Blue Origin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Blue Origin
logo de Blue Origin
Logo de Blue Origin.

Création Septembre 2000
Fondateurs Jeff Bezos
Forme juridique Société à responsabilité limitée (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Gradatim Ferociter et Step by Step, FerociouslyVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Kent (Washington)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité Astronautique
Produits Lanceur, vaisseau spatial, moteur-fusée
Site web www.blueorigin.com


Blue Origin (pouvant se traduire de l'anglais par « origine bleue », en référence à la planète Terre) est une société créée en 2000 par le milliardaire Jeff Bezos, fondateur et principal actionnaire d'Amazon.com, dans le but de développer de nouvelles technologies permettant d'abaisser le coût d'accès à l'espace. Le siège se trouve à Kent dans la banlieue de Seattle. Son activité principale est centrée sur la construction du lanceur lourd New Glenn qui doit effectuer son premier vol en 2021 et le développement de moteurs cryogéniques BE-3, BE-4 et BE-7 pour couvrir ses besoins ainsi que pour propulser le futur lanceur lourd Vulcan de United Launch Alliance chargé de remplacer l'Atlas V et Delta 4.

Blue Origin a fait ses débuts en développant le New Shepard une fusée mono-étage destinée au tourisme spatial qui a effectué son premier vol en 2015. Elle a participé au début des années 2010 au programme Commercial Crew Development de la NASA destiné à développer le système de transport spatial des équipages de la Station spatiale internationale. Le fondateur de Blue Origin Jeff Bezos injecte une partie substantielle de sa fortune personnelle (environ 1 milliard US$ par an) dans le développement de Blue Origin.

Historique[modifier | modifier le code]

La société s'est d'abord consacrée au développement du vol suborbital avec le vaisseau New Shepard dont le premier vol a été effectué en 2015. La société a développé le moteur-fusée BE-3 de 50 tonnes de poussée brûlant un mélange d'oxygène et d'hydrogène liquide qui a été testé avec succès sur banc d'essais. Elle développe également le BE-4, un moteur-fusée à ergols liquides à combustion étagée qui brûle un mélange méthane / oxygène liquide et fournit une poussée de 249 tonnes. Deux moteurs de ce type doivent propulser le premier étage de la fusée Vulcan de United Launch Alliance (ULA) dont le premier vol est planifié en 2019. Blue Origin a inauguré un banc d'essais consacré à ce moteur près de Van Horn au Texas en [1].

Participation au programme Commercial Crew Development[modifier | modifier le code]

Article principal : Commercial Crew Development.

Blue Origin participe au début des années 2010 au programme Commercial Crew Development de la NASA destiné à développer le système de transport spatial des équipages de la Station spatiale internationale qui doit être entièrement pris en charge par les vaisseaux Soyouz russes à la suite du retrait de la navette spatiale américaine effectif mi-2011. La NASA lance plusieurs appels d'offres dans le cadre de ce programme auquel Blue Origin participe. Pour la phase I du programme (2010) la société reçoit 3,7 millions $ pour développer un système d'éjection remplissant un rôle similaire à celui de la tour de sauvetage[2]. Dans le cadre de la phase II (2010-2011) la NASA accorde un budget de 22 millions $ pour développer l'extrémité biconique d'un vaisseau incluant le système de sauvetage en cas de lancement interrompu et des moteurs-fusées hydrogène/oxygène réallumables. Blue Origin n'est pas retenu pour les phases suivantes du programme.

Principales productions[modifier | modifier le code]

New Glenn[modifier | modifier le code]

Lancement de la fusée New Glenn (vue d'artiste).
Article principal : New Glenn.

Fin 2016, Jeff Bezos annonce le développement d'un nouveau lanceur, le New Glenn. Ce lanceur lourd sera capable de placer 45 tonnes en orbite basse. Son premier étage réutilisable comprend 7 moteurs-fusées BE-4. Le nouveau lanceur devrait décoller pour la première fois vers 2021 depuis le pas de tir SLC-36 de la base de Cape Canaveral, ancien site de lancement des fusées Atlas reconverti. Le nom du lanceur fait référence à John Glenn premier astronaute américain ayant effectué un vol orbital.

New Glenn est un lanceur lourd développé par Blue Origin capable de placer 45 tonnes en orbite basse et 13 tonnes sur une orbite de transfert géostationnaire. Son développement a été annoncé en 2016 et il devrait effectuer son premier vol en 2021. Le fondateur . La version de base de ce lanceur d'une masse d'environ 1 750 tonnes comprend deux étages propulsés par des moteurs-fusées développés par Blue Origin : BE-4 le BE-3U) qui propulse le deuxième étage, utilisés par ailleurs par le New Shepard et et dispose d'une coiffe d'un diamètre de 7 mètres. Le premier étage qui utilise pour la première fois dans le monde un moteur brulant du méthane est réutilisable et revient se poser à la verticale sur un navire. Avec ce lanceur Blue Origin vise à la fois le marché des satellites militaires américains et celui des satellites commerciaux.

New Shepard[modifier | modifier le code]

Atterrissage de la fusée New Shepard (2017).
Article principal : New Shepard.

New Shepard est une fusée réutilisable conçue pour lancer une capsule emportant des touristes spatiaux sur une trajectoire suborbitale culminant à environ 100 kilomètres. La fusée décolle et atterrit verticalement. Elle est propulsée par un moteur-fusée BE-4 mis au point par Blue Origin, qui brule un mélange d'oxygène et de kérosène et fournit une poussée de 49 tonnes. La capsule est larguée par la fusée à la fin de la phase propulsive et décrit une trajectoire parabolique avec une phase d'apesanteur avant de revenir au sol suspendue sous des parachutes. New Shepard a effectué son premier vol en avril 2015t[3].

Motoriste[modifier | modifier le code]

Premier exemplaire du moteur-fusée BE-4.
Articles principaux : BE-3, BE-4 et Vulcan (fusée).

New Origin est en passe de devenir un des principaux motoristes américain en développant deux moteurs-fusées entièrement nouveaux : le BE-3 et le BE-4.

Début 2015, le principal constructeur américain de lanceurs United Launch Alliance décide de démarrer le développement d'une fusée devant remplacer ses deux lanceurs lourds Atlas V et Delta 4. L'objectif est d'abaisser le coût de ses lancements dans un marché devenu plus concurrentiel mais également de ne plus être dépendant du motoriste russe qui fournit le RD-180 propulsant le premier étage de l'Atlas V. Le nouveau lanceur baptisé Vulcan, est capable dans sa configuration la plus puissante de placer en orbite basse une charge utile de 29 tonnes. Le premier vol est prévu en 2019. De manière étonnante, United Launch Alliance sélectionne pour propulser le premier étage de son nouveau lanceur le BE-4 en cours de développement chez Blue Origin qui est un nouvel entrant dans le domaine de la propulsion spatiale. Le constructeur rejette ainsi l'offre du constructeur américain historique Aerojet Rocketdyne. Deux BE-4 doivent fournir une poussée au décollage de 499 tonnes contre 422 tonnes pour le moteur RD-180 de l'Atlas V. Ce moteur brûle un mélange méthane / oxygène.

Blue Moon[modifier | modifier le code]

Article principal : Blue Moon (véhicule spatial).

Blue Moon est un atterrisseur lunaire capable de déposer 3,6 tonnes à la surface de la Lune. Le développement de cet atterrisseur a été annoncé en mai 2019. Il doit être propulsé par le moteur-fusée BE-7 développé par Blue Origin. Le projet est financé sur fond privé par Blue Origin. Blue Moon pourrait contribuer aux projets lunaires de la NASA associés à sa future station spatiale Deep Space Gateway et répondre aux souhaits du président Donald Trump visant à ramener des hommes à la surface de la Lune en 2024[4].

Établissements[modifier | modifier le code]

Un moteur BE-3 est testé sur le banc d'essais que la société a fait construire près de Van Horn au Texas.

Blue Origin a son siège, son centre de recherche et développement ainsi que son premier centre de production dans la banlieue de Seattle, dans l'État de Washington. Il dispose d'un banc d'essais pour ses moteurs-fusées et et d'une installation de lancement suborbital dans l'ouest du Texas. Pour son lanceur New Glenn, la société a loué un des ensembles de lancement de la base de Cape Canaveral près duquel elle aménage le site d'assemblage de son lanceur New Glenn. Elle fait également construire à Huntsville dans l'Alabama une usine pour la fabrication de son moteur-fusée BE-4.[réf. nécessaire]

Seattle : siège, centre de développement et centre de production[modifier | modifier le code]

Le siège de la société se trouve à Kent, une banlieue de Seattle (nord-ouest des États-Unis) et héberge également le département de recherche et développement et un centre de fabrication. En mai 2016, les bâtiments, en voie d'agrandissement, comprenaient 28 000 m2 et employaient plusieurs centaines de personnes[5]. Il s'agit d'une ancienne usine Boeing. Jeff Bezos a fait installer un globe terrestre de 9 mètres dans l'entrée, ainsi qu'une maquette de l'USS Enterprise de Star Trek[6].

Floride : base de lancement et centre de production de la New Glenn[modifier | modifier le code]

Centre de fabrication et d'assemblage du lanceur New Glenn en cours de construction en 2017.

En septembre 2015, Blue Origin prend en location l'ensemble de lancement 36 du centre spatial de Cape Canaveral (Floride) et fait construire à environ 14 kilomètres de là l'usine d'assemblage du lanceur New Glenn. L'établissement d'une superficie de 70 000 m² doit employer environ 300 personnes. L'usine qui doit entrer en activité fin 2017 bénéficiera d'un niveau d'automatisation élevé. L'ensemble du lanceur hormis les moteurs sera construit dans l'usine qui abritera également des installations destinées à tester la fusée une fois son assemblage achevé[7],[8].

Alabama : centre de fabrication moteurs BE-3 et BE-4[modifier | modifier le code]

Blue Origin fait construire à Huntsville dans l'Alabama une usine pour la fabrication de son moteur-fusée BE-4. Le coût de construction de cet établissement, qui emploiera environ 350 personnes, est évalué à 200 millions US$[9].

Texas : banc d'essais moteurs et pas de tir vol suborbital[modifier | modifier le code]

Blue Origin possède site de lancement suborbital situé dans l'ouest du Texas, près de la ville de Van Horn. La licence actuelle de lancement et le permis du gouvernement américain (Federal Aviation Administration) autorise des vols du système suborbital New Shepard de Blue Origin[10]. En mai 2015, un effectif d'environ 50 personnes travaille pour Blue Origine dans l’ouest du Texas[5]. Le pas de tir est situé à environ 2,9 km au nord du bâtiment de préparation. La zone d’atterrissage est à 3,2 km au nord du pas de tir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « BE-4 Rocket Engine » [PDF], sur United Launch Alliance (consulté le 15 avril 2015).
  2. (en) « NASA Unveils Commercial Human Spaceflight Development Agreements and Announces $50 Million in Seed Funding for Commercial Crew », SpaceRef.com, .
  3. (en) « Blue Origin Makes Historic Rocket Landing », sur https://www.blueorigin.com, (consulté le 25 novembre 2015).
  4. (en) Stephen Clark, « Jeff Bezos unveils ‘Blue Moon’ lander », Spaceflight Now,
  5. a et b (en) « Tech billionaires aim for cheaper spaceflight », sur The Seattle Times, https://plus.google.com/+Seattletimesplus, (consulté le 25 novembre 2015).
  6. Marie-Pierre Gröndahl, « Jeff Bezos, roi du monde », Paris Match, semaine du 3 au 9 août 2017, p. 34-39.
  7. « Blue Origin's Rocket Factory Breaks Ground », Space.com,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2016)
  8. (en) Patric Blau, « Blue Origin breaks ground at future Rocket Manufacturing Plant in Florida », sur Spaceflight101, 29 juin 2016 2017
  9. « NASASpaceFlight.com Forum - Index », sur Parabolic Arc,
  10. « NASASpaceFlight.com Forum - Index », sur forum.nasaspaceflight.com (consulté le 25 novembre 2015).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Xavier Pasco, Le nouvel age spatial : De la Guerre Froide au New Space, CNRS Editions, (ISBN 978-2-271-08949-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]