Patrice Calméjane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Patrice Calméjane
Fonctions
Maire de Villemomble
En fonction depuis le
(17 ans, 6 mois et 24 jours)
Élection 11 mars 2001
Réélection 9 mars 2008
23 mars 2014
Prédécesseur Robert Calméjane (RPR)
Député de la 8e circonscription de la Seine-Saint-Denis

(4 ans, 11 mois et 30 jours)
Élection 17 juin 2007
Législature XIIIe
Groupe politique UMP
Prédécesseur Robert Pandraud (UMP)
Successeur Élisabeth Pochon (PS)
Conseiller général de la Seine-Saint-Denis
élu dans le canton de Villemomble

(18 ans, 9 mois et 16 jours)
Prédécesseur Robert Calméjane (RPR)
Successeur Jean-Michel Bluteau (UMP)
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Montreuil (Seine-Saint-Denis)
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains
Père Robert Calméjane

Patrice Calméjane est une personnalité politique française, membre de l'UMP, maire de Villemomble.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Il est élu conseiller général du canton de Villemomble en 1988 puis réélu en 1994 et 2001.

Fils de Robert Calméjane, qui fut sénateur-maire de Villemomble, il est élu maire de cette ville par le conseil municipal en 2001 à la suite de la démission de son père[1]. En mars 2008, il est réélu maire, étant en tête de la liste obtenant la majorité au premier tour[2].

Député suppléant de Robert Pandraud, qui ne se représente pas lors des législatives de 2007, Patrice Calméjane est élu député au second tour dans la huitième circonscription de la Seine-Saint-Denis. Frappé alors par la limitation du cumul des mandats, il démissionne du conseil général de la Seine-Saint-Denis, entraînant des élections cantonales partielles les 14 et qui voient l'élection de Jean-Michel Bluteau (UMP, conseiller municipal de Villemomble)[3].

À l'Assemblée nationale, il était membre des commissions suivantes :

  • Commission de la Défense nationale et des Forces Armées.
  • Commission des Affaires Européennes (à la suite de l'entrée de Thierry Mariani au Gouvernement).
  • Commission spéciale chargée de vérifier et d'apurer les comptes de l'Assemblée nationale.

Membre du collectif parlementaire de la Droite populaire, il est secrétaire national de l'UMP, chargé de la citoyenneté, Président de l'Union des Maires d'opposition de la Seine-Saint-Denis, secrétaire départemental adjoint et délégué UMP de la 8e Circonscription (Gagny, Rosny sous Bois et Villemomble).

Il perd son mandat de député lors des élections législatives de 2012 au profit de la socialiste Élisabeth Pochon, et soutient la candidature de François Fillon à la présidence de l'UMP lors du congrès d'automne 2012,

Lors des municipales de 2014, la liste qu'il mène remporte largement les élections municipales de Villemomble au premier tour avec 65,75 % des voix.

L'arrêté de Patrice Calméjane interdisant la mendicité l'été 2017 dans certains secteurs de Villemomble[4] est suspendu par le tribunal administratif de Montreuil le , à la demande de la Ligue des droits de l'homme[5].

Lors des législatives de 2017, il tente à nouveau de briguer le mandat de député mais perd contre Sylvie Charrière, candidate LREM, avec un fort écart de voix[6], à l'issue d'une campagne de Patrice Calméjane jugée agressive envers la députée sortante Élisabeth Pochon[7].

Après avoir refusé pendant près de deux ans l'inscription à l'école primaire de trois enfants sri-lankais à l’école primaire dont la famille était hébergée par le SAMU social dans la commune[8], il y est contraint par le préfet à la rentrée 2018-2019[9].

En septembre, le tribunal administratif de Montreuil suspend sa décision de refuser l'accès à la cantine scolaire à des enfants dont les parents sont au chômage[10],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Municipales : Patrice Calméjane (UMP) se dit serein à Villemomble : Le maire UMP de Villemomble, élu depuis 2001, à la suite de son père, a bon espoir de l'emporter pour un troisième mandat. Face à lui, deux candidats, un socialiste et un sans étiquette, tentent la carte du renouveau. », Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  2. « Nouveau conseil municipal », ministère de l'Intérieur, (consulté le 24 mars 2008)
  3. « Jean-Michel Bluteau élu dans le canton de Villemomble », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  4. « Conseil municipal - compte-rendu » [PDF], Mairie de Villemomble, (consulté le 4 octobre 2018), p. 15.
  5. Rapport juridique 2017, Paris, Ligue des droits de l’Homme, , 42 p. (lire en ligne [PDF]), p. 18.
  6. Hélène Haus, « Législatives 2017 : Sylvie Charrière (REM) remporte la 8e circonscription de Seine-Saint-Denis : Découvrez au fil de la soirée les résultats officiels du second tour des élections législatives 2017 dans la 8e circonscription de Seine-Saint-Denis », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  7. Sébastien Thomas, « Villemomble : la guerre est déclarée entre le maire et la députée », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne)
  8. Victor Tassel, « Villemomble : le maire refuse de scolariser deux enfants sri-lankais : Depuis dix-huit mois, les deux enfants de 5 et 9 ans font une heure et demie de trajet pour aller à l’école à Stains. L’opposition municipale a saisi le préfet et le défenseur des droits », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne) « Le maire justifie sa décision par la « lutte contre les marchands de sommeil ». « Nous n’avons aucune garantie sur les bonnes conditions de vie de ces enfants. Peut-être que la chambre est insalubre, qu’il y a une situation de surpopulation… », souligne l’élu, invitant le Secours Catholique qui accompagne la famille à « venir en mairie avec elle ». « C’est la première fois qu’un maire nous demande cela, s’étonne le Samu Social ».
  9. Victor Tassel, « Villemomble : le préfet oblige le maire à scolariser deux enfants sri-lankais sous-titre=Le maire Patrice Calméjane a reçu l’injonction du préfet de Seine-Saint-Denis de scolariser deux enfants de 5 et 9 ans après s’y être opposé pendant près de deux ans », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne) « Villemomble est visiblement coutumier du fait. En juillet dernier, la commune a été condamnée par le tribunal administratif de Montreuil pour avoir refusé, en septembre 2017, d’inscrire trois enfants à la restauration scolaire ».
  10. « Éducation. Le maire de Villemonble fait le tri à la cantine : L’édile LR vient d’être épinglé par la justice pour un règlement qui permettait de refuser la restauration scolaire aux enfants de chômeurs », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  11. Victor Tassel, « Seine-Saint-Denis : le maire de Villemomble épinglé pour avoir refusé la cantine à des enfants de chômeurs », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne) « Dans son ordonnance, le tribunal rappelle, entre autres, l’article L. 131-13 du code de l’éducation, indiquant que la cantine « est un droit pour tous les enfants scolarisés » et qu’il ne peut être établi « aucune discrimination selon leur situation ou celle de leur famille » (...) Patrice Calméjane, soucieux d’offrir « un accueil et des repas de qualité », ne semble pas, pour l’instant, enclin à changer d’attitude. « Il faut savoir ce que l’on veut ! Nous n’avons pas la capacité à accueillir tout le monde, argue-t-il. Si on nous oblige à le faire, le service public se dégradera ».

Liens externes[modifier | modifier le code]