se fait éliminer d'entrée par un autre club de division inférieure[12].

Un nouvelle entraîneuse : Corinne Diacre (2014-2017)[modifier | modifier le code]

Clermont Foot 63 fait la une des médias sportifs en annonçant la nomination au poste d'entraîneur de la Portugaise de 36 ans, Helena Costa, pour la saison 2014-2015. C'est la première fois dans le football français qu'un club masculin de football professionnel doit être entraîné par une femme[13]. Mais elle renonce le 23 juin, en décidant « de ne pas tenir ses engagements »[14],[15]. Sa décision est justifiée lors d'une conférence de presse tenue le lendemain matin, « sans explication rationnelle » selon le président Claude Michy[16]. Corinne Diacre est nommée à la place[17].

La saison 2014-2015 du championnat commence par une défaite au stade Francis-Le Blé à Brest sur un score de 2 à 1, malgré l'ouverture du score de Clermont[18]. L'entraîneuse connaît sa première défaite[19] mais elle est satisfaite malgré deux buts encaissés en seconde période[20]. Après une deuxième partie de saison nettement plus réussie, le Clermont Foot termine à la 12e place de la Ligue 2 avec 49 points[21].

En Coupe de France, Clermont est éliminé au 8e tour aux tirs au but (1-4) par Épinal, club de National[22]. Clermont parvient à se qualifier lors du 2e tour de la Coupe de la Ligue en battant Châteauroux par 3 buts à 1[23]. Clermont est éliminé de la compétition en 16e de finale par Caen (4-3)[24].

Le club se fait éliminer au 8e tour de la Coupe de France par Trélissac, équipe évoluant en CFA, sur le score d'un but à zéro ; pour la quatrième saison consécutive, le Clermont Foot n'atteint pas les 32e de finale[25]. Le Clermont Foot a tutoyé le podium mais lors de la 36e journée, le match nul à Laval (1-1) a effacé toute possibilité de montée en Ligue 1[26]. Le Clermont Foot termine 7e en fin de saison, avec 58 points, après une défaite contre Sochaux 0 à 2[27].

Famara Diédhiou a été sacré meilleur joueur de Ligue 2 lors des Trophées UNFP : meilleur buteur avec vingt-et-une réalisations[28].

En seizièmes de finale de la Coupe de la Ligue, le Clermont Foot a été éliminé par l'Olympique de Marseille 2 buts à 1 le 26 octobre 2016[29],[30]. Après deux larges victoires en Coupe de France contre Ytrac (0-6) et le FC Rhône Vallée (0-5), l'équipe dirigée par Corinne Diacre se fait éliminer en 32es de finale par Bordeaux à domicile 1-0 (but de Malcom, 87e). Le Clermont Foot termine à la 12e place, avec 46 points, après une victoire finale contre Valenciennes, 1-0. Ce dernier match de la saison 2016-2017 sera marqué par les adieux d'Eugène Ekobo, ovationné par les supporters clermontois, de Cédric Avinel, parti pour Ajaccio, ou encore de Jacques Salze.

Après un début de saison encourageant, Corinne Diacre, l'entraîneuse de l'équipe, est sollicitée pour prendre les rênes de l'équipe de France féminine de football, ce qu'elle fait. Elle quitte donc fin août le club du 63[31]. Elle est remplacée par Pascal Gastien.

Le club se fait sortir dès son entrée au 7e tour de la Coupe de France 2017-2018 par Moulins-Yzeure Foot 03, club évoluant en National 2 (quatrième division), par 1 but à 0[32]. À l'issue de la 38e journée du championnat, le 11 mai 2018, le Clermont Foot pouvait espérer une montée en Ligue 1 à condition, outre une victoire, d'un faux pas de deux prétendants aux barrages (tels que Brest et Le Havre). Le club finit en sixième position, avec 63 points, échouant aux portes des barrages d'accession en Ligue 1[33].

Fin de l'ère Claude Michy (2018-2019)[modifier | modifier le code]

Au début de la saison 2018-2019, Clermont vit un mercato estival compliqué, qui voit notamment les départs de Thomas Guerbert (retraite), Ludovic Ajorque (meilleur buteur de la saison précédente), Fabien Centonze ou le meilleur buteur de l'histoire du club Rémy Dugimont, ce qui semble symboliser des ambitions plus modestes pour la saison. Le club doit attendre la cinquième journée pour connaitre sa première victoire face au FC Sochaux-Montbéliard et s'éloigner de la zone rouge.

Nouvelles ambitions avec Ahmet Schaefer (depuis 2019)[modifier | modifier le code]

Le 4 mars 2019 lors d'une conférence de presse Claude Michy présente le nouveau président du club, Ahmet Schaefer[34]. « Nous venons avec une équipe de quatre », a indiqué le futur président du Clermont Foot, Ahmet Schaefer, dévoilant le nom des trois personnes qui feront office de conseillers pour lui : Jérôme Champagne s’occupera notamment des relations à l’international et de la communication, Yannick Flavien gérera en partie les problématiques financières. Enfin, l'allemand Ingo Winter, recruteur en chef de plusieurs clubs de Bundesliga ces dernières années, fera également partie de la garde rapprochée du président. Il a également précisé que Pascal Gastien, l'actuel coach du club clermontois, gardait « évidemment » la main sur tout le volet sportif[35]. Le conseil d’administration de la société anonyme sportive professionnelle du Clermont Foot s’est tenu le 13 mars 2019. A l'issue de cette réunion, Ahmet Schaefer a officiellement été désigné comme nouveau président du Clermont Foot 63. Il succède à Claude Michy resté 14 ans à la présidence du club[36].

La Jeunesse sportive de Kabylie évoluant en Ligue 1 et le Clermont Foot ont officiellement signé le 29 avril 2019 une convention de partenariat pour un avenir en commun[37]. Puis, le 16 mai 2019 le Clermont Foot s'associe avec le Tout Puissant Mazembe évoluant en Linafoot en matière de post-formation des joueurs formés à Lubumbashi par l'académie de football de Katumbi[38].

Le 14 juin 2019, Eric Pégorer devient le nouveau directeur du centre de formation et assurera également les fonctions d’entraineur de l’équipe U18, Sébastien Mazeyrat prenant en charge la réserve en National 3. Ancien directeur des centres de formation du FC Gueugnon, Amiens SC et Al-Khor[39]. Il a pu encadrer de nombreux joueurs devenus professionnels à l’image d’Aly Cissokho, Alou Diarra, Steven Nzonzi ou encore Romain Alessandrini[40].

L'Austria Lustenau évoluant en Erste Liga, signe un partenarial avec le Clermont Foot le 19 juin 2019[41]. Ahmet Schaefer est devenu copropriétaire minoritaire du club autrichien. La philosophie de cette alliance est de mettre en commun ce que les clubs ne peuvent pas se payer indivuellement mais aussi de rendre plus efficace le partage de différentes fonctions[42]. François Ligny, est le nouveau directeur général du club le 16 juillet 2019[43].

Identité du club[modifier | modifier le code]

Logos et couleurs[modifier | modifier le code]

Le rouge et le bleu, omniprésents dans les logos, sont les couleurs du club. Sur le premier logo du Clermont Foot (1990-2004), le trait qui coupe le ballon sur un rayon est censé symboliser le « C », première lettre de Clermont-Ferrand, ville où est basé le Clermont Foot Auvergne. Le cavalier présent sur les logos depuis 2004 représente la statue équestre de Vercingétorix (illustre chef Gaulois), réalisée par Auguste Bartholdi et présente sur la place de Jaude. Le chiffre « 63 » présent sur le ballon dans l'actuel logo correspond au code du département, qui est le Puy-de-Dôme.

Palmarès et records[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès du Clermont Foot 63
Championnats nationaux Coupes nationales Compétitions régionales


Bilan sportif[modifier | modifier le code]

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Historique des présidents[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période
1 Drapeau : France Yves Quinty 1990-1992
2 Drapeau : France Alain Dalan 1992-2005
3 Drapeau : France Claude Michy 2005-2019
4 Drapeau : Suisse Ahmet Schaefer[2] 2019-0000

Historique des entraîneurs[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente la liste des entraîneurs du club depuis 1990.

Rang Nom Période
1 Drapeau : France Jacques Glyczinski 1990-1992
2 Drapeau : France Alain Ollier 1992-1996
3 Drapeau : France Thierry Coutard 1996-1998
4 Drapeau : France René Le Lamer 1998-2000
5 Drapeau : France Albert Rust 2000-2001
Rang Nom Période
6 Drapeau : France Hubert Velud 2001-2004
7 Drapeau : France Olivier Chavanon 2004-2005
8 Drapeau : France Dominique Bijotat 2005
9 Drapeau : France Marc Collat 2005-2006
10 Drapeau : France Didier Ollé-Nicolle 2006-2009
Rang Nom Période
11 Drapeau : Arménie Michel Der Zakarian 2009-2012
12 Drapeau : France Régis Brouard 2012-2014
13 Drapeau : Portugal Helena Costa 2014
14 Drapeau : France Corinne Diacre 2014-2017
15 Drapeau : France Pascal Gastien 2017-0000

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Effectif professionnel actuel[modifier | modifier le code]

Effectif actuel du Clermont Foot 63 au 4 septembre 2019[45]
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[46] Nom Date de naissance Sélection[47] Club précédent Contrat
1 G Drapeau de la France flèche vers la droite Dupé, MaximeMaxime Dupé 04/03/1993 (26 ans) France -20 ans FC Nantes 2019-2020
30 G Drapeau de l'Algérie Jeannin, MehdiMehdi Jeannin 20/04/1991 (28 ans) Algérie AS Ornans 2011-2020
40 G Drapeau de la France Djoco, OuparineOuparine Djoco 22/04/1998 (21 ans) Formé au club 2019-2022
4 D Drapeau du Bénin Hountondji, CédricCédric Hountondji 19/01/1994 (25 ans) Bénin Levski Sofia 2019-2021
5 D Drapeau de la France Cissokho, TillTill Cissokho 08/02/2000 (19 ans) France -18 ans Girondins de Bordeaux 2019-2022
12 D Drapeau de la république démocratique du Congo N'Simba, VitalVital N'Simba 08/07/1993 (26 ans) RD Congo Bourg-en-Bresse 01 2018-2022
17 D Drapeau de la France Albert, JosuéJosué Albert 21/01/1992 (27 ans) Guyane US Quevilly-Rouen 2018-2020
19 D Drapeau de la France Zedadka, AkimAkim Zedadka 30/05/1995 (24 ans) Marignane Gignac FC 2019-2022
21 D Drapeau de la France Ogier, FlorentFlorent Ogier 21/03/1989 (30 ans) FC Sochaux 2018-2023
22 D Drapeau de la France Trichard, DrissDriss Trichard 27/03/1995 (24 ans) France -19 ans Girondins de Bordeaux rés. 2019-2022
23 D Drapeau de la France Phojo, JérômeJérôme Phojo 15/04/1993 (26 ans) France -20 ans Les Herbiers VF 2017-2022
32 D Drapeau de la France Diako, LassanaLassana Diako 13/11/1998 (20 ans) ES Viry-Châtillon Amateur
999 D Drapeau de la république démocratique du Congo flèche vers la droite Banza, AlexisAlexis Banza RD Congo -20 ans TP Mazembe 2019-2021
6 M Drapeau de la France Berthomier, JasonJason Berthomier 06/01/1990 (29 ans) ESTAC Troyes 2019-2021
7 M Drapeau de la France Magnin, YohannYohann Magnin 21/06/1997 (22 ans) Formé au club 2019-2021
8 M Drapeau de la France Rajot, LorenzoLorenzo Rajot 13/10/1997 (21 ans) Formé au club 2017-2020
10 M Drapeau de l'Uruguay Iglesias, JonathanJonathan Iglesias Capitaine 17/12/1988 (30 ans) El Tanque Sisley 2017-2021
11 M Drapeau de la France N'Diaye, AlassaneAlassane N'Diaye 14/06/1991 (28 ans) Al-Taawoun 2017-2022
13 M Drapeau du Ghana Anoff, BlanksonBlankson Anoff 24/03/2001 (18 ans) Académie JMG 2019-2023
15 M Drapeau de l'Espagne González, MarioMario González 25/02/1996 (23 ans) Espagne -17 ans Villarreal CF rés. 2019-2020
20 M Drapeau du Ghana flèche vers la droite Abdul Samed, SalisSalis Abdul Samed 26/03/2000 (19 ans) Académie JMG 2019-2021
25 M Drapeau de la France Gastien, JohanJohan Gastien 25/01/1988 (31 ans) Stade brestois 29 2018-2021
27 M Drapeau de la France Teixeira, BryanBryan Teixeira 01/09/2000 (19 ans) Formé au club 2018-2022
29 M Drapeau de la France Jaby, NaëlNaël Jaby 20/04/2001 (18 ans) France -18 ans Formé au club 2019-2022
999 M Drapeau de la Belgique Baiye, BrandonBrandon Baiye 27/12/2000 (18 ans) Belgique -19 ans Club Bruges 2019-2022
999 M Drapeau de la république démocratique du Congo flèche vers la droite Mununga, AmisiAmisi Mununga RD Congo -20 ans TP Mazembe 2019-2021
9 A Drapeau de l'Autriche Grbić, AdrianAdrian Grbić 04/08/1996 (23 ans) Autriche espoirs Rheindorf Altach 2019-2022
18 A Drapeau du Gabon Allevinah, JimJim Allevinah 27/02/1995 (24 ans) Gabon Le Puy Foot 2019-2022
26 A Drapeau de la France Donisa, JulioJulio Donisa 15/01/1994 (25 ans) Martinique Red Star FC 2019-2021
28 A Drapeau de la France Gomis, DavidDavid Gomis 21/12/1992 (26 ans) Gazélec Ajaccio 2019-2021
999 A Drapeau de la république démocratique du Congo flèche vers la droite Mbaki, EusebioEusebio Mbaki RD Congo -20 ans TP Mazembe 2019-2021
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France Corentin Digard
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : France Éric Gelard
Kinésithérapeute
  • Drapeau : France Julien Jarlier
  • Drapeau : France Séverine Chapeyron
Médecin(s)
  • Drapeau : France Franck Thiel
  • Drapeau : France Nicolas Lamaudière

Légende

Consultez la documentation du modèle

Structures du club[modifier | modifier le code]

Structures sportives[modifier | modifier le code]

Le stade Gabriel-Montpied, enceinte du Clermont Foot
Stade Gabriel-Montpied

Stades[modifier | modifier le code]

Durant son existence, le Stade clermontois évolua au stade Philippe-Marcombes. La fusion du Stade clermontois avec l'ASM, voit le XV de rugby de l'ASM partager le stade Marcel-Michelin avec le Clermont Football Club. Cependant, les débuts du Clermont Foot Auvergne se sont faits au stade Philippe-Marcombes. C'est en 1995 que le Clermont Foot possèdera sa nouvelle enceinte : le stade Gabriel-Montpied.

Conçu par l'architecte Jacques Kalisz, il fut inauguré en décembre 1995. Le stade a vu pour premier match le Clermont Foot, alors en Nationale 2, s'imposer face au FC Gueugnon, qui se trouvait en National 1 (2-1), le . Largement inspiré du Thomond Park de Limerick, le stade clermontois devait lui aussi se doter de « deux yeux ». En effet, la seule grande tribune du stade Gabriel-Montpied, la tribune Gergovie à l'Ouest, est censée symboliser un œil humain. Trois tribunes ouvertes complètent le stade : Livradois au Sud, Limagne à l'Est et la tribune Volcan au Nord. Le North Harbour Stadium d'Auckland partagera la même architecture.

Possédant à peine 10 600 places, l'agrandissement du stade est en projet depuis l'accession du club en Ligue 2, il y a dix ans. Ce projet est toujours en suspens et régulièrement évoqué. Lors de la saison 2011-2012, en cas de montée en Ligue 1, la mise en place, durant l'été, d'une grande tribune modulable, à l'image de l'enceinte du Lyon OU fut décidée, et le projet du Grand Stade fut remis sur la table, le stade verrait sa capacité aller à 30 000 places, et pourrait accueillir des concerts, festivités, et matchs européens de l'ASM.

La plus grande affluence au stade Gabriel-Montpied fut de 10 562 spectateurs le pour la réception de l'AS Saint-Étienne, qui évoluait alors en Ligue 2.

Centre de formation[modifier | modifier le code]

Le 20 septembre 2017, le Clermont Foot 63 et l'ASM Clermont Auvergne inaugure le nouveau centre de formation commun[48]. Une structure unique en France[49].

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Aspects juridiques[modifier | modifier le code]

Statut juridique et légal[modifier | modifier le code]

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Éléments comptables[modifier | modifier le code]

Chaque saison, le Clermont Foot 63 publie son budget prévisionnel de fonctionnement après validation auprès de la DNCG, l'instance qui assure le contrôle administratif, juridique et financier des associations et sociétés sportives de football afin d'en garantir la pérennité. Le budget prévisionnel d'un club s'établit en amont de l'exercice à venir et correspond à une estimation de l'ensemble des recettes et des dépenses prévues par l'entité. Le tableau ci-dessous résume les différents budgets prévisionnels du club clermontois saison après saison.

Historique du budget prévisionnel du Clermont Foot 63
Saison 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2015-2016 2016-2017
Budget 6,8 M€ 7,1 M€[50] M€[51] 7,2 M€[52] 8,5 M€[53] M€[54] 6,5 M€[55] 6,2 M€[56] 6,3 M€[57]
Saison 2017-2018 2018-2019 2019-2020
Budget M€[58] 6,8 M€ 8,7 M€
Légende : M€ = millions d'euros.

Soutien et image[modifier | modifier le code]

Groupes de supporters[modifier | modifier le code]

  • Ultras Clermont : fondé en juillet 2006, ils sont situés en tribune Limagne.
  • Armada Clermont : fondé en juillet 2017 (par des ex membres des "Bad Wizzard"), ils sont présents dans la tribune Limagne.
  • Amicale des Supporters : fondée en juin 2002, ils sont présents à la travée F de la tribune Gergovie.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Le Clermont Foot a pour devise « Plus grand, plus fort », qui se retrouve sur les maillots de la saison 2012-2013.
  • L'exploit du Clermont Foot, qui bat le Paris Saint-Germain lors de la Coupe de France 1996-1997 est évoqué dans la musique à succès La Manivelle de Wazoo.
  • Hervé Mathoux est un fervent supporter du Clermont Foot. Il considère d'ailleurs le match de la Coupe de France 1996-1997 opposant les clermontois au PSG comme le match qui l'a le plus marqué.
  • Dans Ombre Chinoise (Éditions Revoir, 2014) de Christophe Masson, deux scènes se déroulent au stade Gabriel-Montpied lors de matchs du Clermont-Foot.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. a et b « Clermont Foot : Ahmet Schaefer officiellement président », sur La Montagne, (consulté le 16 mars 2019).
  3. « Le président allume Rivière », L'Équipe, 24 septembre 2012
  4. « Le Clermont Foot Auvergne 63 change de nom », sur Cyberbougnat.net, (consulté le 10 juillet 2014).
  5. Evelyne Rimbert, « Le Clermont Foot Auvergne 63 obligé de changer de nom », sur France 3 Auvergne, (consulté le 10 juillet 2014).
  6. « La saison 2013/2014 en chiffres », 20 mai 2014 (consulté le 23 juin 2014).
  7. LFP et AMISCO, « Guide des statistiques officielles de Ligue 1 et de Ligue 2 2013-2014 » [PDF], (consulté le 23 juin 2014), p. 82.
  8. LFP et AMISCO, p. 83.
  9. Bilan du Clermont Foot en Coupe de la Ligue 2013/2014 sur lfp.fr.
  10. Fiche du match Selongey - Clermont Foot
  11. « Coupe de France : Le Clermont Foot éliminé à Selongey », sur La Montagne, .
  12. Palmarès du Clermont Foot en Coupe de France depuis 1995-1996 sur fff.fr.
  13. « Une femme entraînera un club professionnel », sur sport24.lefigaro.fr, .
  14. « Helena Costa renonce à Clermont », sur L'Équipe, .
  15. « Helena Costa n'entraînera finalement pas le Clermont Foot », sur La Montagne, .
  16. « Costa : « Le président est le seul à savoir » », sur L'Équipe, .
  17. Bernard Catus, « Corinne Diacre, une première », La Montagne,‎ .
  18. Emmanuel Langellier, « Brest - Clermont Foot : Brest a renversé la vapeur (2-1) », sur L'Équipe, (consulté le 4 août 2014).
  19. Alexis Danjon, « Diacre, une défaite pour commencer », sur L'Équipe, (consulté le 4 août 2014).
  20. « Diacre : « Quand même satisfaite » », sur L'Équipe, (consulté le 4 août 2014).
  21. « Fin de saison victorieuse pour Clermont face à Brest (1-0) », sur France 3 Auvergne, (consulté le 23 mai 2015).
  22. « Coupe de France - Le Clermont Foot éliminé par Epinal aux tirs au but (1-4) », sur France 3 Auvergne, (consulté le 23 mai 2015).
  23. « Coupe de la Ligue : qualification du Clermont Foot », sur La Montagne, (consulté le 30 août 2014).
  24. « Le Clermont Foot éliminé des 16èmes de finale de la Coupe de la Ligue à Caen », sur France 3 Auvergne, (consulté le 23 mai 2015).
  25. Frédéric Verna, « Clermont : ce qu'il faut retenir de l'élimination », sur Sports-Auvergne.fr, (consulté le 11 janvier 2016).
  26. « La fin du rêve pour Clermont », sur Sports-Auvergne.fr, (consulté le 14 mai 2016).
  27. « Ligue 2 : Clermont termine par un revers à Sochaux », sur Sports-Auvergne.fr, (consulté le 14 mai 2016).
  28. « Trophées UNFP : Diedhiou meilleur joueur de Ligue 2 ! », sur Sports-Auvergne.fr, (consulté le 14 mai 2016).
  29. Stéphane Moccozet, « COUPE DE LA LIGUE. Le Clermont Foot sorti par Marseille (2-1), tous les buts en vidéo », sur France 3 Auvergne, (consulté le 17 novembre 2016).
  30. Philippe Robert, « Clermont Foot éliminé par Marseille », sur La Montagne, (consulté le 17 novembre 2016).
  31. Corine Diacre remplace Olivier Echouafni chez les bleues sur Le Parisien
  32. Brigitte Cante, « Coupe de France : le Clermont Foot éliminé par Moulins-Yzeure », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le 13 novembre 2017).
  33. Eric Le Bihan, « Le Clermont Foot rate le coche et termine aux portes des barrages », sur France Bleu, (consulté le 12 mai 2018).
  34. L'intégralité de la conférence de presse d'Ahmet Schaefer et de Claude Michy en vidéo, sur clermontfoot.com, 4 mars 2019
  35. Clermont Foot : les quatre annonces du nouveau président Schaefer, sur lamontagne.fr, 4 mars 2019
  36. Communiqué officiel: Ahmet Schaefer, nouveau président, sur clermontfoot.com, 14 mars 2019
  37. Le Clermont Foot 63 et la JS Kabylie s’associent, sur clermontfoot.com, 29 avril 2019
  38. Coopération Clermont Foot 63 - Tout Puissant Mazembe, sur clermontfoot.com, 23 mai 2019
  39. Clermont Foot : Eric Pégorer nouveau directeur du centre de formation, sur lamontagne.fr, 14 juin 2019
  40. Eric Pegorer, nouveau Directeur du Centre de Formation, sur clermontfoot.com, 14 juin 2019
  41. Austria Lustenau, 2ème club de l'alliance avec le Clermont Foot 63, sur clermontfoot.com, 20 juin 2019
  42. L'alliance Clermont Foot - Lustenau décryptée par Jérôme Champagne, sur lamontagne.fr, 22 juin 2019
  43. François Ligny, nouveau Directeur Général du Clermont Foot 63, sur clermontfoot.com, 16 juillet 2019
  44. Le palmarès du Championnat CFA sur le site de la Ligue de la FFF
  45. « Saison 2019-2020 - Effectif », sur clermontfoot.com (consulté le 6 juillet 2019)
  46. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  47. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  48. Inauguration du Centre de formation ASM - Clermont Foot Auvergne, sur fan-auvergne.fr, 22 septembre 2019
  49. Clermont inaugure un centre de formation partagé, sur lfp.fr, 22 septembre 2019
  50. « Les acteurs de la superproduction entrent en scène », L'Équipe, vol. 64, no 20117,‎ , p. 8-9
  51. « Budgets des clubs », France Football, no 3356,‎
  52. « Budgets des clubs de Ligue 1 saison 2011-2012 », sur www.sportune.fr, (consulté le 3 août 2011)
  53. « Budgets des clubs de Ligue 1 saison 2011-2012 », sur www.sportune.fr, (consulté le 11 novembre 2017)
  54. « Budgets des clubs », France Football, no 3506,‎
  55. « ASSE, OM, PSG... Tous les budgets de la Ligue 1 en 2014-2015 », Sportune,‎ (lire en ligne, consulté le 2 février 2017)
  56. « Les budgets de la Ligue 1 en 2015-2016 », Sportune,‎ (lire en ligne, consulté le 2 février 2017)
  57. « Les budgets de la Ligue 1 en 2016-2017 », Sportune,‎ (lire en ligne, consulté le 10 novembre 2017)
  58. « Les budgets de la Ligue 1 en 2017-2018 », Sportune,‎ (lire en ligne, consulté le 10 novembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]