Big Falcon Rocket

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BFR.

Starship
Vue d'artiste du décollage de la fusée.
Vue d'artiste du décollage de la fusée.
Données générales
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Constructeur SpaceX
Premier vol 2019 (premiers tests du 2nd étage)

2024 (prévision vol habité)

Statut Développement
Hauteur 118 m
63 m Booster
55 m Second étage
Diamètre m
Masse au décollage 4 400 tonnes
Étage(s) 2
Poussée au décollage 52,7 MN
Base(s) de lancement LC-39A
Charge utile
Orbite basse 100 tonnes
Motorisation
Ergols oxygène liquide / méthane
1er étage 31 x Raptor
2e étage 7 x Raptor
Missions
Ravitaillement de l'ISS, lancement de satellites, missions lunaires & colonisation de Mars

La fusée Super Heavy/Starship (soit le nom du premier étage suivi de celui du second), anciennement appelée Big Falcon Rocket ou BFR, est le prochain lanceur orbital super-lourd de SpaceX, l'entreprise de Elon Musk dans le secteur de l'aérospatial. Il a été annoncé le 29 septembre 2017 à l'occasion du Congrès international d'astronautique (IAC)[1].

Ce nouveau lanceur vise à remplacer à long terme toutes les fusées de SpaceX, Falcon 9, Falcon Heavy ainsi que la capsule Dragon utilisée pour ravitailler la station spatiale internationale[2].

Sa particularité est d'être à 100 % réutilisable contrairement à la Falcon 9 et à la Falcon Heavy où seul le premier étage et les boosters sont réutilisables, ce qui réduit nettement les coûts d'exploitations et vise à rendre le voyage spatial vers la Lune « bon marché » et celui vers Mars réalisable dans un avenir proche. Elon Musk espère pouvoir effectuer son premier lancement fin 2019 (début des tests), et atterrir sur Mars en 2022, lors d’une mission non habitée. Si celle-ci est un succès, le lanceur emmènera des astronautes sur la planète rouge en 2024.

Une première mission pour Starship a été annoncée par SpaceX le 18 septembre 2018, le projet projet #dearMoon qui enverra l'entrepreneur milliardaire Yusaku Maezawa ainsi que 6 à 8 artistes à qui il paye le voyage autour de la Lune avec comme mission de créer quelque chose en fonction de ce que ce voyage leur inspirera en 2023.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Il existe 3 versions différentes du lanceur :

  • La version « crew » permettant de transporter un équipage
  • La version « cargo » permettant de transporter du fret
  • La version « tanker » permettant de ravitailler un BFR crew ou cargo en orbite.

Lors de sa première annonce sur Starship, Elon Musk avait annoncé des caractéristiques énormes, qu'il a ensuite dû revoir à la baisse pour de nombreuses raisons.

À l'origine censée faire plus de 120 mètres de hauteur, pour un diamètre de 12 mètres et 42 moteurs Raptor d'une poussée de 3000 kN chacun, la fusée fera finalement 118 mètres pour 9 mètres de diamètre. Les plus gros pas de tir existants (LC-39A) ne pouvant accueillir qu'un diamètre de 9 mètres, SpaceX a adapté sa fusée pour qu'elle puisse atterrir et décoller depuis n'importe où. Les moteurs Raptor sont passés de 42 à 31, et leur puissance a été revue à la baisse, seulement 1700 kN par moteur[3].

Prototypes[modifier | modifier le code]

Starshopper vu sous trois angles différents.
Starhopper vu sous trois angles différents.
Starhopper avec coupe intérieure.
Starhopper avec coupe intérieure.

Les premiers tests ont commencé avec la construction d'un réservoir en fibre de carbone et différents tests dont la mise sous pression jusqu'à l'explosion du réservoir sur une barge en mer. Puis Space X a changé radicalement la conception du vaisseau et a opté pour un vaisseau construit avec un acier dont la résistance augmente aux basses températures et l'utilisation d'un bouclier thermique régénératif composé d'une double paroi d'acier et dont la paroi extérieure est percée de petits trous pour laisser s'échapper du carburant cryogénique.

Starhopper[modifier | modifier le code]

La construction du premier prototype a débuté début décembre 2018. Le 10 janvier 2019, les pieds et la structure extérieur ont été terminés. Construite en plein air sur une propriété SpaceX à seulement 3 km de Boca Chica Beach dans le golfe du Mexique au sud du Texas, la fusée a été rapidement assemblée en moins de six semaines. Considéré à l'origine par des observateurs du site de lancement de SpaceX South Texas comme la construction d'un grand château d'eau, le véhicule en acier inoxydable a été construit par des soudeurs et des ouvriers de la construction avec des techniques de construction rappelant davantage à celles d'un chantier naval que la construction aérospatiale traditionnelle. Le véhicule a un diamètre de 9 mètres (30 pieds) et une hauteur de 39 mètres (128 pieds)[4],[5]. Le prototype est destiné à tester en vol un certain nombre de sous-systèmes du Starship et servira à élargir le domaine de vol et à faire évoluer le design du Starship. Les essais débuteront sur le site de lancement de SpaceX South Texas près de Boca Chica, Texas avec le premier vol d'essai du prototype à faible vitesse prévu en février ou mars[6]. Tous les vols d'essai seront à basse altitude, en dessous de 5 kilomètres (16 000 pieds)[7]. Le 11 mars 2019 le premier moteur Raptor est livré sur le site et le prototype est transféré sur l'air de vol elle aussi en rapide construction[8].

Prototype orbital[modifier | modifier le code]

De plus, un prototype orbital du vaisseau, aussi appelé « Starship Mk I orbital design », est en construction à San Pedro, en Californie, en décembre 2018. Il est prévu que les essais en haute altitude et à haute vitesse soient effectué avant juin 2019[9].

Missions[modifier | modifier le code]

Le lanceur Starship a pour ambition de remplacer tous les véhicules spatiaux de SpaceX actuels. En effet, d'après SpaceX, le coût d'un lancement de la BFR serait inférieur au coût de lancement d'une Falcon 9, voire d'une Falcon 1. Ceci est en partie dû à la possibilité de réutiliser tous les composants de la BFR, mais également à la possibilité de faire atterrir le lanceur sur son pas de tir pour un nouveau départ rapide.

Les missions seront les suivantes :

  • Lancement de satellites
  • Ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS) en consommable
  • Transport du personnel à destination de l'ISS
  • Desserte de la Lune pour des mission habitée de longue durée,
  • Vols sub-orbitaux intercontinentaux commerciaux de transport de passagers, 2 villes éloignées pourraient être reliées en moins d'une heure.
  • Exploration habitée de Mars
  • Exploration du Système solaire (lunes de Jupiter et Saturne dont Titan).
  • Évacuation des débris orbitaux. Elon Musk a émit l'idée de se servir de ces vaisseaux vides après-mission comme éboueurs de l'espace. Lors de son retour sur Terre, le vaisseau permet de récupérer et ramener sur terre 150 tonnes de débris collectés en orbite basse.

En octobre 2018, l'armée de l'air américaine annonce considérer Starship pour le transport de matériel militaire dans l'espace. Outre les opérations de fret, ils envisagent le prépositionnement d'équipements en orbite, qui seraient alors prêts à être largués sur Terre[10],[11],[12].

Projet DearMoon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Projet DearMoon.

En septembre 2018, SpaceX a annoncé la signature d'un contrat pour faire voler un groupe de passagers privés autour de la Lune à bord du Starship[13]. En plus des pilotes, ce survol lunaire sera animé par Yusaku Maezawa[14], qui invitera 6 à 8 artistes à le suivre autour de la Lune en 2023[15]. Le temps de voyage prévu est de 6 jours environ[14],[15].

Protection[modifier | modifier le code]

Pour le moment, SpaceX n'a pas fait de communiqué concernant les moyens mis en œuvre pour protéger les astronautes contre les rayonnements cosmiques. Il a d’ailleurs précisé qu’il faudrait s’attendre à des morts éventuelles durant les premières missions habitées vers Mars.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Musk unveils revised version of giant interplanetary launch system - SpaceNews.com », SpaceNews.com,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2018)
  2. (en) « Mars | SpaceX », sur www.spacex.com
  3. (en) « Making Life Multiplanetary » [PDF], sur www.spacex.com,
  4. (en-US) Eric Ralph, « SpaceX CEO Elon Musk: Starship prototype to have 3 Raptors and "mirror finish" », sur TESLARATI, (consulté le 13 mars 2019)
  5. (en-US) Eric Berger, « Here’s why Elon Musk is tweeting constantly about a stainless-steel starship », sur Ars Technica, (consulté le 13 mars 2019)
  6. (en) Elon Musk, « Aiming for 4 weeks, which probably means 8 weeks, due to unforeseen issues », sur @elonmusk, (consulté le 13 mars 2019)
  7. (en-US) « Musk teases new details about redesigned next-generation launch system », sur SpaceNews.com, (consulté le 13 mars 2019)
  8. (en-US) Eric Ralph, « SpaceX begins static Starhopper tests as Raptor engine arrives on schedule », sur TESLARATI, (consulté le 13 mars 2019)
  9. (en) Elon Musk, « Should be done with first orbital prototype around June », sur @elonmusk, (consulté le 13 mars 2019)
  10. (en-US) « US Air Force Talks SpaceX BFR for going anywhere on earth in under an hour - NextBigFuture.com US Air Force Talking to SpaceX about Space Cargo », NextBigFuture.com,‎ (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2018)
  11. (en-US) « The Air Force Is Actually Considering Rocket Launches to Move Cargo Around the Globe », Popular Mechanics,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2018)
  12. (en-US) Jeff Martin, « US Air Force explores space-based cargo operations, confirms talks with SpaceX », Defense News,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2018)
  13. (en-US) Eric Ralph, « SpaceX has signed a private passenger for the first BFR launch around the Moon », sur TESLARATI, (consulté le 13 mars 2019)
  14. a et b SpaceX, « First Private Passenger on Lunar Starship Mission », (consulté le 13 mars 2019)
  15. a et b (en) « #dearMoon », sur #dearMoon (consulté le 13 mars 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]