La Droite populaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Droite populaire
Image illustrative de l’article La Droite populaire
Logotype officiel.
Présentation
Président Thierry Mariani
Fondation (collectif parlementaire)
(association)
Fondateurs Thierry Mariani
Lionnel Luca
Richard Mallié
Jean-Paul Garraud
Philippe Meunier
Jacques Myard
Secrétaire général Jean-Paul Garraud
Vice-président Nicolas Dhuicq
Positionnement Droite[1]
Idéologie Gaullisme[1]
Conservatisme
National-libéralisme[1]
National-conservatisme
Conservatisme sociétal
Conservatisme social
Populisme de droite
Euroscepticisme
Souverainisme
Affiliation nationale
  • UMP puis LR (2010-2019)
  • RN (depuis 2019)
Couleurs bleu, rouge
Site web droitepopulaire.fr
Présidents de groupe
Parlement européen Marco Zanni (ID)
Représentation
Députés européens
2  /  74

La Droite populaire (LDP) est un mouvement politique français fondé en 2010. Après avoir été un courant de l’UMP puis mise en sommeil, elle s’allie au Rassemblement national.

Issu du Collectif parlementaire de la Droite populaire, LDP est dans un premier temps un courant appartenant à l'aile droite de l’UMP et cherchant à mettre en avant des thématiques comme l’identité nationale, la sécurité ou l’immigration. Elle rassemble alors près de trente députés.

En 2019, sous la houlette de Thierry Mariani et Jean-Paul Garraud, le mouvement est relancé comme « satellite » du Rassemblement national.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation et débuts[modifier | modifier le code]

Ce collectif est créé en , notamment par Lionnel Luca, Richard Mallié, Jean-Paul Garraud et Thierry Mariani. La marque « Droite populaire » est alors déposée[2]. Brigitte Barèges, Bernard Carayon, Philippe Meunier, Jacques Myard et Christian Vanneste en sont d'autres figures importantes. Aux 35 signataires initiaux se joindront 7 députés en décembre de la même année, portant l'effectif du groupe à 42 députés. Un tiers d'entre eux est issu de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur[3].

Lors de son lancement officiel, le , est signée la charte du collectif[4]. Sa ligne politique est en partie définie dans le cadre de la publication de cette charte[5] et se décline en six thématiques : nation, patriotisme et République ; liberté d’entreprendre et solidarité nationale ; école de la République et politique familiale ; sécurité, première des libertés ; saine gestion des finances publiques ; rayonnement de la France et politique internationale. Son positionnement est ainsi celui d'une droite bonapartiste et colbertiste. Philippe Lamy juge que le courant s'inspire « des thèses du Club de l'horloge sur l'immigration et l'identité nationale »[6].

Prônant le « retour aux fondamentaux » sarkozystes de 2007, les députés du Collectif parlementaire de la Droite populaire proposent un certain nombre de mesures ayant pour but la lutte contre l'insécurité dans le cadre de la loi Loppsi II.

Des membres de la Droite populaire ont également exprimé leur soutien à Éric Zemmour[7] et à Nicolas Bedos[8] au nom de la liberté d'expression. Éric Zemmour, alors chroniqueur à RTL, déclare ainsi dans une de ses chroniques RTL que seule la Droite populaire reflète la vraie droite historique descendante de Bonaparte et De Gaulle[9].

Le , la droite populaire lance une pétition contre le droit de vote des étrangers[10].

Ce groupe est souvent à l'origine de polémiques pour ses positions radicales sur des sujets touchant aux mœurs[11], à l'immigration et à la sécurité[12] les prises de position en faveur d'un rapprochement entre l'UMP et le FN font également beaucoup parler de la Droite populaire [13]. Le collectif s'en défend, affirmant être une « barrière entre la droite républicaine et le Front national »[14].

Après l'annonce de Jean-François Copé d'autoriser les courants au sein de l'UMP, le collectif annonce qu'il va se constituer en mouvement autonome[15]. Certains députés souhaitant même à terme faire de la droite populaire un véritable parti politique à l'image du Parti radical[16].

Scrutins de 2012[modifier | modifier le code]

Durant l'entre-deux-tours de l’élection présidentielle de 2012, le groupe s'est fixé la mission de convaincre les Français qui ont voté pour Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle d'apporter leurs voix à Nicolas Sarkozy au second[17]. Les membres de la Droite populaire sont persuadés que le score de Le Pen aurait été bien plus important s'ils ne s'étaient pas fédérés depuis 2010. Selon le Figaro, pour convaincre l'électorat FN de ne pas s'abstenir ou de ne pas apporter sa voix à Hollande, Thierry Mariani peut faire valoir que "la Droite populaire s'est parfois opposée à la majorité et à l'Élysée et que ses membres ont critiqué les positions du président-candidat Sarkozy sur la poursuite de l'ouverture à gauche en cas de réélection".

En juin 2012, le groupe subit un revers à l’occasion des élections législatives, voyant son effectif passer de 63 députés dans l’Assemblée sortante à 26 dans la nouvelle. 37 autres de ses membres ne sont pas reconduits par les électeurs, dont deux dès le premier tour. Deux autres ne se représentaient pas et Jean Roatta est devenu député européen[18]. À l'automne 2012, avant le premier congrès de l'UMP post-défaite présidentielle, le courant s'inquiète de sa perte d'influence au sein du parti, et notamment de la montée de groupes qui lui ressemblent, mais que ne sont qu'une « contrefaçon », selon le mot de Thierry Mariani[19].

Les dirigeants du courant ont déposé une motion à l'occasion du Congrès de l'Union pour un mouvement populaire de 2012. Arrivée avant-dernière, en cinquième position, la motion a recueilli 10,87 % des voix [20].

Mise en sommeil[modifier | modifier le code]

Le le mouvement se structure en association politique. « Cela permet à un militant d’adhérer à la Droite populaire, sans que son adhésion le fasse automatiquement appartenir à l’UMP », explique Thierry Mariani, président de ce collectif qui compte une vingtaine de députés. Se montrer plus autonome vis-à-vis de l’UMP ou du futur mouvement que projette de créer Nicolas Sarkozy est un des autres objectifs poursuivis. Même si la Droite populaire est et restera dans la sphère d’influence du principal parti de droite. « Notre association politique n’a pas vocation à concurrencer l’UMP mais à fédérer tous ceux qui partagent nos idées », explique l’ex-ministre[21].

Alliance avec le RN[modifier | modifier le code]

En vue des élections européennes de 2019, Thierry Mariani, président de l'association, et Jean-Paul Garraud, membre et ancien député, quittent Les Républicains et se rapprochent du Rassemblement national sans y adhérer. Ils sont candidats sur la liste du RN et sont élus députés européens. Mariani annonce son intention de relancer le mouvement en , avec Garraud et Nicolas Dhuicq, afin notamment de réunir les déçus de LR ; il entend en faire un « satellite » du RN en précisant qu’il ne sera « pas un parti mais plutôt un think-tank et un label » pour ceux qui veulent « travailler avec le RN » sans forcément y adhérer[22].

En , Lionnel Luca, un des cofondateurs de l'association, affirmait que le ralliement du RN n'engageait que Mariani, mais pas tout le courant[23].

En vue des élections municipales de 2020, plusieurs candidats investis par le RN affichent le logo de la Droite populaire à coté de celui de leur parti, comme Philippe Vardon à Nice ou Quentin Lamotte à Toulouse[24]. Thierry Mariani, Jean-Paul Garraud et Nicolas Dhuicq annoncent le soutien de La Droite populaire à des candidats du Rassemblement national et à des indépendants[25].

Deux membres de La Droite populaire sont investis tête de liste du Rassemblement national pour les élections régionales de 2021 : Jean-Paul Garraud en Occitanie et Thierry Mariani en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Personnalités[modifier | modifier le code]

La Droite populaire rassemble 26 députés durant la XIVe législature (2012-2017)[26], un sénateur, 30 maires et un député européen.

Courant puis proche de l'UMP et de LR (2010-2019)[modifier | modifier le code]

Parlementaires[modifier | modifier le code]

Parrainages[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Giran et Lionnel Luca ont parrainé la motion Droite populaire tout en parrainant la motion Le Gaullisme, une voie d'avenir pour la France. Brigitte Barèges et Philippe Boënnec ont eux aussi parrainé la Droite populaire tout en parrainant les autres motions Droite sociale et France moderne et humaniste. Fernand Siré, Bernard Deflesselles, Jean Roatta et Jean-Pierre Decool ont eux aussi parrainé la motion France moderne et humaniste. Roland Chassain et Sauveur Gandolfi-Scheit ont quant à eux soutenus également la Droite forte.

Indépendance et rapprochement du RN (depuis 2019)[modifier | modifier le code]

Jeunes de la Droite populaire[modifier | modifier le code]

La Droite populaire possède également sa branche jeune et son bureau politique[27]. La branche jeunes, qui est constituée en association, est lancée en septembre 2012[28].

Certains cadres des jeunes de La Droite populaire ont déclenché une polémique en passant le réveillon du [29] en compagnie de jeunes frontistes et de Florian Philippot, vice-président du Front national. À partir de 2015, certains cadres du courant de La Droite populaire quittent l'UMP pour le Front national[30], notamment Sébastien Ausserre[31] colistier de Marion Maréchal Le Pen lors des élections régionales de 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Laurent de Boissieu, « La Droite Populaire (LDP) », France Politique,‎ (lire en ligne)
  2. Droite populaire de l'UMP : les braillards de la droite dure dans nouvelobs.com par Carole Barjon et Estelle Gross le 29 juillet 2011
  3. Les apprentis sorciers de la Droite (populaire) dans le mensuel provençal le Ravi, octobre 2011
  4. La droite décomplexée s'organise à l'Assemblée dans lefigaro.fr par Jim Jarrassé le 27 juillet 2011
  5. « StackPath », sur ladroitepopulaire.com (consulté le )
  6. Philippe Lamy (sous la dir. de Claude Dargent), Le Club de l'horloge (1974-2002) : évolution et mutation d'un laboratoire idéologique (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, , 701 p. (SUDOC 197696295, lire en ligne), p. 641.
  7. « Chevènement et des députés UMP soutiennent Zemmour », sur LExpress.fr, (consulté le )
  8. « Nicolas Bedos soutenu par... des députés UMP », sur ozap.com (consulté le )
  9. .http://www.enquete-debat.fr/archives/recomposition-de-la-droite-les-discretes-esperances-deric-zemmour
  10. « La Droite populaire lance une pétition contre le droit de vote des étrangers », sur Le Monde, (consulté le )
  11. Comme à l'occasion d'une lettre demandant le retrait, dans les manuels scolaires, de la notion de genre, voir le débat continue autour des manuels de SVT, Ouest France, 31 août 2011
  12. « Mariage gay: la droite populaire veut le scalp de Bachelot », sur LExpress.fr, (consulté le )
  13. Jim Jarrassé, « Alliance avec le FN : un député UMP brise le tabou », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  14. Neila Latrous et Jean-Baptiste Marteau, « Des réseaux, sinon rien », in UMP - un univers impitoyable, page 138, 2011.
  15. « Droite populaire : la tentation de l’autonomie », sur Libération.fr, (consulté le )
  16. « Assemblée: un groupe », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  17. Anne Rovan, La Droite populaire lance un appel à l'électorat FN, le figaro, 25/04/2012, article en ligne
  18. Rémi Duchemin, Impopulaire Droite populaire, Europe 1, 18/06/2012, article en ligne
  19. « UMP : la Droite populaire ne veut pas perdre de parts de marché », sur Le Monde, (consulté le )
  20. Article du Figaro (20.11.2012)
  21. « StackPath », sur ladroitepopulaire.com (consulté le )
  22. « Mariani va relancer la Droite populaire en «satellite» du RN », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  23. « Pour Lionnel Luca, maire de Villeneuve-Loubet, le ralliement de Mariani sur la liste RN n'engage pas son courant », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le )
  24. « Notre deuxième Convention municipale s’affiche partout dans #Nice06 !Rendez-vous jeudi 31 octobre à 19h, Hôtel Splendid (50 bd Victor Hugo, Nice).Environnement, proximité, transports : venez découvrir notre projet et nos propositions pour une NICE DURABLE.#PourNicepic.twitter.com/rlgu24xwOf », sur @Avec_Vardon, (consulté le )
  25. Par Alex et re SulzerLe 2 décembre 2019 à 18h20, « Municipales : Thierry Mariani promet entre 100 et 120 listes d’union des droites », sur leparisien.fr, (consulté le )
  26. Judith Duportail, « La Droite populaire veut «enfoncer le même clou» », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  27. « rencontre travesti saumur », sur jeunesdroitepopulaire.fr (consulté le )
  28. « Les Jeunes de la Droite populaire se lancent », sur 20minutes.fr (consulté le ).
  29. « Soirée FN-UMP: le responsable des Jeunes de la Droite populaire récidive », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  30. « UMP : le chef de la Droite populaire du Var rejoint le FN », sur Europe 1 (consulté le )
  31. « Lelab Europe1 - le meilleur de l’actualité politique sur le web », sur lelab.europe1.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]